Test : Reconnaître un pervers narcissique

test_pervers_narcissique​Reconnaître, détecter un pervers narcissique grâce au test suivant. Si vous trouvez de 10 à 15 points de comparaison, vous avez à faire à un simple manipulateur. Au delà de quinze similitudes vous devez immédiatement agir pour sauver votre existence. FUYEZ ! Le pervers narcissique éprouve de la joie dans votre déchéance associé au sentiment de domination morbide. Le piège des victimes d'un manipulateur pervers narcissique est de rechercher l'existence d'un sentiment là où il n'en demeure malheureusement aucun. Véritable machine à broyer, il est reconnu principalement dans des amours toxiques mais ils sont également des amis, des collègues, votre propre famille.

Testez et comparez les 30 points ci-dessous avec la personne que vous soupçonnez être un manipulateur pervers narcissique.

Culpabilise sa victime en inversant les rôles

Faire monter le sentiment de culpabilité chez sa victime est une manœuvre dans laquelle le pervers narcissique prend un véritable plaisir. En reportant sa responsabilité sur sa cible,il la pousse à admettre qu'elle seule est responsable d'une situation. Se démettre de ses tords est une spécialité du manipulateur.

Ne communique pas clairement, nie les évidences

Impossible de connaître avec exactitude ses demandes, ce dont il a besoin, quels sont ses sentiments comme ses opinions. Il place volontairement la proie en perpétuelle recherche de sa compréhension (celle du PN), c'est pour ce motif qu'il répond souvent de manière à entretenir l'ambiguïté.
• T'as mal compris, j'ai pas dit les choses dans se sens là…
• J'ai pas fait ça dans ce but…
• Je l'ai pas dit pour toi…

A chaque personne ou situation un comportement différent

Une personne normale use d'un mode de réaction relativement constant. Notre personnage quand à lui est constamment différent sur les sentiments affichés, ses comportements comme ses opinions. La victime n'arrive jamais à situer quelle est sa place dans la relation ni qui il est réellement. Insaisissable !

Il est armé de raisons logiques

Là ou une demande aurait reçue le plus mauvais accueil avec un autre, les raisons logiques qu'il avance créent l'acceptation. Ainsi souvent sa cible se trouve à accepter des choses qu'elle n'aurait jamais approuvée normalement. Les demandes sont déguisées par la logique implacable de son raisonnement. Marionnettiste à vos dépends mais votre prise de conscience ne se fait qu'après coup !

Vous devez être parfait

La perfection n'est pas une option! Il vous fait croire que vous ne devez absolument jamais changer d'avis et répondre immédiatement aux questions qu'il pose. Ainsi vous devez tout savoir et réagir à ses demandes au quart de tour.

Critique et dévalorise

Critique discrète mais intense, il dévalorise sous couvert de l'humour au début puis émet des jugements sur vous. Il insinue le doute sur vos qualités, vos compétences et plus généralement votre personnalité. Avec lui la personne que vous croyez être aura peu à peu perdue toute importance. Vous devez banal, inintéressant, voire extrêmement inférieur.

Fait passer ses messages par les autres

Place autrui en position de transmettre ses messages. Il en use principalement pour ne pas se dévaloriser en attaquant les autres car c'est vous qui l'aurez dit et non pas lui. Ainsi il peut être le bourreau d'une personne tout en se plaçant dans le réconfort de cette même victime dans le même tableau.

Divise pour mieux régner

D'une touche délicate, avec discrétion, il sème la zizanie tout en cultivant la suspicion. Son mode de fonctionnement est de diviser pour mieux régner. Il brise progressivement les amitiés et les groupes dans l'optique d'obtenir ce qu'il désire.

Il se positionne en victime

Auto élu victime, le pervers narcissique se place dans cette position pour être la vedette. Ainsi son entourage compatit, le plain, le comprend dans ses épreuves. Il est celui vers qui l'on se tourne et après tout, qui pourrait se méfier d'une victime ? Avec lui il ne faut jamais hésiter à s'apitoyer sur son pauvre sort, il ne vous mangera que mieux alors !

Ignore les demandes

Oui, il répondra toujours par le positif aux demandes qui lui sont formulées. Cependant il préférera ensuite esquiver poliment en disposant toujours d'une raison valable.

Utilise les principes moraux des autres

Pour assouvir ses besoins il utilise les principes moraux des autres tel un caméléon. Il peut intégrer totalement le mode de pensé d'un groupe et de ses principes en faisant croire qu'il s'agit également des siens. Étant un être en réalité très faible, il n 'a aucune personnalité et absorbe celle des autres !!!

Menaces cachées ou chantage ouvert

Il peut tout aussi bien user des menaces de manière déguisée que du chantage ouvert. Dans les deux cas sa cible doit se plier à ses exigences.

Change de sujet ou s'échappe

Au cours d'une conversation il change totalement de sujet sans cri égard. Pour esquiver une question qui le mettrait mal à l'aise ou le mettrait à jour, il change de sujet comme s'il n'avait pas entendu la question. Déroutant, il peut également s'échapper en quittant la discussion ou la rencontre.

Mise sur l'ignorance des autres

L'ignorance des autres est une source favorable dans laquelle il puise inlassablement pour faire croire en sa supériorité. Il se sert de la crédulité des individus, de leur ignorance pour leur montrer qu'il est supérieur et son besoin d'admiration est enfin reconnu. Il cherche souvent des personnes dans la détresse.

Il ment

Il ment souvent pour tout et rien, même pour des broutilles, s'inventera une vie et détestera par dessus tout se faire démasquer. Il peut avoir des vies différentes avec plusieurs personnes en même temps. Ses mensonges sont souvent indécelables car il va y ajouter une pointe de vécu pour les crédibiliser au long terme.

Dit le faux pour connaître le vrai

Il prêche le faux pour savoir le vrai et cela s'applique à tous les domaines de sa vie. Cette stratégie à essentiellement pour but de savoir s'il peut faire confiance à la personne qu'il côtoie. Cela permet aussi te tester l'évolution de la prise de contrôle sur sa proie.

Il est égocentrique

Il rapporte tout à sois d'une façon très naturelle, sa nature égocentrique demeure profonde. C'est le plus beau, il est le meilleur, il veut être le gourou …

Il peut être jaloux

Le pervers narcissique peut être jaloux. Attention toutefois car ce n'est pas une jalousie sentimentale amoureuse mais une traduction envieuse ! Il cherche par dessus tout à le cacher mais sa jalousie se caractérise par les capacités que vous avez et dont il ne dispose pas. Le PN vous côtoie en tant que sa chose et en tant que femme, vous êtes son objet. Donc vous n'avez pas le droit de le supplanter, il est le meilleur.

Obsédé par l'image sociale

Il ne supporte pas d'être critiqué car il ne veut et ne peux pas être perçu comme une personne mauvaise. L'image POSITIVE que les autres renvoient de lui est capitale, pour ne pas dire vitale même car il lui est insupportable de paraître différemment.

S'énerve rarement

Le manipulateur s'énerve rarement car la prise comme la conservation de son contrôle est à la base de son fonctionnement. Hormis le cas d'une pervers naturellement violent, un manipulateur orchestre une crise s'il juge utile de le faire mais cela ne sera en rien une action spontanée pour lui.

Ne tient pas compte des autres

Vos droits, vos besoins comme vos désirs ne tiennent aucune place pour lui malgrès le fait qu'il fasse croire le contraire.

Paroles opposées à ses attitudes

Quand le discours est blanc, ses actions sont noirs ! Les réactions du manipulateur dont à l'opposé de l'attitude correspondant au discours.

On parle de lui

Il fait constamment l'objet de conversations même lorsqu'il n'est pas présent. C'est d'ailleurs une grosse source de satisfaction du manipulateur pervers narcissique.

Devient soudainement attentionné

Flatterie, sortie, petit cadeau, tout est fait pour vous plaire avec cette personne qui se place aux petits soins pour vous de façon inattendue. Dans ce cas là il aura une demande à faire qu'il fera passer pour votre bien être alors qu'il agira dans son propre intérêt. En faisant croire qu'il comble l'un de vos besoins ou par une action de gentillesse il n'agit que dans son intérêt.

Provoque un sentiment de non liberté

Provoque un sentiment de dépendance affective. Vous ne pouvez pas vous séparer de lui même si vous savez qu'il est malsain de l'avoir comme relation.

Atteint ses objectifs aux dépends des autres

Il dispose d'une efficacité remarquable pour atteindre ses objectifs aux dépends des autres. Il sait parfaitement utiliser autrui pour obtenir ce qu'il veut. Il est le marionnettiste de son entourage.

Fait perdre vos repères

Avec lui votre esprit devient confus, il retourner votre cerveau. L'expression « ne plus savoir ou l'on habite prend tout son sens avec lui ». Le terme de lavage de cerveau est approprié car il cherche à modeler l'autre en fonction de ses buts. Narcissisme exacerbé, il jouit d'observer à quel point il fait faire ce qu'il veut de sa petite souris.

Vampirise votre énergie

Lors de phrases de dénigrement, de rabaissement, il vous vide de votre énergie. Ce n'est pas pour se ressourcer lui même donc le terme vampiriser est mal employé, il s'agit d'un trou noir dans les faits. Le caractère injustifié de son attitude vide l'énergie de sa victime qui ne sait jamais comment agir avec le pervers.

froideur émotionnelle

Sous l'apparence d'une personne aimante il est pourtant dénué d'empathie. Il fait preuve d'une froideur émotionnelle incroyable sauf si sa victime lui dit être mal par sa faute. Dans ce cas de figure il fera tout pour prouver que NON.

Il vous fait du mal

Avec lui vous souffrez, vous êtes psychologiquement mal et ne savez pas comment agir avec lui. Cela peut même se reporter sur votre santé par la perte d'appétit, sommeil difficil, déprime,…

Attention ! Cette liste prend en compte des caractéristiques représentant un manipulateur et/ou un pervers narcissique moyen. La violence des tortures psychologiques peuvent être à des niveaux très élevés dans certains cas. Le points évoqués sont médians cependant même la plus petite perversion est déjà grave. Ses individus sont dangereux pour votre santé psychologique.

84 réflexions au sujet de « Test : Reconnaître un pervers narcissique »

  1. Melanie

    Vrai !!! J’ai tellement souffert avec un manipulateur pervers narcissique qui a fallu l’aide de toute ma famille pour arriver à le quitter. Des années durant je suis sa victime sans le savoir mais grâce à mes proches dorénavant il ne peut plus m’approcher car j’ai changé de ville tellement va vie était devenue insupportable. Il faut vivre avec un homme de ce genre pour comprendre sa noirceur. J’ai souffert, tellement souffert…… Merci pour votre article

    Répondre
  2. Lydia

    Tous les points que vous avez énumérez sont vrai. Je vis actuellement avec un pervers-narcissique (c’est ma mère) depuis toute ma vie (j’ai bientôt 22 ans) et je peux vous assurer que ces personnes la sont très destructrices pour votre santé (mentale ou physique). A cause d’elle , je nai plus de vie sociale, ni affective et j’ai même fait plusieurs tentatives de suicides. Bref, je suis sur le point de m’en sortir car je change d’université pour mon Master (et de ville aussi). Donc, si jamais vous rencontrez ce genre de personne un conseil FUYEZ !!!!!!!!

    Répondre
    1. Sourcimielle

      Bonjour Lydia, 

       

      Pourrais -t'on prendre contact en privé je crois que nous sommes dans une situation similaire toute les deux. 

       

      Merci

      Répondre
      1. nathalie

        Bonjour,

        le divorce a commencé en 2008 et la pretexte de mon ex mari pour obtenir la garde de notre fille ,agée a l epoque de 6 ans ,a ete de me qualifier de pervers narcissique ,tres vite nous nous sommes rendues compte avec mon avocat qu il etait lui même dans cecas de figure.Depuis septembre 2014 ,il a obtenu la garde D Emma,par des moyens detournés:achat d un cheval ,de tout ce qu elle veut ,car il a beaucoup d'argent. Les rapports avec ma fille sont de plus en plus froid,elle s eloigne de moi ,elle me trouve bizarre et m observe souvent bizarrement,tout les gens qui m entourent et qu elle aimait bien auparemment ne l interessent plus maintenant.j'ai été hospitalisé au mois de janvier et ai manqué de mourir,les medecins m ont fait comprendre gentiment qu il fallait prevenir mes 23 filles ( elles sont demie soeur)donc Emma a été prévenu sans l alerter et bien son père m a laissé un message sur mon portable en me disant qu elle n avait pas a etre au courant de mes problemes de santé et il a fallu qu une amie intervienne quand je suis sortie de l hopital pour expliquer a ma fille ce qui m était arriver car elle ne me croyait pas .Aujourd hui ,c'est une petite fille complètement differente,froide à tout ,il met tout en place pour l éloigner de moi et ca marche.Ma fille ainée ne tient plus a la voir ,donc nous nous disputons regulierement elle et moi car je lui dit :elle n'y est pour rien ,c'est son pere qui manipule et il faut absolument garder contact.J'apprehende les wk ou elle vient….

         

        Répondre
  3. Sandra

    Bonsoir, je viens de découvrir ce site, merci. J'essaie de me sortir d'une relation avec un PN depuis peu et c'est extremement difficile. J'ouvre les yeux réellement à ce jour car la douleur psychologique est actuellement insoutenable tant il m'a manipulé et menti depuis des mois. et cela dure depuis quelques années. Il joue avec mes sentiments amoureux et se nourrit de ma souffrance, celle qu'il m'adresse chaque jour un peu plus par ses agissement sournois, ses mensonges, son comportement destructeur et déstabilisant. J'éprouvais dailleurs souvent un certain malaise en sa compagnie car, je ne savais jamais réellement comment me comporter avec lui, car il était toujours insatisfait de tout, critiquait tout, se moquait des gens, des situations, savait toujours tout mieux que les autres.il lui est arrivé de se moquer de moi aussi , en douceur, avec de petites phrases assassines. Il était jaloux de tout et même de moi, de mes relations amicales etc…Je n'ai actuellement pas la force d'énumérer tout le mal qu'il m'a fait. Je lui ai tant de fois pardonné,par amour, tant il est bon comédien, tant il a la faculté de changer de visage pour pouvoir se sortir de toutes situations inconfortables. Je voudrai seulement dire ici, qu'aujourd'hui je décide de sortir de ce mal être, de le fuir, de ne plus répondre à ces appels. J'ai la chance d'avoir une famille qui m'ouvre les yeux, et surtout il est hors de question que je continue à souffrir pour un monstre. Je me suis rendue compte que je tombais malade physiquement à cause du stress occasionné par son comportement à mon égard, par sa façon de manier le chaud et le froid, par sa manière de toujours retourner tout malaise contre moi. Il a joué avec mes sentiments amoureux depuis trop longtemps deja et a déstructuré ma vie,tous mes repères. La liste serait trop longue, mais la vie est courte et je décide à ce jour de le fuir comme la peste, et surtout de ne plus répondre à ses appels destructeurs. par ailleurs, je choisis aussi de me faire aider par un psychologue afin de ne plus retomber dans les griffes de ce monstre. Je réalise aujourd'hui qu'on ne peut jamais changer le comportement d'un PN, qu'on s'épuise en vain , que ces personnes sont des égoistes, qu'ils ne s'aiment pas, qu'ils ont un vide si puissant qu'ils ne peuvent aimer les autres. La seule chose a faire c'est de fuir, même si les sentiments amoureux demeurent, il faut se convaincre que rien ne changera le comportement de ces vampires. Fuir demeure la seule solution…

    Répondre
    1. Tainy

      Incroyable de lire Sandra. Ma situation est la même. Dans un état de stress terrible. Crises d angoisse et peur   Et ça dure déjà 5 mois. J ai vécu avec Pn 3 ans. Attentionné gentil jamais aucun signe de Mal. Aucun. Et un jour a changé en diable. Terrible. A montré ssson vrai visage   Menteur manipulateur traître.  Aujourd hui notre lien est rompu mais je reste tjr sous son emprise 

      Répondre
    2. Aurélie

      Sortie de ses griffes depuis plu d un an ça a été long très long 14 années de douleur . Aujourd hui je me dit comment j ai pu vivre une vie pareil et surtout faire vivre cela a mes enfants . Plus de famille , plus d amie , plus l envi de vivre il m avais rabaisser , humilier j étais devenu l ombre de moi même . Et quand il était vraiment dans ses jours les plus sombre les coups pleuvait devant mes enfants nez casser , cheveux arracher et j en passe. Aujourd hui je suis libérer et retrouver ma famille , mes amis changer de département retrouver un travail (car mon travail était de la merde) et je suis moi comme je l es toujours était car ce ne sont pas nous qui avons un problème mais je m en suis rendu compte 14 ans trop tard

      Répondre
    3. nathalie

      Je comprends et ressens tout ce que vous ecrivez car j ai vécu avec un PN et aujourd hui j ai beaucoup de mal à me reconstruire car il a reussi à obtenir la garde de ma fille .Eloignez vous de lui et soyez bien entourée,moi je ne lui parle plus depuis 2009 ,ne répond plus a ses messages ou sms moqueurs et insultants.Il est même devenu copain avec un homme avec qui j ai eu une relation après notre divorce,je me suis sentie trahie et salie. Il veut m aneantir,a fait croire a notre fille que lorsqu elle vivrait chez lui on changerait les wk quand il sera necessaire mais tout ça était pour l attrapper .La passion de ma fille est le cheval ,il fait en sorte de l inscrire tous les wk (nous n habitons pas la meme ville)donc quand elle vient chez moi ,elle est mécontente car son père l a inscrite au cheval et elle ne peut pas y aller car elle doit e^tre en wk chez moi….. c'est terrible

      Répondre
    4. carole

      bonjour, je viens de lire votre commentaire, et je suis dans la même situation, j'en ai pleuré car ça m'a un peu rassurer je pensais que le problème venait de moi. Je suis mariée depuis 12 ans à un PN, il y a 5 ans il m'a quitté sans réelles raisons, j'en ai beaucoup souffert et quand j'ai commencé à revivre et rencontrer un autre homme, il est revenu en pleurant et me suppliant de le reprendre et par amour j'ai craqué. Aujourd'hui 5 ans plutard, il m'a quitté, encore, aucunes raisons valables, il dit que c'est moi le problème et je l'ai cru. Depuis 3 semaines, je suis tombée en dépression, perdu beaucoup de poids car je n'arrive plus à manger et en arrêt de travail. Le problème c'est que j'ai peur qu'il essaie encore de revenir, que je retombe dans le panneau par amour parce que je l'aime, et isolée je n'avais que lui. En tous cas merci pour votre commentaire, j'espère que ça m'aidera.

      Répondre
  4. violinae

    Il y a maintenant quelques mois, j'ai quitté l'homme qui me tenait sous son emprise. Jusqu'à peu de temps encore, je n'avais pas de nouvelles de lui et j'étais soulagé. En effet, pendant plusieurs années, il m'a manipulé sentimentalement, sexuellement, financierement, etc.. et je n'ai rien vu, aveuglée. Je souffrais énormément de son égoisme, de son narcissisme, de son exigence jamais satisfaite. Je n'existais plus, je vivais à travers  lui, pour lui, sans jamais que cela soit suffisant. J'étais son objet, son trophet devant les autres. Il arrivait à me faire douter de moi, de mon physique, par une manipulation quotidienne. Toutes ses actions étaient pour son propre intérêt, en usant de détournements de paroles pour me faire croire que c'est moi qui me faisait des idées. Ces années passées ont été un véritable parcours du combattant et une quête vers la liberté.  Bien décidée à mettre de côté la gente masculine, j'ai alors décidé de m'occuper de moi. Mais un petit ange gardien en a décidé autrement et miracle de la vie :  j'ai rencontré quelqu'un de totalement opposé, qui me rend heureuse et avec qui je ne me pose pas de questions. Ombre au tableau, il l'a appris et sa perversion a pris de l'ampleur. Un autre homme avait pris son "jouet", sa"femme". Malheureusement pour moi, nous travaillons dans la meme entreprise et il me harcele chaque jour. Il me poursuit, me menace moi, mes enfants, mon compagnon et ses proches et vient au chantage si je préviens qui que se soit. Je suis terrifiée à longueur de journée par ses messages , ses provocations. Il essaye de me détruire par tous les moyens. Il envoit des messages à mon nouveau compagnon, à ma famille, rencontre nos amis ou des connaissances pour leur raconter de fausses informations ou pour leur raconter des details intimes. Il se renseigne sur mes faits et gestes et cherche par tous les moyens à me nuire sur tous les tableaux. Il m'épuise et je me rend malade. Je dors peu. Je suis terrifiée à l'idée qu'il fasse du mal aux gens que j'aime.

    Répondre
    1. dolby

      Bonjour,

      Votre ex maris pourrait vite e transformer en meurtrier. Il faut tres vite prevenir la police des associations qui ont ete victime de ce genre dindividu avantt que CA TOURNE VRAIMENT MAL.

      On en vois tout les jours courage soyez forts et unis c juste un monstre 

      Répondre
  5. Beaudouin isabelle

    Bonjour,

     

    Je viens de découvrir ce site car une amie m'a parlée de ce comportement toxique que je n'arrivais pas à formuler. Je vis avec un homme divorcé d'une femme PN. Depuis 4 ans, je l'observe et j'ai toujours constaté ses peurs paniques quand il parle d'elle, doit la voir ,il refuse d'en parler dans ses moments-là. Bcp de points abordés lui correspondent. C'est une femme qui joue avec les émotions de son entourage. Mon compagnon, malgré le divorce, continue à lui appartenir. Il a accédé à beaucoup de ses caprices qu'ils soient financiers ou matériels pendant et après le divorce, car elle l'a culpabilisé d'une manière folle, elle reste dans le déni de son divorce. Elle a essayé de me faire peur par des appels anonymes qui ont duré 5 mois. Elle passe ses vacances dans la maison de son ex au bord de la mer car elle a réussi à le coincer lors du divorce, il fallait qu'il lâche. Elle aime les belles choses, se valorise à travers lui, profite des cadeaux de son ex, critique tout, joue également sur une pseudo dépression pour mettre la pression, des douleurs psychosomatiques.Son but : le détruire et surtout détruire sa vie. Bref, malgré une grande difficulté à se séparer d'elle, 39 ans de soumission, il a enfin réussi à partir,sans doute la goutte d'acide de trop. Je pense qu'effectivement ce genre de personne est à fuir et surtout ne pas répondre : ni à leurs désirs, ni leurs critiques. L'indifférence à leur égard est un poison qui les détruit. Il faut passer la barrière qui lie et disparaitre. 

     

    Répondre
  6. Elfy

    ca fait mal de lire « reconnaitre un PN » et d’avoir l’impression que l’on décris sa propre vie tant lesmdescriptif sont vrais et précis.

    Ayant pu prendre un peu de recul, étant entourée maintenant de gens aimants, ayant retrouvé ma fille au bout de 15ans. Ca fait du bien et mal en meme temps car je comprends pas comment j’ai pu accepter tout ca sans m en rendre comte. J ai l impression d avoir été un jouet, une chose.

    Ma santé a été très précaire, celle de ma fille l ai aujourd hui à cause de cette pression dans laquelle on a vécu.
    Mais je comprends pas comment j ai tout accepter meme des choses qui vont à l encontre de mes principes. J’en ai vomi pendant des jours quand j’ai pris conscience de la réalité.

    Maintenant meme si je suis entourée et que je sais que la vie peut etre belle. Je suis encore sous anxiolytique et pas sur de moi, pas consciente du tout de mes valeurs. Le chemin sera encore long.

    Répondre
  7. Nini

    Bonjour, moi aussi je vis avec un pervers narcissique depuis 3 ans…quand je l'ai rencontré, je sortais d'une rupture amoureuse douloureuse, j'étais complétement dévastée….Il est arrivé dans ma vie tel un prince charmant qui vient sauver sa princesse….pour moi c'était l'homme de ma vie, charmant, attentionné, romantique….j'ai vécu une première année avec lui, idyllique…j'étais folle de lui….et petit à petit, il a dévoilé son jeu….il a commencé a critiquer ma façon de tenir ma maison, de cuisiner, il n'était jamais satisfait….un vrai tyran domestique….il voulait tout contrôler à la maison….après ca était mes tenues vestimentaires…il m'a interdit de me maquiller pour aller bosser de porter des décolettés et des vêtements prés du corps….est devenu jaloux de tout…il me surveillait en permance,le moindre regard, et c'était le drame, les insultes, les humiliations….m'a fait démissionné de mon boulot….car il ne supportait pas que j'ai des responsabilités…m'a fait couper les ponts avec mes proches, amis et famille….me fait culpabiliser, en me disant que j'ai des problèmes psychologiques, que je suis folle, névrosée….j'ai même suivi pendant 2 ans une thérapie….il s'est débrouillé pour me faire arrêter ma thérapie…aujourd'hui je suis a bout…il veut me dominer, avoir le pouvoir sur ma vie….gérer ma vie….tout doit passer par lui….rien ne doit lui échapper…et des qu'un truc vient enrayer la machine….c'est le drame….la violence, les menaces, la culpabilité, les injures….à cause de cette relation, j'ai pris beaucoup de poids, et je commence à somatiser….je suis envahie par le stress et l'angoisse…j'ai peur de lui…peur des représailles si je le quitte, peur qu'il me tue….

    Répondre
    1. milii

      Fais face aux représailles éventuelles et fuis !! J'ai dû en passer par là ! Quand je me suis "sauvée", à double titre, je suis partie avec mon enfant, et matériellement avec rien et nul part où aller !! Pour se venger, Cette personne a même réussit à voler ma voiture, me faire virer de mon travail et me faire avoir des ennuis judiciaires en créants de faux délits pour que je me fasse arréter. Mais tout ça se répare, se reconstruit, même si ça peut prendre du temps ! Pour moi ça a pris 3 ans (et j'y travaille encore, à réparer tout ce que cette personne à détruit) Par contre, si tu reste, ton intégrité psychique et physique, elles, ne se répareront jamais !

      Répondre
    2. lena

      Bonjour Nini, votre message ressemble mot pour mot à celui que j aurai écrit, c'est pour cela que je viens vers vous pour savoir si vous avez réussi à le quitter et si oui comment avez vous fait? par quoi avez vous commencé? ou avez vous trouvé la force et le courage? Si non on peut s'entraider. Malgré le fait que je lui ai dit récemment que je n'avais plus de sentiments pour lui et que par conséquent notre couple n avait plus lieu d'être, il fait comme si de rien, il fait trainer les choses, du coup j ai peur de remettre cette conversation sur le tapis de peur qu il endorme encore une fois mon cerveau et que je replonge, même si cette fois je me suis fait la promesse pour mes enfants de le quitter pour les protéger. Mais j ai peur, peur de le quitter, peur de ce moment précis ou il va comprendre qu'il n a plus d emprise sur moi, c'est paradoxale vous me direz, mais je me demande comment faire ma famille est loin et partir avec mes enfants sous le bras me fait peur je ne sais pas ou aller je ne veux pas les traumatiser, j aimerai avoir le temps de trouver un appartement pour moi et mes enfants. Avoir une séparation normale mais plus je lis d articles ou autres sur les PN plus je commence à comprendre qu une séparation normale est impossible. Nous suivons une thérapie de couple depuis cet hiver, nous sommes dans un coin isolé donc nous avons des séances tous les 2 mois, impossible pour le psy de comprendre à qui il a affaire et la derniere fois que nous l avons vu il a réussi à retourner la sitautaion contre moi, le psy m a posé cette question : pensez vous etre dans l incapacité à vous occuper de vos enfants? Je me suis sentie trahie par le corps medical, j ai mis 10 ans pour le convaincre de faire une therapie de couple, et c'est moi que l on soupconne d incapable? Je suis en colere, les medecins ne sont pas assez informé sur les signes du pervers, mon medecin traitant aussi m a dit un jour : je ne comprends pas pourquoi vous restez avec lui? Au lieu de me dire : vous avez a faire à un PN, renseigné vous et revenez me voir pour que l on en parle, je vous aiderez!!!!! Bref……j y arrive pas, j arrive pas à le quitter, je sais qu il me fait du mal, je sais qu il faut que je le fuis mais j'y arrive pas. J'ai peur de lui. Il m a déjà prouvé ce qu'il était capable de faire et cela me fait peur alors j anticipe peut etre trop mais à vous lire toutes il faut rien laisser au hazard et comme vous dites des qu il va voir que son joujou lui échappe il va devenir furieux….il faut qu j y arrive, il faut que je domine la situation il faut que je reprenne ma vie en main…..Nini répondez moi, je suis en détresse si votre experience peut m aider….bonne journée et tenez bon. Lena

      Répondre
  8. mimine

    Mes amis

    J'ai quitté depuis 3 ans un PN de grande envergure. Malgré notre séparation il continue d'asseoir son autorité et ses jugements sur moi et sur ma vie. Toutes vos histoires sont mon histoire: séduction, prince charmant, prévenant, menteur, accaparant les moindres détails de ma personnalité, aucune personnalité, ni goût ni passion réelle, juste des copies… Personnalité très variable, paraissant sensible et véritable coeur de pierre en fait, etc…

    Je fais le choix ce soir en vous lisant tous de me libérer de cet individu. Je resterai stoïque devant ses menaces et ses sous-entendus, je le dénoncerai en tant que PN partout, je ne lui accorderai plus de discussions, ni de regards, il sera désormais pour moi ce qu'il est en réalité, un pantin, une enveloppe vide, une baudruche dégonflée… Ces êtres là n'ont que le pouvoir qu'on leur reconnaît! Ce sont des êtres toxiques comme qui nous retire toute joie de vivre et d'être au monde.
    Merci Mon Dieu de m'avoir ouvert les yeux et la conscience. Merci à vous de vos témoignages. Prenez de la hauteur, libérez vous car nous sommes nés pour être libres.

    Répondre
  9. Catherine

    Bonjour, j’ai 23 ans et je viens tout juste de quitter cette personne qui empoisonnait mon existence. Au départ de notre relation, que du beau. Je sortais d’une rupture difficile avec un garçon merveilleux que j’aimais par-dessus tout. Malheureusement la distance nous a séparée.. Quelques mois plus tard, toujours fragile, je rencontre cet homme, de plusieurs années plus âgé. Attentionné, il s’intéresse à tout, mes amis, ma famille, mon passé, mes études… Et puis le temps avance. Son ex copine toujours dans le décor… Il la traite de folle… De tous les noms. Et pourtant je sens que qqchose cloche. Malgré tous ce temps, il la manipulait toujours. Et donc moi également. Je suis tombée enceinte il y a quelques mois. Jamais il ne m’a accompagné à l’hopital. Mes amis ont etes si presents.. Tout ce stress, de se sentir si seule. J’ai fais une fausse couche mi septembre. Sa reaction: comment se fait il que tu l’ais perdu? Wow… Quelles paroles crèves coeur. Un homme sans empathie, qui ne vit que pour l’apparence. Et les phrases ont continuees. Ne mange pas ca, avec des tapes sur les epaules. Un manque d’ecoute flagrant. Un desinteressement de ma personne. Fais du sport, manges mieux. Criss… Je pese 118 lbs et fais 5’6 »… Mais toujours ces commentaires blessants. Et l’utilité. La facon de toujours manipuler à ses fins. Fils de qqn de connu, superficiel autant pour moi que pour lui. On m’avait pourtant mis en garde. Plusieurs choses sonnaient des cloches dans ma tete. Je m’en veux de ne pas m’être écoutée d’avantage. Je me ramasse aujourd’hui, plus détruite que jamais, ayant traversé des dures épreuves, n’ayant pas ete soutenue. Comment se sentir plus moins que rien…

    Répondre
    1. Julie

      Bonsoir Catherine, ton histoire ressemble beaucoup àla mienne. Est-ce que ça t’ennuierai qu’on en discute en mp? Merci beaucoup je comprendq tout à fait ta douleur et ce que tu as dû endurer

      Répondre
    2. franck

      bonjour,

      quand je lis tous les histoires racontés par des filles je vois surtout leur version d une histoire d amour ou elles seraient parfaites et les hommes des monstres. Or je pense que les femmes peuvent etre tellement plus cruel que les hommes.

      Dans beaucoup des histoires ces femmes disent avoir été folle amoureuse , j imagines qu elles l ont dit a leur conjoint plus tard quand des conflits apparaissent il est naturel que les critiques negatives pleuvent (une critique peut etre positivif il faut tout critiquer dans la vie mais sans juger) , et ce des deux cotes.

      Lorsqu on est un homme sensible l amour est ce qu il y a de plus important dans la vie, et sa compagne de vie la personne la plus importante. Si cette femme qui pretend vous avoir aimé plus que tout que quiconque inverse son sentiment car on emet des critiques sur des choix de vie, des choix citoyens , des choix ecologiques, des choix d education. Alors elle peut perdre cet amour et pour un homme romantique qui veut le bonheur de sa femme et la toujours respecté c est affreux de se faire quitter apres. On a l impression que l amour qu elle nous portait n etait pas sincere et qu on s est fait trompé (cette personne etant la plus importante de notre vie la trahison ressentie n en es que plus grande).

      Il faut aussi que les femmes se remettent en question, on prend le temps de connaitre quelqu un avant de lui s emballer et de lui faire croire qu on l aime comme une folle !!!

      quand on aime c est pout toujours sinon on s est trompé et on a trompé celle ou celui a qui l on a fait esperer.

      Les histoires qu on lit me paraisse tres peu credible, les versions n evoquent jamais de quelconques defauts ou tares daqns le caracteres de ces gens qui accusent leur ex d etre des pervers narcssiques.

      Certaine histoire font carrement dans le pathologique anti-hommes.

      Moi je viens de me faire abandonner comme une merde apres 8 mois par une femme qui me trouvakt soi disant parfait. elle a fait 6 voyages loisirs de 2/3 semaines dans cette periode sans jamais m y convié. Puis je lui est fait ce reproche car je desirais construire et elle me manquait enormement et cela devenait regulier. Elle a completement retourné tout le bien qu elle pensait depuis le debut en jugements et reproches injustifiées .

      Moi qui desirais partagé plus de moments de vie avec elle  car elle me rendait heureux, je sais maintenant qu elle etait en depression avant de me recontrer et qu elle etait sous medoc pendant notre relation.

      Aujourdhui ca fait 6 mois que c est finit mais elle me renvois des messages ou elle dit vouloir etre avec moi dans son lit, que je suis quelqu un de rare et d exceptionnel.

      pourtant c est finit et elle qui avait peur que je l abandonne c est elle qui la fait.

      apres plusieurs mois ou on esperais se remettre ensemble elle dit aujourd hui ne plus vouloir meme me voir .

      depuis qu elle m evite et m ignore je suis tres en colere, elle m a fair croire et esperer le bonheur, un avenir…

      toutes ces deceptions me font que je lui envoi des messages pour me venger, les hommes peuvent etre vulgaqire blesse odieux quand il souffre mais l arme des femmes le mepris et l ignorance fera toujours plus de mal.

      voila une banale histoire d amour d'homos sapiens , bien que pas né pour ca mais qui est conditionné a l absurdite du couple.

       Les perverses narcissiques victimes de pervers narcissiques ca suffit remettez vous en question les filles vous etes souvent casse couilles…

      apres avoir reconnu ses torts et me prommettant de faire des efforts ele

      Répondre
  10. chevron

    bjr mon fils de 19a est victime de ses pervers sa copine elle a reussis a le couper de sa propre famille j ai vraiement peur pour lui je sais plus comment faire il me donne plus de nouvelle depuis qu il est parti de la maison il y a une semaine quoi faire pour qu il ouvre les yeux est comprenne qu il cours un reel danger il es amoureux de cet personne malfaisante 

    Répondre
  11. zen

    Bonjour à vous toutes. Je suis consternée par tout ce que je lis, car je constate que malheureusement nous sommes trop nombreuses à vivre ce calvaire de partager notre vie avec un PN. Et peu de gens connaissent cette maladie, alors si l'on en parle cela passera plutot pour une injure….

    J'ai rencontré, il y a 9 ans mon 2ème mari. Ayant réussi à bien me reconstruire suite à un divorce, propriétaire de ma maison, mère de 2 enfants, il s'est rapidement installé chez moi. Comme je l'ai lu dans vos propos, c'était LE prince charmant, " un ANGE tombé du ciel" , celui que j'attendais, pret à tout me me choyer, me gater, me protéger, moi et mes enfants.

    Il a su, très rapidement se rendre indispensable et payer des travaux dans cette maison qui n'était pas la sienne.

    Moi très enjouée, lui très posé et si amoureux.

    Puis, malheureusement, tout un tas d'évènements douloureux sont intervenus dans notre vie si cosy, et j'ai eu subitement l'impression de ne pas reconnaitre l'homme que j'avais rencontré. il s'est complètement renfermé, refuse tout dialogue,il est tout à fait charmant lorsqu'il a besoin de moi, mais tout à fait contrarié lorsque j'ai besoin de lui…

    Notre vie intime est pratiquement inexistante.

    Il tente de façon très persuasive de m'éloigner de notre groupe d'amis et n'est pas tendre verbalement avec ma famille ( mais jamais devant eux)… Ils sont tous nuls alors que lui a tout compris à la vie.

    Il a de toute évidence une double vie, au niveau professionnel il est très apprécié car toujours dans la séduction. Je pense que c'est sa façon d'être, c'est-à-dire que son but , avant tout est de plaire, d'attirer dans ses filets, d'utiliser et de manipuler pour se sentir exister.

    Moi, je ne vais pas bien, je le lui ai dit, mais il semble s'en fiche complètement. Je lui ai demandé à maintes reprises de me rassurer, de me témoigner l'affection dont j'ai tant besoin, RIEN !!!

    j'ai l'impression terrible qu'il ne me considère même plus, je suis un meuble dans ma maison.

    J'avais dans l'idée que nous allions voir un psy de couple, mais au lire de tous vos témoignages je pense inutile de lancer la chose, je suis fatiguée moralement, et pas sure de l'utilité.

    Je vieillis, mes enfants grandissent, et je pense que si je ne prends pas la bonne décision mailntenant ce sera peut-etre trop tard. J'ai moi aussi des idées noires, car je ne vois pas d'issue; seuls mes enfants me permettent de tenir.

    Quelle histoire quand même ! On pense avoir la chance folle d'avoir pu refaire sa vie, et au final elle est pire que la première… Mauvais choix ou la faute à pas de bol ? Ou alors on les attire?

    Je vous souhaite, à toutes beaucoup de chance et de bonheur pour le futur, nous le méritons .. et comme je dis, nous irons toutes au paradis en 1ère classe…. faut savoir garder de l'humour…

    Répondre
  12. fred

    bonsoir.   Je suis surpris de ne voir que des commentaires feminins…!! et oui en effet il existe AUSSI des pervers narcissique Feminins.  J'ai eus une relation avec une femme durant 2 années avec de multiples separations. une femme qui m'a menti, trahi, humilié, et j'en passe. une personne bien sous toutes coutures devant les autres, meme devant mes enfants…! cette femme a tout fait pour que tout mon petit monde tombe amoureux d'elle et elle y est arrivée…!! apres chacune de nos multiples séparations elle trouvait une parade pour que notre " pseudo" histoire reparte de plus belle et ca marchait. a tel point qu'une fois elle a demandée a son propre fils de faire une fausse fugue afin de me mettre en contact avec elle. et une fois de plus ca a marché. je l'ai quitté il y a 3 mois et malheureusement je me sens toujours sous son emprise…!! comment m'en débarasser ???? 

    Répondre
    1. SQLR

      Bonjour, 

      J'espère que ta situation s'est arrangée. J'ai vécu la même chose. Une seule solution : couper net tout contact. C'est un risque VITAL que tu cours, et je pèse mes mots. Ces personnes sont extrêmement séduisantes et attachantes. On peut les voir comme des drogues dures. Aimes-tu l'idée d'être un junkie ? Il faut prendre son courage et fuir. Nous sommes des personnes bien, nous méritons mieux et nous ne leur devons rien. Bon courage à toi.

      Répondre
  13. Rita

    J'ai 37 ans j'ai élevée par des parents adoptifs toxiques et mon père plus que ma mère aaadoptive sont des pervers narcissiques. Donc je connais  bien le sujet malgré cet enfer vécu au quotidien  pendant presque 20 ans je me suis enfui et claqué la porte de ce qui aurait du être un foyer aimant. Après 3 ans de thérapie de force et de détermination à être heureuse j'ai  réussi à me reconstruire, fondée ma famille avoir de magnifiques enfants. je me demande à l'heure d'aujooourdh'ui si mon mari ce père très aimant; ami et confident collègue irréprochable ne l'est pas non plus. Depuis 2 ans mon couple est devenu l'enfer car je ne suis plus  celle qui veut bien tout, je m'affirme de plus en plus et c'est très flippant et déstabilisant. Comment je ne l'ai pas vu venir plus tôt . Le changement éait si flaggrant après la naisssance de mon ainé mais il m'adorrait sois disant. Pa rappport à vos témoignages et  à ce test il ya beaucoup de critères vrais qui se confirme mais pas  tous ce qui me fait doouter malgré tout.   Comment faire pour protéger mes enfants encore si jeunes ( 8ans 6 ans et 4 ans ) le choc la prise de conscience est extrêment violente et me replonge dans les souvenirs atroces de mon passé que je croyais loin derrière moi . J'y crois pas je suis depuis 1 an en thérapie et très entourée par mes amies   pour me reconstruuirrre encore une foois et   de plus accepter une relation mortifèrre ponctuée d'états dépressifs d'euphorie, d'hyperactvité de comportement de fuite d'évitement. La discussion ne sert effectivement à rien puiqu'il détient lui le savoir la vérité. j'ai vraiment très peur pour mes enfants car je ne veut pas qu'ils subissent les mêmes choses que moi enfant . C'est différent lorsqu'il s'agit de la personne qu'on aime avec qui on a promis de rester pour la vie que ces foooooous  que j'ai comme "parents adoptifs" que je ne considèrent pas affectivement   comme mes parents. sI VOUS AVEZ DES CONSEILS AIDEZ MOOI MERCI    Rita

    Répondre
  14. Alice

    Bonjour Rita,

    difficile de te répondre car je ne connais pas ton conjoint, mais j'ai une chose à te dire : si tu ressens un tel sentiment de mal être en sa présence, surtout après avoir eu une relation toxique avec tes parents adoptifs, c'est que ton malaise n'est sans doute pas si irrationnel que ça.

    Des doutes, c'est normal que tu en aies : c'est sur la perte de repères que s'appuie le jeu malsain des PN, sur cette éternelle oscillation entre le : "Est-ce lui (elle) qui me maltraite ou moi qui suis folle et ne sais pas le (la) rendre heureux (se) ?" ; tu vis avec cet homme et tu sais donc mieux que personne ce qui ne va pas dans ton couple ; j'ignore comment cela se passe chez toi mais brimades, dénigrements, mensonges, culpabilisations infondées, injonctions paradoxales, genre "je clame haut et fort quelque chose mais je fais pile l'inverse de ce que j'ai dit", sont le lot quotidien de ce que l'on vit avec un PN.

    Si c'est ton cas, je n'ai qu'un conseil à te donner : protège tes enfants et pour cela, il n'y a qu'une solution : le quitter avant que plus de mal ne soit fait. Tu as visiblement des amis, tu es suivie par un psy ? Prends conseil auprès d'eux sans rien leur cacher de la situation, ils pourront certainement t'aider. Courage. Si tu es face à un PN, c'est la seule solution.

    Répondre
    1. blop

      Je pense qu'une des meilleures façon de contrer ce genre manipulation c'est de faire l'usage d'un rationnalisme et d'une logique inébranlable. Faire tomber les armes de son manipulateur avec ses propres outils. Argumenter très rationnelement (même si cela vous semble tout à fait inutile) le moindre élément critiqué, voir le manipulateur lui même pour le mettre en face de ses incohérences et lui montrer qu'il ne détient pas la connaissance absolue.

      Bon courage.

      Répondre
      1. Alice

        Bonjour à tous,

        la contre manipulation demande à mon sens une énergie, un sang froid, une confiance en soi, une autonomie et des repères que le PN nous a ôtés, ou bien des réflexes oratoires qui nécessiteraient une parfaite maîtrise de la situation, ce que la victime n'a plus, tant elle est apeurée ou déboussolée.

        Je pense que parler de contre manipuation, c'est ignorer les armes perverses du PN et méconnaître sa dangerosité : il ne pense pas, ne réagit pas comme nous. Son monde est autre, sa logique aussi.

        Plusieurs spécialistes s'accordent d'ailleurs à dire que c'est un jeu dangereux pour la victime que de tenter de contre manipuler. 

        C'est cela qui est terrible : quoi qu'une personne normalement constituée fasse ou dise à un PN, elle s'adresse à un mur et il retournera la situation à son avantage, la piégeant encore davantage, comme une araignée qui tisse sa toile. C'est ce qui fait sa destructivité. 

        Si le PN est violent en plus, rien ne pourra le raisonner : il se situera alors au-dessus des lois morales, juridiques, même s'il saura parfaitement les utiliser contre vous.

        Répondre
      2. Elo

        J'ai cru pouvoir contre manipuler mon pn pendant que j'étais avec lui. J'ai cru réussir à le mettre face à ses incohérences de nombreuses fois. Il entendait croyais-je et même actait pendant un certain temps. Mais il retombait exactement dans les même travers à chaque crise, me manipulant et me rabaissant plus encore à chaque fois, usant et abusant de mes failles en se justifiant de sa grande morale ! J'ai souffert avec lui à en devenir dingue, j'ai même pensé plusieurs fois à me jeter par la fenêtre telllement je me sentais piégée dans sa toile et ne pouvais m'en dépétrer. Contre manipuler un pn est une bataille perdue d'avance, qui rend fou et qui tue à petit feu. Je l'ai heureusement quitté, c'était la seule issue.

        Répondre
        1. Fany

          J’ai été victime d’un pervers narcissique. Heureusement que ça n’a pas duré car il a vite tombé le masque. J’ai quitte mon conjoint en partie pour lui. Lui devait quitter sa femme aussi. Il nous a manipulé toutes les deux. Du jour au lendemain il m’a quitté pour retourner avec sa femme. J’étais anéantie mais selon lui c’était de ma faute car je ne lui avait pas donné des garanties quant à un futur commun. Jaicontinué à le croiser quotidiennement et il ne cessait de me répéter qu’il m’aimait et qu’il était désolé de m’avoir sacrifié au nom de ses enfants issus d un premier mariage(il a été marié deux fois). Malgré la souffrance de le voir tous les jours j’avais décidé de tourner la page et j’avais rencontré un autre homme . C’était une simple connaissance mais mon PN ne le voyait pas de cet œil. Il était fou de jalousie et rien qu’à l’idée que je puisse me détourner de lui le rendait malade. J’étais sa chose et il m avait insulté de tous les noms rien que parce que j’avais l envie d avancer. C’était moi la fautive, celle qui me servait de lui, il était complètement dans son délire! Lors d un voyage pour resserrer les liens avec sa femme, il décida de la quitter pour me recuperer. Je l’aimais encore follement alors j’ai décidé de lui donner une seconde chance. Il m’a promis de ne plus jamais me mentir , ne plus me tromper(et oui au bout d’un mois il m’avait déjà trompé!), de ne pas me brusquer pour qu’on vive ensemble rapidement(c’était un sujet de discorde entre nous déjà au tout début de notre relation) car il comprenait que j’avais besoin de me reconstruire seule chez moi avec mes enfants. Mensonges!!! Il comptait bien s incruster chez moi. Au début il était tout mielleux et plus que compréhensif….ensuite quand j’avais besoin de lui alors la il n’y avait plus personne! Le fait que je sois triste quand je n’ai pas mes enfants était pour lui irrationnel! J’étais pour lui qu’une égoïste, je n aurais jamais été capable de le rendre heureux, je ne le mérite pas, je suis superficielle, je me sers des hommes, de toute manière avec mon taille 34 et ma petite poitrine aucun home voudrait de moi, je ne rencontrerais jamais qqn qui m aime comme lui m’aime, etc…et je passe les insultes! Mes amies m’ont tjs mis en garde face à lui. Mais quand on aime…on n’est plus du tout rationnelle…bref en a peine qq mois cet homme m’a détruite mais j’ai eu la force mentale de le quitter et de ne plus le calculer. Ça il ne le supporte pas il m’a déjà agressé verbalement, tout ça dans le but de m abordé et me parler. Pourtant je le laisse tranquille et il est reparti vivre avec sa femme. C’est dur car je croise son fantôme tous les jours mais je sais que c’est une mauvaise personne et même si je ne suis pas une sainte, je sais que je ne mérite pas un PN , personne d ailleurs ne mérite ça. Je plains sa femme qui l’a repris, il lui refera le même coup quand il aura une autre proie. J’ai eu de la chance de ne pas l’avoir fait rentrer dans ma vie au quotidien, j’ai tjs tenu à garder mon indépendance avec mes enfants pour les protéger….Dieu merci j’ai eu la force et le courage de dire stop à tout ce carnage…Ce qui m’a ouvert les yeux et fait réagir? M’a fille de 5 ans qui m’a dit après la rupture: tu sais maman tu trouveras ton prince charmant un jour, pas C…parce qu’avec lui tu fais que pleurer…Ccl: les fuire et en être indifférents! Comme l’a dit Jean Jacques G dans une de ses chansons » quelle arme brise l indifférence? »…Courage a vous tous! On peut s en sortir

          Répondre
      3. Lili

        Le mettre en face de ses contradictions est en effet la meilleure solution pour ne pas se laisser manger, mais c'est épuisant. Chaque dispute dure 5h à essayer de faire comprendre au PN que l'essentiel dans un désaccord n'est pas d'avoir raison mais de se comprendre mutuellement. D'autant que s'il a le droit d'asseoir son autorité en élevant un peu la voix de manière stratégique, il ne vous autorise jamais à vous servir de cette arme. C'est épuisant. Ce n'est pas une solution viable sur le long terme. Il faut partir.

        Répondre
    2. Mamie Paulette

      Bonjour Flore,

      Vous ne pouvez pas lutter, nous n'avons pas les mêmes armes, c'est à vous de prendre la décision et de vous faire aider. Courage, et tenez bon.

      Répondre
    3. Christine

      Selon mon expérience (et ce qui est dommage pour moi c'est qu'elle est vraiment très grande), la seule façon de faire fuir un PN, c'est en le plaçant dans une situation où il serait obliger de donner ce qu'il lui est insupportable de donner, ce pourquoi il est le plus égoïste (ex: être obliger de payer pour vous, devoir donner de son temps, devoir aller travailler ). Du même coup,  vous ne devez plus être en mesure de satisfaire ses besoins pervers pour une raison moralement valorisé et justifié, une situation qui vous place comme victime innocente et vertueuse, vous apportant la sympathie de personnes devant qui votre PN tient a bien paraître et idéalement, ayant autorité sur lui (ex: patron, etc). Il faut vous trouver une façon de ne plus rien donner de vous sans que vous en soyez responsable (ex: maladie, licenciement abusif, un changement imposé au travail vous obligeant a beaucoup voyager ou a travailler très tard chaque soir, vous permettant de vous soustraire a votre PN, etc) Il faut le piéger dans une situation a laquelle il ne pourra se soustraire, où il aura tout a perdre (selon son système de valeur) et où il n'aura d'autre choix que de fuir. Un PN pris au piège est comme un lièvre, préférant se ronger la patte que de se faire prendre et de vous cédez quoi que ce soit. 

      Répondre
    4. stefie

      Bonsoir,

      Ayant vécu 10 ans avec un pn très manipulateur, à chaque fois que j'ai pu le contrer sa dangerosité montait d'un cran, et très sournoisement. Un matin je me suis réveillée avec une griffure d'environ vingt centimètres, après plusieurs discutions il a fini par presque se trallir, au départ il a éssayé de me convaincre que c'était mon chat qui m'avait griffé pendant la nuit, mais je me serais réveillée si tel avait été le cas, et en faite il a fini par me dire qu'il avait eu du mal à dormir, donc il est revenu avec un couteau dans la chambre et m'aurait griffé sans faire exprès …. vous pouvez imaginer ce qu'il avait derrière la tête comme intention….. N'être jamais dupe ni les excuser de leur actes ! ce sont des monstres en puissance et les contrer ne fait que renforcer leur désir de domination totale !!! faite très attention à vous, prévenez un max de gens du risque, un pn contré peut le pire …. et ne jamais minimiser ses actes et dires ! il compte dessus pour vous discréditer. J'ai lu dans plusieurs commentaires qu'un PN est un trou noir, et que sa noiceur est sans fin. Protègez vous un maximum. Parlez avec des gens de confiance surtout. Courage à vous 

      Répondre
  15. Neyman Corinne

    Bonjour,

    Je découvre votre site avec satisfaction car, pour une fois, j'ai le sentiment d'avoir affaire à des personnes réfléchies, sachant discourir utilement de ce profil très toxique qu'est le PN. A ce que je vois, le plus souvent, ce sont des situations conjugales qui sont évoquées. J'aimerais y voir des échanges concernant le PN en milieu professionnel, là où j'en ai été victime à plusieurs reprises. Avec des dégâts collatéraux non négligeables (famille, santé, vie sociale). L'un ou l'autre d'entre vous pourrait-il me dire s'il y aurait été confronté ? Cela m'intéresse. D'autre part, je précise que, la situation en ce qui me concerne étant récurrente, je n'exclus pas que la victime soit prédisposée, de par son éducation, son parcours, ses traits de caractère, son comportement. Il faut savoir que j'ai été élevée dans un milieu conventionnel avec une mère très référentielle, dépressive et autoritaire. Je me suis toujours sentie carencée affectivement …. Quoi qu'il en soit, je ne vois pas venir les PN si je puis dire. Et c'est quand j'ai le nez sur le mur que la prise de conscience s'effectue, non sans douleur, non sans ressentiment ! Merci pour votre intérêt.

    Corinne.

     

    Répondre
  16. LE GALL JP

    Bonjour, 

    J"ai dans mon entourage familial une personne qui répond à quasiment tous les critères du PN.

    Mais comment prévenir et protéger la victime qui manifestement en souffre mais qui n'a pas encore réalisé la perversion narcissique pourtant évidente pour son entourage ?

    Merci pour votre aide, 

    Répondre
  17. Mamie Paulette

    Bonjour,

    Je suis venue consulter internet pour voir si mes doutes étaient fondés… Je viens de rompre avec un PN, charmant, beau parleur, intélligent,  qui me tenait en attente… depuis plus de 5 ans. Enfance difficile après l'abandon de sa mère, ce qui rend l'homme encore plus attachant ! Divorce compliqué, sa femme était folle, et il lui a tout laissé… Abandon de son unique fille, qui n'est peut-être pas de lui ? Maladie, remariage avec une femme malade, dont il s'est occupé avec dévouement …  jusqu'à sa mort. Et me voilà sur le devant de la scène comme un sauveur. Sans moi il serait mort. Quel Bonheur, de courte durée… Très vite un gyrophare s'est allumé sur ma tête, et quand je montrais mes doutes, il redevenait adorable. Très vite, Il est venu habiter chez moi, Puis il a commencé à critiquer mes amis, mon travail, tout ce qui lui plaisait tant est devenu ridicule,  je ne me sentais plus désirable, il voulait vivre à l'étranger, que je vende ma maison, il voulait m'éloigner de tout et de tous, y compris de mes enfants et petits enfants. Mes amies trouvaient que j'avais une chance inouïe d'avoir rencontré un tel homme, et je doutais chaque jour un peu plus. Il me parlait mal, et comme je me fermais , je n'étais pas apte à agir en cas de crise…. Jamais d'excuses, un regard mauvais qui me transperçait, des projets qui n'étaient pas les miens, des rabaissements, des critiques, et de moins en moins de tendresse… J'ai rompu, je n'en pouvais plus, l'homme ne me manque absolument pas, seul l'espoir que j'avais fondé en lui, et la colère me tient, même si il cherche à me culpabiliser de l'avoir laissé alors qu'il a tant de problèmes…. Je vais mieux, je me dis que tous les hommes ne sont pas des PN, mais cela laisse un goût amer. Il est vrai que la fuite est le seul moyen de s'en sortir, mais je conçois qu'avec des enfants et des intérets communs, c'est le piège…

    Répondre
  18. christine

    Mon fils qui correspond à la description du pervers narcissique est entrain de me menacer de rompre la relation qu'il a avec moi. Il vit avec une charmante jeune femme depuis 3 ans qui vient d'accoucher d'un merveilleux petit garçon.

    Après m'avoir fait du chantage affectif pendant des années en me disant, je cite : "Si tu veux revoir ton fils, tu devras faire ci ou ça" et moi devoir répondre à ses exigeances, j'ai peur qu'aujourd'hui, il utilise mon petit fils âgé de 2 mois pour faire le même chantage.

    Cette semaine il m'a envoyé un courrier accablant en me signifiant que je devais me remettre en question. Je lui ai expliqué qu'il était possible de changer de point de vue, d'attitude mais on ne peut pas modifier la personne que l'on est.

    Comme il s'est rendu compte que pour la première fois de ma vie je n'était pas prête à me laisser faire alors le chantage affectif a repris.

    Après 72 heures de combat acharné via l'envoie de mails j'ai décidé de couper les ponts avec lui, même si ça implique ne jamais revoir mon petit fils.Il ma quand même dit que le fait d'entretenir un relation commune était une demande de ma part et pas de la sienne.

    La maman de ce petit garçon est prête à l'épouser et j'espère qu'elle ne sera pas sa prochaine victime. C'est une personne extrèmement gentille qui a souffert d'avoir une mère alcoolique et un père qui a abusé d'elle quand elle était enfant. Elle voit mon fils comme son prince charmant qui vient de l'aider à gerer une relation conflictuelle qu' elle entretenait avec son ex mari. Elle est aussi la maman d'une petite fille de 10 ans qui vit en garde conjointe avec ses deux parents.

    La question que je me pose est de savoir si je dois lui en parler avant qu'elle s'engage a épouser mon fils ? sachant que je n'ai aucun moyen de le faire sans que mon fils en soit informé 

    En ce qui concerne la relation que j'ai avec mon fils, j'ai décidé d'y mettre un terme purement et simplement.

    J'ai décidé d'écrire une lettre qui n'est pas destinée à être envoyée mais qui est destinée à coucher sur du papier tout ce qui m'angoisse. Pour l'instant ça a l'air de marcher. Je ressens cette action comme "libératrice" peut-être que cela pourra aider d'autres personnes qui vivent la même chose que moi.

    Christine

     

    Répondre
  19. Crapule

    Jai ete amie avec une demiselle qui est marier avec un Pn , qu'est ce qui peux etre fais pour lui ouvrir les yeux ?!  pour moi elle est reelment dans une situation dangereuse , mais elle aussi tellement sous son emprise que c'est difficile de lui parler

    merci, si vous avez une reponse a me donner

    Crapule

     

    Répondre
  20. Elbazchantal

    Merci à tous pour vos témoignages, 8 mois de relation amoureuse avec un pn ,des mensonges des tromperies et chaques fois j ai pardonne .je le croyais sincère tellement aimant tellement. Serviable, l homme idéal .et je retomber a chaque froid en enfer .ensuite je le quitte et il me harcèle pour que je le reprenne . Aujourd'hui je l'ai quitté mais je souffre de son manque de son amour de notre sexualité… Même si je sais dans le fond qui l'est malade… J ai du mal à lui résister .. Aidez moi svp 

    Répondre
    1. Julie

      Bonsoir, je sais à quel point c’est dur et je me reconnais dans ce que tu racobtes et le fait que tu n’arrives pas à le quitter. Il faut que tu trouves la force en toi et ce que je peux te dire c’est que seule celles qui ont vécu avec un pn peuvent comprendre ce qui t’ai arrivé. Je le sais j’en ai fait les frais auprès d’amis qui ke le sont plus vraiment. Sache que si tu as besoin je suis ok pour en discuter avec toi

      Répondre
      1. choupette

        Bonsoir tout le monde,
        Je suis.venue.chercher.des réponses à.qqs question s que je me pose depuis.plus.de 6 mois….. Le test et les témoignages me laissent croire que.mes doutes étaient fondés malheureusement….. Je retrouve quasiment tous les traits de mon conjoint ou ex je.ne sais même car comme tous les 15 jours il M a plus.ou.moins quitté après des insultes et des retournements de situation…. Je.ne.me reconnais plus je ne sais plus qui je suis surtout.depuis que.la relation à sombrér dans la violence verbale mais aussi physique. Il a d autre part un.gros pb avec l alcool et tout ça à gâche l amour qu il y avait entre nous. Malgré tout je n.arrive pas à couper définitivement les points il sais comment faire pour que.je pardonne toutes les horreurs qu il fait ou dit. Apparement la seule solution est de fuir et pourtant j.en.suis incapable à ce.jour. Me livrer sur.le site me fait.prendre conscience de beaucoup de choses et j espère M aidera à prendre la bonne et seule décision. Je suis.suivie par un.psy.depuis qqs mois.car il avait.réussi à me faire.penser que.Gt folle….. Pfffff qu’elle faible je.suis……..

        Répondre
  21. Lovely

    Bonjour,
    Je pense être actuellement sous la coupe d’un pervers narcissique et je souffre énormément. J’essais de m’en sortir seule car personne ne prend conscience de mon mal être.
    Au début c’est lui qui me courrait après et moi je ne le voyais pas. Il a fait le clown pendant près de 2 ans pour que je le remarque. Il est venu finalement me voir pour faire connaissance et c’est la qu’il a commencé a essayer de me prouver qu’il est le meilleur amant. J’avais bien remarqué qu’il était agressif et intolérant avec les autres mais avec moi il était un ange. Jusqu’au jour ou je lui fait comprendre que j’ai des sentiments et que lui ne veut pas s’engager. C’est la qu’un combat perpétuel se met en place et ça depuis plus de 10 ans. Il vit pas loin de chez moi. Chaque fois que je tente l’oublier il revient et cherche a me seduire. Chaque fois que j’essais de mettre des mots sur les sentiments il est froid et disparait ensuite. Quand je commence a le critiquer il me fait croire que c’est moi la méchante et que je le rend malade. Au final je me sens dans cette situation d’emprise ou j’agit toujours comme il veut et je n’arrive plus a etre moi meme. D’après l’article il est impossible de lui faire prendre conscience des choses et je dois pas essayer de me venger. J’attend impatiemment ce jour ou je serai libérée.

    Répondre
    1. polytropos

      Bonjour à toutes et à tous,

       D'abord tout mon soutien à ceux/ celles qui vivent ce calvaire…

       j'ai 32 ans et j'ai croisé le chemin d'une PN : ma mère.

      Bilan : élève modèle ("soit parfaite"), j'ai eu la versoin violente. j'ai fait des études brillantes mais… calvaire à la maison. je ne la cotoie plus depusi sept ans maintenant. j'ai fait ce que je devais faire pour ma survie : fuir. en effet : bilan d'une mère pareille : deux TS, trois ans sous anti dépresseur (tout ça en pleines études…. je sais pas comment j'ai fait) ; je reste un sujet très fragile : suivie par un psy (trois consécutifs en fait)  depuis 10 ans. je n'ai jamais été aussi heureuse que depuis que je ne la vois plus.

      Donc conseils à toutes et à tous : pensez à vous, veillez à garder votre estime de vous même, qui est généralement réduite à néant par les PN, et fuyez dès que possible.

      Pour ma part, je pars en croisade contre elle. En effet, personne dans ma famille n'en a pris conscience, ils sont inféodés à elle, y compris mes trois frères. De fait, j'ai dû couper les ponts avec l'intégralité de ma famille. Pas évident comme décision, mais… pas le choix.

      Aujourd'hui, mon cousin va se marier en juin. il a invité tout le monde. Je ne peux pas me retrouver devant elle… le mieux serait qu'elle ne vienne pas : je sais que mes frères ont envie de me revoir. mais, si elle est là… on va vers la cata en plein mariage…

      D'où gros dilemne : que faire ? Je ressens une énorme injustice, et suis ulcéré par le constat que tout le monde s'applatit devant elle, tout le monde rentre dans son jeu.

      La meilleure idée que j'ai pour l'instant et d'appeler tout le monde, y compris elle, de lui dire ce que je pense d'elle, et de prévenir tout le monde du "profil" de cette personne. Dire qu'on n'est pas devant un cas de brouille familiale standart.

      Je suis lucide sur le fait que ça n'apportera peut être rien. mais au moins j'aurais essayé…

      D'où le "je pars en croisade"…

      Si quelqu'un a une stratégie à me proposer, je suis preneuse.Je suis vraiment décidée à la faire vasciller sur ses bases. peut on mettre un PN à terre ?

      Répondre
  22. Elo

    Je sors tout juste d'une relation avec un pn. Je suis une rescapée chanceuse car je n'ai passé que 1an et demi sous son emprise et n'ai ni enfant ni biens matériels en commun avec lui. Mais c'était à deux doigts que je ne m'engage plus avant avec lui et alors cela aurait été terrible.  Quand je pense que j'ai eu envie de faire des enfants avec cet homme… brrr…

    Je l'ai quitté définitivement il y a seulement 1 mois et je vais déjà plutôt bien malgré ses harcèlements incessants, sur mon téléphone, à ma porte, dans ma rue… il passe des mots d'amours, aux insultes igobles, usant de menaces aussi. Au départ j'avais peur, cela me mettait dans un état de stress terrible, celle de la proie traquée et harcelée. Mais aussi j'étais folle de colère contre lui. Une rage infernale me prenait en réaction à ces harcèlements délirants, dégradants, humiliants. Mais j'ai tenu bon, ne pas répondre, l'éviter et surtout me DETACHER de lui le plus vite possible. Et c'est pour cela que je porte témoignage ici.

    Ce qui importe c'est de rapidement comprendre qu'un manipulateur narcissique pervers est dans un système et use de jugements de valeurs qui n'ont RIEN A VOIR AVEC LA REALITE. C'est un vrai caméléon qui adopte les positions qui l'arrange à un moment T pour en user pour lui et surtout contre vous. C'est un pantin vide qui n'a aucune personnalité véritable malgré ce qu'il croit. Combien de fois je l'ai entendu dire cette phrase : "moi, je sais qui je suis!" et celle ci "95% des gens sont des merdes, des pantins, des clones sans âme".

    Il faut aussi se rendre bien compte qu'il ne changera JAMAIS. Qu'il ne reconnaitra JAMAIS qu'il est le boureau et vous la victime. Il le fera peut être de temps en temps, notement quand vous le menacez de le quitter. Combien de fois je l'ai foutu à la porte ou ait pris la sienne, et il savait toujours revenir me charmer, la queue entre les jambes, la bouche pleine de bonnes résolutions, de prises de conscience comme il disait ! Pour vous ressortir exactement les même attaques, insultes, manipulations dès que le pouvoir lui échapait à nouveau. Je n'ai passé que 18 mois avec lui mais dieu que j'ai souffert. Ils sont terriblement intelligents et habiles. Mais ils sont TARES ! Y'a rien à faire. Jamais un véritable remord, jamais un véritable sentiment d'empathie. Du théatre oui, ce sont les rois!

    A partir du moment ou l'on se rend compte de ce cinéma (d'horreur hélas), aucune de ses parôles malveillantes ou enjoleuses ne peut plus avoir d'emprise sur nous car tous ces jugements sont par nature dénués de substance. Mais pour en arriver là, il faut avoir repris notre propre pouvoir, tout ce pouvoir que nous lui avons cédé. Et ce n'est pas forcément simple pour tout le monde. Je suis quelqu'un d'assez fort, j'en ai vu d'autres (encore que, des être malfaisants comme cela, jamais). Je suis à la fois indépendante et étourée de ma famille et de mes amis (dont il a très vite essayé de m'éloigner, sans y parvenir heureusement). Mais surtout j'ai une expérience de la reprise de ce que j'appelle le pouvoir personnel. Je suis thérapeuthe plutôt dans le domaine de l'énergétique et j'ai donc de bonnes copines praticiennes qui m'ont bien aidé à reconquérir très vite ce pouvoir.

    Alors si vous êtres en prise avec un pn et que vous souhaitez retrouver votre liberté d'être, de penser, de ressentir par vous même. D'abord 1/ prenez conscience que vous êtes avec un fou dangereux que RIEN ne changera JAMAIS, persuadez vous en, c'est indispensable. Lisez autant de descriptions de pn que vous pouvez. Testez le votre (ce n'est pas si difficile). Notez tout ce que vous pouvez, enregistrez si vous en avez les moyens messages, discutions, mails … et faite écoutez ou lire cela à quelqu'un de confiance pour qu'il vous donne son avis (c'est ce que j'ai fait, cela à été le début de ma reprise de pouvoir). Si vous n'avez pas de preuve sufisement évidente, écoutez votre ressentit et suivez le. 2/ une fois convaincus que vous êtres avec un pn, agissez ! Vite. Et surtout dans son dos. Si vous pouvez rompre faite le. Si vous ne pouvez pas dans l'immédiat, reprenez votre pouvoir personnel quand même, c'est possible, même s'il est dans vos pattes. Comment est-ce possible ? Parceque c'est un pantin comme vous le savez, c'est  une poupée de chiffon, un être sans compassion qui ne mérite donc pas la votre. Apprenez à le voir comme un objet et retirez lui ainsi tout son pouvoir. Voyez le comme une merde insignifiante, tuez toute compassion que vous pourriez ressentir envers lui. C'est un parasite de la pire espèce il faut procéder à une ablation pure et simple. Voyez cela comme une amputation, un bras gangréné qu'il faut couper, avec la bonne nouvelle c'est que votre bras, lui, il repoussera.

    Pour reprendre votre pouvoir personnel, faite vous aider d'un thérapeuthe. Perso, je ne suis pas allée vers un psy, c'est trop long, merci bien, dans 10 ans j'y suis encore ! Un bon thérapeuthe en énergétique (il faut le trouver mais y'en a de plus en plus), ou un praticien de CNV (communication non violente, pas pour apprendre à cohabiter avec votre monstre mais pour vite aller comprendre pourquoi vous avez remis votre pouvoir dans les mains de ce dingue et dénouer le sort). Vous pouvez aussi voir les deux, c'est excellent, c'est ce que j'ai fait. Il y a 1 mois je me consumais de râge, de dégout, de culpabilité aussi, de peur de replonger, d'amour bafoué. 1 mois plus tard, je n'en ai plus rien à foutre de lui et c'est déjà énorme ! Il peut venir m'asticoter ou même m'insulter dans la rue, je joui de l'effet que cela me procure : du désintérêt, total ! Quand à lui, je peux vous dire que cela le rend furieux et surtout innopérant ! Il s'en sort avec une piroutte ou une bassesses, je m'en cogne. Il va continuer à venir me titiller encore un moment je le sais, mais il finira par se lasser par ce que : il n'a plus aucun pouvoir sur moi, ni de m'attedrir ni de me faire sortir de mes gonds. Il est devenu invisible. C'est la pire chose qui pouvait lui arriver.

    Voilà. Bon courage à tous

    Répondre
    1. Leloo

      Merci pour ton témoignage, Elo, ça fait du bien de te lire, j'ai quitté hier quelqu'un que je pense pouvoir être un PN, même si je ne suis pas restée longtemps avec (moins de 2 mois), depuis le début de cette relation, je sens que je suis dévalorisée, et maintenue en laisse par des petits mots doux quand je doute trop…

      Je sors d'une rupture suite à une longue histoire de 7 ans, et je me suis laissée charmer par cet homme un peu plus âgé (37 ans et moi 31 ans), près à m'offrir tout ce que mon ex ne pouvait pas me donner… une relation idyllique au départ, fusionnelle même, je me suis sentie comprise comme jamais, puis rapidement dénigrée : le compliment genre : "tu es belle… à mes yeux", et lors de mes doutes "tu as de la chance d'être avec quelqu'un de gentil et patient comme moi". Pas le droit d'être triste suite à ma rupture, ou d'avoir envie d'avancer prudemment, il fallait que j'aille m'installer chez lui dans les 3 mois pour voir si ça pouvait marcher, ce qui m'a fait fuire, j'ai voulu le quitter par mail (pas le courage en face), mais il m'a rappelée et parlé calmement, et m'a fait culpabiliser en me disant que pour quelqu'un qui se clamait loyal et fidèle, mes façons de faire étaient vraiment moches. J'ai regretté et suis restée avec lui. Finalement la suite de notre histoire continuait à me faire douter de ses sentiments réels à mon égard, malgré de très bons moments (grande complicité sur le plan sexuel), il parlait tout le temps de lui, de sa réussite alors que tous les autres sont des loosers, et était très peu intéressé par moi (on aurait dit qu'il ne voulait pas me connaitre profondément), et pourtant me disait que j'étais sa moitié, qu'une relation comme la notre c'était rare, mais que vu que je suis plus jeune (31 ans), je ne peux pas savoir. Je ne suis pourtant pas tombée de la dernière pluie, et mon ex me respectait beaucoup plus et semblait apprécier mes qualités pendant notre relation, et j'ai donc senti qu'il y avait un souci. Ca me rendait malade physiquement (nausées et vomissements). J'ai décidé d'aller voir une psy hier, qui m'a confirmé que je devrais me fier à mon instinct, que pas mal de signaux étaient présents, et c'est elle qui a évoqué cette possibilité de pervers narcissique. Je l'ai quitté en rentrant chez moi, de vive voix cette fois, et lui ai demandé de repartir chez lui (heureusement il habite loin, à plus de 500 km, et même s'il m'a traitée d'égoïste, puis renvoyé un mail très culpabilisant à son arrivée chez lui, sur mon instabilité et le manque de respect que j'avais eu pour lui, il ne pourra pas me harceler physiquement).

      Mais ça reste dur, je me suis posé la question de mes torts, je sais que j'en ai et que je n'étais sans doute pas prête dans tous les cas pour une nouvelle relation, j'ai voulu aller trop vite. Cette relation me semble vraiment toxique, mais j'ai tout de même cette culpabilité, ce sentiment d'avoir profité de lui comme il me le dit dans son mail, car je n'ai pas su ce que je voulais depuis le début, alors que lui me dit avoir toujours été clair, et patient avec moi. Mais de toute façon, un retour en arrière n'est pas possible, j'ai trop de choses à régler (deuil de ma longue relation de 7 ans aussi à faire, et j'étais tellement mal physiquement pendant ces presque 2 mois que je sais que ça allait trop contre moi).

      Merci encore Elo, tes conseils m'ont été précieux, j'ai noté tous ces moments de malaise et les critiques et dévalorisations, pour pouvoir les relire à un moment où je ne saurai plus si j'ai fait le bon choix, pour ne pas être tentée de retomber dans ses bras…

      Bon courage à vous tous et toutes !

      Répondre
      1. Sacha

        Merci Elo et Leloo pour vos témoignages. J'ai l'impression de presque les avoir écrit!

        Je vis une relation avec une personne qui vit à des milliers de kms de moi, on se voit peut et pourtant l'emprise et l'addiction ainsi que la violence psychologique m'ont amené à douter de moi, perdre confiance en moi, plus aucune joie de vivre et limite limite plus envie d'être là…je suis dans le silence depuis 3 semaines….j'ai compris qui est cette personne…mais je vis tjrs dans l'angoisse je reçois des messages extremement culpabilisant, des menaces de suicides, puis des mots d'amour….je ne réponds plus à rien….je me bats pour ne pas répondre…je dois tout couper comme liens…mais…même si j'ai compris que sa structure mentale n'est pas celle d'un humain normale j'ai encore du mal à réaliser que ça existe vraiment et à l'accepter à 100%.

        Je serais ravie de m'entretenir en privé avec l'une ou l'autre ou vous deux pour partager, comprendre, s'entraider.

        Sacha

        Répondre
  23. Tounettan

    Bonsoir!

    Très bon article avec les bonnes informations décrivant le pn. Comme vous le dites il y a différent niveau de pn. Depuis quelques mois, je suis en train de faire mon analyse (video, site d'info comme le votre) du pn car j'ai vécu avec un pn pendant 3 ans (je me suis cru mourir et je me voyais mourir). Le vrai déclique fut lors de ma confrontation devant le juge d'instruction. Il s'est défendu comme un lion, j'avais l'impression de découvrir qqn d'autre. J'ai commencé à m'interroger sur le pourquoi du comment de ses attitudes tout au long de cette vie en commun puis tout au long de cette vie en séparation par interdiction car instruction judiciaire (4 ans pour comprendre qui j'avais en face). Aucun soutien de la famille au départ, pour eux c'est moi qui avais un problème. Pour eux c'était mon sauveur, ma situation personnelle gênée ma famille, il voulait me caser à tout prix quelque part. Ma famille (à part ma mère en soutien selon ce qu'elle pouvait), plutôt que de m'aider me mettait la pression pour le quitter lorsque le pn a commencé à m'isoler, m'harceler au téléphone dès que je m'éloignais du domicile pour partir en famille pour des événements tels que mariages, décès, et autres… Il ne voulait jamais que je le laisse seul.

    Je m'en suis sortie finalement, louer soit Dieu, grâce à une collègue de travail qui est devenue une grande amie. Elle a eu l'oreille attentive à mes plaintes. Là où je n'arrivais pas à mettre des mots elle m'a poussé à parler bcp plus clairement elle fut ma lumière au milieu de toutes ces ténèbres.

    Je remarque aujourd'hui que les gens en général en on peur, quand on commence à en dénoncer un tout le monde se cache dans sa coquille en espérant que la tempête va passer. Oui, je dénonce maintenant car j'arrive à les reconnaitre et les voir contrairement à auparavant. Je me suis surtout aperçu que le pn est attiré par les personnes qui ne s'aiment pas (je ne rentrerais pas dans le détail de cette psychologie) car en regardant en arrière je me suis rendu compte que j'en ai côtoyé pas mal (hommes comme femme) à/avec des degrés différents du profil pn. 

    Depuis mon suivi psychologique (le juge d'instruction avait insisté car je ne voulais pas et franchement je ne le regrette pas) à cause de/ grâce à mon procès, j'ai pu enfin comprendre pourquoi un tel désordre dans mes vies sentimentales précédentes a pu exister. L'enfance quand qqn vient vous la voler, il est difficile de se construire consciemment ou inconsciemment (pour mon cas) quand on devient adulte.

    Si je peux encourager certaines personnes (femmes et hommes) sous la coupe d'un pn. Vous valez mieux que ce que le pn veut vous faire croire. Moi, il m'a fallu 4 ans sans lui pour comprendre que tout ce qu'il fait est de manière intéressée, il n'y a pas d'AMOUR avec ces personnes. Un jour il m'a avoué qu'il était frusté quand je riais et que j'étais joyeuse, sans que cela provienne ou soit provoqué par lui bien évidemment, parce que lui ne pouvait pas rire alors il m'a demandé d'arrêté de rire en gros. Il me poussait toujours à bout. Quand il est malade, il tente (et oui il essai encore) parfois de me prendre par la pitié mais gloire à Dieu ma naïveté a été banni de tout mon être. Je réapprends depuis 2 ans et demi à prendre soin de moi, à sortir, etc… et surtout à m'aimer tel que je suis. Je fais des activités solos ou en collectif, je me sens bien, renouvelé au dedans de moi, restauré. J'évite pour le moment toute relation intime avec un homme. Parcontre cela ne m'empêche pas de côtoyer les hommes au quotidien dans les différentes situations de la vie (travail, cours de musique, salle de sport, activités des enfants, etc…). Beaucoup de personnes de mon entourage qui m'ont connu avt ou après le pn me trouve aujourd'hui lumineuse, très épanoui, généreuse (parce qu'avant j'étais réservé), etc…

    Restez bien entouré mais surtout apprenez vous vous-même pour mieux vous apprécier quand vous êtes seul(e)s.

    Bon courage à toutes et tous.

    Répondre
    1. adadounette

      Tres beau testimony. "Restez bien entouré mais surtout apprenez vs vs-même pour mieux vous apprécier quand vous êtes seul(e)s. Très belle parole. Gby

      Répondre
  24. Ania

    Bonjour,

     Après avoir vécu sous la coupe d'un père  autoritaire, dominateur et  possessif et une mère passive, soumise à son mari,j'ai,souffert d'un manque d'amour,

    Je pense avoir vécu 7 ans avec un pervers narcissique et j''ai émergé de toutes ces années brisée, meurtrie et recroquevillée dans ma coquille…Tout a commencé un soir où j'avais eu la permission de sortir (j'avais déjà 21 ans!) pour aller à une soirée à la fac de droit.J'étais l' amoureuse platonique d'un étudiant qui d'après mon intuition devait être étudiant en droit…J'avais raison! il était là…je n'osais monter sur la mezzanine où il se trouvait et restai dans la salle du bas…Un jeune homme m'a invitée à danser en me demandant "de quel conte de fées êtes-vous sortie"? C'était une phrase magique qui m'a ensorcelée…nous nous sommes revus, il était peintre,encore étudiant aux Beaux-Arts et j'étais admirative de ses oeuvres. Un jour où nous traversions la grand place de la ville, un employé de mon père nous a vus et m'a dénoncée….scandale! "Si tu veux marcher dans la rue en compagnie d'un garçon, tu dois d'abord être fiancée " donc tu nous amèneras ce jeune homme la semaine prochaine pour que nous décidions de la date et contactions ses parents…

    J'étais dans tous mes états, je ne pensais vraiment pas à me marier et surtout pas avec ce simple copain! J'étais tellement en colère que je me suis dit  : tant pis, je l'épouse puisque de toutes façons je ne peux pas sortir donc rencontrer personne…je vais ainsi pouvoir me sortir de mon enfermement…

    Ainsi fut fait…J'ai commencé par pleurer toute la nuit de noces …Par la suite, je me suis dit,qu'il fallait assumer ce que j'avais accepté par coup de tête…

    J'étais malheureuse mais tenait bon. Un soir pendant des vacances à Ibiza, nous étions sur la plage, du camping entourés de nombreux jeunes vacanciers et je me mis à parler anglais avec des hollandais. Le lendemain matin, je me suis réveillée sous des coups de poing à la tête…Il ne comprenait pas l'anglais alors, rancoeur, jalousie, violence l'ont poussé à me donner des coups pendant mon sommeil….

    J'avais un hématome énorme au visage et un oeil au beurre noir qui ont consterné tous les camarades du camping. Le soir suivant un jeune couple de hollandais m'a hébergée mais le lendemain il a décidé que nous repartions….

    Il a essayé de m'amadouer en m'achetant un panier en osier typique d'Ibiza…

    Il n’a plus recommencé jusqu’au jour où , sachant qu’il fréquentait une de ses élèves mineures qui se permettait de l’appeler à la maison,le téléphone a sonné vers 9 h du soir et c’est moi qui ai répondu au téléphone. Quand cette voix féminine a demandé mon mari, je lui ai demandé  qui voulait lui parler. Elle m’a répondu : »c’est le garage volkswagen ». A  cette heure tardive, un appel du garage était plus que curieux. Je lui ai alors dit / »le garage volkwqgen, oui, qu’avez-vous à lui dire ? Alors là silence radio ! Au bout de quelques instants je lui dis « vous manquez d’imagination mademoiselle, comme c’est dommage !!!! » Je raccroche alors le combiné et avec une fureur extrême, je le vois foncer sur moi et me frapper au visage avec sa guitare électrique…mon petit garçon qui assistait à la scène lui donnait des coups dans le dos de ses petits poings  pour le faire cesser mais en vain !

    Tout de suite, j’ai appelée une amie au téléphone, elle est venue me chercher pour m’emmener aux urgences. Le médecin m’a fait un certificat médical car je ne pouvais pas aller travailler dans cet état. Je lui ai demandé aussi un certificat de coups et blessures.
    Ensuite, j’ai demandé le divorce.il m'a alors dit qu'il avait perdu 7 ans de sa vie, il a essayé de me nuire de diverses manières, m’a harcelée en me disant « qu’est-ce que tu attends pour te tirer ? » à quoi je répondais « je suis une mouette et j’attends le vent’. »

    Quand j'ai obtenu le droit de résidence séparée avec mon petit garçon, il m'a faite suivre, espionner, a fait mettre le téléphone sur écoute, m'a menacée de me faire emprisonner si jamais je rencontrais quelqu'un, il s'est mis à écrire des inepties à tous nos amis et tous les membres de ma famille dans des enveloppes bordées d'un cadre noir comme cela se pratiquait pour annoncer un deuil à l'époque…

    Après la séance de non conciliation, je suis partie avec mon fils, il n'a pas cessé de me faire surveiller a fait traîner la procédure de divorce pendant 5 ans jusqu'au jour où, voulant se remarier, il a abandonné!

    J'ai sans doute eu à faire à un pervers narcissique??????????? 

    Heureusement, maintenant c'est loin derrière moi, mais impossible à oublier…et je reste meurtrie quelque part!!!!

     

     

    Répondre
  25. LD

    Actuellement je vis avec une personne qui je crois dépasse les 15 points de comparaison sur 30. Tres rapidement après notre rencontre, elle est tombee enceinte. Elle est donc venue vivre chez moi avec ses 2 autre enfant de 20 et 21 ans. Très rapidement j ai vu qu'elle avait de gros problème d'argent. J ai remboursé ses dettes (20 000euros). J'ai pourvu aux besoins de ses 2 enfants. Je me suis rendu compte qu'elle parlait très mal à ces enfants, toujours à les rabaisser plutôt que de les aider. Notrepetite fille est née, elle a tenu a l'allaiter et pour ne pas avoir à se lever la nui, elle la fait dormir dans notre lit . Aujourd'hui à 2 ans notre petite fille dort toujours dans notre lit. Ma femme ne supporte aucune remarque à ce sujet. Il y a quelque mois j ai découvert qu'elle avait autre fils de 25ans dont elle ne m avait jamais parlé. Elle insulte souvent injustement mes enfants bien qu'ils soient totalement indépendant avec une vie professionnel stable( elle prétend q

     

    Répondre
  26. LD

    Commençant à avoir des doutes sur ma femme . J ai profité d une absence prolongé pour chercher des réponses sur son passée et j ai découvert qu'elle n  a pas seulement vécu avec un homme comme elle me l avait dit mes avec 3.hommes . A la lecture des livrets de famille ou acte de divorce c'est mariage n ont jamais duré plus de 3 ans. Il y a également des sommes importante qui partent des comptes. Lorsque j ai voulu abordé le sujet, elle c est mise dans une colère incroyable l'insultant  me traitant d'égoïste et me menaçant de partir avec notre petite fille et de faire en sorte que je ne la revoie jamais. Je ne sais plu comment gérer cette situation. Si vous avez une réponse 

    Répondre
    1. SQLR

      Bonjour, 

      Les pervers ont souvent un passé trouble, une tendance à mentir sur leurs relations passées et à se faire passer comme victime.

      J'étais avec une personne qui m'a caché (un temps) une relation de 4 ans, "purement sexuelle" paraît-il, alors qu'entre nous la sexualité, épanouie au début, est devenue inexistante. 

      Un seul mot d'odre : FUIR

      Courage, et surtout, faites confiance à votre jugement. Si vous vous sentez mal, c'est un signal de votre corps et de votre esprit pour dire STOP

      Répondre
  27. celia

    je suis sortie avec qqn qui avait quasiment tous les attributs référencés : j'ai des anectodes pour chacun, que je ne pouvais pas "voir" ou alors que je pouvais toujours justifier à l'époque car il m'avait rendue dépendante (on l'est tous quand on est amoureux mais là ça frôlait l'addiction comme à une drogue, donc la peur de la perte était à la hauteur)

    pour que mon cerveau "assimile réellement" que j'ai vraiment eu affaire à un pervers, cad pas en se le répétant mille fois pour se convaincre forcement en vain, j'ai du sur plusieurs années faire un retour profond :

    d'abord des autres (psys entourage …) qui ont été unanimes sur les faits que j'ai pu leur raconter et ou j'ai bien eu la confirmation que tout ce que ca provoquait chez moi était "normal", que l'intensité/l'impact des choses subies qu'il minimisait tout le tps en me traitant comme ridicule, parano, folle… etait "normal"/"legitime", et que c'etait bien son attitude à lui qui était volontairement tordue et anormale, avec "un brin de sadisme"

    en parallele sur moi et mes failles dont je n'avais par définition pas du tout conscience à l'époque (car j'ai paradoxalement un caractere fort et optimiste mais des "casseroles" accumulées de part mes parents et mon environnement qui ont engendré sur des années à mon insu un exemple deja anormal de relation, et une estime très faible doublée d'un besoin énorme de liens forts avec d'autres, donc le fait que j'avais tendance à devoir tout accepter et prendre la "faute" sur moi sans même m'en rendre compte)

    il faut en plus, et c etait une des choses les plus difficiles, accepter de ne plus chercher à comprendre ce genre d'individu et passer au mépris/indifference (ce qui est d'ailleurs leur hantise vu leur ego et leur besoin d'avoir une emprise emotionnelle j'ai pu le voir ensuite), j'ai passé trop de tps à tourner et retourner dans ma tête des actions completements contradictoires envers moi ou les autres pour le commun des mortels, tout ca parce que, étant "saine" contrairement à lui, je ne pouvais juste pas comprendre sa jalousie jamais assouvie, ses motivations et ses changements d'attitude ou d humeur ultra brutaux à 180 degres en quelques secondes, heures,…

    C est vraiment comme avec une drogue, meme si cela semble dur à en crever de partir ou qu'on pense gérer, il faudrait dans ces cas là que les gens autour soient vraiment présents à fond et quil aident à mettre une distance définitive avec ce genre de personne, car le temps de reellement se "desintoxiquer" peut etre long et difficile

    Répondre
  28. Yuan

    Je viens de lire votre page suite à une réflexion qu'on vient de me faire. Étant actuellement mal dans ma peaux, je m'interroge sur le PN, ME concernant.

    Je ne souhaite en aucun cas la manipulation et privilégie l'égalité et le respect dans un couple.

    La plus part des points évoqués dans votre page peuvent s'appliquer à tous il me semble.

    Ĺincomprhension, le manque de dialogue, sont souvent source de séparation dans un couple. J'ai "usé" de critique constructive sur ma compagne, mais les critiques restent des critiques aux yeux des femmes. Elles sont souvent perçues comme négatives et ne permettent pas une remise en question envers qui le message était destiné. 

    Comment se soigner si on ressemble au PN ? Ma volonté n'est vraiment  pas de manipuler, de faire mal. Tout au contraire, je voudrais vivre dans l'amour, la confiance et le respect. 

    Répondre
    1. Marie

      Yuan, je comprends tes interrogations, mais sache qu’un pervers narcissique ne peut tout simplement pas se remettre en question et se demander s’il est un pervers narcissique et avoir peur de l’être.

      Ce qui caractérise cette pathologie (ce n’est pas classé dans les maladies mentales, mais selon moi c’est réellement une pathologie puisqu’il y a réellement un meurtre psychique occasionné à chaque relation qu’entame un pn avec sa victime), c’est que le pn est accro a être lui même. Il est accro a cette manière qu’il a de détruire l’autre car c’est son seul moyen d’exister.

      Je comprends que tu puisses te demander si tu en es un, car moi-même étant victime d’un pn haut de gamme je me suis interrogée sur mon cas. Mais si on s’interroge c’est parce que dans tout comportement humain il y a parfois, occasionnellement, de la manipulation, du chantage, une envie de se sentir supérieur, de critiquer. Tout le monde passe par là, c’est humain. Mais ca ne fait pas de tous les hommes des pn… Dans le comportement d’un pn, toutes ces caractéristiques (la plupart du moins) se font a répétition, jusqu’à ce que ce soit permanent, qu’il n’y ait presque plus rien d’autre. C’est un réel harcèlement moral (cf. Le harcèlement moral, la violence perverse au quotidien, de M-F HIRIGOYEN).

      De plus, une personne qui sort d’une relation avec un pn est tellement « morte » a l’intérieur quelle est devenue malade, et ce n’est pas seulement une femme ayant eu du mal a accepter des critiques : elle doit suivre une thérapie, consulter un médecin la plupart du temps… Elle est (ou il est, car il y a bien sur des hommes victimes aussi ne l’oublions pas) au bord du suicide parfois.

      Si tu veux, la perversion narcissique est une maladie qui prend tous les modes de relation négatifs et les applique en permanence sur l’autre dans l’optique de le détruire. Et comme tu le dis, tes critiques sont constructives, mais celles d’un pn sont purement et simplement destructrices. Le rapport entre lui et sa victime est comme le rapport que peut avoir un enfant avec son jouet : plutôt que de le prêter il va vouloir le casser. Les victimes sortent souvent dune relation toxique comme celle la en étant complètement délabrées psychiquement tellement il y a eu de violence. Personnellement j’ai l’impression d’avoir été battue avec des mots pendant deux ans. De manière insidieuse, mais battue car un mot peut sincèrement tuer. C’est comme un conditionnement dans une cellule de torture psychologique, on a l’impression de devenir fou…

      J’espère avoir répondu à tes interrogations, sinon hésite pas à poser des questions !

      Répondre
  29. Marie

    Ces caractéristiques décrivent hélas que trop bien le fonctionnement interne d’un pervers narcissique, sa structure psychique. Et cela est terriblement difficile à accepter lorsque l’on découvre que l’homme que l’on a aimé est en fait dénué d’affect, et donc finalement est dépourvu de ce qui fait de chacun d’entre nous des êtres humains…

    J’ai 23ans et il y a un mois j’ai réussi à quitter un pervers narcissique qui possède les 30 caractéristiques énumérées ici, et comme la plupart de vos témoignages le montrent ici, le réel enjeu est là: lorsque l’on vit avec un pervers narcissique, après la phase de séduction, puis celle de destruction, il y a une lutte longue et douloureuse pour « réussir » à fuir, c’est-à-dire à trouver en soi toute l’énergie et les capacités (déjà amoindries par le monstre) pour faire quelque chose qui nous semble impossible. Non seulement les pervers narcissiques nous mettent dans une situation de désamour – tout en nous faisant ponctuellement croire qu’il y en a – mais en plus ils sont violents, menteurs et injustes.

    Concernant mon histoire, elle est hélas très proche de la plupart de vos témoignages. J’ai eu une relation de 2ans avec un homme que je connais depuis 10ans. Il était mon ami et j’avais toujours eu une sorte de fascination pour lui. Lorsqu’il s’est intéressé à moi il était dans une phase de libertinage où il voulait séduire tout le monde, j’ai refusé ses avances car il avait déjà détruit l’objet de son premier amour et à ce moment il avait plusieurs autres relations en même temps. Je le trouvais égoïste et imbu de lui même, mais il dégageait une aura tellement forte que je continuais d’admirer une partie de son être. J’étais comme ensorcelée je dirais car pourtant il était l’opposé de mes valeurs morales. Et je me disais qu’il se passerait quelque chose avec lui le jour où il m’aimerait moi, pour ce que je suis, et uniquement moi.

    Plus tard il est revenu, j’ai cru que c’était arrivé. Il m’a séduite. Était parfait. Me disait qu’il n’avait jamais autant aimé quelqu’un. Que je le sauvais. Qu’il m’avait toujours secrètement aimée. Il m’offrait des cadeaux tous les jours, des fleurs aussi. Et petit à petit je suis tombée dans le panneau, tout en laissant quand même une partie de moi être méfiante. 4 ans auparavant il avait tellement détruite une amie à moi, son premier amour, avait tellement eu d’autres attirances torturées pour d’autres filles, que je restais non-confiante. Mais j’ai accepté d’enmenager avec lui, il me sortait de tellement belles idées sur le couple, la vie à deux, l’écoute de l’autre que j’y ai cru. Mais ca n’a pas duré. 4 mois après je tombe sur un poème complètement torturé qu’il avait écrit sur une fille de sa classe de prépa, écrit charnel qui se plaignait de ne pas pouvoir posséder cette beauté parfaite. Et à coté il me parlait de faire des enfants avec moi. Face à ce poème il se met à pleurer, disant qu’on avait une vision trop idéale de l’amour. Je passe l’éponge avec beaucoup de mal, tout en essayant de me dire qu’il avait surement besoin de plus d’écoute, d’attention et de compréhension. Et quelques mois après je découvre un texto d’une fille qui lui fait du rentre dedans, il me dit qu’elle l’attire, qu’elle semble attirée aussi par lui mais qu’il ne se passera rien, mais il refuse catégoriquement que je l’empêche de la voir et de lui écrire, ou,bien que s’il devait le faire c’est parce que je le demande ais pas parce qu’il le veut. Il rentre tard des cours, avec des cadeaux de cette fille, et dès que je lui fait part de mes craintes et doutes il me regarde avec un regard noir et me fait comprendre que je suis tarée, qu’il n’y a rien entre eux. Puis il m’avoue enfin qu’il est obsédé par cette fille depuis le début. Je pete un plomb et part en le quittant, lui disant que c’est de la « torture mentale ». Je ne tiens pas longtemps et reviens vers lui, la dépendance affective est telle, mais il a entamé direct après mon départ une relation avec elle. Il dit qu’il n’a pas tourné la page par rapport à moi, qu’il ne veut rien qu’il se passe avec elle, mais ne veut pas pour autant arrêter sa relation. Il parle « d’ambiguïté » avec elle alors qu’ils sortent ensemble, s’envoient des mots d’amour, dorment ensemble. Puis il en vient à me dire que c’est l’état de notre couple qui a fait que cette fille est apparue, que mes doutes suite au poème ont fait qu’il ne croyait plus en nous (que c’est de ma faute donc). Que pendant toute notre relation il a douté entre libertinage et amour exclusif aussi. Je me sens alors piégée, emprisonnée dans un tourbillon infernal mêlé de remise en cause par lui de tout ce que j’ai cru vrai sur nous deux, et de mise de la responsabilité sur mes épaules de ses penchants pour d’autres filles.

    Finalement, quoi que je fasse, j’étais piégée. Quand il m’a dit qu’il avait décidé de revenir vers moi il a été incapable de le formuler à cette fille autrement qu’en essayant de remettre ma faute sur moi « je dois couper les ponts avec toi, ma copine l’exige ». Elle me traitait forcément de tyran. Il n’avait aucune volonté de stopper avec elle mais lui faisait comprendre que c’était de ma faute s’il devait le faire. Je comprenais rien. Il disait que c’était de la maladresse et ma dépendance affective, mon souvenir des débuts parfaits voulaient que j’y crois.
    A partir de ce moment où ma dépendance affective me faisait croire que c’était de nouveau possible nous deux, il a essayé de vraiment me détruire. Me faisant passer pour un tyran auprès de tout le monde, d’une folle. Il disait qu’il m’aimait aux autres et que même si j’étais insupportable il resterait. Il devient le gentil garçon qui supporte une grande malade auprès des autres. Il me mentait en permanence et dès que je réagissais à son comportement destructeur il pointait du doigt mes agissements à tous ses proches. J’étais devenue le bourreau. Du moins c’est ce qu’il voulait. Alors que de plus en plus je tombais dans la dépression, pleurais et vomissais chaque jour, prise d’angoisses paralysantes en permanence. Plus je m’enfonçais, plus il se vantait d’être heureux. Plus il me voyais triste, plus il me disait que j’étais folle, qu’il fallait que j’arrête de geindre parce que sinon ca allait faire comme pierre et le loup, les gens allaient finir par ne plus me croire, par comprendre que ce n’était pas lui le problème mais moi.

    J’ai eu l’impression que je devenais folle. Véritablement folle. J’en ai encore très souvent le sentiment quand je repense à toutes ses trahisons qui ne pouvaient être que de ma faute. Tout ce qu’il me faisait subir il se plaignait que je lui fasse : que je lui mente, que je devenais qqun de mauvais, que je me victimisais en permanence, que je le manipulais, était bipolaire etc. Il avait aussi souvent des mots de mort, disant que si tel garçon m’écrivait encore se serait un combat à mort, qu’il avait souvent envie de se suicider etc.

    Quand je l’ai quitté il était sur le point de le faire lui aussi. Il me disait qu’il avait pas envie de me voir, que je le repoussais (il me le montrait, je n’avais plus le droit de le toucher ni d’être affectueuse, et quand je lui proposais des moments à deux il disait qu’il avait pas envie en rigolant), et qu’il n’aimait pas ce que je devenais. Il était entrain de me salir au maximum, car un pervers narcissique est comme un enfant qui possède un jouet, et dès qu’il n’en veux plus, plutôt que de le prêter il va vouloir le casser en mille morceaux.

    Ce qui est essentiel, c’est que dès lors qu’on comprend que la personne avec qui on est est un pervers narcissique, il n’y a AUCUNE solution hormis la fuite. J’ai su qu’il était pervers narcissique plusieurs mois avant de le quitter, et j’ai tout essayé pour que ca marche en,me disant qu’il ne l’était pas forcement et que peut être que les tests que j’avais fait étaient faux. Me disant que ce n’était pas possible qqun dénué d’affect, qu’il y avait toujours des solutions. J’ai TOUT essayé : la communication, les sentiments, les promesses, le silence, la colère, la tolérance, l’indifférence… Etc. RIEN ne peut marcher quand on est fasse à un pervers narcissique car son seul point de référence c’est LUI-MEME. Et plus on tente de lutter, plus on se rapproche de la mort. C’est comme essayer de nager dans une piscine remplie de scies, plus on se débat pour avancer, plus on s’écorche, et à un moment il y a un point de non-retour. On ne peux plus avancer, ni reculer, ni sortir sans penser qu’on va perdre la vie. Toutes les perspectives envisagées sont sous le signe de la mort. J’ai eu des moments, et encore aujourd’hui, où je ne voyais plus comment vivre après toute cette violence et ce titre de « folle » qu’il essayait de m’accoler. Un sentiment de mort, vouloir être débranchée.

    Je ne sais pas pourquoi j’ai trop voulu que ça marche. Mais toutes mes tentatives n’étaient qu’un prétexte de plus pour lui afin de mieux pouvoir me détruire, de me rendre de moins en moins crédible auprès des gens en voilant la véritable violence de son comportement.

    Je crois qu’après une relation avec de tels monstres le plus dur c’est toute la souillure qu’ils peuvent mettre en nous : on doit se reconstruire en faisant le deuil d’un amour qui n’a jamais réellement existé, on doit apprendre à vivre avec une violence psychologique intense qui nous a démolis, on doit accepter de ne pas pouvoir « comprendre » ce comportement de meurtre psychique, et on doit subir le fait de ne plus être crédible auprès de tous le monde puisque le pervers narcissique a pris toutes les dispositions pour nous faire passer pour des dingues ou des immatures sans cervelle.

    J’espère que tous ceux et celles qui passent par un tel vécu s’en sortent. Il faut impérativement fuir et couper tout contact, direct et indirect. Il y a des personnes bien plus belles et humaines à côtoyer. Je pense à toutes les victimes et leur envoie de la force

    Répondre
  30. Sylvie

    Bonjour, je suis actuellement en arrêt maladie suite à une dépression. Le pervers narcissique existe aussi dans le milieu du travail. Depuis un an, tous les jours, on me demande quelque chose puis le lendemain son contraire. C'est moi qui n'ai pas compris ce qu'il veut. Il vous dit qu'il ne plus vous faire confiance. C'est moi qui doit faire passer ses messages aux autres collaborateurs, si ils ne font pas correctement leur travail, je suis la responsable et de ce fait c'est moi qui prend. D'ailleurs il ne gêne pas pour leur dire. Je suis incapable de me défendre, je ne trouve plus mes mots, je suis figée devant lui.

    Répondre
  31. Julie

    J’ai moi même été victime d’un pn que j’ai quitté il y a peu de temps parce que quelqu’un qui est maintennt mon amie m’a ouvert les yeux et m’a fait prendre consciende de toute l’horrer de cette relation. Je cherche d’autres femmes qui ont été ses victimes. Tout ce que je peux vous dire c’est que son terrain de chasse c’est les sites de rencontres. Si jamais vous êtes l’une d’entre elles merci de me contacter

    Répondre
  32. mimie

    bonjour j ai deja temoigne sur un autre site mais voila mon histoire il se montre tout a fait charmant fait des declaratioms d amour enflammées des projets qui ne verront jamais le jour d ailleurs insiste sur ses sentiments soi disant sincères je commence à en éprouver et la miracle(un peu d humour)changement d attitude petites paroles assassines je suis une peste une chieuse faux cul un trouduc je prends donc mes distances et monsieur joue un autre jeu décès de son père(faux je l ai vérifié)tentative de suicide de sa mère faux aussi je l ai vérifié bien sur cela ne faisait pas longtemps que je le connaissais mais je ressentais que quelque chose n allait pas je l ai sorti de ma vie et n en ait aucun regret ces personnes là n ont rien de bon à apporter puisse t il me lire et se reconnaitre mais cela ne pourrait helas pas le faire se remettre en question

    Répondre
  33. SQLR

    Bonjour, je sors tout juste d'une relation avec une personne présentant ce profil psychologique.

    Je me renseigne beaucoup sur le sujet, et je suis triste de voir que souvent, on présente le PN comme un homme, comme si les hommes étaient exclusivement les méchants PN qui tourmentent les gentilles femmes.

    Il peut être jaloux

    Le pervers narcissique peut être jaloux. Attention toutefois car ce n'est pas une jalousie sentimentale amoureuse mais une traduction envieuse ! Il cherche par dessus tout à le cacher mais sa jalousie se caractérise par les capacités que vous avez et dont il ne dispose pas. Le PN vous côtoie en tant que sa chose et en tant que femme, vous êtes son objet. Donc vous n'avez pas le droit de le supplanter, il est le meilleur.

    Cette relation m'a atteint très profondément et je peux attester du fait qu'une femme peut également être un PN redoutable. 

    Les hommes sont comme ceci, les femmes sont comme cela. Remplacez "homme" et "femme" par noirs, arabes, juifs, handicapés, homosexuels etc. et là ça choquera. *

    La misandrie est tout aussi intolérable que la mysoginie. La perversion narcissique est aussi destructrice au masculin qu'au féminin.

    Répondre
  34. Charles

    A mon sens il n'y a pas de victimes. Les PN existent ; et en même temps ils n'existent que parce qu'il y a des personnes psychologiquement faibles à exploiter.

    Donc à mon sens, ils sont à fuir, mais si vous en avez attiré un, ça peut quand même être une occasion de vous affirmer et de vous renforcer (avec des outils psychologiques appropriés). Fuyez et un parallèle renforcez-vous, ce genre de rencontre n'est pas un hasard.

    Répondre
  35. APN

    bonjour je suis victime depuis 4 ans d'un PN et m'en suis rendu compte depuis 6 mois après lui avoir donner toutes les excuses et pensant qu'il était victime malgrès tout le mal qu'il ai pu me faire je pensais que tout ce qu'il me faisait avait une raison ( un mal être au fond de lui, de sa vie , de son enfance  ) et donc que je devais lui pardonner et l'aider , mais au final je me rend compte qu'il n'y a pas d'excuses car c'est  moi qui subit et suis detruite physiquement et mentalement. Le peu de personnes qui acceptent encore de me parler ( car j'ai couper les ponts avec tous mes anciennes connaissances et amis sous pretextes qu'ils étaient mauvais pour moi) , ne me reconnaissent plus . J'arrive à lui donner raison et à faire des choses improbables et immorales, dont j'ai toujours le regret après mais puisque je lui ai donner raisons sur le coup je en peu pas m'en plaindre après ! "C'est toi qui à voulu " Au final il me fait croire à moi et au autres que je le manipule et que c'est une victime … J'ai fuit plusieurs fois dans son dos mais suis revenu à chaque fois car il reconnait toujours ces tords et ses defauts comme quelqu'un de censé  puis une fois avec lui , j 'ai mal compris les choses  et tout ce que j'ai entendu ne deviens qu'une illusion je me sens piégé à chaque fois . Le pire c'est que je suis consciente de ce qu'il se passe et me demande à chaque fois pourquoi j'arrive à retourner au près de lui et ne pas m'en séparer. 

    J'aimerai savoir si d'autres personnes subissent des pressions aussi  tels que violences physique, moral, sexuels bien évidament sous la manipulation .

    Répondre
  36. soph83

    bonjour,

    je ne sais pas si mon mari est un pervers narcissique car il ne répond pas au 30 points qe vous décrives j'en ai relevé au moins 21.

    Les choses sont venues doucement et surtout depuis ces 8 derniières années où nous sommes venus en province depuis notre retraite. Nous sommes mariés depuis 42 ans. pour acheter cette nouvelle maison, il a fallut vendre la notre et reprendre un crédit. Depuis, nous avons quelques difficultés financières qui se résorberont d'ici 3 ans. Mais voilà, c'est de ma faute, c'est moi qui l'ai mit dans la M  depuis 40 ans, il s'est trompé, il a cru en moi, mais je suis une voleuse, je ne vous dit pas toutes les insultes que je peux entendre mais c'est absolument incroyable. Ce n'est pas tous les jours, et il ne m'a jamais frappée, mais c'est quand même à tout bout de champs lors que je ne suis pas d'accord avec lui. Il me dévalorise devant sa famille, et même devant mes enfants.ou mes amis souvent sur le ton de la plaisantereie, comme ça ne me fait pas rire, il dit que je n'ai pas d'humour. Nous ne pouvons plus faire de courses ensemble car si nous ne sommes pas d'accord sur le choix d'un article il me fait une scène devant tout lemonde. Je suis nulle, je suis sale, je suis une menteuse, un jour il partira et je ne serai rien sans lui, je vivrai comme une mendiante; Il dévalorise ma famille sans arrêt. Lorsqu'il rentre dans une de ses colères, il ne s'arrête plus, ça dure facilement 20mn à une 1/2 heure, et tout y passe des histoires sans importance vieilles de 35 ans;;; et d'autres plus récentes qui n'ont aucun rapport avec la querelle actuelle. je dois dire que je ne suis pas du genre à me laisser faire et que je crie autant que lui, en lui disant qu'il est fou et que décidément rien ne va chez lui. Petit à petit, j'essaie de moins répondre et de passer dans une autre pièce mais c'est difficile. Heureusement contrairement à d'autres, je pense être forte mentalement et même si parfois il me déstabilise, je sais qui je suis. Je m'accroche en me disant que lorsque cette maison sera finie de payer (il reste 3 ans), je partirai mais comment partir et recommencer à 70 ans ? c'est vrai que malgré tout je l'aime encore il a été l'homme de ma vie, le père de mes 3 enfants qui ne comprendraient pas, bien qu'ils l'aient déjà vu à l'oeuvre..lorsque les choses sont plus calmes, je me dis que ça ira mieux lorsque nous n'aurons plus de soucis financiers mais je n'en suis pas si sûre..

     

    Répondre
  37. Olivia

    Bonjour tout le monde,

    Quand je lis vos commentaires, j'hallucine vraiment. Je ne savais pas que cette "maladie" était si répandue et qu'elle faisait autant de "victimes". Je suis tombée dans le panneau moi aussi. Et effectivement tout est rose au début, presque irréel, trop beau pour être vrai et pourtant…

    Au bout d'un mois et demi, il me parlait déjà mariage et emménagement. J'ai bien sûr calmé le jeu direct parce que bon, je ne m'étais jamais retrouvée dans une telle configuration et que ça demande réflexion, chose qu'il a relativement mal pris je pense. Mais il a avalé tant bien que mal et c'est quelques mois plus tard que l'enfer a commencé. Je me suis retrouvée serveuse, parce que je devais financer mes études, normal quoi. Et il s'est révélé ultra jaloux, ultra possessif et a commencé à me dire que j'étais une allumeuse, que j'avais besoin que les autres me branchent pour me sentir exister. Euuuh, je ne lui ai jamais donné motif à s'inquiéter pourtant, j'étais super fidèle et complètement en mode groupie. Petit à petit, il m'a éloignée de mes amis, en me disant qu'ils me voulaient du mal, qu'ils me retournaient le cerveau et qu'ils ne l'aimaient pas. Même mon frère il l'aimait pas. Ca a rendu mes colocs folles ça, et je les ai perdues parce que je savais pas quoi répondre. Il m'a avoué de lui-même qu'il avait frappé son ex copine dans le ventre à plusieurs reprises, pourquoi je ne sais pas mais en temps normal, j'aurais direct quitté un mec comme ça, je supporte pas les mecs violents mais il s'y prenait tellement bien que limite il disait que c'était la faute de cette fille, parce qu'elle attirait sans faire exprès le regard d'autres garçons. Je savais en moi-même déjà que c'était pas elle le problème mais plutôt lui. Il m'a sorti aussi : attention je suis maniaco dépressif et ultra jaloux, ça va être la misère. Ca a toujours été comme ça avec lui approche toi mais barre toi. Le chaud, le froid. Il avait des délires sexuels bizarres, du style à mordre jusqu'au sang et je me demande si c'était pas pour que justement j'aie des bleus et que je me cache. Enfin c'est ce qu'une amie m'a dit en voyant ça sans que je lui en parle et qui a occasionné à mon grand regret, une belle engueulade.

    Il m'a sorti des gentilles phrases comme quoi j'étais la plus tout etc etc et après était capable de me dire que ce que je faisais c'était nul, il fallait aussi que je lui dise qu'il était beau quand il me le demandait pas sms, fallait qu'on discute de la tenue qu'il allait mettre pour une soirée pendant des heures, oh regarde comme cette couleur me va bien au teint mais mec t'es un mec quoi ^^ le sempiternel refrain de l'allumeuse, que je devais les regards sur moi uniquement à ma couleur de cheveux pas naturelle, que les malheurs qui m'étaient arrivé quand j'étais petite (et dont je ne voulais rien lui dire à la base) lui donnaient la nausée et que je le cherchais quelque part toujours parce que tadam : allumeuse. Allumeuse de rien du tout et j'insiste sur ce point, il s'imaginait le truc tout seul quoi. Et quand on a rompu c'est parce qu'il s'est imaginé qu'il y avait un mec qui voulait me choper alors qu'on était respectivement ce mec et moi aux deux extrémités opposées de la pièce et il a pété un plomb, un de plus. Et le plomb de trop. 

    S'en est suivi deux ans à afire le bouche trou parce qu'il avait fini par me convaincre que tout était de ma faute. Et puis, je suis partie de cette ville et j'ai rencontré quelqu'un. Quand il l'a su il m'a taxée de haute trahison :) ben oui lui il avait le droit et moi pas. Et s'en est suivi une longue période d'insultes. Car il a pas tardé à retrouver une nana. Laquelle il a sûrement conditionnée dans l'idée que j'étais une folle furieuse, comme cette dernière sera une folle furieuse pour la suivant etc etc.

    Et puis plus rien pendant 6 mois. Par mes activités annexes, je suis malheureusement obligée d'entendre parler de lui régulièrement, comme si cette erreur j'allais payer toute ma vie, que je suis condamnée à l'avoir dans le collimateur pour encore un bon bout de temps, et il a appris que je faisais un truc cool et donc monsieur m'a recontacté pour en profiter. Car oui, c'est un gros arriviste. Et là le mec, il commence à me raconter sa vie avec son ex, parce que cette nana que je ne connais pas, l'avait quitté du jour au lendemain, alors que c'était une relation très adulte, passionnelle, qu'ils voulaient un enfant ensemble il me raconte ça texto. Après 6 mois de silence sans que je lui demande quoique ce soit. Allez tiens prends ça dans la figure :) Peut-être que cette nana, elle a justement vu qui il était plus vite que moi et la précédente et qu'elle s'est sauvée et là, comme j'aurais aimé avoir sa lucidité. Parce que le monsieur tombe fou amoureux toutes les trente secondes, il faut avouer. Je sais pas si on peut véritablement parler d'amour, ou plutôt d'amour de lui-même.

    Aujourd'hui il s'en est encore trouvé une autre. Mais c'est pas pour autant qu'il me fout la paix de part les activités annexes comme je disais plus haut. Mais sa nouvelle technique est d'essayer de m'atteindre ou de m'obliger à faire ce que je ne veux pas, en utilisant nos amitiés communes. J'ai cédé plusieurs fois, de peur de les perdre et il s'est pas gêné pour me sortir des monstruosités à l'abri des regards indiscrets, à chaque fois que j'étais isolée et avec son sourire de gros hypocrite. Style je fais pas exprès c'est de la maladresse et puis oh c'est marrant, pff. 

    J'ai décidé d'en parler franchement à ces amis, et ceux qui n'ont pas compris que je ne voulais plus rien avoir à faire avec ce monstre ne sont pas de véritables alliés. J'aurais voulu simplement qu'ils nous traitent pareillement l'un et l'autre. J'ai envie de dire tant pis, pour ceux qui n'abuseront plus de ma gentillesse. 

    Désolée pour ce roman, mais je voulais insister sur le fait que ça peut vous suivre pendant longtemps, et encore plus pour celles qui ont des enfants.  Qu'il faut vous protéger, vous détacher et relativiser, voire mépriser si c'est pour vous impossible d'accorder votre pardon, ce que je comprends bien. Ce que vous avez vécu tous et toutes est terrible, personne n'a le droit de traiter quiconque ainsi, de détruire votre estime de soi car enfin, comme vous le savez ça prend des années pour nous reconstruire et on n'oubliera jamais vraiment. Je vous souhaite plein de courage et j'espère que vous projeterez bientôt votre ombre au-dessus de ce pauvre mec ou de cette pauvre nana, lesquels sont juste incapables d'être heureux et satisfaits et qui pousseront le vice jusqu'à ce qu'ils trouvent quelqu'un d'autre à vampiriser. Accepter sa part de responsabilité car il n'y a jamais de 100% coupable dans un couple mais arrêter de culpabiliser, et de culpabiliser de pas avoir vu. Comme les vampires ce sont de grands séducteurs et à double visages, en public on sait très bien que c'est pas la même qu'entre quatre yeux.

    Bon courage à vous tous

    Répondre
    1. Laetitia

      Bonjour,

      En lisant tous vos commentaires je me sens beaucoup moins seule et incomprise! Malgrés mon jeune âge (18 ans) chanceuse que je suis, mon premier amour a été et l'est encore un PN. Je suis resté 6 mois avec lui … une relation dévastatrice!  Anéantie, je ne comprenais pas pourquoi il me faisait toutes ces choses! qu'es que j'ai fait de mal! Il partait sans raison, sans qu'il y est de conflit puis rejeter la faute de nos séparaton sur moi! il me disait des choses du genre: ''tu doute de tout ! ''; 'j'ai toujours eu l'impression que tu me prennais pour ton plan Cul'', ''T'es égoiste'' et je vous en passe bien d'autre que vous devez connaitre !  J'ai alors perdu toute confiance en moi.

      Je pleurais tous les jours sans exeption. Cela fait maintenant 8 mois que nous ne sommes plus ensemble . Mais depuis 3 mois il essaye de me recontacter et fait des interventions ponctuelles dans ma vie  (il en voit des messages etc..)  mais jusqu'a présent je ne répondais pas. Mais il y a une semaine de ç,  je lui ai répondu ….  je lui ai alors demandé pourquoi il revenais vers moi ? Aprés tout ce qu'il m'a fait  ! il m'a répondu que j'était malgrés tout celle à qui il tenait le plus et  qu'il sait qyu'ila fait le con sans pourvoir donner d'explication ni d'excuse. 

      Malgrés ça je suis encore amoureuse de lui et j'aimerais tellement arriver à construire une relation avec lui! quelque chose de stable sans retouber dans son jeux de manipulation! est- ce possible ?  Existe t-il des moyens pour faire tomber ce jeux perveux ? Connaitre son amour? Aidez moi ! 

      Répondre
      1. pixelutopia

        Ni retourne pas. Si il te recontacte c'est pour mieux te détruire. Un PN restera un PN malgré tout les efforts du monde ils ne changent pas

        Répondre
  38. Aurelie

    Bonjour.

    Les femmes aussi ont ce problème ! La sortie est complexe, il est compliqué de retrouver sa propre identité, les doutes et les questions sont longues. Mais une fois la page bien tournée, mon dieu que la vie est belle et qu'il est bon de retrouver des gens normaux et son entité !!!! 

    jai eu le malheur de vivre cette expérience durant 8ans aux côtés d'une personne manipulatrice PN. 

    Répondre
  39. PATRICK BAUX

    Bonjour, je regrette que ce site ne parle que des hommes pervers narcissique, avec une pub montrant des hommes qui crient et une femme seule qui encaisse tout, je suis un homme sensible, généreux et je suis actuellement en dépression de la faute de ma rencontre avec une pervers narcissique, j'ai 52 ans, elle avait 35ans et sans doute a t elle usé de sa beauté pour me nuire, j'avoue que je n'ai jamais eu trop de chance dans ma vie affective, mais j'en porte aussi la responsabilité vu les nombreuses mutatations et vie à l'étranger que j'ai eu et donc pas évident de trouver la personne qui ait voulu me suivre…Mais à mon âge tomber sur une pervers c'est une catastrophe, à 30ans j'aurais encaisser plus facilement, là je ne sais pas combien de temps je vais mettre pour retrouver une lueur tellement je souffre je suis sous xanax et atarax…Par contre mesdemoiselles mesdames je vous comprends aussi et je suis solidaire de vos souffrances car je sais que cela peut exister aussi chez un homme. Bon courage à toutes et à tous. Avec bienveillance. Patrick

     

    Répondre
  40. valentin

    bonjour a tous,

    j'ai vecu durant 8 ans avec un PN, biensur au debut, je ne le savais pas, il étais si gentil, si parfait j'ai envi de dire, mais peu a peu son vrai visage c'est montre, j'ai subit des insultes, critiques, coups,humiliation, je devais tout faire a la maison en plus de mon travail, il gerer l'argent, je ne devais surtout rien depenser pour moi ou pour ma famille, mais lui faisais se qu'il voulais de plus il ne travaille pas, il m'a éloigner de ma famille et mes amies, en disant que seul lui voulais mon bien, je n'avais dejà a la base pas confiance en moi, alors avec toutes ses belles paroles du debut, je suis vite tombe dans ses griffes, le pire c'est que j'en avais concience que tout ça étais destructeur pour moi, j'ai tenter de le quitter plusieurs fois, mais a chaque fois, je ne sais pas pourquoi il trouvais les mots ou les actes pour me faire changer d'avis, la derniere fois ou je suis partie plusieurs jours, il ma attendu dans un coin et rentrer dans mon véhicule et ma frapper d'une violence que j'ai cru que j'allais mourrir, malgres les conseils de mes proches, je n'ai pas depose de plainte. il me fais trop peur, je n'arriverais pas a l'affronter lors de la confrontation. Mais je ne suis pas retourner avec lui, il continue quand meme a m'harceler par texto ou appel, il me suis je le vois passer devant mon travail, devant chez mes amies ou devant chez ma mere car je suis retourner vivre chez ma mere car meme si je peux m'assumer financierement j'ai peur de me retrouver seule, le sachant non loin de moi.

    es ce qu'un seul rappel a l'ordre lui suffirais j'en doute, malgres que j'ai eu le courrage de partir, je suis toujours sous son emprise et quand je me retrouve face a lui, j'ai beaucoup de mal a lui dire non, surtout qu'il m'a affirmer qu'il me laisserais jamais et qu'il me suivrais partout ou j'irais. Je ne sais vraiment pas comment m'en sortir je penses beaucoup au suicide. je prend des somnifere et anti depresseur mais rien n'enleve toutes ses angoisses.

    Qu'elle issu me reste t il ?

    pouvez me conseiller. merci

    Répondre
  41. Carole

    Je viens de vivre une histoire qui aurait pu (dans ma tête et dans mon coeur) devenir un conte de fées moderne, mais je viens d'endurer, malgré moi, une véritable torture mentale et sentimentale jusqu'à en arriver au point de non-retour. Je pense avoir frôlé la mort, mais elle n’a pas voulu de moi.

    En mai 2013, je suis allée prendre des renseignements auprès d'un notaire suite au décès de mon père dans le but de vendre notre villa.

    Je l'ai trouvé magnifique et j'ai été immédiatement charmée par sa façon de m'accueillir, d'évoluer dans l'espace, sa voix douce mais sûre. Il était beau, vif, me paraissait brillant.

    J'étais célibataire, lui non …. Suite à ce rendez-vous, nous nous sommes revus dans un cadre totalement différent (au tennis), trois mois plus tard. Il est venu vers moi avec un sourire radieux, m'a tutoyée et embrassée pour me dire bonjour : c'est là que j'ai senti que je tombais amoureuse … Nous avions une amie en commun, celle qui, d'ailleurs, me l'avait conseillé trois mois plus tôt; nous avons donc commencé à discuter – à trois c'est toujours plus facile au départ !!!!

    Bref, le soir, nous sommes restés ensemble tous les deux, nous sommes allés prendre quelques verres et la barrière à ne surtout pas franchir a été rompue …

    A partir de là, nous avons commencé à vivre une histoire d'amour intense, passionnelle, on se voyait tous les jours, on n’arrivait plus à se quitter. On s’envoyait des milliers de textos. Il m'a très vite dit qu'il n'aimait pas sa femme, qu'il comptait la quitter, qu'elle ne lui faisait même pas à manger et qu'il finissait les restes dans les assiettes de ses enfants …. Il me disait être très malheureux avec elle, qu’il n’en pouvait plus et qu’il voulait enfin changer de vie. Prendre un nouveau départ.

    Il l’avait rencontrée à l’âge de 19 ans et me disait s’être vite rendu compte sur les bancs de la FAC de droit qu’il n’y avait que des filles. Que son mariage avait été presque imposé par sa belle-famille (grosse famille bourgeoise) lorsque sa femme est tombée enceinte.

    Qu’en fait, il n'avait jamais cessé de la tromper avant même le mariage, mais que ce n’était que des petites aventures sans lendemain.

    Il la descendait constamment (elle est bête, elle fout rien, c'est une dépensière, elle n'est pas sociable, elle est autoritaire, me parle mal, ne s'intéresse pas à moi, etc …) alors pour me venger, je la trompe.

    Il m'a donc rapidement fait comprendre que j'étais la femme de sa vie, me couvrant de compliments, me trouvant sans cesse des ressemblances avec lui, son caractère rebelle, sa propre histoire, ses fêlures, notre physique (cheveux bouclés, visage carré) : il excellait. Il disait ne jamais s'ennuyer avec moi, me trouvait drôle, intéressante …, Il me disait avoir enfin découvert ce que voulait dire le mot "aimer", qu'en fait, c'est ce qu'il cherchait depuis longtemps : AIMER.

    Je ne pensais plus qu'à une chose : que l'on vive ensemble jusqu’à la fin de nos jours.

    Il m'y faisait croire, me parlant A DEMI MOTS d'avocat, procédure de divorce, projetant notre futur domicile (lorsque d’un déplacement, nous sommes allés nous faire masser et il m’a dit « nous mettrons la même baignoire » ; je sais ça peut paraître stupide, mais ça aide à se projeter dans la vie future, ça « concrétise ».Après, il se ravisait et ne me parlait plus du tout de séparation. C’était la douche écossaise.

    En effet, tout restait toujours flou et même s'il a très vite été démasqué par sa femme (le 1er mois), il continuait quand même à lui mentir sans arrêt, il mettait des "plans" au point afin de vivre une DOUBLE VIE plutôt que de préparer une séparation. Je pense que c’est comme ça qu’il concevait notre « avenir », mais de peur que je ne le quitte, il me mentait aussi constamment.

    Ses mensonges étaient parfois énormes. Je me souviens d’une anecdote : il avait beaucoup de fond de teint sur son col de chemise et lorsqu’il est rentré chez lui, sa femme lui a demandé des explications. Voilà la réponse qu’il lui a trouvée : son chien a marché dans la boue (il ne pleuvait pas depuis plusieurs jours) et elle est venue dormir sur son cou – son chien est un berger des pyrenées … Oui, il me relatait tout, systématiquement et semblait y trouver énormément de plaisir, ça le faisait beaucoup rire de se moquer de sa femme.

    En réalité, lorsqu'il était avec elle, il me dénigrait (elle m'envoyait des sms du type "tu sais, avec Antoine on parle beaucoup de toi … il paraît que tu es toute ridée, il aime pas les seins en plastique, c’est pas « top » et en plus ses autres petites amies – nommées + profession – sont bien plus jeunes et plus belles que toi, avions de chasse, etc .."

    Et lorsqu'il était avec moi, c'était le contraire. Et moi, je n'arrivais pas à le réaliser !!!! j’étais aveugle. C'est fou !

    Un soir, en revenant de son étude, avant de rentrer chez lui, il m’a dit qu’il serait pour ma fille Lauren, le père qu’elle n’a jamais eu, m’a sous-entendu qu’il l’adopterait même mais que pour ce faire, il lui faudrait m’épouser. J’étais folle de joie, j’ai pleuré de bonheur, me suis jetée dans ses bras.

    Dès son départ, je me suis empressée de téléphoner à ma mère et à mon amie pour le leur dire ; j’étais tellement heureuse !

    Alors j'ai commencé à lui demander quand il comptait la quitter : le sujet tabou. Il trouvait encore et toujours une réponse ambigüe et/ou l'excuse des enfants. Il me disait qu'il culpabilisait à cause de ses enfants (ados) car il avait été abandonné par son père avec ses deux soeurs, son père qui lui disait toujours qu'il était "gros, moche et con", avec qui il a coupé les ponts depuis plusieurs années.

    Je ne voulais plus être sa maîtresse, je lui ai fait comprendre et lui ai demandé que cette situation cesse pour enfin vivre une relation normale et saine – ou pas … Nous avons donc coupé les ponts durant une quinzaine de jours et il est revenu. Mon amie, ne comprenant pas ce revirement de situation, lui a demandé pourquoi alors qu’il s’était verbalement à ce point engagé. Il a nié, dit que j’avais mal compris qu’il n’avait jamais parlé d’adopter ma fille ou de m’épouser. J’étais atterrée face à ses mensonges. J’avais honte pour lui.

    Ca ne l'a pas empêché de venir s'installer chez moi début janvier 2014 (je n’arrivais pas à lui résister), sans pour autant ne rien engager dans le cadre d'une procédure de divorce. Il n'en parlait jamais et continuait malgré tout à aller voir "ses enfants" tous les jours, le week-end – et j'ai vite compris le manège : il me trompait avec sa femme en continuant de me mentir, en la critiquant tout le temps (ils s’envoyaient des sms enflammés). Je lui ai donc demandé de partir : je n'en pouvais plus de ses mensonges et de ses manipulations. Je souffrais, c’était devenu insupportable.

    Par ailleurs, il critiquait mes filles. L'ainée était ENORME, ABRUTIE, DEBILE. Quand je lui montrais ma petite fille en photo, il ne me disait jamais qu’elle était, ne serait-ce que mignone alors qu’elle a bientôt six mois et que l’on ne peut que fondre devant un bébé. Ma dernière fille était, à ses yeux, molle, sans envie (il la regardait de travers : je surprenais discrètement ses regards que je qualifierai de dénués de tout sentiment aimable, voire même plutôt méchants.

    Ma mère d’après lui pas intelligente, qui ne comprenait rien à ce qu’on lui expliquait (elle vient de perdre son mari ; à 72 ans ce n’est pas si simple de reprendre une entreprise et de s’occuper de toute une succession assez importante lorsqu’on n’a jamais travaillé). Il se moquait d’elle n’hésitant pas à l’imiter en train de fumer sa cigarette. Et pourquoi je ne réagissais pas ? Je n'en sais rien.

    Ses filles cependant étaient très belles, intelligentes, drôles, de magnifiques danseuses, avec "l'oreille musicale"; il disait qu'elles lui ressemblaient…. Il me montrait sans cesse des photos d'elles – par contre, son fils de 15 ans, il ne m'en parlait quasiment pas.

    Lui, se disait en manque de confiance, très malheureux d'avoir été abandonné, mais c'est ce qui lui avait donné l'envie de suivre des études brillantes, de prendre sa revanche. Il disait se trouver moche.

    Et dans les discussions, il devenait curieusement sans trop s'en rendre compte, le plus fort, le meilleur tennisman avec un beau tennis – les autres joueurs à part 2/3 étaient minables, un très bon dans tout ce qu'il entreprenait, un jalousé de tous les membres de sa profession, un jalousé de tous, dans tout ce qu'il faisait (rallye notamment), le meilleur en français, le plus rapide, efficace et rigoureux dans son travail …. étrange comportement. Il critiquait tout le monde et constamment (c’était son jeu), se moquait des gens avec un plaisir jouissif, il les rabaissait et aimait les dénigrer pour mieux se valoriser.

    Je l’ai quand même quitté ne supportant plus ces perversions entre sa femme et moi et lorsqu'il est parti, je me suis brisée.

    Il faut qu'ici j'ajoute un élément très important : je suis BIPOLAIRE et donc fragile. Il le savait, je ne lui ai pas caché et je l'ai surtout prévenu de PRENDRE SOIN de MOI afin que je ne souffre pas de déséquilibre. Je suis suivie depuis des années pour ma maladie et soignée avec un traitement adapté, mais cette maladie est bien présente et il avait conscience de ce qu'elle pouvait provoquer chez moi. Mon amie infirmière lui avait d'ailleurs clairement exprimé les risques notamment d'une relation amoureuse bancale. Je lui disais sans arrêt, je t’en prie, prends soin de moi ….

    Au bout de 15 jours, il est revenu à la charge et moi, pauvre faible, déprimée, je lui ai sauté au cou, je l'ai aimé 1000 fois plus encore. Il me promettait qu'enfin nous allions pouvoir vivre notre amour; que sa femme savait que nous étions amoureux, qu'il le lui avait dit (c'est vrai). Que le manque de moi lui était insupportable. J’y ai cru une fois de plus.

    Je suis donc devenue sa maîtresse notoire : nous allions partout ensemble.

    Puis nous nous sommes séparés à nouveau car il redevenait comme avant (mensonges, double vie, discours flou, me disait que sa femme se jetait par terre, s’alcoolisait, lui vomissait dessus, lui faisait du chantage avec les enfants, qu’elle ne voulait pas divorcer) qu’il pouvait rester avec moi, mais sans divorcer d’elle !!! Et moi, j’y ai encore cru … A un point tel que je ne supportais plus d’endurer autant de souffrance. Mon cœur me disait d’arrêter.

     MAIS IL EST REVENU ENCORE ET ENCORE !

    Il voulait me présenter à sa mère. Ca maintenant, je pense qu'il me mentait aussi.

    J'ai donc trouvé une maison à louer et je lui ai demandé s'il était d'accord pour signer le bail avec moi. Il a dit "oui", mais il a été pris de cours !!! Il ne s’y attendait pas du tout … Là, je lui ai demandé d’appeler tout de suite l’agence. Il ne voulait pas, prétextant que cela pouvait attendre le lendemain. J’ai insisté. Il a cédé – à contre cœur je l’ai vu.

    Nous avons signé le bail. 10 jours après il y mettait fin – Pour ce faire, il a tout fait cette fois pour que nous nous séparions …

    Ma maladie me jouait sérieusement des tours à chaque séparation, je maigrissais, je sombrais dans la dépression, je prenais de plus en plus de médicaments, je n'arrivais plus à travailler, je ne me sentais plus exister qu'à son travers, je ne pensais qu'à lui, ne parlait que de lui : j'étais comme ENVOUTEE PAR MON GOUROU …

    J'ai fait deux tentatives de suicide : ça n'a pas eu l'air de trop l'affecter. Pas du tout d'ailleurs, soyons clairs. Bref ensemble ou séparés, j'étais l'ombre de moi-même et n'arrivait pas à sortir de ce cauchemar.

    Il s'est quand même installé SEUL dans cette immense maison puisqu’il avait 3 mois de préavis et qu’il payait donc un loyer conséquent … il vivait entre cette maison et son domicile conjugal.

    Puis arrive la ST VALENTIN … la spirale infernale …

    Il me recontacte par textos, on se dispute mais « gentiment » – en fait, il me testait : je cède bien évidement.

    Il part au ski avec sa femme et ses enfants (il m'avait juré qu'il n'irait pas en vacances avec elle), en prenant soin quand même durant la semaine précédant son départ de me dire sans arrêt que sa femme c'était moi et moi seule, qu'il ne se passerait rien avec son épouse, qu'il y allait pour ses enfants parce qu'elle avait réussi à le convaincre lorsque nous étions à nouveau séparés. Sur le ton de la plaisanterie il a même ajouté : tu sais la bigamie est interdite en France; je risque la prison si ça continue. Ne t'inquiète pas ….

    J’y ai cru, comme toujours …

    Il m'envoyait quotidiennement de la montagne de nombreux textos d'amour, haaaaa l'Amour … des "bonne nuit mon amour, ma vie, ma femme, ma complice, mon double" et j'en passe …

    Au retour, je vis avec lui dans la maison que nous aurions dû habiter ensemble. Notre complicité est pour moi à son comble !

    Mais lorsque je parle d'avenir; c'est toujours et encore le flou artistique oui "artistique" convient parfaitement : il était expert dans la manipulation du verbe et je NE VOYAIS RIEN. Il me disait d’ailleurs souvent : « toi, tu me captes » … Je le pensais, mais c’était tout le contraire. Je ne maîtrisais absolument rien ; je n’arrivais pas à savoir ce qui l’animait.

    Un soir, il m’apprend qu'il a recouché avec sa femme pendant les vacances au ski; j’ai vu dans son regard et son comportement qu’il avait trouvé un plaisir pervers à me poignarder une nouvelle fois encore. Il semblait totalement insensible à ma douleur.

    Il m'a souvent dit d'ailleurs "ma femme est une femme magnifique, elle me plaît comme au 1er jour, j'ai toujours autant envie d'elle. Elle a un corps de rêve, musclé, elle court 70 km par semaine" Il faut être dingue pour accepter ce que j'ai accepté. Je m'en veux, j'ai très mal au fond de moi d'avoir fait preuve d'aussi peu d'amour propre, alors-même qu'il me disait que sa femme n'avait aucun orgueil – j'étais pareille …

    Il me disait cependant, que j’étais très/trop orgueilleuse, que je ne revenais jamais lorsqu’on se séparait alors qu’il faut savoir se rabaisser un peu lorsqu’on aime …, mais je pense que c’était encore une fois, une façon de me manipuler (ça me permettait d’avoir le sentiment d’avoir un peu de fierté quand même, alors que non, et de céder quand il revenait à la charge). Je pense que tout n’était que calcul. Ca me fait très mal de l’écrire, mais je suis en train d’en prendre conscience.

    A la fin du préavis de sa maison, il a fallu trouver en 4 jours un nouveau logement et affolée à l'idée qu'il retourne chez sa femme, j'ai pris les devants et lui ai trouvé un appartement dans ma résidence, à 30 mètres de mon appartement, avec vue sur sa terrasse de la mienne. Je trouvais ça génial !

    Cette idée n'a pas eu l'air de lui plaire (mais il l'a acceptée après avoir essayé de trouver un logement ailleurs, l'excuse étant qu'il n'y avait pas de boxe pour son scooter – il a appelé le propriétaire qui me l'a rapporté..), mais il ne disait jamais les choses franchement. Il ne disait rien ; j'ignorais ce qu'il pensait. J'avais des angoisses, je voulais toujours qu'il se sente bien, je ne voulais pas le stresser alors que moi, j'avais déjà sombré depuis longtemps et qu'il faisait comme s'il ne s'en apercevait pas.

    Je n'en tenais pas compte.

    Je le voulais heureux, je le couvrais de cadeaux (je n'en ai jamais eu un seul …).

    AU BOUT DE 2 JOURS (je venais de finir de tout nettoyer et installer), il a montré des signes de mal-être … Je le trouvais nerveux, préoccupé, fuyant. Je ne l'intéressais plus. Je faisais tout pour qu'il soit bien et lui, m'évitait.

    Il ne répondait pas à mes sms la journée alors qu'avant c'était constamment.

    Et il m'a annoncé le soir qu'il ne comptait pas que l'on vive ensemble avec nos enfants, qu'il n'était pas prêt, bref toutes les excuses possibles il les a trouvées jusqu'à "je suis peut être incapable d'aimer", "je sais que je fais peut-être la plus grosse connerie de ma vie" .. « Je t’ai entendue appeler ton chien cet après-midi, j’étais là, dans mon appartement ».

    On était très loin de toutes les merveilleuses déclarations d'amour dont j’ai pu être abreuvée pendant tous ces mois. En fait, je pense que la simple idée d’être si proche de moi, « à vue », l’a totalement paniqué.

    Son but était de garder une double vie, mais longtemps, toute la vie sûrement … et être un « électron libre » comme il me l’avait confié un jour sur le ton de la plaisanterie entre sa femme et moi.

    J'ai «pété les plombs». Pendant quelques jours, je me suis mise à boire plus que de raison et à mélanger mon traitement, augmenter les doses de calmants, je devenais comme dingue. Je n’arrivais plus à me contrôler. J’étais totalement coupée du monde réel. J’avais envie de mourir. Je ne pensais qu’à ça. J’avais perdu la raison …

    On s’échangeait des mails, des sms, parfois gentils, parfois horribles, mais une chose m’a frappée c’est son insistance, malgré notre séparation à m’emmener personnellement à MARSEILLE le 6 mai, date à laquelle j’ai un rendez-vous médical. J’ai dit oui au début – bêtement – puis j’ai réalisé que ce serait la plus grosse erreur à ne surtout pas commettre : retomber dans ses bras et sous son charme.

     

    =====

     

    Jusqu’au jour de ma garde à vue où tout a basculé. J’avais très largement dépassé les dosages de mes médicaments et bu beaucoup trop d’alcool ; je voulais probablement en finir avec cette torture morale, que ma tête s’arrête de fonctionner pour que je me repose. Je suis allée à son étude et il semblerait que j'y ai fait beaucoup de dégâts : je ne m'en souviens sincèrement pas. J'étais déjà dans l'au-delà …

    J'essaye de comprendre, doucement, mais tout s'emmêle dans ma tête. Je vais me faire hospitaliser dans quelques jours afin de tenter de me reconstruire et de panser mes plaies. Je réalise que j'ai failli y laisser ma vie.

    Je n'ai pas parlé ici de la souffrance de ma famille, mais elle n'est pas difficile à imaginer malheureusement … Je m'en veux. Mais, je me demande s'il peut – de son côté – imaginer une seule seconde la violence psychologique que j'ai endurée pendant ces 7 très longs mois. Je l’aimais sincèrement et j’ai tout fait pour le rendre heureux.

    Merci à ceux qui auront pris le temps de me lire.

    Merci à ceux qui pourront m'éclairer sur le mode de fonctionnement de cet homme et à ceux qui pourront me dire si, oui ou non, il peut être qualifié de PN ou non.

    Je souhaite, à mon tour, beaucoup de courage aux personnes qui souffrent …. et surtout un prompt rétablissement avec LE BONHEUR au bout du chemin de la reconstruction. Carole

     

    Répondre
    1. Marie

      Bonjour Carole,

      Merci pour ton témoignage, qui est malheureusement poignant. Ton histoire est presque parfaitement similaire à la mienne, meme si bien sur chaque individu a son histoire. Je suis en pleine dépression nerveuse apres 2ans passés avec un PN de haut niveau. Et je m’en suis sortie quand on m’a dit de fuir, quand on m’a dit ce qu’il était. Depuis je lis énormément de choses la-dessus, j’ai vu toutes les émissions possibles et écouté les conférences sur les manipulateurs. C’est très dur, ca m’a provoqué de nombreuses crises (sa violence m’avait mise dans un état déjà lamentable, vomissements, fièvre, impression de folie, envie de mourir etc., mais la prise de conscience a été -est encore- l’abcès entrain de se crever, mais ca libère doucement).

      En tout cas, avec tout ce que j’ai appris ce peux te dire avec certitude que cet homme est un réel PN et qu’il faut a tout pris que tu t’enfuis. C’est très sérieux. C’est ta vie qui est en danger. Ces hommes la sont malheureusement sans affect, leur seul point de référence c’est eux-mêmes, donc meme si tu souffres et que parfois il peut faire mine de sen soucier, il s’en fiche car il n’existe qua travers son ego. J’ai relu plusieurs fois ton témoignage, et sincèrement je te conseille deux livres parmi tous ceux que j’ai lu : Le harcèlement moral, la violence perverse au quotidien de MF Irigoyen, et Les manipulateurs sont parmi nous de I. Nazare-aga.

      Si tu veux qu’on parle un peu hésite pas à m’écrire. Tu pourras lire le témoignage de mon histoire un peu plus haut dans les témoignages percedents. J’ai réussi a quitter un pn qui a déjà fait internet une fille (avec qui il me trompait) et je tente de me reconstruire avec un très bon psy. Je pense qu’il est possible de sen sortir. Protege toi et dis toi une chose : notre premier devoir est de nous protéger, de nous respecter nous mêmes. Personne n’a le droit de nous mettre dans cet état, et je te jure qu’il y a des gens qui te veulent du bien. Ce qui n’est pas son cas à lui, il ne veux que son confort dhomme déséquilibré quitte a tuer une belle âme. Je pense à toi, et dis,toi que si moi j’ai pu réussir au moins a partir et a entamer une démarche qui me sauve la vie, c’est que tout le monde peut le faire. A ce stade, ce qui te retient ce n’est presque meme plus de l’amour en soi, mais c’est toute la destruction qu’il opéré pour te tenir dans ses filets… Courage.

      Répondre
  42. mélanie

    Bonjour,

    séparée depuis 5 ans, puis divorcée depuis peu, j'ai 2 enfants avec ce type de personnage….en garde alternée!

    Je cherche à connaitre les expériences de femmes/hommes dans ce cas, car pour nouir il est prêt à tout, manipuler les enfants, se servir d'eux …à exceller dans cet ignoble art de l'aliénation parentale. La discussion étant impossible, comment faites vous pour vous proteger et surtout protéger les enfants ?

    Merci de vos conseils !

    Répondre
  43. SUZIE

    Bonjour

    Mon conjoint présente des similitudes quant à ce "portrait"

    C'est un "monsieur je sais tout" qui a toujours raison. Il aime me rabaisser devant tout le monde en racontant n'importe quoi à mon sujet.

    Il n'écoute pas ce que je dis et déforme mes propos (mais il fait cela avec tout le monde)

    Je ne peux pas avoir de dialogue avec lui car comme il a toujours raison, il se fache si je ne suis pas du même avis que lui. Et me traite de débile…

    Les personnes qui ne sont pas de sont avis sont cataloguées de "cons" même s'il se dit tolérant et ouvert, ce qui est totalement faux.

    Mais par contre il hurle tout le temps et se fache pour des trucs totalement idiots et sans intéret.

    Il aime me faire des reproches à longueur de journée pour des futilités stupides…

    Il aime me faire passer une débile auprés des autres et essaie de me faire penser que je suis une débile moi même. Mais je sais ce que je vaux…

    C'est un egoiste même s'il dit à tous qu'il ne l'est pas et qu'il deteste les egoistes…

    Il ment sans arrêt même s'il dit hair les gens qui mentent…

    Il essaie de me faire passer pour une menteuse auprés de tous alors que c'est lui le menteur!

    Il deteste quand je m'amuse et désire me supprimer tous mes loisirs

    C'est un gros faineant qui ne bosse pas (moi je bosse et me lève tous les jours à 6h du mat) et ne fous rien à la maison et me fait des reflexions quand j'ai pas eu le temps de faire un truc

    Bref je ne sais pas si c'est un pervers manipulateur ou seulement un gros con !

    Si je n'avais pas d'enfants je me serais barrée depuis belle lurette…

    Mais je supporte ce gros con pour mes enfants… Je me sacrifie quoi.

    Répondre
  44. pixelutopia

    Je  vie depuis 2 ans avec un pervers narcissique et il est le père de mon fils qui a bientôt 15 mois. De plus mon futur ex est alcoolique alors ça n'arrange rien. Je suis entrain de me séparer de lui et grâce a l'aide de ma famille et de mes amis car sans eux je n'aurai le courage de partir.

    Il occupe tous les points que vous énumérez. Il aime retourner la situation, il me dis que si il s'est remis a boire c'est entièrement de ma faute. D'ailleurs après un arrêt d'alcool de 4 ans il a recommencé a boire quand j'étais a 5 mois de grossesse. Il me critique auprès de sa famille, de ses amis, de ma famille (qui n'est pas dupe) et de mes amis (qui ne sont pas dupe non plus). Il me fais passer pour une personne insatisfaite de tout alors que c'est lui qui passe son temps a faire la tête et a se plaindre de son cotidien. En parlant de se plaindre sans cesse il excelle dans ce domaine. A l'écouter toute la misère du monde lui est consacré. Il est jaloux de mes amis, il essaie de se les approprier si j'ai le malheur de lui présenter et une fois qu'il les a dans sa poche il prend plaisir a me faire passer pour ce que je ne suis pas. Il est même jaloux de son fils. Il dit tout le temps que j'en ai que pour son fils et que je me suis servie de lui pour faire un enfant. Si j'avais su qu'il était comme ça alors oui je serai partie a l'annonce de ma grossesse sans lui dire, mais plus j'avançais dans ma grossesse et plus il me montrait son vrai visage. Il me ment sans arrêt, drague d'autre femme devant moi ou dans mon dos et quand je lui que ça ne ce fait pas il me dit que je vois le mal partout, que je suis parano et folle. Il refuse que je travail car il veut que je sois totalement dépendante de lui et quand je me décide a lui tenir tête et que je cherche un emploi il me met des battons dans les roues pour que je n'y parvienne pas. Quand on s'engueule le lendemain il me couvre de cadeaux et si j'ai le malheurs de continuer a faire la tête il me dis que je suis ingrate et que je devrais être comblée d'avoir un homme comme lui. Le jours ou je lui ai dit que ses cadeaux étaient offert par intérêt et que je n'en voulais plus il m'a rué de coups devant mon fils qui était terrorisé et qui pleurais, quand il a du fini avec moi il hurlait sur mon fils pour qu'il arrête de pleurer, malgré la douleur j'ai eu la force de le faire tomber et de le trainer dehors par les cheveux. C'est depuis ce jours là que j'ai eu le déclic de partir. Il me dis accepter la séparation mais je sais que c'est sa façon a lui de me faire baisser ma garde pour pouvoir me faire mal au moment ou je ne m'y attendrais pas, mais sa manipulation ne fonctionne plus sur moi. Je me suis forgée un caractère encore plus dur que ce que j'avais déjà. Je me tiens prête pour ses futurs attaques. En presque 15 mois il ne s'est jamais occuper de son fils sauf pour céder a ses caprices. Et quand on s'engueule il dit a mon fils et a qui veux bien l'entendre que je suis névrosée. Je le hais, il me donne envie de vomir. Je ne regrette pas mon fils mais je regrette de l'avoir eu avec lui. Il m'a vaccinée contre les hommes, je vais rester un bon moment célibataire après une expérience comme celle-ci. Je ne la souhaite a personne même pas a mes ennemies. C'est la relation la plus destructrice que j'ai connu. Moi qui suis coquette même quand je ne sort pas aujourd'hui ça fait 1 an que je ne prend plus soin de moi. Si mon fils ne m'aidait pas grâce a ses sourire a me garder la tête hors de l'eau je sombrerai totalement.

    Répondre
  45. Pegasuze

    Bonjour, je vous écris car je pense vivre avec ce genre de personne.

    Je m'explique.

     

    La nuit dernière après avoir passer 10 heures non stop au travail (lever 6 heures parti pour le travail à 7h et commencer a 8h et terminer a 18heures) je vais me coucher a 22h30, profitant de ce vendredi de repos pour me coucher tôt et faire une jolie grâce matt.

    Lui décide de rester regarder la télé et de jouer à sa console (je m'en fou tant que je n'entendais rien) puis viens se coucher à son tout aux alentours de 2h du matin.

    Depuis 3 semaines (reprise du travail) je fais de l'apnée du sommeil, et puis 3 semaines je suis constement reveiller par cet homme qui me secoue pour me reveiller, la permière fois je ne dis rien, comprend et me tais mais quand c'est répèté tout les soirs deux fois par nuit depuis 3 semaines je pense que au bout d'un moment (fatigue oblige) on pète un cable, ce que je fais je lui dis simplement d'arreter de me reveiller, que j'ai besoin de sommeil et que mes journées me fatigue, après avoir dis cela il me répond d'un ton sec.

     

    - toujours toi, "moi je travaille, moi je suis fatiguer, moi j'ai besoin de sommeil" et tu pense à moi tu me reveille avec ton apnée à pas respirer moi je veux dormir pense à ma santée.

    Je lui répond également que lui ne travaillant pas il pouvais prendre son mal en patiente la nuit et se reposer un peu plus le jour mais non sa ne lui convenais pas, il à commencer à e hurler dessus avec des mots plus que bléssant "fils de putte, gros sac, clochard, drogué (je fumemais pour lui je suis un drogué profond) puis ne voyant pas de réaction de ma part, il m'a simplement dis de "dégager" du lit et de le laisser dormir. Quad je lui dis que moi aussi j'aimerais dormir il me reproche de ne penser qu'a moi. il s'est levé, a ouvert les portes qui donne à l'extérieur et à commencer a pleurer et m'insulter (pour que le voisinage se lève et le plaigne, chose qu'il à bien réussis) Puis par manque de force et d'envie je ne parle plus et décide de prendre mes affaires chose qu'il m'encourage à faire pendant que je fais ma valise, je décide de récupèrer l'ordinateur qui me sers pour mon travail, Mon dieu l'erreur de ma part, il me dis de le laisser car il en a besoin pour sa session en mode invité pour retirer les images qui lui appartiennent, je lui dis simplement de retirer la carte mémoire mais il ne comprend pas et décide d'appeler la police qui rapplique 10 minutes après. Pendant ces 10 minutes il a continuer à m'humilier , m'insulter me reprprocher de ne pas le laisser dormir et que je le faisais expret. Les policiers arrivent et là j'ai cru voir un acteur, il a entendu frapper à la porte c'est mis a pleurer et à ouvert et me fais passer pour la personne qui l'a insulter avant qu'ils arrivent. Je répond a ces policiers de ce qui c'est passer et me sens mal je tombe tellement il m'avais durant 3 semainesreveiller toutes les nuit deux fois par nuit, les forces me quittent, il ce met a rire et expique aux policiers que je le fais expret pour me rendre intéressant. 

    Je suis rester pour la nuit, les policiers ont appeler les pompiers qui ont voulu m'enmener à l'hopital car j'avais une tension extrémement basse, des vertiges et surtout les pupilles dilatée comme si j'avais fumer (mais non juste la fatigue) il m'on donner un somnifère et ont demander a mon ami de me laisser dormir. ils repartent et chacun fais chambre a part moi sur le canapé lui dan le lit. Il viens me reveiller le lendemain avec des mots doux, gentils et me demande de me lever, je fais mine de dormir car je ne voulais ni lui répondre ni me lever car la fatigue étais trop présente  minutes après il reviens je décide de me lever et je récupère mon téléphone pour regarder mes mails importants et je me fais entendre que je suissur mon téléphone en meme temps en tant que commercial je suis obliger et les insultes sont repartis de son coté

    Avec la force de la voisine du bas (qui m'adore ) j'ai réussis a partir avec un énorme mal au coeur 4 an de vie commune sa ne se balaye pas comme sa. il réussis a m'appeler en numéro caché je répond et il me parle en pleurant que il me promet de changer. 

    Actuellement je suis chez ma mère, j'ai parler avec lui et avons conclu qu'il devais changer et me prouver sa en doux mois, ai je bien fais? ne devrais pas plutot partir et laisser se faire les choses? Je sais qu'il peux changer il me la prouver avec beaucoup de choses, il est passer de complétement sale a tres soigneux depuis 2 ans envers lui et son appart, moi à dépenser son argent sans ompter mais a faire des économie, a stopper la cigarette pour sa santé et celle de son entourage. Je ne sais que faire.

    Répondre
  46. Ilona

    Bonjour, il semble que vous êtes une majorité de femme sur ce site, ça me rassure en quelques sortes donc je me lance à vous raconter un peu ma situation. Mais il semble également que je suis bien plus jeune et touchée par une toute autre situation, avec unE pn. J'ai 17 et ça fait plus de 6 ans que ma soeur, 20 ans, se comporte comme 20 des points présentés sur cette page. Je ne sais pas quoi faire. Mes parents ne sont plus ensemble depuis longtemps et j'ai toujours vécu avec ma mère et elle, dans un appartement, partageant la même chambre avec ma soeur. Depuis ses années de collège elle est devenue égoïste, à un point très élevé. Elle ment souvent, s'énerve très vite, est constamment frustrée pour tout et rien, et s'en est déjà prise à moi physiquement et mentalement (évidemment)

    Je suis contrainte à vivre tout les jours auprès de celle qui me détruit, elle me fait du chantage, tout les jours, me rabaisse, et vient me hanter même quand elle n'est pas là, j'en parle à mes amis (même parfois sans mal parce qu'elle reste quand même un membre de ma famille) mais elle est toujours présente. Quand je rentre chez moi j'espère toujours qu'elle n'est pas là. Si elle est là, je ne reste pas dans la même pièce qu'elle, quitte à me réfugier dans la chambre de ma mère. Moi et ma mère ne savont pas quoi faire. Et cette dernière ne veut PAS voir la verité en face. C'est qu'en parlant avec une camarade que l'on a "diagnostiqué" chez ma soeur ce visage manipulateur narcissique et pervers. Je suis actuellement et malheureusement en échec scolaire, en terminale, et sujette à de violents cauchemars, crises d'angoisses et parfois des scarifications

    Je suis perdue, je ne cesse de le répéter mais j'ai grandement besoin d'aide, mon père est inutile, lorsque j'ai essayé de chercher son aide, d'aller vivre chez lui et ma belle mère, ma propre mère m'a fait passé pour une folle finie, me disant que j'exagérais tout, que je m'auto exluais de la vie de famille de façon intentionnelle et que je n'étais que dans une crise d'adolescence.
    Si vous pouviez me donner quelques conseils pour survivre jusqu'à mes 18 ans je vous en serez grandement reconnaissante

    Répondre
  47. Alain

    Bonjour, ma soeur a 30/30 , elle voulait tout savoir sur ma vie , je ne la vois plus .

    Si le/la PN vous a cible c'est que vous representait un enjeu pour lui/elle , son plaisir sera de vous faire descendre le plus bas possible .

    Souffrir n'est pas normal , il faut fuir sans prevenir .

    Répondre
  48. Laura

    Bonjour,

    Apres avoir lu la plupart des temoignages et aussi de nombreux articles, je comprends "enfin" que cela fait 20 ans que je suis  avec un PN.

    Il y'a 5 ans j'ai reussi à le quitter , la raison principale etait qu'il me trompait,   une relation serieuse à priori,  mais comme il ne cessait d'essayer de me reconquerir, elle a fini par partir aussi …et bêtement j'ai cru qu'il avait changer  et je suis de nouveau avec lui apres 2 ans de separation.

    Durant cette separation, je ne vivais pourtant pas si mal, 2 enfants en garde alternée, je m etais refait une petite vie, amie, petites histoires amoureuses, j'avais reussi à me reconstruire ,  j'avais retrouvé confiance,  dignité, et le sourire.

    Mais, comme j'ai pu lire et le vit aujourd'hui, un PN ne change pas! je trouve meme que cela s'intensifie: chantage affectif, humiliation, reproches et critiques incessantes, genre "j'aime pas du tout la facon dont tu es habillée aujourd'hui", puis le lendemain me dit que je suis belle!.ou encore les: tu ne comprends rien, reflechies, tu es idiote, et j'en passe .

    Egoiste au plus haut point : Il me dit par exemple que je dois sortir, m'amuser mais s'absente lui beaucoup pour son travail,  ses activité sportives, sorties  …Je dois gerer tout le quotidien de la maison seule avec mes enfants… nous avons 2 garcons de 11 et 16 ans , generalement si nous rencontrons des difficultes avec eux,   c'est selon ses mots "parce que je ne le laisse pas assumer son role de pere" , que je suis trop faible avec eux,  …c'est donc ma faute encore et encore !

    Si j'ai une invitation chez une de mes amies par exemple , je lui demande toujours de venir, lui ne me le propose jamais, je ne connais pas ou tres peu la plupart de ses amis qui sont surtout des collegues de travail …. En fait, il prend tout de moi et ne donne rien !

    S'il estime que je suis "mechante" avec lui , il me le fait payer …il a meme porte la main sur moi deja, bousculer souvent . Il est vrai que souvent j'ai hurle sur lui , je l'ai insulté ..tres souvent je l'ai mis dehors , c'est la provocation permanente , il cherche toujours à me mettre a bout, me faire craquer et dit la que je suis une folle, une taré ! puis il s'en va, en disant que tout est de ma faute .La plupart du temps il va dormir chez sa mere,puis m'envoie des messages comme quoi je dois changer, que cela ne peut plus durer ….que je garderai les enfants tel jour, qu'il les prendra tel jour, il finit toujours par tout decider ….puis il revient un soir pour diner , puis repars ….il n'hesite pas a me critiquer en public , beaucoup de gens m'ont dejé fait la remarque " il te cherche tout le temps ", il n'aime pas quant je parle à des personnes , ou quant je suis au téléphone, me dit d'arreter de parler, de raconter ma vie, que je suis trop bavarde!

    Je suis tres mal souvent, physiquement,  extemement stréssée, tres fatiguée, sensation d'être vidée, vampirisée

     J'ai été soigné pour des crises d'angoisses, des vertiges , des crises de tremblements….je ne suis jamais en paix dans ma tete .

    Des qu'il sent que je m'echape il reapparait tout gentil pour me recuperer, je lui appartient semble t'il ! le pire c'est que souvent quant il part suite à une dispute …je me sens abandonnée, seule et terriblement fautive….c'est un enfer !

    J'ai pris depuis que nous sommes de nouveau en couple si on peut appeler cela "ensemble" un appartement en location, il est vrai qu'il ne s'y sent pas chez lui, ce qui est aberrant c'est qu'il gagne tres tres bien sa vie , mais vit entre "mon" domicile et celui de sa mere . Et curieusement il est prioprietaire de 5, 6 appartements qu'il loue…

    Il donne de l'argent pour le foyer mais je suis toujours obligé de le reclamer ….et me demande comment je fais pour ne pas m'en sortir mieux financierement …j'ai un travail heureusement mais je ne suis pas chef d'entreprise malheureusement pour mon compte bancaire ….

    Je ne sais pas comment vont se terminer les choses, si un jour cette relation destructrice pour Moi s'arretera.J'essaie de prendre du recul pour me sauver vite et cette fois ne plus revenir avec lui. J'espere aussi que mes enfants en sortiront indemn, j'en doute.

    Merci de m'avoir lu. Je souhaite à toutes et tous de retrouver une vie sereine, saine , honnete , sans mensonge, trahison, persecution…

     

     

    Répondre
  49. Gaëlle

    Je suis à la fois attristée de constater que nous sommes nombreux(ses) à subir les malversations d'un PN et rassurée de lire que nous en sommes tous(tes) conscient(es) et prêt(es) à les fuir… Mais malheureusement, même si nous réussissons à leur tourner le dos, leur comportement tordu laisse malgré tout des traces indélébiles. Ce qui fait mal et très peur puisque ce tempérament semble tantaculaire. Il ne s'arrete jamais, d'autres trinqueront. Pour ma part, c'est ma mère. Bien entendu, j'étais incapable de la qualifier ainsi jusqu'au jour où j'ai du me reinstaller chez elle avec ma fille…ma plus grosse erreur. J'avais l'habitude d'être rabaissée mais de le lire dans son journal intime m'a achevée. J'en étais tellement meurtrie que 15 jours après, je suis partie en courant avec ma fille sous le bras. Mais depuis ce départ,  je reste plus ou moins sous son emprise car elle a réussit à créer un lien fort avec ma fille. Bien entendu, pour préserver ma fille, je ne cesse de la mettre en garde de ce que peut dire ou faire ma mère. Ce qui, bien entendu, ne m'aide absolument à m'en défaire ni  pas à tourner définitivement la page… Je réalise aujourd'hui que seul le décès de ma mère mettrait un point final à tout ça. Quoique, j'ai toujours ma sœur… qui me déteste et qui semble avoir héritée de cette pathologie…

     

    Répondre
  50. AF

    Bonjour à Tous,

    Hommes ou Femmes, ces cas ont toujours existé mais aujourd'hui ils ont un nom…

    Cela fait 4 ans que je régresse, alors qu'avant j'étais une championne, et je réussissai tout, je régresse, socialement, professionnellement, et je suis dépendante de lui ! Il m'a rendu dépendante de lui ! Après une thérapie et un arrêt maladie de 8 mois … je me suis dit que tout allait se régler (pour le bien de mon fils du sien, afin de ne pas le séparer de son papa) il m'a proposé d'acheter une maison, à la campagne,nous sommes dans le Sud Ouest de la France, (ma famille est du Grand Nord de la France) je n'ai plus de travail, je cherche bien sûr, et je fais des formations, notamment des ateliers pour être auto entrepreneur en gestion commerciale … la motivation et l'énergie ne sont pas présentes … quand je pense au Nord, à mes amis, à ma famille (de qui il dit toujours du mal derrière eux et devant tellement gentil… ) là j'ai envie, là je déborderai d'energie, je me suis toujours débrouillée, j'ai toujours réussi, pourquoi plus maintenant ?! Je pense que c'est aujourd'hui ou jamais, pour moi, pour mon fils, et pour garder cette relation en rêve, couper pour ne pas déchirer, je ne le deteste pas, loin de là, mais je préfère m'en éloigner, ce fut difficile cette décision, cela m'a pris 4 ans, 4 ans de pleures, 4 ans de doutes, 4 ans de plaintes, 4 ans de solitude, 4 ans de tristesse, 4 ans de manque, pendant 4 ans j'ai été sa marionette ! Quand il faisait la tête, quand il était triste, j'étais tellement empathique que je buvais toutes ses émotions, quand il était en colère contre moi, je me sentais petite, petite fille, qui se faisait punir injustement par ses parents, c'est atroce, la fin arrive, j'ai plannifié de partir fin juin 2014 (fin de l'école), Je redemarre à zéro, j'ai peur, peur qu'il me manque, peur qu'il manque à mon garçon, peur de me sentir seule, alors que là haut, ils sont tous là pour moi, ma chance, ma grande chance c'est d'être aimée et entourée ! Merci à ma famille, à mes amis !

    La psychiatre m'avait dit : le problème ce n'est pas vous ! C'est lui c'est un Pervers Narcissique, ces mots sont durs et font peur, mais au moins elle m'a fait prendre conscience de qui je suis, car je me suis perdue, je ne me reconnaissais pas, ma vraie personnalité s'est éteinte 4 ans !

    S'il vous plait, à "Vous Tous" femmes, ou hommes qui vivez cela, s'il vous plait ! Fuyez ! Si vous avez besoin d'appui n'hésitez pas, je vous écouterai et me ferez un plaisir de vous aider ! Fuyez !

    Tenacité, Courage, Zenitude la fin est proche :-)

     

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *