Test : Reconnaître un pervers narcissique

test_pervers_narcissique​Reconnaître, détectez un pervers narcissique grâce au test suivant. Si vous trouvez de 10 à 15 points de comparaison, vous avez affaire à un simple manipulateur. Au-delà de quinze similitudes, vous devez immédiatement agir pour sauver votre existence. FUYEZ ! Le pervers narcissique éprouve de la joie au spéctacle de votre déchéance associé au sentiment de domination morbide. L'erreur des victimes d'un manipulateur pervers narcissique est de rechercher l'existence d'un sentiment là où il n'en demeure malheureusement aucun. Véritables machines à broyer, on les reconnaît principalement dans des amours toxiques, mais ce sont également des amis, des collègues, votre propre famille.

Testez et comparez les 30 points ci-dessous avec les traits de caractère de la personne que vous soupçonnez d'être un manipulateur pervers narcissique.

Culpabilise sa victime en inversant les rôles

Susciter un sentiment de culpabilité chez sa victime est une manœuvre dans laquelle le pervers narcissique prend un véritable plaisir. En reportant sa responsabilité sur sa cible, il la pousse à admettre qu'elle seule est responsable d'une situation. Se défausser de ses torts est une spécialité du manipulateur.

Ne communique pas clairement, nie les évidences

Impossible de connaître avec exactitude ses demandes, ce dont il a besoin, ses sentiments comme ses opinions. Il fait en sorte que sa proie soit perpétuellement en train de chercher à le comprendre , c'est pour ce motif qu'il répond souvent de manière à entretenir l'ambiguïté.
• « T'as mal compris, j'ai pas dit les choses dans ce sens-là… »
• « J'ai pas fait ça dans ce but… »
• « Je l'ai pas dit pour toi… »

À chaque personne ou situation un comportement différent

Une personne normale use d'un mode de réaction relativement constant. Notre personnage, quant à lui, est constamment différent sur les sentiments affichés, ses comportements comme ses opinions. La victime n'arrive jamais à le situer dans la relation ni à savoir qui il est réellement. Il est insaisissable !

Il est armé de raisons logiques

Là où une demande aurait reçu le plus mauvais accueil avec un autre, les raisons logiques qu'il avance créent l'acceptation. Ainsi, souvent, sa cible se retrouve à accepter des choses qu'elle n'aurait jamais approuvées normalement. Les demandes sont déguisées par la logique implacable de son raisonnement. Marionnettiste à vos dépens, mais votre prise de conscience ne se fait qu'après coup !

Vous devez être parfait

La perfection n'est pas une option ! Il vous fait croire que vous ne devez absolument jamais changer d'avis et que vous devez répondre immédiatement aux questions qu'il pose. Ainsi vous devez tout savoir et réagir à ses demandes au quart de tour.

Critique et dévalorise

Sa critique est discrète mais intense, il dévalorise sous couvert de l'humour au début, puis émet des jugements sur vous. Il insinue le doute sur vos qualités, vos compétences et plus généralement votre personnalité. Avec lui la personne que vous croyez être aura peu à peu perdu toute importance. Vous devenez banal, inintéressant, voire extrêmement inférieur.

Fait passer ses messages par les autres

Place autrui en position de transmettre ses messages. Il en use principalement pour ne pas se dévaloriser en attaquant les autres car c'est vous qui l'aurez dit et non pas lui. Ainsi, il peut être le bourreau d'une personne tout en réconfortant de cette même victime dans le même tableau.

Divise pour mieux régner

D'une touche délicate, avec discrétion, il sème la zizanie tout en cultivant la suspicion. Son mode de fonctionnement est de diviser pour mieux régner. Il brise progressivement les amitiés et les groupes dans l'optique d'obtenir ce qu'il désire.

Il se positionne en victime

Auto-élu victime, le pervers narcissique se place dans cette position pour être la vedette. Ainsi, son entourage compatit, le plaint, le comprend dans ses épreuves. Il est celui vers qui l'on se tourne et, après tout, qui pourrait se méfier d'une victime ? Avec lui, il ne faut jamais hésiter à s'apitoyer sur son pauvre sort, il ne vous mangera que mieux, alors !

Ignore les demandes

Oui, il répondra toujours positivement aux demandes qui lui sont formulées. Cependant, il préférera ensuite s'esquiver poliment en prétextant toujours une raison valable.

Utilise les principes moraux des autres

Pour assouvir ses besoins, il utilise les principes moraux des autres tel un caméléon. Il peut intégrer totalement le mode de pensée d'un groupe et ses principes en faisant croire qu'il s'agit également des siens. Étant un être en réalité très faible, il n'a aucune personnalité et absorbe celle des autres !

Menaces cachées ou chantage ouvert

Il peut tout aussi bien user des menaces de manière déguisée que du chantage ouvert. Dans les deux cas sa cible doit se plier à ses exigences.

Change de sujet ou s'échappe

Au cours d'une conversation, il change totalement de sujet sans crier gare. Pour esquiver une question qui le mettrait mal à l'aise ou le mettrait à jour, il change de sujet comme s'il n'avait pas entendu la question. Déroutant, il peut également s'échapper en quittant la discussion ou la rencontre.

Mise sur l'ignorance des autres

L'ignorance des autres est une source favorable dans laquelle il puise inlassablement pour faire croire en sa supériorité. Il se sert de la crédulité des individus, de leur ignorance pour leur montrer qu'il est supérieur, et son besoin d'admiration est enfin reconnu. Il cherche souvent des personnes dans la détresse.

Il ment

Il ment souvent pour tout et rien, même pour des broutilles, s'inventera une vie et détestera par-dessus tout se faire démasquer. Il peut avoir des vies différentes avec plusieurs personnes en même temps. Ses mensonges sont souvent indécelables, car il va y ajouter une pointe de vécu pour les rendre crédibles assez longtemps.

Dit le faux pour connaître le vrai

Il prêche le faux pour savoir le vrai et cela s'applique à tous les domaines de sa vie. Cette stratégie a essentiellement pour but de lui faire savoir s'il peut faire confiance à la personne qu'il côtoie. Cela permet aussi de tester l'évolution de la prise de contrôle sur sa proie.

Il est égocentrique

Il rapporte tout à lui-même d'une façon très naturelle, sa nature égocentrique demeure profonde. C'est le plus beau, il est le meilleur, il veut être le gourou …

Il peut être jaloux

Le pervers narcissique peut être jaloux. Attention, toutefois, car ce n'est pas une jalousie sentimentale amoureuse, mais une traduction envieuse ! Il cherche par-dessus tout à le cacher, mais sa jalousie s'exprime à l'égard des capacités que vous avez et dont il ne dispose pas. Le PN vous côtoie en tant que sa chose et, en tant que femme, vous êtes son objet. Donc vous n'avez pas le droit de le supplanter, il est le meilleur.

Obsédé par l'image sociale

Il ne supporte pas d'être critiqué, car il ne veut et ne peut pas être perçu comme une personne mauvaise. L'image POSITIVE que les autres renvoient de lui est capitale, pour ne pas dire vitale même, car il lui est insupportable de paraître différemment.

S'énerve rarement

Le manipulateur s'énerve rarement, car la prise comme la conservation de son contrôle est à la base de son fonctionnement. Sauf dans le cas d'un pervers naturellement violent, un manipulateur orchestre une crise s'il juge utile de le faire, mais ce ne sera en rien une action spontanée pour lui.

Ne tient pas compte des autres

Vos droits, vos besoins comme vos désirs ne tiennent aucune place pour lui, bien qu'il fasse croire le contraire.

Paroles opposées à ses attitudes

Quand le discours est blanc, ses actions sont noires ! Les réactions du manipulateur sont à l'opposé de l'attitude correspondant au discours.

On parle de lui

Il fait constamment l'objet des conversations, même lorsqu'il n'est pas présent. C'est d'ailleurs une grosse source de satisfaction du manipulateur pervers narcissique.

Devient soudainement attentionné

Flatterie, sortie, petit cadeau, cette personne fait pour vous plaire et vous entoure de sollicitude de façon inattendue. Dans ce cas, il aura une demande à faire qu'il fera passer pour votre bien-être alors qu'il agira dans son propre intérêt. En faisant croire qu'il comble l'un de vos besoins ou par une action de gentillesse, il n'agit que dans son intérêt.

Provoque un sentiment de non-liberté

Provoque un sentiment de dépendance affective. Vous ne pouvez pas vous séparer de lui, même si vous savez qu'il est malsain de l'avoir comme relation.

Atteint ses objectifs aux dépens des autres

Il est d'une efficacité remarquable pour atteindre ses objectifs aux dépens des autres. Il sait parfaitement utiliser autrui pour obtenir ce qu'il veut. Il est le marionnettiste de son entourage.

Fait perdre vos repères

Avec lui, votre esprit devient confus, il retourne votre cerveau. L'expression « ne plus savoir où l'on habite » prend tout son sens avec lui. Le terme de « lavage de cerveau » est approprié, car il cherche à modeler l'autre en fonction de ses buts. Narcissisme exacerbé, il jouit d'observer à quel point il fait ce qu'il veut de sa petite souris.

Vampirise votre énergie

Lors de phases de dénigrement, de rabaissement, il vous vide de votre énergie. Ce n'est pas pour se ressourcer lui-même donc le terme « vampiriser » est mal employé, il s'agit d'un trou noir dans les faits. Le caractère injustifié de son attitude vide l'énergie de sa victime qui ne sait jamais comment agir avec le pervers.

Froideur émotionnelle

Sous l'apparence d'une personne aimante, il est pourtant dénué d'empathie. Il fait preuve d'une froideur émotionnelle incroyable, sauf si sa victime lui dit être mal par sa faute. Dans ce cas de figure, il fera tout pour prouver que NON.

Il vous fait du mal

Avec lui vous souffrez, vous êtes psychologiquement mal et ne savez pas comment agir avec lui. Cela peut même avoir des conséquences sur votre santé par une perte d'appétit, un sommeil difficile, de la déprime…

Attention ! Cette liste prend en compte des caractéristiques représentant un manipulateur et/ou un pervers narcissique moyen. La violence des tortures psychologiques peut être à des niveaux très élevés dans certains cas. Les points évoqués sont médians; cependant, même la plus petite perversion est déjà grave. Ces individus sont dangereux pour votre santé psychologique.

523 réflexions au sujet de « Test : Reconnaître un pervers narcissique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Anne-Laure

    J'ai fréquenté un homme pendant quelques mois. Je dis "fréquenté" car je n'ai dans les faits jamais été vraiment en couple avec lui – c'est  pourtant ce que j'ai souhaitais quand je l'ai rencontré mais notre relation n'a jamais pris une tournure normale.

    Cet homme m'a tellement bouleversée émotionnellement que des mois après avoir cessé de le voir, je ne suis pas encore remise et pense et repense à toutes les situations d'incompréhension, de rabaissement, de retournement de situation, de changements d'attitude, signes d'angoisse de solitude… qu'il m'a faites endurées, toujours en privé puisqu'il prenait toujours bien soin à ce que je ne connaisse rien de sa vie ou le minimum et pour qu'on ne se voit que tous les 2.

    Le mal qu'il m'a fait n'est en rien proportionnel en temps passé ensemble…

    Au test ci-dessus, il répond aux 30 points. J'ai des exemples concrets pour tous. J'ai malgré tout parfois encore du mal à admettre que je suis tombée sur un PN, même si tout semble le confirmer. Que peut-être je me monte la tête…

    Même si ça s'apaise avec le temps, j'ai encore régulièrement de grosses périodes de doute et de remise en question :

    – pourquoi est-il comme ça ? l'a-t-il toujours été ? y a-t-il des raisons à cela ? agit-il comme ça avec tout le monde ? ou si c'est seulement avec moi qu'il l'a fait ou avec certaines personnes, pourquoi ?

    – comment aurais-je du me comporter avec cet homme ?

    – ai-je bien fait de l'avoir sorti brutalement de ma vie comme je l'ai fait et de lui avoir écrit tout ce que je pensais ?

    – cet homme est-il heureux ainsi ? peut-il changer ?

    – comment expliquer qu'un homme puisse être si malasin et paradoxalement super "calin" une fois couché, limite enfantin ?

     

    Auriez-vous des conseils à me donner pour enfin sortir de ce questionnement qui me ronge et qui m'empêche de m'intéresser vraiment à d'autres personnes ?

     

    Merci d'avance

    Répondre
    1. Celine

      Bonjour Anne-Laure

      Pour répondre brièvement à vos questions, je dirais

      Pourquoi est -il comme ça ?……Quelque chose est survenue durant son enfance.

      Ai-je bien fait de l’avoir sorti de ma vie ?…..sans aucun doute oui !

      Cet homme peut-il changer ? …..Non

      Comment expliquer qu’un homme malsain est paradoxalement super « calin » limite enfantin ? …..c’est toujours un enfant dans un corps d’adulte…et « sa maladie » fait qu’il passe du bon au mauvais en un rien de temps!

       

      Voilà quelques réponses..si vous avez besoin d’en parler n’hésitez pas..le comprendre ?! ne cherchez pas….Courage

      Céline.

       

      Répondre
  2. Ymi

    Voilà mon père est un PN ,voir peut être psychopathe du au fait qu'il, est dit à ma mère qu'il n'avait aucun sentiment (empathie).Depuis peu ils ont divorcé ma mère en a beaucoup souffert (16ans de mariage) et moi et mes sœurs aussi ,je fais des crises d'angoisse , et une dépression d'un an qui a conduis à une déscolarisation et une anorexie (pas volontaire), j'ai repris du poid et suis normal maintenant, mes moi et une de mes sœurs souffrent tjs de crises d'angoisse.Nous sommes 4 filles et nous ne voyons pas notre père comme qq de protecteur mais plutôt comme une menace et une image de peur, je paraîtrais peut être égocentrique mais des 4 je suis celle qui en a garder le plus de séquelles.

    Je sais que tout cela guérira avec le temps , mais voilà une question me trotte dans la tête , est-il possible que l'une de nous 4 deviennent une PN?

    Répondre
    1. Celine

      Bonjour Ymi,

      Il est peu probable que l’une de vous deviennent comme votre père..ça peut arriver mais c’est rare…Tout au plus vous serez toutes « préparées » pour affronter un personnage présentant des signes de manipulations et perversions….Le PN laisse toujours des séquelles que se soient physiques ou morales et le temps aidant certaines devraient partir..

      Courage à vous toutes.

      Céline

      Répondre
  3. coralie

    Merci pour votre blog, il m'a éclairé une première fois, il y a 6 mois lorsque je me demandais quel était le problème de l'homme avec lequel je vivais….Il était manipulateur,obsédé par son image,mégalo,menteur…parfois violent dans ses moments d'angoisses.La difficulté c'est que cette homme me persuadait qu'il m'aimait….crier son amour pour moi à tout le monde et moi y compris.
    Rapidement , je ne pouvais plus travailler,faire mes courses,chercher mon pain….ou alors chaque sortie était chronométrée…..très dominateur….nous devions rester dans notre boîte…..concretement c'était moi qui y restais.

    Je vous ai envoyé un mail, dans un moment de détresse….vous m'avez répondu immédiatement, merci pour votre soutien, vous m'avez contacté et j'ai passé un moment avec vous au télephone….
    mille mercis pour vos conseils, au moindre doute je vous recontacterai!!!!!! je garde mes distances,rompt les liens avec lui,vais suivre vos conseils

    Répondre
    1. Celine

      Avec plaisir, si j'ai pu vous apporter un peu d'aide.

      N'hésitez pas à revenir vers nous par mail pour nous dire où vous en êtes dans votre parcours…et je suis toujours à votre disposition au téléphone en cas de soucis.

      Avec toute ma sympathie

      Céline

      Répondre
  4. hunt

    Bonjour, je voudrais vous faire part de mon histoire. Je me retrouve pas mal dans vos témoignages et je vois beaucoup de traits de caractère semblables à celui dont vous décrivez plus haut.

    Aujourd'hui, divorcée, je me retrouve dans un état psychologique lamentable. J'ai vraiment besoin d'aide et je ne sais pas comment m'en sortir. Même divorcée le calvaire continue, nous cohabitons ensemble avec 3 enfants. Mon ex mari est alcoolique et violent. Je sais que je dois partir et sortir les enfants de là. Je suis à la recherche d'un appartement

    Répondre
    1. Rosalie

      Bonjour Hunt,

      Si tu as une affaire à un PN ou manipulateur c'est normal de se sentir vraiment vide et être vraiment très mal psychologiquement. La meilleure aide serait de te tourner vers un psy qui pourra t'aider à aller mieux, mais après tu peux également te trouver une passion ou sortir pour te changer les idées et prendre du recul face à cette homme, cela t'aideras un petit peu mais une chose est sur c'est qu'il faut que tu te dises que tu es une personne formidable et qu'il ne te mérite pas ! En tout cas fais très attention à toi et tes enfants… J'espère que tu trouveras très vite car là je n'imagine même pas comment cela doit être invivable :( 

      En tout cas bon courage et nous sommes là pour toi.

      Répondre
    2. nanou

      Bonjour Hunt,

       

      ton témoignage m' a touchée. J'aiune amie qui a subi la violence psychologique et physique parfois d'un PN.Il lui cherche toujours des ennuis par rapport à leur enfant de 5 ans! elle avait peur de lui car il lui a pis un coup de tête et elle l'a traîné au tribunal et il a réussi à s'en sortir…toutefois, elle a réclamé un logement d'urgence via le CCAS de sa commune en insistant bien sur le fait qu'elle se sentait en danger! elle a obtenu cet appartement dans la même commune mais elle va aménager en 2015 dans une autre commune avec son nouveau compagnon qui l'aide.alors je te conseille d'aller "pleurer" à l'assistance sociale et explicant bien ta situation et le fait que tu as peur pour tes enfants et toi au vu de ses problèmes d'alcool et ses accès de violence.Tiens moi au courant et j'essaierai de t'aider comme je le peux.>Courange et surtout, montre toi plus forte que lui et ne te laisse pas impressionée par lui car c'est lui le faible et non pas toi contrairement à ce qu'il veut te faire croire…donne moi de tes nouvelles et je t'embrasse ainsi que tes enfants.

      Répondre
    3. Celine

      Bonjour hunt

      Je te donnerais le même conseil que Nanou, fuis le, le plus tôt ….la cohabitation n’est pas bonne dans ce genre da cas….il faut rompre tous les liens et tu verras psychologiquement quand tu auras ton chez toi  tu te sentiras beaucoup mieux, cela ne veux pas dire que tu seras guéri mais les symptômes de sa présence s’envoleront.

      Courage.

      Céline

      Répondre
  5. Nora

    Bonjour 

    Merci pour ces quelques lignes. Je vis avec un pervers narcissique manipulateur depuis 31 ans et suis fière d'avoir réussi à demander le divorce. Ce n'est pas fini car des pénibles épreuves que j'ai pu connaitre est le fait qu'il détient mes enfants "en laisse". 

    Répondre
  6. Alice

    UNE PENSEE POUR JACQUELINE SAUVAGE, VICTIME, ELLE ET SES ENFANTS, D'ATROCES VIOLENCES CONJUGALES PENDANT DES ANNEES…QUI VIENT D'ECOPER DE 10 ANS DE PRISONS POUR AVOIR TUE SON BOURREAU.
    HONTE A LA "JUSTICE" FRANCAISE !!!!!!!

    Répondre
    1. kinda

      Bonjour Rosalie ,

      pour moi oui vous avez à faire a un manipulateur . Ne retournez surtout pas avec lui ! l'amour c'est pas ça du tout … Si vous le laisser revenir il va terminer le travail ! il va vous achever . Amusez vous sortez retrouver votre joie de vivre . Ayez confiance en vous prenez soin de vous .

      Répondre
      1. Rosalie

        Bonjour Kinda,

         

        Merci d'avoir pris le temps de me lire et merci de me soutenir :)

        Mais ne vous inquiétez pas car même si je l'aime encore un peu au fond de moi je ne retournerais pas avec lui car je sais qu'il est très mauvais.

        Oui l'amour c'est pas ça, je m'en rend compte mais il vous retourne tellement le cerveau que pour vous ça devient normal..

        Et c'est quand même malheureux à dire mais sans lui je revis enfin, comment un seul être peut vous enfoncez autant ? Je crois qu'on ne pourra malheureusement jamais les comprendre…

        Et d'après quelques posts que j'ai remarqué, je ne suis pas restée longtemps avec c'est peut-être pour cela que je commence doucement à reprendre ma vie en main mais en tout cas ceux qui sont victimes de ce genre de personne fuyez vite avant qu'il n'atteint votre âme.

        Répondre
  7. Rosalie

    Bonjour à tous,

    Je viens ici parce que je suis un peu perdue, j'aimerais que vous m'aidiez à savoir si j'ai eu affaire à un PN ou si je me monte la tête pour rien. Je vais vous expliquer mon histoire.

     

    Tout d'abord je suis restée 9 mois avec lui, et au début tout été parfait, je vivais un conte de fée et tout est allé également très vite. Au bout de quelques jours de relation il m'a demandé de vivre avec lui et moi naïve comme j'étais j'ai dit oui pensant avoir rencontrer enfin le véritable amour.

    Puis il commença à devenir jaloux, il commencer à m'interdire d'aller sur les réseau sociaux et ne voulait plus que je vois mes amis. Au début je ne l'écoutais pas et je me disais qu'il avait juste un peu de jalousie comme dans un couple normal. Puis un jour il m'a fait du chantage, sois j'arrêtais d'aller sur les réseaux sociaux sois on ne continuait plus alors j'ai choisis d'arrêter d'y aller car je me suis dise après tout c'est pas très grave et puis c'est juste le temps d'une phase parce que c'était le début. Mais après il a commencé à m'interdire de parler à mes amis aussi bien filles que garçons et il me disait que si je continuais à leur parler c'est parce qu'on avait pas la même vision du couple et je ne sais pas pourquoi j'étais comme sous son emprise alors j'ai dit oui.. Mais le problème c'est que moi je ne lui interdisais pas de parler à ses amis mais il m'a dit soyons équitable donc j'ai dit d'accord ( mais j'ai su après notre rupture qu'il n'avait pas arrêté de leur parler et bien sûr en discret ) puis on avait encore quelques amis quand même mais bizarrement dès que mes amis proposés une sorti il disait que ça ne servait à rien et trouver des excuses mais quand c'était les siens il fallait qu'on y aille. Mais le pire c'est que j'ai su qu'il regardait dans mon téléphone en douce ( bien évidemment vu que je n'ai rien à cacher je me suis juste dit qu'il avait besoin d'être rassuré ) mais le pire du pire c'est qu'il effaçait tous les numéros de personnes pour que je ne les contactes plus. Jusque là on dirait que de la jalousie mais après il a commencé au bout d'un mois à me rabaisser, à me laisser parfois de côté et à me faire très mal psychologiquement. Il était très violent dans ces propos surtout quand je m'opposais à lui et je commençais à avoir peur qu'il n'en vienne aux mains. Bref, avec lui je me suis sentie vraiment inférieur à lui, j'avais l'impression d'être une 'sous merde' et il me le faisait bien comprendre. Il m'interdisait de fumer, voulait que je sois comme il le voulait pour plein de choses, il en avait marre de mes défauts et voulait que je sois la femme dont il rêvait. Mais comme je l'aimais tellement que je n'ai rien dit et je me laissais humilier, et puis je me disais qu'il n'y avait pas que des mauvais coté d'être avec car il prouvait qu'il m'aimait ( enfin je n'en suis plus sur, peut-être étais-ce des illusions.. ), il était attentionné et à l'écoute de mes désirs mais il fallait absolument que je sois à l'écoute des siens sinon là ça aller mal également.. Avec lui je suis partie en dépression, j'étais vraiment malheureuse et je me sentais comme emprisonner mais je ne pouvais pas partir car je l'aimais trop.. Il était méchant avec moi et parfois même s'en foutais que je pleurais.. A l'extérieur tous le monde croyait qu'on était un couple parfais, tout le monde l'aimait et j'avais déjà remarqué qu'il changeait du tout au tout face à ma famille.

    Mais un jour j'ai découvert qu'il me mentait et qu'il m'avait trompé.. De ce fait j'ai attendu des explications ( c'était flou ) et il mentait et essayer de dire que ça n'était pas arrivé mais au final il m'a quitté mais en me laissant culpabiliser, il me disait que c'était de ma faute et qu'il n'aurait jamais fait ça si je ne lui avais pas fait ou dit ceci.. Du coup on s'est remis ensemble ( Je me suis dis qu'on avait le droit à une deuxième chance après tout et vu que j'étais folle de lui ça n'aide pas ) Quand on s'est remis ensemble forcément j'étais méfiante et le fliquer, mais en le fliquant j'ai découvert qu'il me mentait encore alors il n'a pas été content que je découvre son vrai visage et il m'a encore quitté ( il a fuit ses responsabilités ). A cause de lui j'étais malheureuse et vraiment au fond du gouffre, je voulais retourner avec alors qu'il me faisait tant de mal. Mais un jour j'ai fort réfléchis et j'ai remarqué qu'en fait il était néfaste à mon existence et qu'il m'avait emprisonner dans son monde à lui et je ne pouvais plus être libre de mes mouvements. Dès lors je me suis remise à voir mes amis, à sortir, à être heureuse même si il me manque car je l'ai vraiment aimé mais je n'ai jamais été aussi contente d'être seule.

     

    Alors d'après vous est ce que j'ai eu affaire à un PN ou manipulateur ? Puisque je ne sais pas mais certains point ne concorde pas car il m'aimait vraiment ( enfin je crois ) et puis il m'a quitté c'est bizarre non pour ce genre d'individu ?

     

    Merci d'avoir lu et merci de m'aider si vous le pouvez :)  

    Répondre
    1. Manon

      Rosalie,

      Effectivement et sans aucun doute tu étais en relation avec un PN….. Je me retrouve dans ton histoire. Très heureuse de voir que tu n'es plus avec ce monstre et que tu te reconstruis. Je suis aussi surprise de voir comment tout ces évenements se passent en un si court temps de relation. Moi j'ai été un peu moins d'un an et ca fait quelques posts que je lies et plusieurs ont été si peut de temps avec leur PN et les dégats ont été tellements importants! Encourageant de voir qu'on se sort de cet emprise mais pas sans séquelles non…. Ce site est vraiment un anti-biotique pour notre rétabilissement…Merci…

      Laches pas Rosalie tu es sur la bonne voix et tu  n'es pas seule

      Manon :)

      Répondre
      1. Rosalie

        Manon,

         

        Tout d'abord merci de m'avoir lu et merci de me soutenir et de répondre à mon post :)

        Et oui heureusement que je ne suis plus avec lui mais quand j'y repense je ne sais pas si j'aurais eu la force de le quitter mais heureusement que c'est lui qui l'a fait car sinon il aurait certainement continuer à me détruire petit à petit jusqu'à ce que je n'ai plus aucune personnalité..

        C'est vrai que c'est étonnant comment on peut si vite être sous l'emprise de ce genre de personne sans s'en rendre compte..

        Ah toi aussi tu as eu affaire à un PN ? Comment vas tu depuis ? Tu arrives à te reconstruire ?

        Heureusement pour moi j'ai des personnes ( familles, amis, collègue.. ) qui sont juste géniaux et me soutiennent et m'aident à me changer les idées :) Et non Manon, on n'en sort jamais indemne , d'une part on devient plus fort lorsqu'on surmonte ce genre d'épreuves mais on a toujours une peur de retrouver ce genre de personne en tout cas c'est mon cas, j'ai peur de retrouver encore un PN et le comble serait de revivre la même situation sans m'en rendre compte :/

         

        Oui je trouve que ce site est génial :D Mais bon j'aurais préféré que ce genre de personne n'existe pas et qu'on n'ait pas un besoin d'en parler.. Surtout quand je vois certains posts je suis toujours étonnée de voir autant de personne sous l'emprise de PN ou manipulateur :/

         

        Ne t'inquiètes pas je ne lâcherais pas et je suis prête à aider les personne dans le même cas que moi. Alors personne ne doit lâchez face à ce genre d'individu ! :)

        Répondre
        1. Manon

          Rosalie,

          J'ai quitté ou plutot foutu dehors mon PN il y a déjà 2 mois après 9 mois de relation et de mensonges…… Je l'ai quitté le 25 aout et eu des nouvelles par courriel le 22 septembre me disant combien il m'aimait et que nous étions fait l'un pour l'autre..  bla bla bla….et les violons avec ca…… je lui ai répondu que je ne pouvais continuer cette relation car je n'avais et n'aurai jamais confiance en lui après tous les mensonges et manipulations qu'il ait pu faire et aussi que je n'aimais pas sa personalité… un point c'est tout…… et que je quittais également les amis en qui je ne pouvais avoir confiance et c'est ce que j'ai fait…. je l'ai bloqué de mes courriels, donc depuis le 22 septembre, aucune nouvelle alors je crois fortement qu'il a surement une nouvelle conjointe ou peut-etre meme une conjointe qu'il avait et qu'il a reprit! Je m'en fou complètement….. il m'avait dit dans ce courriel que je ne pouvais bien pas avoir confiance en lui car je n'avais pas confiance en moi….. Ha Ha Ha Ha! Il avait raison…. car si je m'étais fait confiance au départ je ne lui aurait meme pas adressé la parole car j'avais l'impression d'etre en présence d'un imposteur….. je me suis fier à un couple d'amis par laquelle je l'ai connu et que j'ai également retirer de mon décor…. TERMINÉ pour moi Rosalie…. Oui bien sur, j'ai peur de retomber sur un malade comme mon PN encore une fois….. mais je m'écouterai, j'écouterai la petite voix qui me dit COURT, SAUVE TOI…. Promis que je m'écouterai mais je ne suis pas pressée, je me reconstruis, ca se passe bien, très grand moment de vide mais ca va…… je lis les post sur ce site tous les jours meme si j'ai 12 heures de décalage avec vous, ca m'aide beaucoup.  Et il faut être humble, je sais très bien qu'est-ce qui m'a poussé sur un monstre de la sorte….. mon vrai père……… donc oui j'ai encore du travail à faire sur moi au niveau affectif mais là, je prend le temps et je crois que c'était nécessaire…… Alors continues Rosalie, tu es courageuse et tu mérites mieux ca c'est certain.. je continuerai de te lire et au besoin, ne te gènes surtout pas!

          Manon xx :)

          Répondre
  8. Rosethé

    Bonjour  Mathias 

    il y a une question qui me taraude :

    les P.N sont-ils vraiment malades (ce qui expliquerait leurs attitudes ) et les rendraient donc "innocents"

    ou font-il cela sciemment , jour après jour ?

    trouvent-ils les failles de l'autre dans l'intention de s'y engoufrer et ensuite de le détruire ?

    je suis sans doute naïve mais je n'arrive pas à concevoir que l'on peut être assez tordu

    pour échafauder ainsi des plans nuisibles sur le long terme et quelque part, je me dis 

    que quand même, faut être sacrément costaud.

    Plus grave : maintenant que je vais mieux,que mon cerveau à l'air de nouveau en état,

    je me remmémore certaines situations et je  me demande si ma destruction était assez rapide ,car, il m'a mise en péril physique plusieurs fois.

    est-ce  que veuf, avec 3 enfants n'aurait pas ajouté à son prestige ?

    déjà qu'il m'avait épousé, moi,"la pauvre divorcée avec un enfant handicapé ?"

    Hum…

    Merci de votre réponse et merci à tous.

    Répondre
    1. Mathias Auteur de l’article

      Rosethé,

      Les pervers narcissiques sont des malades mais cela ne les rends pas pour le moins innocents de leurs actes, bien au contraire puisqu’ils préméditent leurs actions et sont lucides de la situation.

      Rosethé comme vos questions sont spécifiques, si vous souhaitez obtenir des réponses il est possible pour vous de prendre un rendez-vous téléphonique car ce genre d’explication se fait au cas par cas.

      Pour tout contact en ce sens : lesperversnarcissiques@gmail.com

      Bonne soirée à vous.  

      Répondre
      1. Rosethé

        merci mathias pour votre réponse.

        il faut dire que depuis que j'ai "fui" de chez moi, n'ayant pour ainsi dire presque rien pour vivre,

        je n'ai pas pris d'avocat lors du divorce.

        de toute façon, c'était perdu d'avance. Face a un homme qui savait si bien embobinner, j'en était bien consciente que personne ne pouvait rien faire,pour moi,

        la situation se serait retournée contre moi.

        m'exposant à des repressailles qui n'auraient pas tardées.

        je vais faire comme vous dites.

        Mais il faut bien comprendre que je laisse à mes enfants le temps de réaliser.

        parceque, c'est leur père.

        et que je ne dois pas ternir son image à leurs yeux.

        je vais me renseigner ,bien sûr,

        mais surtout, faire comme lui (joueur d'échec) 

        anticiper les coups et trouver la parade avant que l'autre ne l'ai entrevue

        parceque si c'était son mode de fonctionnement, lui, si intelligent,

        ce n'est pas sûr que , finalement,je  ne la trouve.

        parceque finalement, c'est un pauvre type.

        et que tout simplement , handicapé de l'âme et de l'amour, il me fait pitié.

        Un jour, je l'espère, passeront dans ses veines tous les produits que j'ai connu,

        pour qu'il puisse revennir à la réalité.

        Mais j'en doute.

        Pour préserver mes enfants, je dois continuer.

        Merci pour vos conseils.

        Répondre
    2. violette91

      Et bien moi j’ai deux questions qui me taraudent :

      pour l’une d’entre elle j’en ai parle dans mon message précédent de ce jour ou d’hier ou je dis qu’il ma fait le profil point par point du PNM et de comment il fonctionnait en me citant que mon fils avait été son champ de tir (il la mis dehors pour commencer a m’isoler nous vivions toujours les 3) qu’il se rendait compte qu’il était méchant et avait besoin de faire mal ! etc etc

      accompagne de grosses larmes !! enfin très clairvoyant et très bluffant !

       

      la 2e question c’est que j’avais beaucoup d’intuition pour deviner ses faits et gestes ses mauvaises pensées ou actes pour me faire mal ! et là aussi ont ils une capapcité à lire en nous a décoder a décrypter dans nos pensées ? comme de la télépathie en fait !!!!!

      avez vous des expériences de ce genre ? et qu’en pensez vous ?

      merci de me répondre cela me retirerais un poids pour trouver une explication car je suis sans cesse en interrogation sur ces deux questions là !

      merci beaucoup

      Répondre
  9. Mathias Auteur de l’article

    Bonjour Violette91

    Le processus de construction dans l'enfance joue un rôle déterminant pour la vie adulte, votre questionnement quand au rapport que vous avez eu avec votre père et l’éventuelle incidence avec votre ex conjoint est légitime.

    Ce n'est pas possible de faire évoluer un dialogue sur ce point par écrit, il faut en parler de vive voix pour cela.

    Cependant si vous me permettez de faire une ébauche, il semblerait que votre vécu familial au quotidien ait créer des failles de différentes natures lorsque vous étiez enfant. Le climat familial engendré par votre papa a été perturbant mais paradoxalement c'est une situation connue dont vous arrivez plus ou moins à vous adapter.

    Il peut exister une accommodation dans ce qui est connu, même si cela est une source de souffrance et je n'évoque pas là un mécanisme conscient de souffrance car personne ne veut souffrir délibérément.

    D'ailleurs aucune victime de pervers narcissique n'est masochiste puisque lorsque la souffrance devient trop grande, le besoin de se détacher devient vital. C'est problème récurent qui surgit avec l'entourage lorsque la victime essaie de parler de son bourreau puisque la famille, les amis,…, ne comprennent pas pourquoi vous ne pouvez pas tout simplement le quitter et y voient une certaine forme de masochisme. Pour l'entourage, si une la victime souffre mais qu'elle ne part pas, c'est qu'elle le veut bien, qu'elle le cherche. C'est tout le malheur d'observer des personnes qui devraient être des soutiens moraux devenir par incompréhension les complices involontaires du pervers narcissique en plongeant encore plus la victime la tête au fond de l'eau. L'isolement est terrible !

    Violette91 vous avez eu une excellente initiative de suivre une psychothérapie, j'espère que celle-ci portera ses fruits dans votre processus de compréhension mais aussi de reconstruction. Comme vous le soulignez cela n'est parfois pas suffisant, il faut une écoute différente et surtout en parler avec des personnes qui ont du vécu. Pour votre demande concernant des médecines alternatives, il existe énormément de possibilités il vous faut trouver celle qui soit la plus adaptée. Cependant si traiter les symptômes est primordial vous devez aussi en soigner la cause psychologique car le cerveau fait que le corps va mal mais tenter de soigner son corps ne cicatrice pas les blessures psychiques.

    Beaucoup de courage à vous Violette91

    Répondre
    1. violette91

      merci mathias pour cet encouragement et eclaircissement !

      ce forum est franchement un belle initiative et se nourrit de nos experiences pour aider conseiller et eclairer les victimes !

      merci mathias

      merci alice

      merci aux autres et bon courage à nous tous ! on est vivant  enfin presque !

       

      Répondre
  10. Vanilla

    Bonjour à vous tous,

    Je ne sais comment vous remercier pour vos messages de soutien et de m'avoir permis d'ouvrir vraiment les yeux sur ma situation. Je penses que les choses sont plus claires pour moi et que j'ai eu effectivement de la chance de m'en rendre compte rapidement et que je ne perds rien avec cette personne, que je n'aurai fait que souffrir….

    J'ai coupé les liens avec lui, j'ai effacé son numéro de téléphone et renvoyé par courrier les clés de chez lui et je me battrai pour ne pas lui répondre si il vient à me contacter à nouveau.

    J'envoies tout plein de courage et de soutien à toutes celles et mêmes ceux qui se trouvent encore avec un ou une PN. Le chemin n'est pas facile mais heureusement qu'il existe des lieux de discussion comme celui-ci pour pouvoir en parler.

    Grosses bises à vous

    Et merci merci encore !!!!

    Répondre
  11. Vanilla

    Bonjour,

    Je tiens à vous remercier Céline, Rosethé et Alice pour vos messages.

    En vous lisant ca me soulage un peu de voir que d'après mon récit ce n'est pas moi qui ai un souci mais par contre je n'arrive pas à me faire à l'idée que malgré tout ses mauvais côtés il avait quand même des moments où il pouvait être gentil à mon égard.

    J'ai relu des SMS qu'on s'envoyait au début et il m'appelait "mon coeur", qu'il me disait qu'il aimerait que je sois là à ses côtés, qu'il y avait encore pleins de belles choses à venir et pleins de choses comme ça et me fais limite avoir des regrets et je me dis c'est peut être moi qui ai mal compris ce qu'il voulait et que j'ai mal interprété les choses, en fait que j'ai été trop exigeante !!!!!!

    C'est terrible et déstabilisant d'avoir ce sentiment, à la fois il nous fais du mal et en même temps se dire il avait pourtant des élans où il pouvait être gentil !!!

    Il va me falloir du temps pour passer à autre chose, que j'aurai aimé ne pas croisé son chemin…

    Merci de m'avoir lu à nouveau.

    Répondre
    1. Alice

      Coucou Vanilla,

      Tu sais, les belles paroles qu'il a pu te dire ne lui coûtent rien : ça ne se mange pas en salade…

      Bien sûr qu'il y a des moments où il a su se montrer "gentil" : manipulation car on n'attrape pas les abeilles avec du vinaigre… Ce chaud foid est tout à fait caractéristique !!!

      Tu aurais été "trop exigente" ? Alors il faudrait définir ce qu'est l'exigence…

      – Qu'il n 'arrive pas bourré à vos rendez-vous, est-ce être "exigente" ou considérer simplement que oui effectivement IL A UN PROBLEME et que cela n'est tout bonnement pas "normal" ni acceptable !!! ça commence bien pour un début !
      – Qu'il refuse les rapports protégés…au nom de QUOI ??? Compte-t-il te laisser un cadeau empoisonné ? Pose-toi la question…
      – Qu'il déblatère sur ses ex : dans quel but ??
      – Qu'il s'autorise à vouloir contrôler ton portable ?? De quel droit ??
      – Et qu'il se permette encore des attaques sur ton physique ???!!! là, on marche sur la tête !!

      Ce n'est pas ainsi que débute une relation amoureuse sur des bases d'équilibre et de respect de l'autre. Ce n'est pas ainsi que l'on traite une personne qu'on aime.
      Enfin, tu remarqueras que tous ces "incidents" sont des atteintes délibérées à ton intimité, corporelle ou autre ! pour moi, ça relève de l'intrusion agressive, voilà.
      Et ça, ce n'est pas bon !!!

      Et pour couronner le tout : le truc typique du PN : il faut très vite déménager de chez toi pour emménager avec lui !!!! : alors là SURTOUT PAS : le piège se referme, c'est tellement plus pratique à huis clos…Et porte ouverte à toutes les brimades, sévices, ecroqueries financières et j'en passe. Crois-moi, si je te le dis , c'est que je l'ai vécu !!! et après ben va t'en débarrasser…C'est là que l'enfer commence véritablement !!!

      Mathias, si vous êtes sur ce site dont vous êtes l'auteur, dites à Vanilla ce que vous pensez de sa situation, s'il vous plaît !

      Bisous Vanilla : et tiens bon surtout !!

      Répondre
      1. Mathias Auteur de l’article

        Bonjour Alice,

        Je suis venu apporter ma contribution aux réponses qui ont déjà été faites à Vanilla et j'espère de tout coeur que cela va aller.

        Bonne soirée à vous

        Répondre
          1. nicole

            Je voudrais apporter mon témoignage sur ce forum parce que TOUTES vos histoires sont pareilles à la mienne, et en même temps différentes. Je voudrais vous montrer combien nous avons peine à nous détacher de l’emprise . j’ai 5 ans de souffrance avec un PN. J’ai donné des milliers d’euros à cet homme, il m’a trompée plusieurs fois, il m’a fait toucher le fond maintes fois. Et bien que je connaisse depuis 3 ans la nature du dysfonctionnement qui l’affecte, bien que je l’aie quitté au moins cent fois, sans exagérer, je retombe toujours sous sa coupe . La psychiatre a qui j’ai demandé de l’aide est incrédule:comment pouvez vous continuer à accepter cette maltraitance t, cette absence totale de respect, ces humiliations? Et j’ai dû faire le point avec moi même. Avec quel effroi je me suis rendu compte qu’en fait ma vie, depuis l’enfance a été jalonnée de PN! Cela a commencé par ma mère, dont j’ai réalisé récemment que le dénigrement systématique vous m’a conditionnée à me mettre toute ma vie en situation de victime de PN Elle continue d’ailleurs, ma mère. En 6 eme j’ai vécu une grande amitié avec une fille qui avait beaucoup d’ascendant sur moi. Elle était mon modèle, ma référence bien qu’elle se moque cruellement de moi . puis mon premier amour, à 16 ans prit la relève . chantage affectif., tromperie, mensonges . toute la panoplie . mais ce fut ma mère PN qui m’ouvrir les yeux et m’aida à le quitter . Elle reprenait tout son pouvoir sur moi . puis je tombe sur un patron PN qui me harcelé moralement. Et je termine avec cet homme dont je vous parlais au début . suis je folle pour ne pas savoir échapper définitivement à lui? Vais je répéter jusqu’à la fin de mes jours cette soumission à Un PN, quel qu’il ou elle puisse être? Comment briser le cycle . Comment ne plus me laisser séduire et/ ou apitoyer par ces toxiques?

      2. myriam

        bonjour

         

        juste un court message car je n'ai pas accès à internet comme je le voudrais

        ce sont des êtres néfastes et je suis en plein dedans mais il fait rester forte

        car même les mots doux il ne faut pas ou plus y croire

        il faut se dire on n'est pas les premières ni les dernières et ils sont très forts et grâce aux autres sans les autres ils sont rien

         

        ils peuvent faire beaucoup de dégats surtout au niveau de leur propre enfant

        k

        ils n ont aucune fierté dignité rien

        moi j'ai vécue 20 ans avec

        un enfant et il a tout détruit

        il m 'a fait passé au niveau du tribunal pour maltraitante envers lui et ma fille

        pour aller plus vite

        etc

        et voler tout dans nortre maison

        ils sont près à mentir auprès de n'importe qu'elle administration

        et on les croit

        mais ptit a ptit

        il faut les faire tomber dans leur propres pièges en restant fortes

        même si on fait du mal à la chair de notre chair

        ne rien lâchez

        ils sont violents et disent tu es la femme de ma vie

        et sont les premiers à aller ailleurs

        et tout ce qu'ils font de mal ils vous retournent tellement le cerveau qu ils vous font croire que c'est vous la pourrie et eux les victimes

        bref

        ceci est un résumé

        allez courage

        on peut tout perdre comme moi sauf sa vie

        et être fière de se débarasser de ces "merdes" et aucunes pitiés même si on les a aimé

        il faut tout zappe comme eux …. eux ne regardent pas leur passé

        ils vivent de bons moments présents sans penser aux mals qu ils font

        c est surtout aux enfants

        c 'est le plus dur

        patience

        c 'est long mais jamais baisser les bras

        et les amis soi disant

        ils sont aussi manipulés par eux

        j'ai eu des attestations contre moi des fausses déclarations

        on sait ce qu'on vaut

        bye et COURAGEEEEEEEEEEEE * myriam

        Répondre
        1. Alice

          Myriam,
           

          Je rejoins tout à fait tes dires : aucune pitié, aucun attendrissement sur leurs larmes de crocodiles, aucun regret même si on les a aimés. Pour ma part, la prise de conscience de l'anormalité de ce que le PN me faisait vivre a été sans appel :
          oui, il faut les ZAPPER SANS ETAT D'AME !!! A partir de ce moment là, ils n'ont plus aucune prise. Oeil pour oeil et dent pour dent.
          Courage à toi et à tous qui êtes sur ce forum.

          Répondre
    2. Manon

      Ho Vanilla,

      J'ai lu ton petit résumé concernant ton histoire… Son enfance est identique à celui de mon PN a moi, maltlraitance, manque d'amour…… En si peu de temps et au début de votre relation, tous ces évenements épouventables, gros manque de respect et de savoir vivre, dis merci à la vie, lache la culpabilité et cours très vite, sauve toi au plus vite, c'est bel et bien un PN…….. reprend ta route paisible et saine il est temps, n'investit plus la dedans et dis encore merci à la vie de t'avoir fait voir ton PN aussi rapidement dans la relation……Ho que j'ai reconnu mon début de relation en te lisant et j'ai quand meme poursuivit, méchant erreur….

      Manon xxx

      Répondre
    3. Mathias Auteur de l’article

      Bonjour Vanilla,

      Vous n'êtes pas exigeante, la situation sentimentale dans laquelle vous êtes n'est pas normale.

      L'amour se situe dans le partage, la rencontre de deux être différents qui apprennent à se connaître et composer ensemble pour avancer sur un même chemin pour construire une relation dans le respect.

      Bâtir une relation revient à construire une maison (pour imager) et par quoi commence la construction ? Simple, les fondations.

      Regardons ensemble les fondations de votre couple dès votre premier rendez-vous :

      • Il vient vous rencontrer alcoolisé

      • Vous rabaisse physiquement

      • Dénigre votre capacité à élever votre chien

      • Veut que votre téléphone portable soit visible en permanence

      • Exige des rapports sexuels non protégés

      D'un côté il y a des mots doux, de l'autre il y a des actes et c'est au travers de ces actes qu'un couple se forme. Vos rencontres démontrent, par les faits, un manque absolu de respect ainsi que l'absence d'amour de son côté. Il ne voit pas en vous une personne à découvrir mais au contraire une femme à asservir ce qui est très grave.

      Regardez la manière dont il cherche à vous contaminer, il veut être votre geôlier, votre maître à penser et exige de vous ce que personne n'a le droit, mettre votre santé en jeu.
       

      Au delà du fait que c'est inadmissible, voyez aussi à quel point cet homme manque de considération pour vous. Mériter du respect n'est pas de l'exigence et en tant que femme il devrait vous convoiter, non pas vous maltraiter.

      L'essentiel pour vous Vanilla est de prendre conscience de la situation absolument anormale que vous vivez, n'hésitez pas à nous en parler si vous sentez vos sentiments vaciller.
       

      Mon conseil est, si vous le pouvez, d'effacer les sms/mails/lettre que vous avez de lui afin justement de ne pas replonger dans le questionnement. L'idéal pour vous serait de couper tout moyen de contact avec lui de manière définitive, cela ne vous empêchera pas de l'aimer encore, il faut du temps.

      Ne laissez pas le doute s'immiscer dans votre esprit, vous n'êtes pas responsable.

      Beaucoup de courage à vous.

      Répondre
    4. violette91

      bjr

      depuis un petit un moment absente mais pas en lecture des commentaires

      je comprends le questionnement de vanilla car je l’ai vécu et le vis toujours encore ! c’est en effet très dur de se convaincre que son compagnon est un monstre ! il a tellement de bons cotés ! des attentions des petits mots doux des petits cadeau des petits messages réguliers du style je t’aime je pense a toi tu es la femme de ma vie tu me manques etc etc …

      pas facile de se dire que c’est un être qui se nourrit de notre énergie qui joue un rôle qui joue la comédie qui se délecte à mettre en place des stratégies pour nous maintenir en laisse et nous faire mal pour satisfaire leur ego et le valoriser pour atténuer ses angoisses ! petit a petit l’addiction naît l’attachement se met en place la dépendance de toutes ces petites attentions tout cela pour occulter les mauvais moments qu’il n’oublie pas de nous faire vivre 

      je suis en pleine démarche de rupture définitive ! inutile de vous dire que c’est hyper difficile ! je ne sais pas combien de tentatives j’ai mis en place après plusieurs jours consécutifs ou je tiens le coup et bien il sait se faire agréable et j’oublie le mal qu’il m’a fait temporairement je craque mais avec toujours la conscience que je suis malheureuse avec lui que je vais rompre de nouveau

      oui j’ai honte de devoir dire que je reviens au galop que j’attends ses appels ses venues etc etc

      je pense enfin arriver au bout du bout et pense sincèrement avoir rompu définitivement !

      j’arrive a mettre immédiatement en place tous les actes mauvais sadiques juste après mes pensées qui me disent que c’est un être bon gentil avec qui j’aime être ! j’écris sur une feuille toutes raisons qui font que je grandis grâce a cette expérience 'mauvause' certes mais il faut en retirer des aspects positifs pour ne pas se culpabiliser

      j’ai mis presque 8 mois a mettre en place une stratégie pour le quitter car il ne le voulait pas ! je suis enfin chez moi mais souffre de solitude ! mon entourage m’a laisse pour compte et c’est hyper dur de voir que ses amis vous tournent le dos car vous trouve stupide d’avoir entrepris une vie commune avec un salopard! que j’aurais pu le voir plus tôt etc etc … enfin bref pour ceux qui n ont jamais rencontre un pn ils ne peuvent pas penser a quel point on se fait avoir avec ce genre de menteur comédien manipulateur etc etc…

      j’ai dit a mon pn  ce dont il souffrait il m’a dit que j’avais raison il a décrit tous les traits et le profil d’un pn ! j’en étais bluffer tellement il a été clairvoyant dans son fonctionnement ! j’ai espéré qu’il se donne les moyens de s’en sortir au vu du descriptif aussi précis et réel ! mais il est dans le déni immédiatement les jours suivants ! c’est a ne rien y comprendre !???, 

      j’espérais qu’il se fasse soigner !!!! l’avenir le dira ! en tous les cas je sais que je suis enfin presque libérée !!! en espérant que la solitude ne me fasse pas faire demi tour

      si vous avez des conseils je suis preneuse je me sens tellement ridicule d’avoir été aussi tenace pour me sortir de son emprise et maintenant chez moi sans lui je n’ai pas pu rompre d’une manière définitive ! il sait qu’il a la main sur moi et en profite et attend que sa proie craque et revienne vers lui !

      Si vous avez eu ce genre d’hésitations en nombre éclairez moi j’en ai besoin car me trouve très franchement ridicule et culpabilise à mort !

      merci

      Répondre
      1. violette91

        je reviens vers vous pour savoir si vous avez des expériences pour vous aider de l’emprise en plus d’une psychothérapie mais avec d’autres médecines alternatives ,

        emdr pour traiter le traumatisme

        fleurs du dr bach pour gérer des émotions et traiter la rupture culpabilité solitude etc

        reiki pour gérer la perte d’énergie ou autre ?

        eft ou tipi ?

        si vous avez essayer ce genre de traitement donnez moi des infos et conseils les résultats attendus et reçus 

        merci et bon courage

        Répondre
        1. Rosethé

          j'ai été "soignée" avec tout ce qui exsiste, je crois:

          anti-dépresseurs,anxiolitiques etc… qui m'abrutissaient plus qu'autre chose.(et m'ont fait prendre 10 kg)

          petit à petit,j'arrête car j'ai trouvé une préparation à base de plante :

          "Bonne nuit" de Santaflor.Normalement il faut en prendre 4/jour.

          mais je n'en prends qu'1 ou deux.

          ça apaise mon coeur et je me sens mieux: moins d'angoisse et plus de cauchemard.

          je crois que c'est surtout un travail à faire sur soi (face à soi-même) , qui prend du temps mais c'est sûrement la meilleure façon de retrouver son équilibre.

          en parler sur ce sîte est vraiment formidable car, enfin,on se sent comprise.

          Bisou.

          Répondre
  12. Vanilla

    Bonjour à tous,

    Je viens vers vous car j'ai besoin de votre avis sur ma situation car je me sens vraiment perdue. Je n'ai plus confiance en moi et j'ai la sensation malgré tout que j'ai perdu la possibilité de construire une famille car c'est ce qu'il me proposer.

    J'ai lu et relu les témoignages présent sur cette page et j'en arrive encore à douter que j'ai eu finalement affaire avec un pervers narcissique.

    Voici mon histoire en résumé et les faits :

    Il y a un mois et demi de ça je rencontre un homme par l'intermédiaire d'une amie, 35 ans, ancien militaire, un lourd passé familial (a subi des maltraitances par son beau-père à l'âge de 10 ans et sa mère apparemment ne faisait rien pour stopper ça puis a vécu en famille d'accueil…. ) mais qui a très envie de se poser et de fonder une famille.

    Jusque là rien de particulier, on se voit les week ends, on habite à 50 km l'un de l'autre.

    Les faits :

    1/ 1er soir et 1er week end ensemble : a abusé de l'alcool, me parle de ses ex me disant qu'il a tjrs eu de belles femmes, que j'aurai de quoi complexer, me donne des leçons sur la façon d'éduquer ma chienne, me dit comment il voit lui la relation, me parle très sec et même vulgaire, qu'il veut un enfant rapidement, m'encourage limite à déménager rapidement pour habiter avec lui et tomber vite enceinte, veut que je laisse mon portable en dehors de mon sac car pour lui ça cache quelque chose, me dit qu'il faut que je saches qu'il y a bcp de femmes qui aimeraient être à ma place, s'est mis très en colère quand je lui ai dis que je ne voulais pas de rapport non protégés,…..

    2/ Le week end suivant on devait se voir mais il y a eu un changement de mon côté et je ne pouvais pas passé tout le week end avec lui et je lui ai proposé de se voir quand même le dimanche, il n'a pas voulu et il l'a très mal pris, me disant que j'annule au dernier moment alors que lui avait prévu des trucs pour nous, que il sais à quoi s'attendre maintenant, que je suis pas fiable, que je me suis pas mise à sa place. Je me suis sentie très très mal et énormément coupable. on s'est eu au tél pour s'expliquer il m'a raccroché au nez.

    Je résume car il y a bcp d'autres choses.

    3/Un autre week end passé avec lui, j'arrive le vendredi soir, il avait encore un peu bu et au fur et à mesure de la soirée il vide les fonds de bouteille, nous ne mangeons pas de suite car soit disant il veut souffler car il a eu une dure semaine que l'on mangera plus tard,ce qui est faux ! La soirée passe il boit, et j'ai droit encore à des "gentillesses", que le samedi précédent ou je n'étais pas là il est sorti en boite car après tout il a le droit de profiter aussi car pour lui je n'étais pas venu car j'étais avec quelqu'un d'autre, que c'est pas étonnant que je n'ai pas encore fait ma vie,…puis il devait être 3h du matin il s'est mis à regarder des vidéos d'hommage aux hommes qu'il a perdu pendant les combats (ancien militaire), il s'est mis à pleurer et me racontant les horreurs de la guerre… etc

    Je vais m'arrêter là car je penses que vous avez assez d'éléments pour me donner votre avis sur la question.

    J'ai mis fin à la relation il y a une semaine mais j'arrête pas de culpabiliser

     

    Merci de m'avoir lu et de me dire si j'ai bien fait

    Répondre
    1. Celine

      Bonsoir Vanilla

      Surtout ne culpabilises pas, tu n’as rien à te reprocher…Et surtout tu as eu raison de mettre fin à ta relation car tu es tombé sur un homme qui a mon avis se serait révélé dangereux .

      Je pense qu’il a un besoin compulsif de possession et de contrôle, si on ajoute à cela son vécu et l’alcool on a de bonne base pour avoir un cocktail explosif ! Quelle chance tu as eu de t’en rendre compte de suite. Perso sa description ne présage que du mauvais, une personne malsaine.

      Vis ta vie sans te retourner …..surtout ne réponds pas s’il te recontacte…coupe les ponts définitivement avec lui.

      Courage et reviens nous voir.

      Céline.

      Répondre
    2. Rosethé

      tu demandes si tu as bien fait ?

      mais tu le sais.

      Culpabiliser ? Pourquoi?

      si déjà tu culpabilises, cela sera  comment plus tard ?

      ses échecs, ses larmes de crocodile ne sont pas les tiens.

      il veut te gouverner , comme dans l'armée, mais tu n'es pas son bon petit soldat.

      tu en as déjà conscience. alors?

      Répondre
    3. Alice

      Vanilla !

      le type dont tu parles : on dirait mon ex !!!! qui m'a mené au fond du gouffre !!!! Même profil, excepté le "délire militaire" – mais il en avait bcp d'autres – je dis "délire" car il y a de fortes chances pour que ce qu'il te raconte ne soit pas vrai : tout mensonge est bon pour eux afin de se faire plaindre, d'épater la galerie, et de faire "oublier" leurs cruautés verbales qd ils ont allés trop loin et sentent qu'ils perdent le contrôle !!!

      Pour moi, aucun doute : c'est un PN, il en a tous les travers et le comportement.

      Alors sauve-toi !!! Ne culpabilise pas surtout !! Imagine deux secondes ta vie future avec un enfant et ce type qui te traite avec un tel manque de respect !!! ça ne peut que finir TRES mal, et j'en sais quelque chose !!

      Répondre
  13. Elisabeth

    Bonjour à tous,

    Y-a-t-il quelqu'un parmi vous qui puisse partager son expérience avec une mère ou un père -pervers narcissique ?….Malheureusement depuis de nombreuses années ,intuitivement et émotionellement , et depuis peu d'une manière plus rationnelle mais aussi plus détachée, je suis convaincue que ma mère présente un grand nombre de caractères typiques du narcissisme pervers….Ma mère a 80 ans, j'en ai 53……je vous remercie pour vos témoignages qui m'aideraient beaucoup à comprendre encore mieux ma situation……..par la suite, j'expliquerai plus concrètement si cela interesse quelqu'un.

    Elisabeth

    Répondre
    1. Rosethé

      que te dire? je n'ai pas eu une mère facile: à 11 ans, j'ai dû m'occuper de ses 3 enfants en bas âge dont son "fils-Roi".

      longtemps je lui en ai voulu d'avoir saboté mon enfance puisque de ce fait, j'avais bien trop de responsabilités.

      Et puis,le temps passant, je me suis dit que peut-être, les circonstances de l'époque (pas de moyens de contraception , peu d'instruction et autres…) 

      je n'avais pas à la juger. Une mère on en a qu'une.Alors, (ma mère a 82 ans) je la prends comme elle est.

      la tienne  t'a donné ce qu'elle a pû.

      comme la mienne . Point.

      c'est toujours mieux que rien.ne cherche pas plus loin.

      Bisou

      Répondre
      1. Elisabeth

        Merci Rosethé,

        Merci pour ta réponse !!!….Oui, je suis d'accord avec toi jusqu'à un certain point….on n'a qu'une mère, elle a fait ou donné ce qu'elle a pu, elle-meme victime d'une certaine éducation, d'un passé pas facile etc…….tout cela est vrai mais ne me suffit pas ! :-)

        Je ne suis pas dans une recherche destructive avec ma mère…..j'aimerais comprendre et avoir les moyens d'obtenir une meilleure relation……sinon, je crois que les non-dits, les ressentiments finissent un jour par exploser  !…..

        Bonne soirée à toi ! :-)

        Répondre
    2. Celine

      Bonjour

      Je suppose que tu as du faire le test pour penser que ta mère est peut-être une PN. Ils sont difficiles à reconnaître d’autant que désormais il est plus aisé de pointer du doigt une personne autoritaire et capricieuse en la nommant comme une perverse narcissique. Il faut pourtant bien faire la différence et ce test est là pour aiguiller en sachant que plus il y a de points concordants plus on peut dire que nous avons à faire à une personnalité perverse narcissique. Il arrive que même étant avec un/une PN nous trouvions des excuses au comportement du bourreau car celui ci nous a tellement poussé à la culpabilité que nous n’arrivons pas à prendre en compte tous les aspects…et au contraire d’autres en voit partout alors que c’est un autre cas qui n’a rien à voir avec ce type de pathologie.

      Ne pouvant souvent en parler à personne car elles ne comprennent pas l’ampleur de la situation, et vous mettes encore plus mal à l’aise, c’est souvent un combat que nous menons seul, c’est pourquoi des forums comme celui ci sont utiles, avec des personnes connaissant les pervers manipulateurs narcissiques parce qu’ils les ont côtoyés ou sont encore auprès d’eux.

      Je comprends que tu éprouves le besoin d’en savoir plus, on se pose toujours la question du pourquoi??? Tu peux nous en dire plus, je pense que ça peut en amener d’autres à dévoiler leur calvaire.

      Courage et à bientôt.

      Céline.

      Répondre
      1. Elisabeth

        merci Céline pour ta réponse constructive !

        Je connais les limites de ce type de test, aussi les dangers. On a toujours tendance à y trouver  la confirmation de ce que l'on cherche ….. donc l'interprétation en soi toujours subjective peut nous amener à des conclusions erronnées.

        De plus il y a , je crois, un tabou à considérer son père ou sa mère comme des "pervers narcissiques", ce qui n'est pas le cas quand il s'agit d' un (e) mari/femme ou d' un (e) compagnon/compagne. J'en suis extrèmement consciente et éprouve moi-meme  un certain malaise en prononçant ces mots en ce qui concerne ma mère. Mais pour voir plus clair, il est nécessaire à un moment de mettre des mots sur des émotions.

        Je continue demain, promis, car je dois m'absenter ! Amicalement …

        Elisabeth

        Répondre
        1. Celine

          Bonjour Elisabeth

          Si ma réponse à pu t’aider , tu m’en vois ravie.

          Bien sur qu’il est difficile de parler de ses parents ainsi, mais tu ne dois surtout pas culpabiliser en le faisant…Il est bon parfois de comprendre sinon on reste toujours à se poser des questions , à chercher pourquoi…quand on a compris, qu’on se sent aussi compris en parler… on peut se détacher de ses chaines et arriver à vivre autrement….

          Courage

          Céline.

          Répondre
      2. Rosethé

        merci , Céline.

        je crois que nous sommes sur la même longueur d'ondes.

        Mais pour les personnes âgés, je ne crois pas qu'il soit bon de rechercher les pourquoi ? et les comment ? :

        Ils vivaient dans une autre époque avec des traditions, des interdits qui n'ont plus court et que nous avons oublié, heureusement ou malheureusement.

        Je crois que nous ne sommes pas aptes à les juger ni même à les comprendre.

        Mon père , que je croyais si bon et bienveillant( que je vénérais) ne l'a peut-être pas été tant que ça.

        Ma mère a été sans doute aussi sa victime.

        Mais, " on ne parle pas de ces choses là"

        Ma grand-mère paternelle "était folle"

        décidemment, on n'en sort pas .

        Si nos témoignages, nos "conseils" peuvent faire évoluer un temps soit peu le cours des choses, je reste sur ce site.

        bonsoir, à bientôt

        Répondre
        1. Celine

          Bonjour Rosethé

          Certaines personnes pour avancer, pour ne pas culpabiliser, ont besoin de savoir pourquoi un père , une mère (ou autre) se comportent de cette façon…Une fois la chose comprise, ça leur permet de ne pas garder un sentiment négatif, et de tirer un trait sur ces questionnements sans jugements aucun.

          Nous sommes toutes et tous différents, avec des vécus différents ….la seule chose est qu’il faut du temps pour se reconstuire..

          Bien sur je suis persuadée que nos conseils peuvent aider les personnes qui sont dans cette situation et qui n’osent même pas s’exprimer mais qui peuvent nous lire et voient que d’autres ont vécu la même chose qu’elles…et cela leur permettra peut-être de réagir positivement pour leur bien.

          A bientôt

          Céline.

          Répondre
    3. violette91

      je ne sais pas ce que je peux t  apporter mais je pense au vu de ma situation et rencontre avec mon pn je pense avoir eu un père également pn ! avec l’alcoolisme en plus !

      mon père s’est toujours plaint de son enfance enfant unique ces parents l’ont toujours dévalorisé et comparer a ses cousines lui ont donne inculque d’avoir a être meilleur que le reste ses parents l’envoyait chercher de la nourriture sous les bombardements alors que eux étaient planqués a l’abri etc etc …

      je n’ai pas de souvenir d’avoir reçu de l’amour de la tendresse par mon père mais toujours de l’argent c’était sa façon de donner ! il y avait beaucoup de violence a la maison avec ma mère il était toujours entrain de lui reprocher tout et n’importe quoi s’isolait de nous et parait pendant 15 jours ou plus ne passait aucunes vacances fetes avec nous

      il critiquait tout et très associable râlait après tout le monde en voiture auprès des voisines n’avait aucun ami s’isolait du reste de sa famille mais gardait des relations très ambivalentes avec ses parents

      je l’ai rarement vu pleurer il aimait les animaux par contre 

      il détruisait toutes les relations toutes les belles attentions

      il est décédé voila 3 ans et bizarrement je l’ai pardonne et pensais souvent à lui l’implorait pour qu’il m’entende et qu’il m’envoie un compagnon pour rattraper mon enfance douloureuse car je vivais mal le fait d’être divorcée

      voilà que je fais un jour une belle rencontre via un site de rencontre bien connu !!!! et je n’en crois pas mes yeux quelle belle rencontre un homme que je pense être l’homme de ma vie gentil attentionné qui comprends les difficultés de la vie pour les avoir vécu beaucoup de points communs qui ne me juge pas m’idéalise me met sur un piédestal je suis pour lui aussi la femme de sa vie … vous connaissez la suite ! les mois passent toujours aussi idylliquement ….puis l’envie de se mettre ensemble rapidement (alors que j’ai toujours mis beaucoup de temps avant d’agir) de vivre enfin un vrai bonheur d’être sure de ne pas me tromper etc etc .. une évidence j’avais enfin trouver l’homme de ma vie !!!!!

      puis le soir même de l’emménagement patraptrac !!!!!!   le ciel me tombe sur la tête ! 

      il devient violent fou me critiquant me rabaissant m’humiliant jugeant et rejetant mes enfants ma façon de les avoir élevés d’avoir éduqué mon chien mon chat je suis une folle il est deçu de moi je lui ai cache des choses etc etc  ;;;; vous pouvez imaginez le quotidien aisément !  l’enfer !

      je me pose des questions que m’arrive t’il que lui arrive t’il , j’essaie de crever l’abcès de comprendre de communiquer d’agir de me remettre en question de réfléchir sur comment aborder le problème lui expliquer que la vie c’est pas ça etc etc !!!! je doute je découvre que c’est un bordeline lui propose de se soigner puis  je découvre sa double vie sa triple vie !!!!! et mets le doigt sur pire que ça uk est PNM !!!! oh la la c’est quoi cette bête là !!!! je lutte j  souffre je me vide !

      j’espère j’alterne des moments passionnels et horribles il mène la barque a son gré !!

      je rends mon courage a deux mains et je met tout en place pour le quitter ! j’y arrive mais j’en doute je continue a souffrir de cette double vie qu’il continue a mener sans se cacher !!! l’horreur la trahison l’incompréhension je suis moi même manipulatrice comédienne menteuse avec lui et ne le vis pas bien car ce n’est pas ma personnalité !

       

      et je me retrouve avec des soucis avec mes enfants qui ont plein de reproches a me faire mes amis m ont pris pour une imbécile un manque de personnalité car j’ai tout accepte de mon pn !

      je vis mal ma solitude me pose beaucoup de questions sur moi et tout cela me renvoie très aisément vers mon enfance bers mon père qui était PN !!!!

      voila un juste retour des choses un rôle ou je ne souhaite pas être victime et pourtant je le suis !

      comment sortir de ce mal être ???

      je suis suivi pas un psy mais je ne sais pas si j’avance a grands pas ! quoi comprendre dans cette relation avec mon pn y a t-il un lien avec mon père ?

      comment sortir de ce cercle infernal ! j’ai le sentiment  qu’une psychothérapie n’est pas suffisante ! 

      comment ressortir indemne de cette relation de son enfance qui pèse ?

      avez vous essayer d’autres alternatives d’autres traitements en médecines alternatives ?

      merci de votre soutien et bon courage 

      Répondre
  14. Alex

    Bonjour a tous ,

    voici mon vécu …

    en 2010 mon mari m'annonce qui a une relation sérieuse depuis 1 an … Avec un homme …. Sur ceux il m'avoue me tromper depuis plus de 15 ans ( je crois qu'il a tj fait) 23 ans vie commune ,17 mariage ! Il m'avoue qu'il a eu une maîtresse en 99 puis puis c'est retourner sur les hommes car elle prenait trop de place …. 

    Il ma bien sûre rendu responsable de son infidélité ,il avait les mots pour me culpabiliser et je l'ai cru ! Il me reprochait que je n'étais pas assez câline sexy …et que je n'étais pas assez maîtresse  .nous avons 3 enfants . Lors de sa révélation ,il ma rassuré en me disant que je ne manquerai de rien (j’avais arrêter de travailler pour qu'il puisse s'épanouir professionnellement ) il ma inscrit sur site de rencontre ,me disant que j'étais belle et que je trouverai quel qu'un …

    j'ai dialoguer avec une personne sur ce site et mon époux me faisait des réflexion du genre :les enfants vont se rendre compte que tu passe du temps sur internet ect…. Je pense qu'il en était jaloux!

    puis au bout de 3 semaines il est revenu sur sa décision de me quitter prétextant que j'étais celle qui avait toujours voulu ,qu'il m'avait négligé ainsi que les enfants ,qu'il allait moins bosser ….. 

    Je me suis remise en question pensant que tout était de ma faute .

    nous nous sommes remis ensemble et sommes partis vivre fin 2011 a la réunion ! Quel erreur!!!

    il n’avait rien arrêter ! Il se tapait encore des mecs …. Et me la avouer en oct 2012 ,prétextant qu'il avait besoin de tendresse et de se sentir aimer alors il ma propose (pour mon épanouissement sexuel et que ça serai bon pour notre couple) de m'inscrire sur un site de rencontre ,jais refuser au début car c'était pas moi ça mais il avait une façon de vous culpabiliser ,je peux pas expliquer …

    j'ai rencontrer des partenaires ,qui m'ont rassurer en me disant que côté sexe tout allait bien mais que c'était mon mec qui était bizarre …

    lui faisait ses plans Q de son côté et me demandait comment ça se passait de mon côté ,je lui disais 'bien' lui il voulait des détails … Et ne manquait pas de me rappeler que les mecs en voulaient qu'à mon Q vu mes 41ans et que je devais prendre en compte combien il m'aimait (mon mari) pour me donner au 'loup'.

    je suis actuellement séparée depuis mai2013 et retourner en métropole avec mon plus jeune enfant ,mes filles sont restées avec lui ,on leur a laisser le choix …,moi je leur ai expliqué que je devais rentrée auprès de ma famille pour me reconstruire …j'ai perdu 15 kg en 2 mois entre le temps de séparation et passage devant juge (a la réunion) 

    une amie m a ouvert les yeux et ma dit que je vivais avec un pervers narcissique ,quand je lie des témoignages je me retrouve ….

    j’ai rien vue venir ….c est un homme qui veut tout gérer et qui voulait que je reste a la réunion car comme il disait 'on est venu en famille' 

    j’ai peur pour mes filles ,qu'il les manipule comme il a fait avec moi .

    mon histoire est beaucoup plus complexe mais ça serai trop long a expliquer .

    merci 

    alex

    Répondre
  15. Marie

    Bonjour,

    Je ne sais si je vis avec un pervers narcissique mais je suis très mal dans ma relation..

    Cela fait 5 ans que nous sommes ensemble, mais nous ne vivons pas ensemble, il vit et travaille à 3h de route de chez moi….c'est lui qui m'a mis "le grapin" dessus…tout beau tout rose au début….

    J'ai du mal à cerner et expliquer les choses…je ne sais non plus si cela vient de moi ou de lui….Je vais tenter de faire le tri :

    1/ il ne s'est jamais senti bien avec ma famille, j'ai 4 grands enfants tous en couple et sommes très proche les uns des autres ainsi qu'avec ma mère, il les critique très souvent, nous traite de clan alors que ceux ci étaient content pour moi de cette nouvelle relation…mais lui fait tout pour s'exclure….a tel point que je n'ai plus envie de les recevoir lorsqu'il est là..

    2/ très vite il m'a poussé à déménager, il ne supportait pas que mes enfants ayant leur clés viennent quand ils voulaient….j'étais dans la même ville qu'eux et il voulait qu'on achète une maison…il n'avait de cesse et maintenait la pression…ce fut fait…maison à mon nom mais reconnaissance de dette envers lui qui a amené une somme au départ…erreur je le comprends maintenant. Je paie toutes les charges inhérentes à la maison…cela n'est pas un problème….lui est un activiste des travaux et de la déco….il n'a de cesse, alors que je ne demande strictement rien de faire pour la maison….et me reproche ensuite de profiter de lui de le traiter comme un larbin.

    3/ Impossible de communiquer avec lui….dès que j'aborde ce qui ne va pas…en faisant attention de bien dire ce que je ressents et sans l'agresser…il retourne tout contre moi….et me sors des méchancetés…dont souvent même j'ai honte..l'on va de crise en crise, jamais une longue période sereine…la relation peut redevenir correcte qu'à la condition que je mette tout dans la poche avec un mouchoir dessus…et cela me vide de toute mon énergie, je deviens vide…

    4/Il me dévalorise : je veux tout régenter, je suis une ambitieuse, je suis égoiste….parce que ma vie professionnelle je la mène endehors de lui et j'y réussi…

    5/ là, depuis un mois il s'est mis en maladie…il est encore prolongé de 15 jours et m'a dit que son médecin était prêt à l'arrêter plusieurs mois..pour des pb de dos…lorsqu'il m'a dit ça hier soir….j'ai craqué et lui ait dit que je POUVAIS pas, plus vivre avec lui…il a été insultant et m'a dit que je voulais le ficher dehors….et là je viens de recevoir un sms de lui me diqant que je le faisais souffrir et que je ne l'avais jamais aimé…

    Je ne sais comment en sortir…

    Merci de m'avoir lue…et encore plus de la réponse que vous pourrez me faire.

    Marie qui n'en peut plus..

    Répondre
    1. Alex

      Bjr Marie,

      il faut en parler autour de toi c’est le meilleur remède , pour reprendre confiance en toi et arrêter de culpabiliser .

      moi aussi il disait que je ne l'avais jamais aimer et que j'étais fainéanté  et un tas de conneries encore maintenant …je ne suis pas encore divorcée mais je suis loin de lui depuis 1an (10milles km ) mais il arrive encore a me faire chier avec ses lettres en AR …mais je tiens bon ,je suis bien entourée ,alors toi aussi tiens bon 

      Alex 

      Répondre
      1. Marie

        Merci Alex….mais là il squatte chez moi alors qu'il a un chez lui a trois cent km…il me culpabilise de vouloir qu'il parte et me fait passer pour la méchante…j'en suis à un tel point que je n'ai pas envie de rentrer ce soir après mon travail et d'aller dormir dans ma famille…

        Marie

        Répondre
        1. Alex

          Chère marie,

          je te conseille d'aller dormir chez une amie quitte a demander a celle ci de t héberger . Je sais c'est plus facile a dire qu'à faire, moi j'ai dormi a côté de lui pendant 27 jours et ça été très stressant … 

          Je dormais pas tranquille ,j'en avais peur et de plus j'essayais de préserver les enfants car il s'amusait à m'humilier devant eux tout en finesse ! 

          Mes enfants n'ont jamais essayer de me défendre ,comme si ils  savaient peur … 

          Maintenant les filles sont avec lui (17 et 15) enfin rester pour les amis et je le vie un peu mieux maintenant mais ça été très très dur de les laisser mais il fallait que je fui leur père pour pouvoir refaire surface 

          Alex

          Répondre
    2. Mathias Auteur de l’article

      Bonjour Marie,

      Vous êtes sur le point de déclencher un processus, celui de la rupture.

      Cela n'est jamais facile et c'est justement ce manque de force, ne plus pouvoir tenir autant physiquement que moralement qui devient délicat.

      Sa présence va se faire encore plus accrue à cause de cet arrêt maladie qui risque fort de vous pousser au delà de toutes vos limites car vous ne souhaitez qu'un peu de calme et le moindre espace où vous en disposiez risque d'être envahit dorénavant à ce qu'il me semble.

      Si vous souhaitez en parler dans un cadre confidentiel, vous pouvez le faire directement par mail et/ou aborder les points les plus sensibles par téléphone.

      Le risque dans votre situation est de perdre toute force, alors si vous souhaitez en discuter et évoquer les possibilités en privé, sachez que cela est possible.

      Garder le peu d'énergie qu'il vous reste pour une offensive et ne la dépenser surtout pas à perte.

      Rentrez chez vous pour ne pas créer le conflit tant que vous n'êtes pas prête à l'affronter sans que cela ne vous affecte.

      Courage.

      Ps: Cette aide est ouverte de façon générale à toute personne en détresse
      (lesperversnarcissiques@gmail.com).

      Répondre
  16. leduc

    je ne pensais pas que cet homme allait arriver à me détruire.(28 ans de vie commune)

    le simple fait de l'avoir "découvert" l'a rendu fou.

    il faut parler, aussi, dans ce forum, de viol : une femme n'a pas a subir , comme un châtiment, aussi, l'acte sexuel.

    je me sens sale, j'ai 61 ans, cela fait 12 ans que je vis seule et plus jamais, je ne pourais retenter de  me livrer  entre les mains d'un homme.

    Fuir, oui. mais attention!! il faut le faire dans les règles pour ne pas être accusée ,en plus,d'abandon du domicile;

    moi, j'ai tout plaqué, puisque c'était" moi, la méchante"

    la mort dans l'âme, mais pour apaiser le jeux:

    puisque tout le monde était contre moi:" la folle, devenue alcoolique "parceque je n'avais trouvé que "ça" pour Dormir,ne plus avoir Mal !!

    Alors, bien sûr, le Pauvre^^ ça l'arrangeait bien et un coup de trop, comme il disait,

    j'étais plutôt "bonne".

     

    Maintenant, je vis seule.Plus de contrainte.Plus de crise d'asthme.Je peux allumer la nuit.Mettre des crevettes dans mon frigo.Le rouleau papier toilette dans le sens que je veux. 

    et surtout, je n'ai plus peur.

    je peux dormir, tranquille.Ma porte , mes volets fermés,rien ne peux m'arriver.

    j'espère que mon témoignage vous sera utile.

    ah! oui, aux personnes qui se demandent pourquoi elles l'aiment encore,

    il y a un syndrome au nom imprononçable, qui veux dire que l'on tombe amoureuse de ses bourreaux.

    Croyez-moi, dans ce cas, ne plus aimer l'autre, c'est le début de s'aimer , SOI.

    et on a bien le droit de se l'accorder.

    bon courage à tous et à toutes.

    Répondre
    1. Celine

      Bonjour leduc

      Je suis contente que tu te sois sortie des filets de cet homme. Oui parfois il faut du temps pour comprendre à qui on a à faire….ces personnes là détruisent d’une façon ou d’une autre…c’est leur « repas » plus ils te voient mal plus ils sont biens..toi ça a été l’alcool, d’autres se sont des anxiolytiques, d’autres somatisent et ont des maladies ….Tu es enfin libre depuis une dizaine d’année….l’amour le vrai n’est pas celui que tu as vécu, il est entre autre fait de respect…peut-être un jour le rencontreras tu…mais si tu es bien seule savoure ton bien être…une solitude voulue est supportable…c’est ceux qui sont forcés à la solitude qui ne la supportent pas et puis rien ne t’empêche d’avoir une vie sociale « mouvementée » …pour le syndrome dont tu parles, la victime qui devient amoureuse de son bourreau, c’est le syndrome de Stockholm. Dans le cas d’un PN, les personnes ont possiblement ce syndrome mais ce n’est pas de l’amour qu’elles éprouvent, on ne souffre pas quand il y a de l’amour dans un couple, ici c’est tout comme l’alcool, une addiction….et on a bel et bien besoin d’un sevrage pour se détacher de cette personne nocive.

      Merci à toi d’avoir apporté le témoignage de ta reconstruction, comme quoi on s’en sort…

      Pleins de bonnes choses pour toi.

      Céline.

      Répondre
      1. leduc

        merci.

        Peu à peu, je retrouve ma dignité.

        il m'a fait croire que je n'étais "Personne" au point de m'excuser d'exister.

        il m'avait convaincu de me suicider.

        tellement " j'étais nulle"

        ce que j'ai tenté de faire à plusieurs reprises.

        mon témoignage sur ce forum n'a d'autre but que de faire prendre conscience aux personnes qui le lisent,

        que si on est sur terre, c'est qu'on existe.

        Etre ou ne pas être ? 

        On a le choix.

        Répondre
        1. Celine

          Bonsoir leduc

          C’est bien d’avoir compris le but du PN et de pouvoir remonter la pente…..

          Merci pour ton témoignage qui montrera aux personnes touchées qu’elles ne sont pas seules.

          On a toujours le choix, mais le choix du moment , même s’il n’est pas bon est le seul que l’on puisse faire….petit à petit le choix de tout stopper viendra…il faut du temps pour se sortir des griffes d’un ou une PN.

          Céline

          Répondre
  17. paule

    Bonjours à tout le monde, voila je vais vous racontez un peu mon histoire. J'aime les femmmes et il y a 12 ans suite à un reclassement j'étais en couple avec une femme et au bout de 1 an et demi de formation je suis sortie avec ma prof qui était mariée 2 enfants 5 et 11 ans et qui apparement se ventais de son mari de ses enfants. Quant nous avons commencé notre relation en cachette elle a commencée à me dire que cela n'alais plus avec son mari. Lui il lui a refait son appart qu'elle a acheté a son nom et lui a dit je te donne trois mois pour partir je demande le divorce. et a moi elle me disais qu'elle était malheureuse avec lui qu'il a trompé tout le temps ( en autre c'est un gros bosseur) car j'ai fait la connaissance entre temps et m'a révéllé pas mal de chose. Donc moi de mon coté je me suis séparé de mon ancienne compagne j'ai pris un appartement car elle voulait caché notre relation par rapport a sa famille pour protéger ses enfants. entre temps j'ai fini de terminer son appart. Elle l'a mis en vente et a acheté ds la ville ou j'avais le miens. je lui est tout refait pendant plus de 1 ans et ils sont venus vivre chez moi pendant ce temps la. Une fois son appartement fini elle a repprit ses lieus avec ses 2 garçons et pendant 7 ans souvent nous nous disputons car elle ne savait pas ce qu'elle voulait et moi je cupabilisais et au fil des années j'ai sombré ds l'alcool le soir chez moi car je me sentais pas a la hauteur je cupabilisé et en 2010 elle me dit je t'aime mais je te quitte c'est fini entre nous par rapport à la boisson. cela a étais tres dur et pendant 9 mois jusqu'a qu'elle revienne me rechercher et ou la je n'aurai jamais du revenir je me suis encore plus dévalorisé rabaissé. Donc au bout de 9 mois je recommencé un peu à l'oublié et la elle m'as dit je vend l'appartement on achete une maison ensemble je vais le dire à ma famille. je lui est répondu je vais réfflechir mais j'ai fondu 2 jours après et lui dit ok on a recommencé a se voir en cachette car elle le voulais au début. On a acheté en été 2012 commencais à refaire les travaux et la un mal etre ou je me suis remis a boire en cachette j'usquau jour je suis fait internée l'été 2013 5 semaine en psychratie et depuis 1 an et demi je suis une tcc et une affirmation de soi.Je ne bois plus depuis  Elle me dit qu'elle préféré la personne d'avant et plus celle la enfin souvent des repproches elle n'a pas d'ami a part les miens je ne l'ai connue avec auncun aucune ami depuis que je l'a connait. Voila on est allée voir le banquier car elle voulais racheté mes parts 25% et elle ne peux pas et la je voudrais partir et je ne peux pas car elle ne veux pas perdre d'argent et j'ai peur de retomber dans cette dépandance affective avec tout ce que je sais

    Je ne sais plus ou j'en suis heureusement que je suis bien entourré mais cela ne suffit pas.

    Je vous demande si vous savais la personne qui est en face de moi

    Répondre
    1. Celine

      Bonsoir Paule

      Tu veux savoir qui est la personne en face de toi? Tout simplement une profiteuse, une femme vénale, qui exerce son autorité sur toi..Elle a réussi à t’amadouer pour que tu fasses des travaux pour elle, puis vend, tu recommence ensuite et une fois fini elle veut revendre…Elle se sert de toi, tout comme elle s’est servi de son mari..Toi tu as sombré dans l’alcool te rendant surement compte qu’elle ne t’aimait pas comme tu l’aime, que quelque chose cloché..Ah bien sur elle préférait la personne que tu étais avant ! tu m’étonnes, là elle t’a complètement fais perdre confiance en toi, vidée de ton énergie…..je ne sais pas que te conseiller pour la maison commune….tu as 25 % de part…en tout les cas fuis là, ne reste pas avec elle, tu te détruis et une chose me rassure c’est que tu as de l’aide , continue ta thérapie ….sois forte tu y arriveras….

      Courage

      Bonne soirée

      Céline.

      Répondre
    2. Rosethé

      quel mic-mac!!

      il faut cesser cette relation qui te torture.

      ton histoire est un peu la mienne: alcool qui, loin d'apaiser nous fait perdre encore plus de force.

      profites de tes séjours en psy pour faire le point et   Parles avec les professionnels,

      les autres nous culpabilisent, ne nous croient pas .

      Donc, on se croit unique dans ce cas et on croit que ça ne tourne pas bien rond dans sa tête.

      mon ex a voulu me faire internée (le Pauvre, avoir une femme folle, c'est tellement triste…ect…) tout pour le faire plaindre.

      mais je dois dire que mon séjour en psy  m'a ouvert les yeux, ça m'a fait un bien fou.

      je ne connaissais pas le mot : Pervers-narcissique, c'est une de mes filles qui suit une psycothérapie (suite à des questions qu'elle se posait sur son père)

      Elle, qui m'avait tournée le dos aussi, maintenant, revient vers moi.

      Nous nous soutenons.

      rompre c'est retrouver la sérénité dont nous avons besoin, du moins, le calme.

      courage et bisou.

      Répondre
  18. Arnauld

    Bonjour,

    Pour ma part je suis victime d’un PN sur mon lieu de travail…

    Je suis un homme de 39 ans et depuis 6 ans cet homme de 54 ans me détruit en me rabaissant physiquement, professionnellement, intellectuellement et moralement…

    J’ai fait des demandes de mutations, j’en ai parlé au CHSCT et aux Syndicats mais comme ma Direction en a besoin ils ne le lui disent rien.

    Je suis juste un dommage collatéral

    Du coup je somatise et j’ai maintenant des soucis de santé.

    J’ai même fait une tentative de suicide il y a un an et demie

    Mes collègues m’évitent de peur que ça leur retombe dessus

    Ma femme et mais enfants me voient comme cela et je suis à deux doigts de perdre mon mariage car je n’arrive plus à assumer les gens que j’aime

    J’ai peur de tomber dans la violence et de lui faire du mal dans un accès de fureur

    Je ne sais plus quoi faire à présent

    Répondre
    1. Celine

      Bonsoir Arnauld

      Il est rare qu’un homme veuille s’exprimer sur ce sujet je t’en félicite car il faut bien être conscient que les PN ne touchent pas que les femmes et ne sont pas cantonnés dans le milieu familial. Je lis que tu as fait des démarches pour pouvoir sortir de ce cercle mais que rien n’a aboutit….Il n’est pas normal que ta direction ne disent rien et que tout le monde ferme les yeux face à cet homme, mais on ne peut parfois rien faire face à des supérieurs , c’est un fait. Par contre toi tu es en détresse totale et n’est pas compris auprès des tiens , ils ne faut pas leur en vouloir, ils ne peuvent pas comprendre ce que c’est d’être dans les filets d’un PN. Avant tout, tu devrais t’éloigner de ton travail, va chez ton toubib et parles de ton problème, il te fera un arrêt maladie…tu en as besoin et besoin de te soigner , cet homme t’a complétement mis à bout de nerf…il faut que tu arrives à retrouver ton calme pour ne pas en arriver à être violent avec ceux que tu aimes…..il semble que ta famille n’en peux plus et peut être a peur de tes réactions….Tu peux en discuter avec moi, il faut de toute façon que tout ce que tu as sur le coeur sorte, tu dois cracher le morceau, si je peux dire…je comprends le mal que fait un PN…

      Courage

      Bonne soirée

      Céline

      Répondre
      1. Rosethé

        il faut lâcher.

        mettre de la distance.

        "Fuir" ne veut pas dire "capituler".

        au contraire, il faut du courage pour fuir.

        tu as 39 ans , c'est jeune.

        il n'y a pas de honte à aller faire le point en "psy":

        les vrais fous sont dehors.

        moi, j'étais un puzzle avec toutes les pièces.

        et bizarement, je me suis reconstituée, patiemment.

        confiance et courage.

        Répondre
  19. Lilou2409

    "maison ne brille pas" qu'est-ce ça va être si je trouve un 35h … enfin des choses comme ça et on travaille au même endroit alors quand ça s'est mal passé il dit que c'est moi qui suis pas bien enfin pleins de choses comme ça il fait la tête dès que je vois des amis ou quand je pars dans ma famille… un coup ça va un coup non un week-end ça va être resto etc..; et l'autre pleins de méchancetés … des fois quand je travaille j'ai peur de rentrer… J'ai peur que ce soit moi qui déraille ou je sais pas j'ose plus trop en parler à mon entourage car je dois les soûler… (il m'a dit ça une fois) j'ai peur de partir car je n'ai rien pour me retourner… enfin si certains d'entre vous ont des conseils…

    Répondre
  20. Lilou2409

    Bonjour,

     

    Je vous écrit car j'ai vu plusieurs témoignages… je suis avec quelqu'un depuis un an passé … Quand je n'habitais pas avec il était gentil etc.. Puis quand j'ai emménagé, ça s'est "corsé" en fait je en suis pas quelqu'un de "maniaque" et des fois je laisse trainer des choses et plusieurs fois il a été méchant verbalement, à me dire que j'étais sale, qu'avoir des enfants en étant comme ça ce n'était pas possible" que j'ai fais "ça" et laisser trainer ça à tel moment pas été à un endroit"ou si mon chat fait une bétise il la laisse jusqu'à ce que je rentre et ditr qu'il n'y a que comme ça que je comprends… Et que si à temps partiel "la

    Répondre
  21. Sara

    Bonsoir tout le monde

    J'ai 20 ans et j'ai vécu le même cauchemar durant mon enfance jusqu'à mes 18 ans avec mon ancienne belle-mère qui était elle aussi pervers narcissique, et qui à énormément détruit la vie de mon frère et moi, mais surtout celle de ma mère. (Elles formaient un couple) Au final, ma mère à touché le fond du baril, et est passé près du suicide. Je ne veux pas faire peur à personne ici, mais si je peux vous aider un peu dans cette situation, mon conseil est : Si vous voulez vous faire le plus beau des cadeaux du monde, pour votre santé et votre vie, quittez cette personne le plus rapidement possible!!!! Je sais très bien qu'il est difficile de le faire voir, impossible, mais prenez toute la force ou le courage qui vous reste et partez vivre chez votre familler ou un ami(e), pour le moment!! 

    Mainteant, depuis environ 1 ans, ma mère à recommancer à vivre réelement, a retrouvée sa confiance, le sourire, c'est refait un conjoint, et nous reformons une vraie famille heureuse. Une famille (saine)!! 

     

    Alors tout est possible, et après les épreuves difficiles ce cache toujours des moments plus ensoleillés :)
     

    Sincèrement,

    Sara  

    Répondre
  22. Sylvie

    bonsoir,

    Depuis le mail de dimanche j'ai tenu bon et plus donné de nouvelles et comme prévu ce soir…. relance de Monsieur par sms (comme d'habitude)  ! au départ tout doux bien sûr. je répondais à ses questions très brièvement. il a du sentir le vent tourner et au bout d'un moment il a commencé les grossièretés. je suis restée très calme et suis rentrée plus ou moins dans son jeu pour voir. il a cru à un moment que je recédais mais quand je lui ai dis qu'il m'avait fait changé, que la carpette que j'étais devant lui était morte il a rechangé ! il m'a traité de tous les noms. Je m'y attendais au vu de tous les commentaires que j'avais lu et les vidéos que j'avais vu mais ça fait bizarre ! je suis sûre qu'il retentera de me contacter avant la fin de semaine, il ne doit pas croire que ça peut être fini ! il m'a dit que pourtant j'étais bien avec lui, que je l'aimais. Je lui ai dis oui mais lui non puisqu'il me délaissait souvent pour une autre. il m'a souhaité bonne route mais qu'il me haissait ! 

    j'ai fait un pas vers la liberté mais il m'en reste encore beaucoup à faire car ce soir j'ai souffert de son attitude. j'aurais presque tendance à me culpabiliser de lui faire ça. mais non je sais qu'il ne faut pas, qu'il faut tourner la page. la route pour l'oublier totalement va être longue et va faire mal. il faut que je tienne.

    Sylvie

    Répondre
    1. Manon

      Allo Sylvie,

      Je suis bien fière de toi, de ton courage et ta détermination à mettre fin à tous ces mauvais traitements de la part de ton PN….  Lâches surtout pas, écris sur une feuille toutes les méchancetés qu'il t'a dit, qu'il t'a fait et lorsque tu as un moment de peine alors relies ces phrases et remémore toi tout ca……

      Bon courage et je suis avec toi  :)

      Manon xx

      Répondre
  23. sophia

    A toutes les victimes qui ont du mal a se séparer de leur PN,
    Sachez que chaque être vivant sur cette terre a le droit de vivre, d’être respecte …. Avec un PN , on est horriblement dévalorise, mal traite, non respecte, humiliée. Cela fait un an et demi que j’ai quitte le mien. Je vis beaucoup mieux sans lui ( même si je ne reçois rien de lui comme pension : je parle de l’enfant, il fait tout son possible pour falsifier les documents et faire traîner les choses) parce que je me retrouve, je retrouve ma dignité, je retrouve le respect, la paix, la liberté, la joie de vivre …. beaucoup de sentiments qui me donnent la force, le courage et le plaisir.
    Avant de le quitter je me sentais comme vous, incapable de me séparer de lui, épuisée, désespérée, perdue, démolie et je planifiais me suicider moi et l’enfant. Mais je me suis dis (heureusement) je vais essayer de le confronter et me séparer de lui avant de penser a me suicider. Si je suis dans tous les cas perdante, je vais commencer par me séparer de lui et voir, au même moment que je réfléchissais a ça je me sentais forte, avec beaucoup de courage et je découvrais que c est un monstre dont je devais me séparer. Il ne m apportais rien, pas d amour, pas de plaisir, pas de respect, pas de bonheur, riennnnnn que des larmes et désespoir. Il y avait juste l appartement ou nous vivions qui a chaque fois on se disputait il me demandait de la quitter et m ouvrait la porte en me demandant d aller dehors.
    Soyez fortes VICTIMES et partez, peu importe l argent , l amour n existe pas avec eux, le bonheur non plus. N ayez pas peur de l avenir. Il sera surement mieux sans eux. Actuellement j ai envie de lui dire que sa connaissance m a rendue forte et j ai appris beaucoup dans la vie, mais j aurais aime ne jamais le rencontrer et rester la fille joyeuse, généreuse, naïve et ambitieuse que j’étais.
    Merci.

    Répondre
    1. Manon

      Wow Sophia,

       

      Enfin un message rassurant! C'est tellement plaisant de t'entendre raconter ton  APRES PN…. Ca va aider à donner le petit coup de pied qu'il faut  pour certaines personnes qui n'ont pas trouvé la force de partir encore……

      Merci pour ton témoinage….

      Manon :)

       

      Répondre
  24. Charles

    Bonsoir,

    Je me reconnais dans 24 des 30 points cités ci-dessus sans avoir pourtant une quelconque soif de manipulation ou de destruction des autres …

    A croire qu'on pourrait être PN aux dépends de soi-même en plus des autres !

    Quels sont les effets de la perversion-narcissique pour la personne elle-même Une réponse claire et complète serait vraiment la bienvenue !

    Merci d'avance :-)

    Répondre
    1. Celine

      Bonjour Charles

      24 points ça fait beaucoup, on peut se reconnaitre dans plusieurs points, nous ne sommes pas des saints, mais là ! Peut être que les 6 derniers points où tu ne te reconnais pas sont les plus importants !

      Bien sur que tout le monde n’est pas un ou une PN et qu’il y en a qui sont « simplement » de grand (e) manipulateur, ou nombriliste…(qui peut faire penser aux PN mais il ne faut pas tout mélanger) .Je pense que ce test est une aide pour y voir un peu plus clair. et je pense aussi que les MPN ne savent pas qu’ils le sont…ils doivent savoir qu’ils arrivent à manipuler mais pour le reste ! Donc oui, certains Pn le sont aux dépends d’eux même; ce qu’ils doivent percevoir c’est qu’ils ont un mal être …

      N’étant pas du milieu médical je ne peux rien affirmer…les effets perversions narcissiques sembleraient être , une sorte de soulagement quand la personne choisit par le PN souffre, la souffrance intérieure du PN s’en va un instant et il éprouve comme un soulagement.. indifférent au mal qu’il peut voir…petit à petit l’énergie de l’autre est « absorbé » par le Pn …sa victime est de plus en plus épuisée moralement et physiquement…lui n’est jamais rassasié et n’a aucune pitié à continuer à la vampiriser pour son propre bien être.Le PN en couple va agir uniquement sur sa conjointe (et/ou enfants) en jouant aussi sur la peur…..d’autres peuvent l’être en amitié ou au travail.

      Voilà, je ne sais pas si ça ira comme réponse.

      Bonne journée.

      Répondre
  25. violette

    oui je suis tout a fait d accord le plus dure c’est de rompre définitivement ! pas simple ! le fait d’être chez toi et d’être consciente qu’il a ce trouble de la personnalié te permets d’espérer que tu vas t’en sortir !  moi je pense souvent qu’il ne m’aime pas, pas d’amour partagé que de l’artifice de la poudre aux yeux : qu’il me voit comme un objet à utiliser …cela m’aide à prendre du recul de plus en plus avec lui ! je ressors a faire des sorties qui me plaisent et me suis inscrite sur un site pour de nouveau penser a quelqu’un d’autre sentimentalement ! c’est loin d’être facile car mon pn me contacte régulièrement toujours avec des petits mots tendres atentionnés etc etc…mon ange par çi mon coeur par là !!!! c’est de tous ces petits mots qu’il faut se détacher et il faut penser aux très mauvais moments passés avec lui les périodes de conflits ou de maltraitance psycho ;;; c’est uniquement dans ces termes là qu’il faut songer a lui pour accommoder ton cerveau a la de-manipulation !!!!!!!!!! je ne suis pas en bonne position pour te faire la morale et te conseiller mais c’est ce qu’essaie de faire de mon coté ! je sais que le chemin est proche la rupture proche ! 

    je n’ai pas de haine alors c’est loin d’être évident ! 

    moi j’ai réussi a le quitter car nous étions en vie commune donc un grand pas a été fait de mon coté et j’aspire rencontrer quelqu’un de bien en m’investissant dans un site de rencontres pour aller de l’avant et pouvoir l’oublier !

    bon courage en attendant  une pensée pour celles qui sont encore sous l’emprise 

    Répondre
    1. Celine

      Bonsoir violette

      Non ces hommes là n’ont pas d’amour, pas de sentiments! c’est bien que tu te sentes prête pour le laisser , mais si j’ai un conseil, méfies toi des sites de rencontre, il y a beaucoup d hommes qui mentent là bas, qui te font croire que tu es celle qui leur correspond le mieux pour au final, juste profiter d’une partie de jambes en l’air…..il y a de tout là dedans ! Attend un peu pour faire une rencontre amoureuse parce que tu es encore fragile et qu’il sera facile de te berner…. pour ton ex il faut se sevrer comme d’une drogue. bonne continuation.

      Répondre
  26. Sylvie

    Bonjour,

    Je vis la même histoire depuis 5 ans avec un homme qui a une double vie, si ce n'est plus. Une amie m'a dit de regarder des vidéos sur les PN et j'ai découvert avec stupeur que cet homme en était un ! Je suis tombée folle amoureuse de lui à sa rencontre et je croyais que c'était réciproque. Depuis j'ai appris sa double vie, j'ai droit à des mensonges à longueur de temps (toujours les mêmes scénarios, ces personnes manquent d'imagination et de mémoire). Il me critique sur tout, essaye de me couper de toutes les personnes que je cotoye, me refuse tout. Je me laisse de moins en moins faire et il n'aime pas ça alors il essaye la douceur. Les mots d'amour, il ne connait pas. Les gestes tendres non plus. Les attentions ne sont que pour lui et c'est normal, jamais rien pour moi, même pas une invitation au resto ! La liste des doléances est longue. Je n'ai droit à rien, juste être là quand lui a envi de me voir (nous ne vivons pas ensemble). Mes besoins à moi il s'en fou. Quand je lui dis que j'ai besoin de le voir, il trouve une excuse et me fait "patienter", qu'il vient bientôt mais des fois je l'attends 15 jours. J'ai commencé à regarder des vidéos sur ces personnes et j'ouvre les yeux, j'en parle beaucoup autour de moi, je demande conseil, mais c'est vrai que je suis tellement sous son emprise que je doute de pouvoir vivre sans lui. Je n'arrive pas à franchir le pas pour lui dire STOP, on arrête là, sors de ma vie. Ca fait mal de se sentir aussi manipuler psychologiquement, de ne pas arriver à prendre LA décision de fuir. Je me sens stupide de continuer alors je vais tout faire pour mettre un terme à cette relation toxique et repartir à zéro. J'espère seulement avoir la force d'y arriver.

    Répondre
    1. Manon

      Allo Sylvie,

       

      Il faut que tu trouves la force de te sortir de cette raltion toxique et n'attends pas d'avantage car tu seras de plus en plus maltraitée avec lui et tu auras encore plus de misère à prendre ta décision….

      Bonne Chance à toi

       

      Manon xxx

      Répondre
      1. Sylvie

        Bonjour Manon

        Merci pour ta réponse.

        Hier après midi je lui ai envoyé un mail lui exprimant tout ce que je ressents en ce moment (son absence (alors qu'il n'habite qu'à 8 kms de chez moi), son indifférence, son manque de respect…). je lui ai demandé de ne pas me répondre comme d'habitude "c'est noté", mais il m'a quand même répondu "tu me gonfles avec tes questions" ! ce mail était pour le tester, en plus je lui posais aucune question, juste des affirmations, et j'ai mis le doigt dessus apparemment. il n'a pas apprécié, tant mieux.

        Tous les matins, j'avais l'habitude de lui souhaiter par sms une bonne journée. à partir d'aujourd'hui je ne le ferais plus. je sais que j'en recevrais un bientôt me disant le genre "je vois que tu as tourné la page, dommage…", il me l'a déjà fait. j'espère pouvoir résister et ne pas répondre.

        Je sais que la décision que je prends de rompre est la bonne et que les jours à venir vont être très pénibles car comme beaucoup de victime, je l'ai dans la peau ! mais il faut que je tienne.

        Sylvie

        Répondre
        1. Manon

          Allo Sylvie,

          Je vois que tu as peur de la suite des choses, que tu auras de la peine aussi et ca fait partie de la rupture d'avec ton PN. Je te suggèrerais de trouver un groupe d'entraide de femme, sois te rendre à ce centre ou être en contact par téléphone, il y a en à peu près partout…. une ligne téléphonique d'entraide pour femme violentée ca pourrait te faire un suppost pour passer au travers de ce qui s'en vient…. ca coute rien et ils sont disponibles pour écouter et nous supporter pendant cette période. Il fait tellement de bien de parler à quelqu'un de ces moments difficiles ca nous libèrent un peu…

          Tiens bon Sylvie, courage à toi et nous sommes là pour toi sur ce site…..

          Manon xxx

          Répondre
    2. Celine

      Bonjour Sylvie

      De te rendre compte que c’est un PN va déjà t’aider dans ton parcours pour le laisser. Rien ne sera facile pour autant, il va falloir que tu y mettes beaucoup de force. Tu sais, puisque tu as vu des vidéos que le PN « se nourrit » de tes peines, tes angoisses, il en a besoin et tant que tu lui donneras « à manger, » il reviendra vers toi. Il a fait en sorte que tu soit dépendante affective, et comme toute addiction il faut se sevrer lentement, tu ne pourras pas faire ça d’un seul coup sinon le manque sera trop fort et tu replongeras. Soit forte, refuses lui des choses, ne te montre pas faible quand il te touche….Courage ne vivant pas avec lui tu peux déjà te détacher de lui en sortant, n’attend pas ses appels, n’y réponds pas de suite….conditionnes toi pour dire STOP Tu vas y arriver si tu le veux au fond de toi.

       

      Répondre
  27. sylvile

    Moi je connais cette situation avec mon manager depuis deux ans. Collègue puis devenu patron, il a réclamé que je revienne travailler dans son équipe. J'ai eu le tort d'accepter et de puis je vis de petites vexations régulières avec alternance de compliment de mon travail et dénigrement de ce que je suis car je ne lui obéis pas en tout. Sachant que lui Obéir reviendrait à faire des fautes professionnelles dans bine des cas, il mélange les sujets, les déforme selon sa propre compréhension et indique que vous n'avez rien compris. Je retrouve dans ce test 70% des points déstabilisants de cette relation – des alternances où l'on pense que tout va bien, qu'il a changé , qu'il ne se rend pas bien compte… on essaie de l'excuser alors que dans la réalité il agit avec cruauté pour amener son entourage dans un tel été de colère que cela devient invivable et quand on lui dit, il se met presque à leurrer comme si il n'avait aucune conscience de ses actes.

    Mettre en fin un mot dessus aide et je n'ai plus qu'un objectif, le fuir en changeant de poste.

    Répondre
  28. CutyHibou

    Coucou Alice,

    Quand tu dis "pour eux amour = possession, [...] Ils sont dans la quête d'une relation complètement fusionnellle", ça me fait peur car j'ai été exactement comme ça, j'avais tellement peur de le perdre que sans m'en rendre compte je l'étouffais…j'étais tellement dépendante de lui que je lui reprochais de ne jamais être assez attentionné envers moi, trop distant ce qui fait qu'il l'était de plus en plus et me reprochais de le priver de son indépendance. Au jour d'aujourd'hui, je ne sais pas si j'étais réellement trop possessive ou bien si notre vision de l'amour n'était pas la même et si je dois faire un gros travail sur moi ou non. Par exemple: on a vécu ensemble 6 mois avant que la distance ne nous sépare, ce que j'ai très mal vécu car il me manquait beaucoup mais quand je lui proposais qu'on se voit durant les ponts de mai il était toujours occupé à aller voir d'autres copains ou aller à des festivals, chose que j'ai très mal prise étant donné qu'on ne se voyait que toutes les 2/3 semaines. Je pensais que du faite de la distance, j'étais "privilégiée" pour qu'il veuille passer ses WE avec sa copine mais non j'étais trop possessive selon lui de lui reprocher ça. Quand pensez-vous ?

    Dans une relation de couple ce n'est jamais simple de trouver un équilibre, de ne pas faire qu'un seul mais plutôt respecter l'indépendance de l'autre en plus de la vie a partager à deux. Surtout qu'en continuant chacun à avoir nos centres d'intérets ça alimente beaucoup plus les conversations à deux et aucun des partenaires ne s'ennuis avec l'autre et par conséquent la relation dure plus longtemps. Cependant, jusqu'où garder son indépendance dans le couple tout en voulant construire quelque chose d'intime avec cette personne, sans tomber sur un égoïste ??

    En tout cas merci beaucoup Alice pour ta réponse :-)

    Répondre
  29. Xavier Abraham

    Ma ex pn a 30/30.  Mais on pourrait en rajouter qui ne sont pas dans la liste. Un paquet et des biens moins glorieux.

    Heureusement on finit par trouver la bonne personne… même si elle porte le même prénom ^^

    Répondre
  30. CutyHibou

    Bonjour à tous!

    J'ai remarqué que pour la majorité d'entre vous, il s'agissait toujours de vous qui parveniez à mettre fin à la relation. Dans mon cas, après presqu'un an de relation, c'est lui qui m'a quitté et depuis je me sens détruite, seule et humiliée.

    Pendant un moment je me suis culpabilisée en me disant que j'avais été trop capricieuse, exigente et possessive envers lui et que jamais je ne retrouverais quelqu'un comme lui. Finalement après avoir été consulter quelqu'un, il m'a fait prendre conscience de nombreux aspects de sa personnalité narcissique (que lui même affirmait en disant "être supérieur aux autres" et le mec le plus "irrationnel du monde" et que je pouvais et devait pas chercher à le comprendre).

    En effet, il me rabaissait souvent mais toujours sur le ton de la plaisenterie, me reprochait d'être trop faible, trop "petite fille", pas assez passionnée, pas assez sportive… J'étais toujours dans la retenue, la maitrise des mots de peur que ça ne déclenche une dispute ou qu'il ne me trouve pas à la "hauteur". Je faisais tout pour correspondre à son idéal mais en vain, j'avais l'impression de m'essoufler.

    Enfin, il a finit par me quitter, me reprochant d'être trop dépendante de lui, que je ne vivais qu'à travers lui, que je ne savais pas ce que c'était d'être heureuse, que j'étais faible, que je n'avais pas de rêve et qu'il ne m'avait jamais admirer.

    J'aurais dû prendre conscience à ce moment là qu'il n'était pas fait pour moi mais je crois que j'étais tellement sous son emprise que je ne me voyais pas vivre sans lui et je prenais pour argent comptant tout ce qu'il m'avait reproché.

    Je pense que je me suis perdue entre qui je suis réellement et l'image de sa femme idéale. Malheureusement, encore aujourd'hui j'ai encore du mal à me défaire de cette emprise car je doute encore actuellement beaucoup de moi, de mes capacités à être aimé et être désiré par quelqu'un car après tout ce qu'il m'a dit, je n'arrive pas à me défaire de ces reproches auxquels je crois…

    Répondre
    1. Manon

      CutyHibou je tiens a te rassurer sur le fait que tu es surement quelqu'un de spéciale, meme de formidable car pour te retrouver avec un PN je crois que ca prend quelqu'un d'exceptionnel meme…… Je suis triste avec toi et je traverse en meme temps que toi la séparation d'avec un PN. Moi, j'étais en relation depuis 10 mois, l'ayant quitté une première fois après 1 mois car j'avais découvert qu'il me mentait et je ne tolère pas pour le reprendre après 2 mois de séparation car  il ne me lachait pas, téléphones, fleurs, courriels…. méchante erreur de ma part…. il m'a repris pour finir le travail qu'il n'avait pas fini mais je te l'ai expédié dehors et c'est bien définitif… il n'y a rien à faire avec ce genre de monstre là….. Malhonnete, surnois, sème la chicane partout ou il passe, manipule tous le monde, t'isole pour te descendre ton estime, les mensonges en rafale ouf que j'en aurais long a dire… dans mon cas, je n'ai pas de peine car j'ai énormément de colère contre cet imposteur……. un peu de colère contre moi d'etre retourné en relation avec ce connard….. Il ne m'a pas eu, pas jusqu'ou il pensait aller et je m'en réjouit….. Dans ton cas, je sens que tu souffres beaucoup mais je suis certaine qu'un jour tu diras merci à ce connard de t'avoir laissé en plan…… il essaiera de revenir mais je te souhaite que non car ca sera pour te rachever….. je te souhaite de te reconstruire et de faire la rencontre d'une personne qui sera aussi bonne et formidable que toi car tu le mérites…. Surtout, ne pas croire à tous les saletés que ce connard a pu te dire, il l'a fait simplement pour se sentir quelqu'un et il ne le sera jamais…… Alors pleure, repose toi bien, parle et écrit ce qui n'allait pas dans la relation et sans te mettre coupable de quoi que ce soit, mange sainement, prend un bon bain chaud, en fin de compte, prend soins de toi et j'espère qu'Alice qui est sur ce site, verra ton post et commentera car elle a les mots exactes pour réconforter et éclairer les mécanismes des PN….. Je te fais la bise, te serre dans mes bras et serai pas loin en cas de besoin

      Amicalement, Manon xxx

      Répondre
      1. CutyHibou

        Merci Manon xxx pour ton message ;-)

        A dire vrai, je ne sais pas s'il etait réellement un PN ou juste quelqu'un très sur de lui avec de grande exigence en matière de relation et trop intolérant pour accepter l'autre avec ses défauts. En effet, même si c'etait un PN je pense que chacun a sa part de responsabilité dans la rupture. Quand je suis sortie avec lui je savais qu'il etait quelqu'un de tres confiant, sur de lui et de ce qu'il aime et attend de la vie. N'etant ps très confiante je prnse que j'ai été attiré par lui un peu pour ça…Après tout on est souvent attiré par des gens qui ont des qualités que nous même n'avons pas. Cependant au lieu de m'en inspiré je me suis sentie écrasé par lui comme s'il savait tout, avait la mailleur façon de penser et voir les choses. Il etait très catégorique sur ce qu'il aimait ou non et souvent il n'aimait pas ce que j'aimais moi comme les soirées entre amis, posé, c'etait inconcevable pour lui, il fallait toujours aller en soirée tehno pour que ce soit assez bien pour lui. 

        Une chose est sur c'est qu'il ne reviendra pas car il a fait la plus "bellerencontre  de sa vie" il ne pensait pas qu'une fille comme elle existait avant de la rencontrer :/ Ce qui est vraiment dur a entendre quand on a partagé sa vie. J'ai l'impression du coup qu'il etait avec moi en attendant mieux et est ce qu'il m'a aimè ? Je ne sais pas, apparement de son côté ça n'a jamais été le grand amour. Je ne sais pas si c'etait un pervers ou juste qqun sans sentiment incapable de resentir quelque chose et que c'est pour ça qu'il ne se rendait pas compte a tel point ces mots ont pu me détruire ou il a voulu me faire du mal intentionnellement pour que je l'oublie plus vite…je ne sais pas….

        La vie est trop courte pour perdre son temps a pleurer pour qqun qui n'en vaut pas la peine  et qui nous a fait du mal, il y a pire dans la vie a affronter qu'une rupture et la vie n'est pas tjs rose…mais  ça c'est la théorie, j'en aie conscience mais ce n'est pas pour autant que tous les jours je pense a lui et je me demande ce que j'aurais pu faire différemment. J'avais pas confiance en moi et toujours peur de le perdre pour qqun de mieux et au final il me donne en raison sur tous les points de vue alors oui je me dis que je ne vaut pas la peine d'etre connu car il y aura tjs qqun de plus interessant que moi :/

        Je me victimise et ça en devient ridicule mais c'est plus fort que moi, j'arrive a me raisonner et passer a autre chose, trop peur de vivre sans lui

        Répondre
      2. Alice

        Merci Manon pour ta confiance, et courage à toi Cutyhibou !

        Cutyhibou, Manon a tout à fait raison : ces types ne font que projeter sur toi leurs propres défaillances, en gros, ils te reprochent d'être ce qu'ils sont eux-mêmes : VIDES. Ils assouvissent leur besoin d'exister à travers leur proie.

        Quand on aime quelqu'un, on accepte qu'il soit différent de nous, parce que cette différence est une richesse quand elle est considérée avec bienveillance et respect. Ainsi, le mot amour n'est pas pour eux porteur des valeurs qu'une personne saine lui accorderait ; pour eux amour = possession, destruction, irrespect, refus de l'individualité et de la reconnaissance de l'autre comme une personne à part entière, c'est-à-dire libre de ses propres choix, de ses propres désirs et envies.
        Ils sont dans la quête d'une relation complètement fusionnellle, et pleins d'injonctions paradoxales :
        – tu dois les aimer, c'est-à-dire te taire, te conformer à ce qu'ils veulent que tu sois, éprouver ce qu'ils veulent que tu éprouves, etc.

         MAIS !!!! :

        - Si tu le fais, ils t'en veulent terriblement et te reprochent de n'être qu'une m*****, d'être vide, incapable et je passe sur les humiliations et autres pressions psychologiques, verbales (insultes, menaces…..) qui ne sont que les prémices de la violence physique…

        ET…

        – Si tu ne le fais pas…Eh bien… ils t'en veulent terriblement et te reprochent de n'être qu'une m*****, d'être vide, incapable et je passe sur les humiliations et autres pressions psychologiques, verbales (insultes, menaces…..) qui ne sont que les prémices de la violence physique…

        Non, non…je ne radote pas…J'essaie simplement de démontrer ( expérience à la clé )qu'on tourne en rond avec ces malades, que les règles changent sans cesse, et qu'eux seuls les forgent et les retournent au gré de leur humeur instable ( ce sont les maîtres des clés lol), que quoi qu'on fasse, les mêmes reproches, insultes, voire coups pleuvront…

        Parce qu'ils sont malades, incurrables et qu'on ne peut rien pour eux.

        Parce que le problème, c'est eux et pas nous.

        Parce que notre bienveillance, notre empathie, notre désir d'être aimé, notre manque de confiance, font de nous à leurs yeux de simples objets malléables, des souris entre les pattes de chats…oui, mais voilà, à force de sous-estimer leurs proies et dans leur illusion de toute-puissance, ils finissent parfois par se planter et la souris leur file entre les griffes…Alors là, elle a intérêt à se tirer vite fait et à ne jamais retomber dans leurs sales pattes, sinon ils la boufferont.

        Courage à toi : tu es l'inverse de ce qu'il te dit, sinon, il ne se serait  intéressé à toi…
        En fait, ces pauvres pantins nous font prendre conscience de notre valeur et du néant qu'ils incarnent.

        "La plus belle rencontre de sa vie " ? MDR : elle ne trouvera bientôt plus grâce à ses yeux…surtout s'il constate que cela ne te fais ni chaud ni froid… ;-)

        Répondre
  31. Alice

    Salut Christel,

    "Elle va déjà assez mal comme ça"…Et eux, ses enfants, comment vont-ils ?…Et comment iront-ils dans quelques années ?…
    Aie le courage d'en parler : c'est vous les enfants à protéger…pas elle.
    J'ai eu une mère très destructrice, je sais de quoi je parle. J'ai 43 ans, et les séquelles sont là.
    Bsx et encore courage. 

    Répondre
  32. Christel

    Ok… Donc la j'ai 20 trucs qui sont vrais (dans le truc de la liste). On me conseille de fuir ! Ok ! Mais comment ? Cette personne qui me détruit c est ma mère !! Et je n'ai que 16 ans. Elle voit que ce qu'elle fait sa ne me touche pas (en apparence car en vrais sa me détruit) 

    Mes parents sont séparés si je veux rester dans l'école ou je suis je ne peux pas aller vivre chez mon père.

    Et même si je serais d'accord de changer d'école je ne peux pas laisser mes frères de 14, 11 et 9 ans seuls avec elle.

    surtout qu'elle commence a faire ce qu'elle fait avec moi a mes frères parce qu'elle pense que ça ne me touche pas ce qu'elle fait (ou du moins, moins que ce qu'elle voudrait car elle me voit pleurer de temps en temps).

    Donc a la limite faudrait que j'en parle a l'assistente social mais je ne peux pas lui enlever ces enfants elle va déjà as se mal comme ça !

    Répondre
  33. grange

    apres une pseudo amitié de 15 ans, je  m'appercois que je suis ds le meme cas de figure ,grace à l'experience dramatique d'une amie,je realise enfin, je ne veux pas avoir de ses nouvelles et ne veux plus rien savoir de lui, nous avons des mais en communs, j'en ai deja parlé à l'une d'entre elle, et me soutiens et m'as tres bien comprise,j'en reviens pas…15 ans de manipulation , jusqu'à ce voyage en crete qu'il ma genereusement payé, mon dieu une fois la bas, g cru que j'allais le tuer, tellement il me rendait folle, il jubilait et restait de glace…j'ai decider de faire ma vie pdt les  15 jrs de vacances en crete et sans sa compagnie, il c'est bien fait chier, moi je me suis bien amusée, il me harcelle de msg depuis notre retour, j'ai mis les points sur les i, et pour moi c trminé, j'ai compris enfin et ne veux avoir à fire à lui, bon courrage à vous tous, valérie

     

    Répondre
  34. Cindy

    Je travaille depuis 3 ans avec un pervers narcissique, sur les 29 "signes" de cet article, je le retrouve dans 26 …heureusement , la seule chose qu'il ne parvient pas à faire, c'est diviser notre petite équipe au boulot. On est tous très soudés et on parle beaucoup donc ça évite les suspicions etc … mais on est tous fatigués psychologiquement et personne ne peut se permettre de quitter son emploi en ce moment. Le plus dur, c'est que par dessus sa personnalité, c'est un alcoolique et quand il a bu, c'est encore pire au travail !! Mais c'est pas facile du tout au quotidien, surtout qu'on pense pas que notre direction régionale nous croirait ou nous aiderait !!

    En tout cas, courage à tous ceux et celles qui côtoient un pervers narcissique, j'espère qu'on s'en sortira tous tôt ou tard…

    Répondre
  35. passion91

    bjr nadine

    non tu vaux mieux que ce monstre , la preuve les pnm choisissent leur proie car elles ont de belles qualités, éclatantes ,avec de vraies valeurs qu’ils convoitent et veulent se les appropriées ! ils sont en admiration envers leur proie ! tu peux être fière de ce que tu es !

    c’est leur stratégie de convaincre leur proie pour remonter leur ego et jouissif pour eux de faire mal, ça atténue leurs propres angoisses et rempli leur vide intérieur !

    fais toi aider , ne t’isole pas, échanges ici ou avec des prof ou amis, famille etc … c’est ainsi que tu vas te convaincre que la rupture est réalisable , juste prendre conscience que la vie avec eux est impossible et que c’est eux qui sont insupportables, de vraies parasites ,caractériels , et je mesure mes propos !

    dis toi que tu n es pas seule et que nous sommes nombreuses à passer par ces étapes et que tout arrive et possible ! 

    rompt les contacts quel qu’ils soit car ils sont surdoués pour récupérer et jouer avec les mots pour t attendrir et te culpabiliser pour reprendre la relation !

    la rupture silence radio  c est ta force et le seul moyen de ne pas craquer !

    dis toi que si tu reprends la relation la vengeance sera terrible pour eux vis a vis de toi car ils ne supportent pas les échecs ..; et veulent te briser encore plus !

    protèges toi et prends soin de toi 

    a bientôt ici sur le forum 

    affectueusement

    Répondre
  36. Nadine

    Je me retrouve dans vos témoignages, à la différence près que je ne m'en suis pas encore sortie. J'essaie de le quitter, toujours et encore, mais je me fais avoir à chaque fois… tout en sachant que les dénigrements, les insultes, les ordres, recommenceront à la première occasion.

    J'ai entendu tellement d'horreurs de sa bouche, tellement de méchancetés !!!

    La plus douloureuse de l'été: qu'on ne peut pas m'aimer, de toutes façons, puisque je suis insupportable.

    Aujourd'hui, alors que je bosse en indépendant 12 heures par jour: que je ne suis pas faite pour ce métier et que je suis une glandeuse. 

    C'est épuisant, et je m'en veux tellement de ne pas réussir à en finir une bonne fois pour toutes !

    Je vous admire, vous tous et toutes qui avez su surmonter une telle relation.

    Répondre
  37. passion91

    je n’ai pas retrouve les échanges ou quelqu’un disait que les victimes étaient des maso ! je réponds donc là !

    trop de témoignages a lire… mais un maso aime avoir mal et cherche cette situation car c’est jouissif pour lui

    il n’intéresse pas un PNM qui aime faire mal !

    alors arrêtez de penser que les victimes sont des maso et faibles ! bien au contraire elles sont brillantes positives pleines de belles qualités morales et c’est toutes ces belles qualités que le PNM veux posséder en nous vidant et transférant leur vide et minable personnalité !

    Répondre
  38. passion91

    Si cela peux servir je viens de lire le livre d helene vecchiali éditions marabout

    mettre les pervers échec et mat !!!!!!!

     

    édifiant il faut le lire absolument pour comprendre …..

    Répondre
  39. nounette

    Bonjour

    C'est le diable en personne, j'essaie moi aussi de m'en sortir.En fait ma  vie de merde , c'est de la sienne dont il parle.On ne peut même pas avoir pitié de ces gens là.

    Répondre
  40. Emélia

    Que de témoignages qui ressemblent à la vie que j' ai eu…avant…..

    Je voudrais ajouter que j' avais réussi à un moment à proposer à mon mari PN de faire une thérapie de couple…les thérapeutes que nous sommes allés rencontrer (c' était un couple, ils étaient thérapeutes et non  ppsychologues) se sont révélés aussi pervers que lui….m' ont rapidement évincés de la thérapie comme étant la vilaine qui ne voulait pas faire d' effort, qui l' ont gardé en thérapie…et tenez vous bien, j' ai trouvé un jour une cassette qui avait été enregistré lors d' une scéance (thérapie de groupe) dans lequel le "thérapeute" disait à mon mari que j' étais une femme impossible, que je donnais une mauvaise image de la femme à nos filles et que probablement aucun homme ne resterait auprès d' elle….il a continué cette thérapie durant plusieurs année sans changer mais en me resservant des belles phrases toutes faites de psychologie à deux balles….et il devait écouter cette cassette dans sa voiture durant le mois avant l' autre week-end de thérapie….ça a été le summum de l' horreur pour moi….j' ai cru finir à l' hopital psychiatrique…heureusement j' ai rencontré une psy peu après qui, après plusieurs scéances m' a dis que le pervers n' était pas moi et que ces thérapeutes étaient à banir…..8 ans de thérapie plus tard je me sens guérie.

    Mon mari a été un enfant très maltraité par des parents pervers aussi….s' est déjà difficile de s' en sortir en étant adulte, se n' est absolument pas possible quand on a vécu ça étant enfant….

     

    Répondre
  41. C-E

    Bonjour..ou bonsoir..

    Je suis tombé sur se site par hasard. Je dois dire que j'ai vécu beaucoup d'émotion en lisant tout le monde.

    Je me suis amouraché, moi aussi, d'un pervers narcissique. Il est tombé dans ma vie, dans une grande période de questionnement. Tout a été si vite, en 3 semaines, il m'offrait un toit, chez lui. J'ai accepté. car il était si gentil, a l'écoute, drôle, amusant, un homme parfait. Mais tout a vite basculé. Nous emménageons ensemble, dans un nouvel appartement en juin 2013. Et la, le masque tombe pour la première fois, quelque jour avant le déménagement. C'étais fini entre nous. Il ne voulait pas de cette relation. Je n'étais pas son genre de femme, mon mental ne l'attirais pas. Par la suite, l'histoire fut oublier. Nous déménageons ensemble. Maintenant l'emprise qu'il portait sur moi, fut plus grande. De jour en jour, je me fessait dénigré: Une femme s't'une pute, s't'une poubelle, s't'une chienne: T'es comme toute les autres. Il fallait toujours que tout sois parfait, et même si ce l'étais, il trouvait toujours quelque chose a dire. En aout 2013 nous avons mit fin a notre relation. Il disait que ca allait être mieux pour nous. Qu'il n'était pas bien dans notre relation. J'ai pris mon courage a deux main et je suis parti.

    Il est revenu, il est revenu me chercher. L'histoire se complique: Je tomba enceinte. Il ne l'accepta pas. J'ai voulu prendre mes responsabilités, car depuis le départ il le savait très bien que je ne prenais pas la pilule. Ce fut une grande période de crise. Il fini par l'accepté, quand sa famille fut très heureux de cette nouvelle. Il joua la Game, de l'homme heureux qui se bâtis une famille et qui prends ses responsabilités. Tout le long de ma grosse, j'ai énormément souffert. Il consomma quelque fois de la drogue dur ( crack ) dans mon visage, en me disant: Quand tu vas accoucher je te promet d'arrêter. Il sortait, se saoulais et rentrait tres tard. Me laissant toujours sans le moindre sous, car c'étais moi qui devait payer toute les dépenses reliant les factures et le loyer. Lui, devait payer la nourriture et autre dépense dans le mois. Mais il ne payait rien. Son argent il l'a gardait pour lui. Il se payait des restos, des bars, des souliers, des casquettes. Il me riait dans le visage quand je lui demandais un 5$ et me disait: J'suis vraiment écœurer que tu dépende de moi. Il me fessait souvent des périodes de crise ou il voulait ''crissé son camps'' ne plus jamais me revoir, partir très loin de moi. Il m'a souvent dit qu'il préférerait que je sois morte. Et g'en passe. Tout le long de ma grossesse et jusqu'a présent. Monsieur parle a énormément beaucoup de femme. Un jour je me suis demande, est-ce un problème mental? Car quelque fois il parlait a 15 femmes par jour et leurs copiais-collais le même message, dans l'espoir qu'une d'entre elle morde a l'hameçons. Il est retourné, voir une a une, tout ses ex fréquentations. A chaque jour, il s'essayait sur chaqu'une de ses ex. Il jouait la Game du gars qui faisait pitié. ''oh j'ai jamais voulu de ses relations cette fille est un boulet, je reste avec elle a cause du bébé'' mais dans la même journée, il pouvait me dire ''je t'aime''. Je l'ai amener plusieurs fois a m'avoué ses tords et a chaque fois, c'étais moi qui cherchait a trop savoir, C'étais de ma faute. Devant ses amis, il change souvent de personnalité, même d'accent. Il s'incruste, tel un caméléon. Devant ses amis, il est la victime, je suis le monstre. C'est moi qui l'oblige a vivre une vie de famille. Lui, il ne veut pas de ca. Les histoires qu'il raconte, semble souvent romanesque, même irréel. Son passée est si triste…oh la petite victime.

    J'ai accoucher. Il m'écrit que je suis la femme la plus merveilleuse au monde et etc etc etc. Le grand jeux. 3 semaines plus tard, il veut qu'on se sépare. Ye pu capable de moi. Y'a jamais voulu de bébé. Je part chez ma mere. Il me texte: Je m'ennuie de vous. Je reviens. Et la, je suis encore dans le même ''paterne'' je n'ai plus d'énergie, j'ose même plus me regarder dans le miroir, tellement je me sent laide de l'intérieur et de l'extérieur. Avant de le connaitre, j'avais une immense joie de vivre. A chaque jour, c'est une torture me levé et respiré. Je ne sais jamais a quoi m'attendre. Il parle encore avec 20 femmes par jour, leurs copiant collant le même message, dans l'espoir que quelqu'un répondre. Je ne suis pas son genre de femme, mon mental de l'attire pas. Il est tannée d'être coucher a coté d'une fille qui ne l'attire pas. Je suis un boulet a ses yeux. Il reste juste avec moi pour avoir un oeil, sur notre fille. Il se dit être obliger, de jouer une Game. Il dit que je ne suis pas intelligente. Il m'a prit tout se qui me restais; le respect que j'avais en moi. Je n'ai plus rien a quoi m'accrocher, mise a part le sourire de ma fille. Et aujourd'hui il est allé trop loin. Sachant tres bien que sa fille allait manquer de lait le matin avant qu'il parte travaillé, il ne m'a pas laisser d'argent. Il finissait a 17h. Mais a la place de venir ici après la job, il ne veut pas rentré porter du lait! Il veut sortir faire la fête! Sa fille, manquait de lait! Et le frigo, était vide. Je n'ai pas manger. J'ai du demander de l'aide sur un forum pour femme, et quelqu'un est venu m'aider! Il m'a appeler ''petite pute'' et me demande encore de partir. Parce que c'est moi, le problème a toute ses misères! Moi qui reste tout seule a la maison, coupé de tout, de tout. A m'occuper de notre fille et de son chien. Et g'en passe, se texte ne décrit même pas les pires choses qu'il m'a faite! Il est toujours dans le déni, a chaque fois qu'il me parle il souffre c'est lui l'a victime, il ne s'épanouie pas dans notre relation dit-il. Pourquoi j'ai de la misère a le quitté. J'ai peur pour ma fille, il me menace constamment qu'il va me l'enlevé. J'ai terriblement peur qu'il finisse par la manipulé. Je ne sais plus quoi faire. J'entreprends de ''give up'' je me le dois. Pour ma santé mental. Je me perd la dedans. J'ai que de la douleur, dans mon regard. Alors a tout les gens, qui ont vecu une histoire similaire, partez loin, tres tres loin avant qu'il soit trop tard!

    Répondre
  42. Véronique

    Bonjour,

    Je suis en ce moment dans une relation conflictuelle, avec un Monsieur se nommant Ludovic, faisant des transports de chevaux, près de Bourges. Je nomme son prénom, car je suis tombée, un jour sur une émission où sa femme participait, pour parler de son mari volage, qui jouait avec ses maitresses, se moquant d'elles, en ayant toujours le même scénario. A priori, ce monsieur est complètement néfaste, nous fait croire n'importe quoi… Je l'ai rencontré avant d'avoir vu l'émission, mais du coup, j'ai joué la méfiance ensuite. Je m'en suis amusée au début, mais cela m'a vite agacée, parce que sous son emprise malgré tout… Si l'une d'entre vous tombe sur lui, ATTENTION !

    Répondre
  43. laurence

    Je suis avec quelqu'un depuis 10 mois. Un jeune homme de 25 ans, sortant d'une relation de six ans, très conflictuelle, violente ( des deux côtés ), il a trompé et a été trompé, elle restait, le tapait. Il la trompait, encore.

    Il m'a rencontré 4 mois plus tard, avec tous ces mécanismes de méfiance. Les débuts furent laborieux, il testait mes limites, voulait savoir si j'allais rester, s'étonnait de ma sagesse et de ma patience. Je crois que ça l'a apaisé, mais peu habitué, ça ne durait jamais trop longtemps. Il m'a avoué, plusieurs soirs, en pleurs sa tendance à l'autodestruction : il ne pouvait pas croire que tout allait bien, cela voulait dire que quelque chose de mal allait forcément se produire par derrière alors au lieu de l'appréhender il le provoquait.

    Nous avions un mois de calme plat, puis une soirée, l'enfer psychologique. Cela partait souvent de rien. J'étais malade, il me faisait des remarques. J'ai remarqué qu'il regardait le profil de son ex tous les jours depuis des mois, lui en ai parlé. Il a fait une colère noire, insultes… m'a reproché d'avoir répondu à mon ex qui avait oublié un livre chez moi un jour. La situation s'inversait, il devenait la victime, je devenais celle qui pointait du doigt un comportement mais faisait la même chose. Ce matin là, j'ai eu des doigts d'honneurs, des insultes. Des mots très violents. L'après midi ? Il me disait que tout irait bien. Ne s'est pas excusé. Du tout. J'étais vidée, je n'avais plus aucune énergie, j'étais une coquille sans âme. J'ai prétendu, j'ai fait semblant. Je n'ai pas oublié ce que j'avais vu, ni entendu mais je suis passée au delà, et je suis revenue. Il me dit qu'il ira se faire soigner, est compréhensif et nos vraies discussions m'ont l'air constructives. Pourtant, cela recommence. Toujours. Il est très populaire, très sociable, très entouré. De son coté, j'ai de la chance. Du mien, mes amis me demandent de fuir. Je n'ai jamais été aussi bien avec quelqu'un, je n'ai jamais été aussi mal aussi. 29 jours de planitude, une soirée ou tout va mal, très mal. 

    Mes amis ? Sont moches. Il me l'a dit. " Elles sont très moches ", sans aucune retenue. Je me suis retrouvée à ne cotoyer que ses amis, il me repoche de ne pas l'inviter lorsque je veux voir mes amis, moi seule. Parfois, je l'invite en espérant qu'il ne puisse pas venir, pour éviter la  dispute. 

    Il n'aime pas mes amis hommes, il n'aime pas que j'écrive des messages à quique ce soit ( homme ou femme ) lorsque je suis avec lui ( et je suis très souvent avec lui ). Il me soupçonne de le tromper. Me reproche des choses incensées. Puis deviens adorable, me surprend, me dit qu'il veut vivre avec moi, et est plus adorable que tous les homme que j'ai connu ( pas beaucoup ). 

    Nous sommes de pays différents, de cultures différentes, nous avons eu des passés amoureux différents, je ne sais pas si je dois être patiente, prendre tout cela en compte et l'apaiser. Lui montrer qu'à l'inverse de son ex, je ne crierai pas, je ne taperai pas. Je lui dis clairement ce qu'il ne me plait pas, je lui dis que je n'accepte pas les insultes et lorsque je suis forte, il plie. 

    Nous devons bientot vivre ensemble, et je crois que j'ai peur de m'enfermer dans cette relation. Je veux faire ma vie avec lui, mais j'ai aussi peur de me perdre.

    Répondre
  44. sophie 57

    Bonjour à tous,

    Je suis la fille d'un pervers narcissique. Ma maman est malheureusement restée avec lui et cela fait 46 ans qu'ils sont mariés. Ces 20 dernières années ont été les pires. Avec ma soeur nous avons beaucoup soufferts. J'ai fondé une famille et habite à 30km de mes parents, mais il a toujours encore une emprise sur moi et commence à faire du chantage avec mon fils de 6 ans. Il s'est toujours servi de ma mère comme prétexte pour me faire culpabiliser. Elle n'a jamais eu le courage ou la force de partir et malheureusement aujourd'hui après des années de dépression elle a abandonné et est complètement éteinte, elle ne parle quasiment plus, alors qu'elle était dynamique et pipelette, elle ne fait plus rien à part, manger, dormir, faire des mots croisés…. Elle a l'air complètement détachée du quotidien, comme si elle s'était réfugiée dans cet état pour fuir mon père. Il n'y a plus de disputes, alors qu'avec ma soeur nous avons vécu quasiment toute notre vie d'enfant et d'ado dans les cris et les engueulades, parfois très violentes, nous n'avions même pas le droit de rire aux éclats, parce qu'il était persuadé que l'on rigolait de lui, ça le mettait dans des rages folles. Nous avons tenu du côté de notre mère pendant de longues années et étions toujours "liguées contre lui", mais lorsque nous avons été en âge de comprendre nous nous sommes détachées et avons essayé de rester neutre, ma mère nous en a voulu. Ma soeur est très gravement malade, et je reste persuadée qu'elle n'a pas cette maladie pour rien, moi aussi j'ai été très malade pendant mon adolescence et ma vie de jeune adulte a été difficile (aucune confiance en moi, échec scolaire, gros complexes….).

    Aujourd'hui après avoir essayé tant bien que mal de sortir ma mère de tout ça, j'ai laissé tombé, je ne l'emmène plus voir tous les psy de la région, elle n'a pas envie de toute façon et n'a jamais été voir le psy pour aller mieux mais elle pensait toujours que le psy allait lui donner les moyens pour faire changer mon père, alors qu'on ne changera jamais un pervers narcissique. J'essaye de me détacher d'eux, mais je n'arrive pas à couper les ponts définitivement à cause du petit, ils n'ont que lui comme petit fils et il est parfois gardé chez eux (d'ailleurs je ne suis jamais sereine lorsqu'il est chez eux, ils ne font rien de spécial avec lui et il traine devant la télé ou seul dehors), de plus mon fils ne connait pas son autre grand-père qui est également un grand manipulateur pervers narcissique (ma belle-mère a réussi à partir elle, après 30 de souffrance psychologique et physique…).

    Aujourd'hui j'aimerai pouvoir lui dire merde et non définitivement, mais cela isolerait encore plus ma maman… Je ne sais plus quoi faire…..

    Désolée pour la longueur du texte, mais comme le disait une personne plus haut je pourrai en écrire des pages pleines…….

    Sophie 57

    Répondre
  45. ESPOIR

    Bonjour. Je suis une fille de 26 ans. Il me semble bien avoir eu une relation de 8 ans avec un pervers narcissique. Si ce n’est que nous somme restés 2 années officiellement ensemble.

    Puis il n’a eu de cesse de revenir auprès de moi (peut-être une vingtaine de fois) en me convaincant qu’il était désolé du mal qu’il m’a fait et qu’il avait de réels sentiments à mon égard. Puis il m’abandonnait, quelques mois après en me prétextant soit qu’il ne s’était rien passé et que j’avais tout inventé (il est vrai que nous nous voyions seuls, je n’avais aucune preuve de notre relation) soit qu’il n’avait pas pu resisté a mes charmes, et que j’avais interprété notre aventure : il n’y avait d’après lui plus rien de sentimental entre nous…En 2013, il est revenu auprès de moi en me disant qu’il ne pouvait y résisté, notre sang était d’après lui comme « mélé », à jamais nous ne pourrions rien y changer. 3 mois de bourrage de crane avec ce genre de discours, j’ai fini par croire à nouveau qu’il m’aimait infiniment et je suis retombé dans le panneau…Voilà j’ai vraiment besoin d’aide. Il m’a quitté à nouveau en me disant que nous n’avons jamais été ensemble en couple, nous devions arrêter de nous voir et « faire notre vie ». Je pourrais me dire que je suis folle, rien à ses yeux et finir par me suicider (8 années de ces scènes a répétition…)Mais je ne dois pas…pour ma famille. SVP, pourriez vous me donner un avis sur cette relation, est ce un pervers narcissique selon vous? Ou moi qui suis folle?? Je vous pose la question car le psychanalyste Jean_Charles Bouchoux pense que le PN n’abandonne jamais sa victime. Hors en 8 ans c’est la première fois que mon PN ne me contacte plus, et ce depuis 5 mois et 10 jours (tout pile). Il a coupé tous les moyens de communication. Qu’en pensez vous? MERCI

    Répondre
    1. Alice

      Ma chère Espoir,

      NON, tu n'es pas folle et OUI, ce type est un PN !!! du moins, d'après ce que tu écris, y a pas photo !!!

      Le gars vit une relation avec toi, te fait des déclarations….et te dis ensuite que tu as tout imaginé !!
      Il te prend et te jette, te reprends et te rejette…comme un vulgaire objet !!!!

      Trouves-tu cela normal ? Est-ce ainsi que fonctionnent les vrais couples autour de toi ? Aimer quelqu'un , est-ce agir de la sorte avvec lui, de façon aussi cruelle, mensongère et irrespectueuse ?
      NON, NON et NOOOOOONNNN !!!
       
      Il ne te contacte plus depuis 5 mois et 10 jours ? Ne cherche pas : il a trouvé une nouvelle proie !!!
      Peut-être repointera-t-il le bout de son nez quand il ne se satisfera plus de sa nouvelle proie, ou peut être en trouvera-t-il une autre…ce que je te souhaite afin de lui échapper et de ne pas perdre davantage d'années à l'attendre, lui qui t'apporte tant de souffrances !!

      Espoir , un conseil bienveillant pour toi : cesse de compter les mois et les jours qui te séparent de sa dernière bassesse…vit le moment présent et vis-le pour toi. Reprends contact avec ton être, tes désirs, tes projets à toi…sans lui !!! Et tu rencontreras sûrement quelqu'un qui t'aimera et saura s'investir avec toi dans une relation vraie. La chance avec toi, Espoir. Espoir en l'avenir, pas en lui ;) Affectueusement !

       

      Répondre
      1. ESPOIR

        Alice…

        Je te remercie infiniment. je vais tenter de me retrouver. D'autant qu'à la base je travaillais dans un milieu artistique et produisais beaucoup. Je ne fais plus rien. C'est difficile de se reconstruire quand on sait que lui, se fou de m' avoir detruite à nouveau. il est avec une autre proie et m'a donné le coup de grace. il aura eu encore ce qu'il voulait. je n'aurais même pas pu avoir la moindre explication. Je vais essayer quand même d'en faire le deuil. Merci et courage a tous.

        Répondre
        1. Alice

          Espoir !

          Je sais ce que tu traverses et je vais te dire une chose : non, il ne t'a pas donné le coup de grâce…il t'a offert sans le savoir et encore moins le vouloir, le plus beau cadeau qu'il pouvait te faire : les clés de ta liberté et de ta reconstruction ! ça, tu t'en rendras compte plus tard…Et dis-toi une chose : les PN n'ont finalement jamais ce qu'ils veulent…c'est pour cela qu'ils agissent de la sorte : des aigris, d'éternels insatisfaits incapables de se satisfaire de leur piètre existence…Tu vas te reconstruire, reprendre goût à la vie…qui est si simple et si sereine loin de leur emprise malsaine. Courage, la force avec toi !

          Répondre
      2. passion91

        bjr alice

        un petit coucou nous avions echangés jusquen juillet

        j’ai enfin déménagé ! la solitude est terible au debut chacun chez soi j’ai encore des contacts avec lui pour solder les liens administratifs qui nous relient je fais la comédie comme lui en attendant de rompre définitivement ! je reviendrais plus tard car j’écris ce texte depuis chez lui a tout moment il peux me voir ! a plus tard

        j’ai souvent pense a tes conseils ces dernières semaines !

        que deviens tu ? sante moral etc

        affectueusement

        Répondre
        1. Alice

          Bisous Passion !

          Contente pour toi : tu y es arrivée, tu vois !!! Et comme tu as bien fait !!
          La solitude, tu sais, a du bon après leur passage dévastateur !! sors, amuse-toi, vois des amis et profite pleinement de ces moments désormais à toi !
          La vie est belle dès qu'on a coupé tout contact avec eux !!

          Je t'écrirai plus longuement ds la semaine, mais tout va bien pour moi, le cancer recule, le scanner est très positif ! Ma triste expérience m'a appris à me battre comme jamais, je te jure ! Et je suis heureuse de ma liberté retrouvée, de passer de belles soirées loin de toute cette douleur qu'il avait engendrée. Je suis seule maître de ma vie, et ça, ça n'a pas de prix !!

          Répondre
    2. passion91

      bonjour espoir,

      j’ai envie de dire quelle chance tu as ! ne reviens jamais avec lui ! peu importe si il ne revient pas ! il a trouvé une autre proie et c’est bien pour toi ! profites du fait qu’il ne te harcèle pas et vis ta vie

      alice a raison oublie le definitivement

      bon courage

      Répondre
  46. LE CLEC'H Philippe

    Bonsoir à tous,

    Je me prènome Philippe, j'ai 57ans et je suis aujourd'hui victime de ce type de personne. Cette femme me tiend depuis 3ans dans ses griffes. Depuis le début de notre relation, je sentais son attitude malsaine mais je n'y mettais pas de nom ou statut. J'ai eu de gros soucis ces dernières années, divorce, incendie criminel par ex-compagne, etc…toujours victime. Et là cette femme a croisé mon chemin en m'apportant son soutien, enfin soit disant. Elle me faisait sortir de mon quotidien et m'encourageait a m'ouvrir à nouveau au monde. Mais au fond de moi, je me sentais aspiré par le fond, elle me "pompait" mon énergie. Elle me mettait sans cesse à l'état d'homme faible et que sans elle je n'arriverrais à rien, qu'elle était de bon conseil pour moi et le meilleur soutient qui soit. Enfin de compte elle dirigeait ma vie et mes pensées. Mentait s'en arrêt et me volait même. J'avais des envies de suicide en permanence, je ne voyais plus d'intérêts à vivre cette vie, les idées noires faisaient mon quotidien. Je n'en pouvais plus de ne plus avoir la force de réfléchir. J'ai été président de plusieurs associations et aujourd'hui je ne me sens d'aucune valeur, plus capable à rien. Dès que mes yeux s'ouvraient le matin, la" machine infernale" à penser et à se remettre en cause se mettait en route. Curieusement durant notre relation, tous les trois mois environs je la quittait (parceque je n'en pouvais plus) et pour une durée équivalante. Elle finissait toujours de la manière la plus habile a me faire revenir auprès d'elle. Et pourtant au printemps dernier lors d'une Nième rupture je pensais m'être tiré d'affaire. J'avais fais la rencontre d'une femme extraordinaire, (que j'aimais vraiment très fort), au bout des trois mois stratégiques, (calculé, je ne peux l'affirmer), elle est revenue à la charge et j'ai stupidement tout lâché pour revenir à nouveau sous son emprise.

    Il y a peu de temps alors que j'étais très très mal (les larmes me coulaient toute la journée) elle m'a conseillé de consulter un psychologue. Ce que j'ai fait. Et bien là grande surprise, après avoir déballé tout mon mal être, ce praticien en a tiré une conclusion rapide et très précise. Il m'a dit : vous êtes dans la toile bien tissée d'une PN, je vais vous transmettre la force de vous en sortir… Cette psy m'a téléphoné le soir pour connaitre mon état moral après son intervention et ses conseils. Je l'ai remerçié d'avoir mis des mots sur cette PN et de m'avoir mis en garde. Je me sens solide, imperméable façe à des tentatives éventuelles. Mon esprit est plus libre désormais,je reprend mon "MOI", je ne suis pas si taré que ça et je vais rebondir.

    Si vous vivez ce genre de problème, fiez vous à votre instinct, ( j'aurais dû le faire de suite) lâchez tout, fuyez avant que cette "mante religieuse" ne vous dévore. Il y a d'autres personnes bien plus saines partout. Si vous n'avez plus cette forçe, faites appel à une aide extérieur, voyez un psy qui sera une bonne oreille et la meilleur béquille qui soit. Je suis très heureux d'avoir pu vous apporter mon témoignage par le biais de ce site. J'espère qu'il redonnera l'énergie necessaire à tous ceux d'entre vous qui ne voyez plus d'avenir. Moi je sais qu'aujourd'hui un beau chapitre va s'ouvrir. Nous avons un instinct de survie, laisson le s'exprimer.

    Courage à toutes et tous, nous ne sommes pas une fatalité.

    Répondre
  47. evanecence

    Ce la fait du bien de lire ces témoignages car cela fait 55 ans que je subis un père pervers narcissique. j'ai quitté le domicile familiale pour épouser le premier homme venu (probablement pour fuir mon père mais sans en être conciente) qui s'est avéré être aussi un pervers narcissique, je l'ai . Mon fils âgé de 29 ans remplit lui aussi plusieurs des critères du test et je me pose des questions car il me dévalorise constamment, affirme sans cesse que je ne comprends rien et affirme qu'il m'a dit des choses qui ne sont pas vraies (c'est encore moi qui n'i pas compris):

    – Son grand-père et son père ont-ils pu avoir une influence négative qui au lieu de le détruire comme c'est mon cas, l'ont entraîné dans leurs travers respectifs? Je dois dire que son grand père et son père se sont évertués à dire que je ne serais jamais capable de l'élever convenablement.

    – Ai-je moi même contribué à en faire un pervers narcissique à force de me dévaloriser?

    – Peut-être les deux hypothèses conjuguées?

    Samedi dernier lors d'une fête de famille, mon père et mon fils se sont régalés à me critiquer, dévaloriser … et que j'ai quitté cette soi disant fête tant je ne supportais plus. Je pense avoir fait cela  afin de sauver ma peau, mais autant rester fâchée avec mon père ne me pose aucun problème, autant rester brouillée avec mon fils m'est insupportable. Pourtant je ne souhaite plus être exposée à cette tyrannie.

    Je précise aussi que j'ai fait plusieurs thérapies qui m'ont aidée à me protéger un peu mais en ce qui concerne mon fils je pense que c'est à lui d'en faire une aussi. Or un pervers narcissique ne fait jamais de thérapie, il est tellement sûr d'être dans le vrai.

    Répondre
  48. Algorithme

    Bonjour,

    Pendant un  an environ, j'ai cotoyé une personne qui m'a manipulé.

    Je pensais que je pourrai entretenir une relation amicale avec lui, mais ses intentions ont toujours été floues. 

    Il ne cessait de faire des blagues douteuses à mon encontre, se moquait de mon éducaton " vieille France" et de mon côté "coincé", Par ailleurs, il ne cessait de se moquer de mon entourage, notamment de ma meilleure amie  et de mes parents, en passant par ma compagne, bien évidemment.

    J'ai toujours été persuadé qu'il était homosexuel, bien qu'il prétendait l'inverse. Il parlait de manière surjouée des femmes, mais, assez étrangement, il connaissait parfaitement les lieux de drague homosexuels parisiens ainsi que toutes les pratiques homosexuelles (ce qui me mettait très mal à l'aise quand il m'en parlait, n'étant pas attiré par les hommes), alors même qu'il se vantait d'aller sur un réseau social pour faire des rencontres masculines. 

    Assez étrangement, cet homme souhaitait que je rompe avec ma compagne, chose que je ne comprenais  pas (tu sors avec une garce, je suis sûr qu'elle te trompe,...)

    J'ai déprimé pendant 2 mois à cause de lui. Je ne me sentais pas bien quand je ne le voyais pas, mais je savais au fond de moi que cette relation "amicale" m'était fondamentalement destructrice. 

    J'ai pu m'en sortir grâce à mes amis les plus proches et à ma compagne, mais aussi grâce au conseil d'une psychologue, qui m'a préconisé de tout simplement couper les ponts sans s'en expliquer avec lui.

    Depuis, je me sens beaucoup mieux. En un mot, libéré ! 

    Répondre
  49. elisabeth

    Bonjour ,je suis marié depuis 34 ans ,depuis quatre ans je suis a la retraite mon mari n’a jamais accepter cette retraite , j'ai la chance d'avoir la santé de pouvoir faire des choses simples comme marcher aller a la piscine !!! Lui est un homme avec un égo excessif être toujours le meilleur au sport ,être devant de pas grossir , il me parle mal me bouscule , rien ne va jamais ,je suis blonde donc pour lui une blonde c’est trés con !je ne sais rien faire ,bien sur!!je suis béte , !!! et j en passe ,j'ai suivis une théraphie comportementale pour voir ou j’en étais parce que je pensais que les problémes venaient de moi ,c’est vrais que notre mariage n’as pas était une réussite mais entre mon travail a l'hôpital ,les enfants les choses passaient ,je supportais , je prenais sur moi , il cris toujours n’est jamais content il a des pulsions de   violence me disant que j’en suis responsable ,alors que je pense faire tout pour ne pas le faire crier ,en fait lorsqu'il rentre je ne sais jamais ce qui va me tomber dessus , une porte mal fermer , ses lunettes qui changent de place ect!!!!!il me fait chanter avec les enfants les petits enfants en me disant que si je fais une procédure je ne les verrais plus ,mes garçons sont en admiration devant leur pére qui est un super bricoleur!

     Je suis perdu je ne dors plus la nuit ,faire ne pas faire ,je sais plus ,alors je vais nager ,en ésperant que peu être ce soir lorsqu'il va rentré tout ira bien !

      bonne journée 

    Répondre
  50. Lucette

    Les personnes perverses narcissiques sont aussi "nuisibles" et terriblement dangereuses dans les relations familiales. Grâce à une amie, qui me voyant dans la "peine" ( et le mot est faible) , m'a demandé de lire les articles et les définitons des pervers-narcissiques, j'ai enfin pu comprendre que nous étions ma fille et moi sous l'emprise d'une belle-fille perverse-narcissique. Je dis enfin car je ne comprenais pas, j'acceptais pour ne pas perdre mon fils mais toujours de plus en plus de jhaut et bas, deux personnes, une devant la famille et l'autre par derrière. et là boum jalousie, mensonges, coups bas. Après moi c'est maintenant au tour de ma fille. Nous avons ouvert notre coeur grand, étions heureuses pour eux, nous nous sommes investis corps et âmes pour satisfaire ces envies, pour lui offrir un bon mariage, etc….. Une fois mariée boum nous découvrons la vraie personne. Et dans ce cas on ne peut fuir car il y a le fils ou le frère au milieu. 

    C'est terrible.

    Répondre
  51. Céline

    J'ai 18ans et je suis en couple actuellement avec un pervers narcissique, en plus il est mon premier amour, mon premier pour tout. Je me suis rendue compte en lisant cet article qu'il remplis presque tout les critère. Nous vivons une relation à distance puisqu'il vit actuellement en Tunisie et moi en Belgique. J'ai vécu 6 mois de bonheur parfait, et les manipulations durent depuis 8mois. Ma famille ne me reconnais plus, j'ai énnormément changé, je ne suis plus celle que j'étais avant… Au début il me disais que j'étais la femme parfaite, mais ensuite il à commencé à me faire remarquer quelques défauds physiques (toujours poliment) puis allant jusqu'à me menacer si je ne changeais pas de me quitter. Aujourd'hui je me rend compte que je suis totalement accro à lui, je ne peux pas "vivre" sans lui, mais je suis malheureuse, je n'arrive pas à me résoudre à le quitter.. 

    Répondre
  52. Narcisto

    Bonjour,

     

    J'ai lu sur votre site que le PN agissait souvent en projetant sur l'autre une image de lui même, aussi comment déceler si l'on est le bourreau ou la victime ? (peut être suis-je tour à tour victime puis bourreau ou vice-versa…)

    J'ai une forte tendance à l'autoculpabilisation, aussi je ne sais pas si je suis rééllement le PN ou si cette tendance me laisse l'illusion de croire que je le suis.

    Parmi ces critères certains pourraient me correspondre d'autres pas du tout.

    Je vous remercie pour vos retours et à tous, pour la qualité et clarté des informations communiquées sur ce site.

    Répondre
  53. Caribou

    Bonjour,

    Je me retrouve totalement dans ces descriptions.

    J'ai vécu 7ans avec un  PN, je croyais que c'était l'homme de ma vie. En 2010 donc 3 ans se sont déroulés, je décide de rompre lui ayant trouver des défauts incompatibles avec mes idées de vie.

    Il s'est mis à pleurer et je suis tombée dans le panneau;

    Du coup, rebelote pour 4 ans, jusqu'à mai de cette année…

    Il m'a fallu des années pour réaliser quel monstre il était.

    Et surtout des personnes proches qui m'ont aidée à ouvrir les yeux.

    Mais c'était à moi et à moi seule de faire un travail sur moi, m"épanouir personnellement et murir tout simplement pour découvrir une réalité peu ragoûtante!!

    Ouf c'est fini mais il me reste encore une semaine en commun avant de véritablement prendre mon envol et mes jambes à mon cou! lol

     

    Osez casser une relation destructrice, faîtes vous aider par vos proches ou un psychiatre pour en venir à bout!!

    Répondre
  54. //

    Bonjour,

    J'ai à peine 18 ans et je sors et vis depuis maintenant un peu plus d'un an avec un garçon de 22 ans. Cette relation me traumatise, me rend malheureuse comme jamais mais je n'arrive pas à m'en séparer. Je me raccroche à l'espoir qu'il n'est pas cet homme violent verbalement et manipulateur que je vois au quotidien, mais j'ai l'impression que c'est à cause de lui que je raisonne ainsi.. Des que ( en douceur ) j'essaie de lui parler d'un de ses défauts, de le remettre en question, il arrive toujours à retourner la situation de façon à que je me dise " il est comme ça par ma faute " alors que mes relations passées se sont toujours déroulées normalement. Je n'arrive pas à concevoir un avenir sans lui, alors que tout le monde me répète que je suis jeune, je n'ai plus confiance en moi ce qui n'était pas le cas avant, je me hais et à la fois je m'alerte! Que dois je faire? Comment?

    Répondre
    1. Alice

      Quitte-le le plus vite possible. Voilà ce que je te dirais si tu étais ma fille. Tu es effectivement bien jeune pour t'enfermer dans une telle relation !! Et ne t'y enferme JAMAIS d'ailleurs.

      Ce sont des gens qui ne changent pas et ne changeront jamais, même s'ils te prétendent le contraire. Lis nos expériences : c'est à pleurer. C'est sur les actes qu'il faut les cerner, pas sur leurs promesses mensongères. Et la violence verbale est très souvent le point de départ de la violence physique. En tout cas, c'est une absence de respect caractérisée, et on sait où ça mène, quand une personne n'est plus considérée comme un être digne de respect et d'amour. Car ce n'est pas de l'amour qu'il éprouve, mais une volonté de possession et de destruction.

      A voir en replay l'émission "Dans les Yeux d'Olivier" du 27 août…tu verras, ça fait froid dans le dos. 

      Courage à toi. Tu trouveras un jour quelqu'un qui t'aimera vraiment et te respectera.

      Répondre
  55. catherine

    Bonjour,

    Je connais malheureusement ce type de personnage. Voilà 6 ans que je l'ai rencontré, nous avons vécu 2 ans ensemble et puis il est parti vers une autre. Sauf que cette autre a fuie… Normal ; Et ce monstre revient vers moi. Attention avec ses conditions. Sauf qu'il a oublié un léger détail : c'est que j'ai changé !!! Ce personnage m'a foutu à la porte, m'a tapée, m'a humiliée dans sa famille. Et là il me propose de passer 8 jours dans le Sud. N(importe quoi

    Répondre
  56. Petit cœur brisé

    Bonjour à tous,

    En lisant vos expériences, je me dis que c'est vraiment une maladie destructrice non seulement pour le/la PN mais surtout aussi pour l'entourage.

    Pour mon histoire, ce n'est pas mon mari ou compagnon mais ma mère et c'est vraiment très compliqué à supporter au quotidien même si depuis plusieurs années j'ai établie domicile chez ma grand mère afin de me protéger mais j'ai mené des combats interminables contre ma propre mère ce qui m'a brise le cœur car une mère on en a qu'une et combien de fois j'ai eu l'impression que tout était ma faute ou encore que c'était moi la folle, la méchante bref celle qui détruisait tout le monde mais je me rend compte que pas du tout.

    À mes 17ans, j'ai coupé les ponts avec elle je suis partie chez ma grand mère je ne lui ai plus adresse la parole pendant 1an et demi mais j'ai cédé car elle avait entamé une grève de la faim. Il y a eu des hauts et des bas , j'ai pardonné bon nombre de fois mais elle me fait si mal dans ses paroles, dans ses actes … J'ai deux frères qui vivent avec leur père elle n'en a pas la garde et des que nous sommes fâchées elle me menace que je ne les verrais pas lors des vacances ( elle voit mes frères lors des vacances scolaire c est son droit de garde) bref du chantage ! Un attrait des PN vous me direz … Plusieurs fois elle a menacé de suicider même tentée je me suis aussi retrouvée au tribunal à 17 ans lorsque j'ai demandé qu'on me confie à ma grand mère car étant (ma mère) mon seul parent et étant mineur à l'époque ben elle refusait de me laisser aller chez ma grand mère. Ça a été une épreuve horrible le tribunal de me retrouver face à elle je m'en voulais terriblement… J'avais l'impression d'être un monstre! Combien de fois j'ai culpabilise … 

    Maintenant j'ai 22 ans depuis peu nous sommes à nouveau fâchées de façon très forte !!! Pourtant par période elle est adorable mais par période elle fait preuve d'une méchanceté atroce !

    Je me rappelle que lorsqu'elle est dans ses " bons moments " et que j'arrive à être dans ses bras je me dis profite en car c est rare, essaie de déguster ce moment avec ta maman mais je n'y arrive pas ! Je n'arrive pas à la prendre dans mes bras ni à lui dire que je l'aime je me suis mis trop de barrière pour le protéger !

    Elle m'a déjà frappée lors de ses grosses colères, a été alcoolique, m'a rendue spasmophilie, voler des affaires et quand je suis arrivée chez ma grand mère à 17ans elle n'a pas voulu me rendre ou m'autoriser à récupérer mes vêtements et mes cours. 

    Ma grand mère avec sa toute petite retraite m'a racheté des habits et des cahiers pour passer le bac, inscrite dans une nouvelle école et j'ai commence à faire des petits boulots je ne voulais plus rien savoir d'elle.

    La liste serait trop longue si je vous racontais tout mais la où je suis désespérée c'est que c'est ma mère alors comment couper les ponts définitivement ?! Comment ne pas craquer lorsqu'elle revient mielleuse ?! Comment oublier ses actes, ses paroles ?!

    Elle me menaçait, m'insulter de tous les noms et pareil avec ma grand mère qui depuis peu à développer une leucémie et j'en suis sûre à cause d'elle !!! 

    Combien de fois j'ai vu ma grand mère en larme, désespérée ou encore ne tenant plus debout de fatigue et d'épuisement ! Ça me perce le cœur car je ne sais plus quoi faire.

    Voilà j'ai essayé de résumer car c'est tellement long mais je me sens soulager d'avoir pu vous écrire ces quelques lignes .

    Répondre
    1. marina

      Je n'ai aucun conseil à te donner, d'ailleurs tu n'en demandes pas. Simplement te dire, que ton témoignage m'a touchée. La souffrance, le calvaire que tu as vécu et cela continue donc puisque oui , c'est ta mère et c'est forcément encore beaucoup plus compliqué de tout laisser derrière soi. Mais je voulais te souhaiter une vie de femme heureuse, tête haute femme aimante et aimée . On ne sent pas de colère noire lorsque tu écris mais une grande fatigue physique et nerveuse. Reçois une belle énergie de vie ,continue, pleure parfois et souris tu vas y arriver…personne ne devrait vivre cela, c'est insupportable, TOLERANCE ZERO. Prends soin de ta personne et j'espère que vous allez trouver des solutions auprès de personnes habilitées à vous aider. Moi je suis juste une inconnue qui pleure un début d'amour pervers mais je suis partie très vite en fait. J' avais déjà eu  un avant gout il y a quelques années alors mon alarme intérieure s'est enclenchée ! et oui on les reconnait vite après être passée par là. Mais ça fait mal et il me faut un peu de temps pour oublier puisqu il me paraissait si parfait ses yeux sa bouche le mouvement de son corps c'est comme si je l'avais toujours attendu et enfin je le trouvais et oui  je suis amoureuse de lui. Mais je sais , je le sens il a cette  froideur une distance…  mes envies niées mais habilement et une attitude ultra dominante a deux reprises.BIP BIP ça a fait…je suis partie. Ca fait mal c'était pas encore assez noir donc je vois tous les plus beaux instants complices mais ma raison me dit et je n'ai pas rêvée il m'a plusieurs fois intriguée, laisser un petit gout amer, et des silences…des silences…puis à nouveau des regards de feu et passionnés …vous voyez c'était juste le début.

      Répondre
  57. Valérie

    Je reconnais parfaitement en ce portrait mon ancienne supérieure hiérarchique. Au bout de 4 ans de relations de travail dont 3 épuisantes car je me suis rebiffée, j'avais réussi, grâce au soutien de mes collaborateurs, à comprendre l'anormalité de la situation que je vivais. Maintenant j'ai mis un nom sur sa perversité. Elle ne mérite que du mépris, même pas de la pitié.

    Répondre
  58. moi et moi

    6 ans avec un grand malade et vrai PN

    J’ignorais même l'existence de ce genre de personnage

    Le problème est qu'on ne mesure l'ampleur des dégats qu'après et qu'alors tout s'éclaire.

    Avec le recul, dès JO il a commencé son travail de vampire et que je n ai rien vu, même si je n'étais pas très à l'aise au début, car dans la misère morale . La proie idéale.

    Il y a des fous, des furieux à l'affut. Des folles aussi pourquoi pas, je ne suis pas sexiste.

    Le mien, j'ose espérer, ne sévira plus car après un séjour en prison, c'est un procès à la clef qui l'attend, donc cela calme.

    Pour vous dire où leur folie peut les mener et détruire des vies.

    Pour ma part je suis en mode survie depuis 1 an.Je survivrai à un infarctus,aux mensonges éhontés de son entourage et de ses amis, à la spolation de mes biens, à la récupération de certains sur le trottoir comme une coupable, au départ de mes "amies" à qui j 'ai raconté cette histoire irracontable et digne d'un  roman d'horreur, aux relations zéro avec mes enfants et ma famille qui s'e suivent de part ma faute.

    Le problème est que le PN est tel une mante religieuse. Il vous endort doucement et tisse un cocon étanche autour de votre corps et votre âme.

    Avec le recul, je me battrais d'avoir été si naïve et inconsciente

    Répondre
    1. Alice

      De tout coeur avec toi. C'est lui qui va payer maintenant. 
      Tu as su te battre : tu sauras te reconstruire, même si ça prend du temps. Tu reconquerras ce que tu as perdu. C'est la meilleure revanche qu'on peut avoir sur eux, mais pour cela : cesse de te culpabiliser. La mauvaise personne, c'est lui, pas toi.
      Courage.

      Répondre
  59. Laura Océane

    Bonjour, 

    Ma mère elle même est une perverse narcissique, tous les petits articles au dessus représentent ma mère, elle a essaye de me tuer, elle m'a jugée, elle m'a brisée.. Aujourd'hui, ça fait 6 mois qu'elle m'a abandonnée, j'ai 15 ans et elle ne veut plus me voir. 

    Répondre
    1. Lisa

      Ma mère est une perverse manipulatrice, elle répond a tout les caractéristiques. Quand on était petite, elle nous tapait tout le temps ma soeur et moi, quand on trouvait pas quelque chose, parfois pour rien mais elle trouvait une raison.
      Puis on a grandit, et ma soeur est désormais assez grande pour se battre. Mon père est parti a l’étranger,et ma soeur et ma mère se battent régulièrement.
      Alors ma mère s’est faite plaindre, alors qu’elle la cherche toujours, et puis quand je suis pas la, elle traite ma soeur de baleine, elle la rabaisse constamment quand je ne suis pas la. De ce fait ma soeur a fait de la boulimie. ..
      Parfois j’ai l’impression que quand elle nous regarde,elle se dit « merde si j’avais su »..
      Elle se pense si géniale, comme si on lui devait tout. Alors qu’elle est la seule responsable, et qu’elle nous laisse la majeure parti du temps seule.
      La seule personne qu’elle aime, c’est elle,ou peut être aussi son copain. ..

      On est contrainte de vivre avec,quelqu’un aurai des conseils? On a 15 et 16 ans.

      Répondre
      1. Alice

        Bonjour Lisa,
         

        ça porte un nom : la maltraitance.
        Mon conseil (je suis enseignante) : en référer sans tarder à l'infirmière, assistante sociale de votre établissement scolaire. En parler au proviseur ou principal de votre école.
        Un signalement s'impose d'urgence.
        Courage !!!

        Répondre
  60. brisse jerome

    quatre ex des femmes m’on fait du mal ..je suis costaud très fort muscler mais très doux et sensible elle m’on même frapper ?? je disais je ne frappe pas une femme et un enfant elle en non profiter je leur est tout payer etc .quatre a la suite en deux ans pffffff :)  bon la je fait gaffe lol

    Répondre
  61. Alice

    Bonjour Sandrine !

    Merci pour ton gentil message :) ! ça me réconforte beaucoup, et je pense souvent à toi, à ton histoire…ça me désole. Si les Pn ont des profils similaires, leurs victimes aussi visiblement…on présente effectivement bien des points communs !!

    Non, je n'ai pas de compte facebook, car le pn en a un. Je suis devenue très méfiante, et je ne veux pas que d'une façon ou d'une autre il puisse avoir accès à ma vie, même à un simple profil me concernant. "Alice" est un pseudonyme, tellement je redoute qu'il fasse des recherches sur le net et que cela relance sa vindicte contre moi.J'ai récemment fait le cauchemar qu'il revenait…et il y a eu des actes de vandalisme dans le quartier qui m'ont rappelé ses façons d'agir…bref, je sais qu'il est loin , mais je reste très prudente car on ne sait jamais à quoi s'attendre avec ces malades.

    Moi, j'ai cessé très rapidement de l'aimer quand j'ai vu les mauvais traitements qu'il m'infligeait : même si mon mari et moi ne communiquions quasi plus – lui aussi s'était  muré dans son travail -, je n'avais jamais été traitée avec un tel manque de respect et d'amour. La passion que nous avons vécue avec ces pn était sans doute grisante, mais la passion, finalement, est-ce vraiment de l'amour ? je ne le pense pas. C'est une drogue qui répond sans doute à un besoin profond d'exister, à une pulsion de vie, surtout pour nous qui avons frôlé la mort…et pourtant cette passion nous a tué psychologiquement…Comme toi, j'ai souffert de l'éloignement de mon mari ; comme le tien, il a sans doute mal vécu la maladie, et a fait comme il a pu pour s'en arranger…de la maladresse, oui, sans doute, et un sentiment d'impuissance…mais qui n'a rien à voir avec la volonté de nuire à notre personne, à l'inverse des pn que nous avons rencontrés.

    Blessées dans notre chair, dans notre féminité, nous avons vécu cela comme un rejet supplémentaire : rejet du monde des vivants, rejet de l'homme que nous aimions. 
    Les salauds de pn en ont profité pour tirer sur l'ambulance. C'est tout. On était des proies faciles, ils ont fait de nous des animaux blessés et traqués.

    Moi j'ai 42 ans et je suis enseignante, donc en vacances actuellement ; j'ai décidé pour des questions financières et pour garder le moral de continuer à travailler en dépit de – je devrais dire CONTRE – mon cancer.

    Je supporte bien la chimio, j'ai réussi à ne pas perdre mes cheveux même au bout de 7 séances grâce au casque en glace que je porte sur la tête pendant que l'on me passe le taxol, car il est pour moi hors de question que mes enfants soient au courant  : je les ai trop fait souffrir à cause de cette ordure de PN, et il est hors de question de leur infliger une nouvelle situation traumatisante.

    Je me bats pour eux aujourd'hui, pour moi aussi bien sûr, et tu sais quoi : je sais que je vais gagner !!! Parce que je le veux, parce que je ne laisserai plus jamais une saloperie de pn ou de cancer se mettre en travers de ma route !!! parce que j'ai assez payé, et parce que oui, putain, j'ai commis la plus grosse erreur de ma vie, ma/is que je mérite de vivre quand même !!!
    Ce message s'applique aussi à toi, ma belle ;)

    Cette nouvelle épreuve, je sais que je ne la vis pas pour rien : je me remets en question, je regarde mes priorités, celles de mes adorables gamins, je me reconstruis contre ce pn, contre ce cancer, qui finalement ne sont que les deux facettes d'un mal qui nous ronge depuis sans doute bien longtemps. Oui, la reconstruction est possible et vital !! Notre souffrance n'aura de sens que si nous en faisons quelque chose pour avancer : c'est ce qu'on appelle la résilience !

    Je n'ai pas mis non plus ma famille (parents, soeur) au courant : de toute façon, ils sont loin du coeur et loin des yeux, et je sais que je n'aurai rien à attendre d'eux, sinon des jérémiades qui ne me seront d'aucun secours et une appropriation de ma souffrance pour qu'ils se plaignent…eux ( c'est du vécu et je l'ai bien compris en 2005 !!)

    J'ai autour de moi de bonnes personnes,prévenantes et bienveillantes, une "famille d'amis" sincères, sur qui j'ai toujours pu compter !! si je suis là aujourd'hui, c'est grâce à eux !!! Je leur tire mon chapeau !!! 

    Comme je te souhaite de retrouver une relation pleine de bonheur avec ton mari, si tu savais !!!
    comme il doit t'aimer et avoir compris ton mal être pour accepter de passer l'éponge !!! j'aurais aimé vivre la même chose, sois-en persuadée !

    Le pn nous a fait miroiter un mirage, et comme après une prise de drogue, le réveil a été brutal…
    tout n'était qu'illusion, mensonge, tromperie, et souffrance pour tout le monde au final.

    Je t'embrasse fort, prends le temps d'analyser ta vie, tes désirs, avec lucidité…et pour cela, tiens toi loin de celui qui t'a brisée. Tu trouveras le bonheur, mais…certainement pas avec lui, Sandrine, parce qu'il ne peut pas -et ne veut pas- te l'offrir.

    Donne vite de tes nouvelles !!!
     

    Répondre
    1. catherine

      Bonjour,

      Je viens de lire votre message qui m'a très touchée. J'ai mis longtemps avant d'admettre d'être soumise, humiliée et surtout d'écrire.

      Je vous souhaite un bon courage car malheureusement je connais aussi cette maladie.

      Amitiés

      Répondre
      1. Alice

        Merci Catherine de ton gentil mot !
        je te souhaite bon courage à toi aussi et surtout…EXPRIME ce que tu as vécu !
        On n'a pas à se sentir honteuses. 

        Répondre
    2. Sandrine

      Chère Alice,

      Pardonne moi de te répondre aussi tardivement. Nous étions partis avec mon mari et mes enfants quelques jours en famille. Cela s'est très mal passé et je dois trouver une solution pour quitter mon mari, retrouver un boulot.

      Nous avons abordé nos problèmes d'intimité, rien ne bouge. Mon mari ne comprend pas les souffrances que j'ai vécues en vivant à ses côtés. Il est un peu "autiste", renfermé sur lui-même, sans besoin de chaleur, d'affection et de tendresse.

      Je me suis mise en danger pendant 10 ans à rechercher son amour et ses bras… il ne voit pas de quoi je parle. Etrange et dangeureux pour moi.

      Mon fils fait des crises de tétanie depuis mon retour à la maison et aurait aimé queje vive avec mon ami… il était heureux.

      C'est bien dommage que nous ne puissions pas nous appeler pour discuter de nos vies qui ont tellement de siilitudes.

      Je cherche l'apaisement… je viens d'apprendre que j'ai de nouveau une lésion précancéreuse… au bas ventre… je tiens bon.

      je pense fort à toi. donnes moi des nouvelles de ta santé.

      Je t'embrasse fort Alice. tiens bon.

      Répondre
      1. Alice

        Sandrine,

        je suis tellement désolée pour toi. Toute cette souffrance, et cette sale lésion qui arrive de nouveau…que dire.

        Que tu as tout tenté avec ton mari, que ça n'a pas marché mais qu'au moins, vous avez essayé. Que cette page doit être tournée. Et que tu vas y arriver car il faut te concentrer sur ta santé. Si tu ne le fais pas pour toi, fais le pour tes petits. Ils ont besoin de leur maman et je suis sûre que tu es une super maman !!!!

        Te dire encore qu'il serait peut être judicieux d'expliquer certaines choses à ton fils, j'ignore quel âge il a, mais lui énoncer des faits concrets qui montrent à quel point le pn t'a détruite, humiliée, bafouée, même s'il ne l' a pas vu faire ; tu es sa mère, et ça, le pn ne peut pas te le voler et ton fils aime sa mère et croira sa mère.

        Ses crises de tétanie sont à prendre au sérieux. Il est en souffrance et toi aussi. Il étouffe de tout ça et peut être que ça vient de la tension entre l'amour et la loyauté qu'il a pour toi, sa maman, et l'affection qu'il garde néanmoins malgré lui pour le pn dont il sait sans doute inconsciemment que c'est quelqu'un de toxique. Ce quelqu'un a contribué à briser le couple – même "imparfait" – que formaient ses deux parents, et cependant, le pn a su le séduire. Il est dans une position très difficile pour un gosse, dans une sorte de conflit de loyauté qui lui échappe. Il a besoin d'aide. Ces saloperie de pn touchent y compris aux liens familiaux, quel excellent moyen de destruction pour eux…comment nous détruire totalement, sinon en viciant le lien qu'on a avec nos enfants…

        Va voir un psy, explique lui ce qu'il s'est passé et la réaction de ton fils : vous serez écoutés et aidés. C'est très important pour vous deux et votre relation.

        Te dire enfin que tu vas te battre contre cette foutue lésion, qu'elle est sans doute prise à temps, et que TU VAS GAGNER SUR TOUS LES FRONTS. Il ne peut pas et ne DOIT pas en être autrement. Tu en as assez bavé. Et tu vas prendre une p***** de revanche !!!

        Courage Sandrine !!! j'attends de tes nouvelles impatiemment !!! bsx

         

        Répondre
        1. Sandrine

          Alice,

          J'ai renoué avec mon PN…magnifique début…presque sur le départ.

          Après un échec professionnel, refus…j'abdique devant mon PN en lui disant que j'acceptais de bosser avec lui et que je donnerais le meilleurs de moi meme…mais que je voulais avoir carte blanche sur l'organisation car il me fait confiance.

          il est entré dans une colère monstre… car il n'accepte pas que je pose mes conditions. C 'est lui le chef et il a besoin d'une secrétaire pour les photocopies et les paparasseries… pas plus. et que je ne serai pas associé avec lui. Je suis décue par ce coup de colère qu'il lui a pris d'un seul coup… est-ce un signe ultime de son vrai visage ? il a peur  que je n'obéisse plus par rapport aux taches habituelles de secrétariat ? je trouve cela dingue…

          j'attends ton avis..;

          je t'embrasse fort

          Répondre
          1. Alice

            Sandrine ! :)

            Contente d'avoir de tes nouvelles. Je pense souvent à toi et je me demandais où tu en étais.

            Ta "disparition" du site me laissait penser pourtant que peut être , oui, tu avais renoué avc lui. Première chose : ne culpabilise pas pour ça. Il faut plusieurs rechutes bien souvent avant de prendre une décision définitive.

            Deuxième chose : le problème dans ton cas c'est que tu travailles avec lui, d'où la difficulté car tu es obligée de composer avec. 

            Il savait dès le départ que tu étais prise à la gorge : tu lui as dit que tu donnerais le meilleur de toi-même, et lui ce qu'il entend, c'est à peu près ça : "Je suis dans la m…., j'ai réellement besoin de ce job, je suis prête à tt accepter. Je ferai tt ce qui est en mon pouvoir pour satisfaire tes exigeances".
            Donc il sait qu'il a le pouvoir, et l'emprise nécessaire pour imposer ses conditions et te maintenir sous sa coupe.

            Par la même occasion, il se venge de l'affront que tu lui as fait en le quittant : il te met au placard, te condamnant à éxecuter des tâches peu intéressantes, contraignantes et pas valorisantes. Bref : il veut que tu en baves, Sandrine. C'est un moyen pour lui de te rabaisser et de t'écraser en te montrant que lui n'a pas besoin de toi, mais que toi, tu ne peux pas faire autrement que de compter sur lui. Il veut juste te contrôler .

            Son vrai visage, voilà longtemps qu'il te l'a montré, par le manque de respect et la cruauté mentale avc laquelle il t'a traitée. Il ne changera pas. Il veut juste te reprendre dans ses filets. Il obéit au fonctionnement classique du PN.

            La question qu'il faut te poser, ce n'est donc pas sur ses motivations,mais sur…les tiennes.

            Te paraît-il possible de t'épanouir dans une telle relation de travail et de revivre ce qu'il t'a déjà fait vivre – en pire, car ils sont rancuniers et vengeurs – ?

            Ce boulot est-il si important pour toi et n'as-tu pas possibilité d'en trouver ailleurs qu'en sa présence, un plus valorisant où l'on reconnaîtra tes compétences et tes qualités, et où tu ne seras plus sous son joug?

             Espères-tu encore réellement qu'il changera, ou as-tu simplement peur de le quitter et de te retrouver seule ?

            Qu'est-ce qui t'a réellement ramenée vers lui ? Qu'est-ce qui t'oblige à rester sous son autorité hiérarchique ?

            Ce ne sont que quelques questions que tu dois te poser pour avancer. 
            Ta vie ne dépend pas de lui, en tt cas pas de quelqu'un qui t'écrasera pour satisfaire sa soif d'autorité et de pouvoir, et qui minera encore plus ta confiance en tes capacités en agissant de la sorte, car c'est bel et bien ce qu'il est en train de faire…tu retombes ainsi dans le même travers que celui de la victime : incompréhension, doutes…et pendant ce temps, tu ne t'écoutes pas, Sandrine, et tu n'agis pas dans ton intérêt mais dans…le sien.

            Cesse de fonctionner comme une victime : c'est ainsi que tu asseois son pouvoir à tes dépends. Courage, je suis avec toi. Recentre-toi sur es besoins à toi !!! Et tiens moi au jus.

            Je t'embrasse fort :)   
              

  62. Lyra

    Bonjour, 

    j'ai passé 5 années avec un homme ayant toutes les caractéristique d'un pervers narcissique. On a vécu ensemble dés le premier soir de notre relation. Il m'a mis la pression pour que je mette mon appartement en sous location et pour que je déménage mes affaires. Petit à petit son comportement à changé. Seulement sur des détails. Il me demandait de porter des sandales au mois de novembre et si je refusais car j'avais froid, il me le reprochait. Je ne faisais pas d'effort. Je ne faisais jamais rien pour accéder à ses désirs. J'éaits égoistes.

    Un soir il est rentré en m'annonçant qu'il avait fait une demande de mutation. Il m'avait pas demandé mon avis. Je l'ai suivi. Après le déménagement les choses ont empiré. Il a commencé à avoir une sexualité déviante .A me demander de faire des choses qui étaient au dessus des mes forces. Il voulait aller dans des lieus naturistes ou échangistes et quande je refusais c'était de véritable scandales. J'étais égoiste et frigite à l'écouter j'aurais du faire une thérapie, c'est moi qui avait un problème.

    Souvent, il parlait d'un objet qui l'intéressait éventuellement sans demandé à l'avoir. A l'heure ou tous les magasins sont fermés il entrait dans une colère noire. Il m'avait demandé quelque chose et je n'avais pas accédé à son désir dans la soirée. Quand je lui signifiait qu'il avait pas démandé cet objet mais juste dit qu'il lui plaisait. J'étais une imbéicle, si j'étais pas capable de comprende qu'il le voulait et patati et patata.

    Ceci n'est qu'un cours exemple de tas de comportements de ce type. Je voualis juste que soit mis en lumière ce qu'on pouvait entendre par communication flou ou injonction paradoxale. Parfois les exemples sont plus clairs . Les exemples m'ont manqué quand j'ai voulu être sur de ce que je voyais!

    SVP laisser des exemples, expliquer dénoncé

    lyra

    Répondre
    1. Alice

      Bonjour Lyra, 

      oui, des exemples de ce type, je pense que tout le monde ici en a à la pelle…déjà, l'emménagement hyper rapide, où on te force la main sans que tu aies le temps de réfléchir vraiment : ils ne te lâchent pas et tu te retrouves "coincée".

      Ce que j'ai fait – quitter mon mari et mes enfants pour lui – est loin d'être reluisant, mais je suis ordinairement quelqu'un d'intègre et de loyal, et cela n'aurait jamais du m'arriver ; il l'avait bien vu et n'a donc pas insisté pour que nous ayons une relation physique avant que je quitte mon mari, sachant que je ne l'aurais pas fait : il prenait cependant ce comportement à son compte, me disant que ce serait un manque de respect envers mon époux et que non non non, il ne souhaitait surtout pas cela – alors que c'est moi qui ne le souhaitais pas à la base – . Bref, il s'appropriait mes valeurs pour mieux m'embobiner et se faire passer pour un saint. Et ça a marché, alors qu'avec le recul, je trouve cela gros comme une cathédrale !!!

      ce beau discours ne l'a pas empêché d'augmenter la pression, me menaçant d'aller parler lui-même à mon mari si je ne le quittais pas rapidement…Il fallait en fait que tout se fasse dans l'urgence, alors même qu'il ponctuait ses longs discours de : "tu fais ce que tu veux, je ne te force à rien !"

      Autre point :l'argent !!!! ce sont des sangsues en puissance  : le pn que j'avais rencontré exerçait une pression énorme sur moi ; étant au RSA, il avait toujours "besoin" de quelque chose et me culpabilisait quand j'essayais de freiner des 4 fers ; par exemple, il prenait l'initiative d'inviter des personnes à manger (une bonne dizaine bien sûr), m'avertissait après coup et m'envoyait illico acheter la bouffe – pas avec son rsa, hein, évidemment ! – pendant que lui picolait à la terrasse du bar ( à mes frais bien entendu : il ne payait pas ses nombreuses ardoises, et gênée que j'étais car je connaissais bien les patrons, j'allongeais la tune, au point que mêmes eux un jour m'ont dit qu'il fallait que j'arrête de payer pour lui !!!!)…

      J'en reviens à son invitation dans mon dos : attention !!! il fallait que la viande – en quantité astronomique – vienne de la boucherie sinon , c'était dégueulasse, bien sûr !!
      Moi, voyant les prix et n'ayant pas les moyens de faire des excès – divorce en cours, deux enfants à pourvoir – je prends un jour la viande au supermarché : monsieur était furieux, l'a fait cramer (intentionnellement j'en suis sûre) et m'a ensuite reproché devant tout le monde d'acheter de la m……, d'être avare au dernier degré, bref, il m'a pourri la soirée, aux autres aussi d'ailleurs : " ton avarice te perdra !". Les invités étaient très mal à l'aise…et moi donc…

      Autre exemple : il voulait toujours aller au resto ( à mes frais, hein !). Là, il était odieux à souhait : resto pas assez bien – alors que c'est lui qui l'avait choisi – il tartouillait dans son assiette – qu'il ne finissait pas – commandait du vin et buvait – je n'en bois pas – me faisait une scène pour x ou y raison, au point qu'un soir, délestée de 90 euros, je ne tolère plus sa mauvaise humeur et le remballe un peu sèchement en rentrant. Il fonce sur moi sans prévenir avec un regard de psychopathe et me colle contre le mur en m'insultant. La trouille de ma vie. Je le rends méchant bien évidemment, tout est de ma faute !!! Voilà ce qu'il me dit !!!

      Il me force la main pour sortir, de plus en plus souvent, car il veut "s'amuser" ( c'est-à-dire me faire cracher des ronds encore et encore), mes économies fondent à vue d'oeil et chaque sortie s'achève sur une crise de sa part, ce qui fait que je commence à refuser d' y aller, appréhendant le déchaînement de violence qui va suivre.

      Bousculade en pleine rue, un jour, il est prêt à me gifler car je lui refuse un énième resto, m'insulte – encore – me dit que je suis comme sa famille, que j'ai un problème avec le fric, que je gâche toujours tout, que "ça va pas le faire". je suis sous le choc, mais ne cède pas ; puis il s'excuse le soir même en  disant que j'ai eu raison, qu'il m'aime comme personne ne pourra jamais m'aimer, que l'on va faire des économies et se met à argumenter comme quelqu'un de très sensé et de fiable, j'hallucine, j'ai Djekill et Hide à la fois dans mon salon !!!! D'ailleurs, il me sort un cahier et y écrit "Nos Comptes" (mais on vit sur…MON COMPTE? LOL)  me disant que dès le lendemain, on établira un budget. Rassurée faussement et très temporairement, j'accepte. Le lendemain…il n'en reparle pas et fait une énième crise, pleurniche sur sa vie, son passé etc et blablablaaaaaaaaaaa : O  :(. Ok, je me dis ce n'est pas le moment ; j'attends.
      Le surlendemain, alors qu'il est vautré depuis le matin devant la télé sans se sortir les doigts du c…. et sans m'adresser la parole, je me lance et lui reparle de sa proposition d'établir un budget…bah non, c'est toujours pas le moment :
      il est…"occupé"…..okkkkkkkkkeeeeeeyyyy…..puis plus tard, nouvelle demande d'argent, je dis non timidement avec toujours le sentiment que je vais payer cher mes refus…il explose, me reproche de ne pas savoir gérer "nos comptes" et de n'avoir jamais établi le budget qu'il m'a proposée de faire !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! 

      ses crises de violence sont de plus en plus fréquentes. Je me renferme sur moi même, mes amis ne me reconnaissent plus. Il m'engueule, je ne suis qu'une pauvre fille dépressive et A CAUSE DE MOI, les gens le regardent bizarrement !!! quand on est avec des amis – qui sont en fait les miens – toute participation de ma part à une discussion anodine, toute forme de gaieté si j'arrive encore à prendre plaisir à la conversation, me vaut des réflexions cinglantes et des crises pas possible quand on rentre à la maison : je suis prétentieuse, me crois au-dessus des autres, non mais pour qui je me prends ????

      Alors je m'éteins et attends, anxieuse, la fin de chaque retrouvaille amicale. J'ai bien fait ce que j'ai cru comprendre qu'il voulait que je fasse : être insipide, inodore, incolore, être un meuble, quoi.

      Ben là encore c'est reparti !!!!! les mêmes reproches pleuvent  : je suis prétentieuse, me crois au-dessus des autres, non mais pour qui je me prends ???? !!!!!!  Bref ! là il rajoute que je suis vide, que je suis un légume, une merde !!!!!!!! J'ai l'impression de devenir folle !!!!!

      Il voit encore que je souffre de l'absence de mes enfants et me dit qu'il faut que je passe du temps avec eux : je ne demande que ça. Ce que je fais, sans lui, bien sûr, mon fils ne le supportant pas. Je les emmène au lac, à la piscine…sa violence décuple le soir quand je rentre, heureuse de les avoir vus, et il me le fait payer très cher, sans jamais mettre sa folie en relation avec eux, il m'attaque sur d'autres sujets, des conneries qui n'ont même rien à voir avec moi (souvent il s'est embrouillé avec d'autres personne durant mon absence) : je me prends une volée de bois vert, bousculades violentes mais qui ne laissent pas de traces ( du coup je ne peux même pas dire "il m'a frappée"), reproches, insultes, et de longues nuits durant lesquelles il se plaît à me torturer psychologiquement, ne m'autorisant pas à aller me coucher. Un soir, le couteau sous la gorge, pour me "montrer comment il a chopé un mec un jour" soit disant. Je tremble. Je vis dans une peur et une insécurité croissante.

      Et puis le scooter qu'il me fait acheter fin août…une grande histoire là aussi…il "veut" trouver un travail (lol il n'en n'a jamais cherché) mais voilà !! son permis lui ayant été retiré depuis x années, il ne peut pas se déplacer !!! son assistante sociale lui dit qu'il peut en obtenir un de location contre un chèque de caution que j'accepte de lui faire….il refuse !!!! non non non, s'il se fait piquer le scooter, le chèque de caution sera perdu, c'est pas prudent !!!

      Et la pression recommence, insidieuse, il passe des journée sur le net à regarder les scooters, les comparer, les évaluer : "Ah si j'avais un scooter !!!! au moins, je pourrais chercher du travail, déposer des cv etc etc….on aurait une vie tellement plus facile, j'arrêterais les conneries car j'aurais un vrai but, je retrouverai une stabilité, finies l'alcool, la défonce… je vais demander à untel de me prêter l'argent : je le rembourserai dès ma première paye, car la parole vaut l'homme, ou l'homme ne vaut rien !!!" ( son gros truc, cette phrase, sachant qu'il n'a JAMAIS tenu parole sur RIEN.) .

      Là, pour la dernière fois, je plonge…j'accède à sa demande déguisée. Il exulte, me faisant remarquer que c'est MOI qui le lui propose et que lui…n'a jamais rien demandé…le scooter acheté, après bien des péripéties (une personne refuse de le lui vendre car il essaie de l'embrouiller au niveau de l'assurance qu'il n'a pas et n'a pas l'intention de contracter..;je passe là encore une nuit mémorable faisant les frais de sa mauvaise humeur et de son envie de voyou d'aller se venger de la personne, eh oui…) , force est de constater qu'il ne cherche toujours aucun boulot, se fait des virées à mes frais bien sûr, car ben faut de l'essence hein, sinon le scooter il roule pas, il va pas pédaler quand même…passe son temps à aller picoler dans les bars, et revient plus méchant que jamais, bourré et j'en passe…me soutenant qu'il….cherchait du boulot !!!

      Là, je vais la faire courte : je prends la bonne décision et le flanque dehors, ce qui m'a coûté des semaines de terreur, des dépots de plainte, des ennuis de la pire espèce, une tentative de suicide, une hospitalisation d'urgence…et une récidive de cancer du sein après pourtant 9 ans de rémission….

      Voilà, Lyra, des exemples concrets sur la manière de communiquer avec un PN et autres injonctions paradoxales. Je pourrais écrire un livre entier….

      Plus jamais ça.

      Courage à toi et à tous ceux et celles qui vivent ou ont vécu cette relation destructrice, qui se sont fait voler leur vie.

      Oui, il faut fuir.
       

      Répondre
      1. Sandrine

        Chère Alice,

        Mon Dieu quelle histoire !!!! J'espère sincèrement que ta santé s'améliore… que de problèmes. J'ai eu moi même un cancer du col de l'utérus avec récidive il y a 12 ans. j'avais 31 ans. Heuresement j'avais deux enfants… et suite à mon opération d'ablation de l'utérus, j'ai fait une complication post chirurgical et j'ai fait un syndrome des loges à la jambe droite… les muscles n'étaient plus oxygénés suite à la compression sur la table d'opération de mon mollet droit. J'ai perdu un muscle, perdu la fonctionnalité du releveur de pied… bref une handicapee. J'ai eu une multitudes d'opérations pour retrouver cette fonctionnalité….

        Je me suis relevée, retrouvé du boulot… et mon mari m'a complètement zappée.

        Plus d'intimité, plus de tendresse. le néant… et moi je pansais mes peines…

        Mon mari a accepté mon retour depuis un mois..oui. je pense qu'il m'aime beaucoup. mais il n'est pas démonstratif. Il est drogué par son boulot et je ne sais pas si nous allons nous en sortir. Mon escapade avec mon PN m'a certainement guérie physiquement. ou alors une illusion de résurrection. Il me caressait souvent le ventre en me disant que j'avais du certainement bcp souffrir… j'étais attirée par son corps qui me donnait tout ce qui me manquait.

        je vis ma vie comme une injustice. Ma générosité sans fond me fait perdre la tête souvent. Philippe mon PN a bien senti cette faille oui. Il me manque souvent. Je me dis que je ne pourrai jamais revivre un amour aussi fort. c'est très dur. J'ai 44 ans et je me dis que le destin m'a fait vivre cette fâcheuse histoire pour quelque chose… je rêve de pouvoir refaire une belle histoire avec mon mari et me laisse du temps. Mais si cela ne devait pas bien se passer j'espère qu'un jour je ferai une belle rencontre avec une personne qui a envie de donner et de recevoir. Une vraie souffrance que le manque physique…

        Travailles tu ? ou en es tu ?

        c'est dommage que nous ne puissions pas échanger par téléphone… as tu un compte facebook ???? j'aimerais bcp avoir un contact direct …

        Je t'embrasse fort

        Répondre
  63. parvu

    bon, il y a bcp de témoignage… mais quand le pn est ton papa?? tu le flush comment? quand tu as vu ta mère s'éteindre et l'autre jouer les grandes victimes avec un dénigrement sur tout et tous, c'est malade là! un des témoins de ce site dit: voir un psy, un autre: suicide ben oui j'ai passé par là. même mon doc dit: fait une tite crise d'ado? 50 ans spas trop vieux un peu pour essayer en vain de plaire à son popa? même mes enfants me le disent. ben oui, il peut etre pervert et violent: il a dit à moi sa fille toute sa vie sexuelle et l'achat de balles de fusil explosive avec un pacte de suicide pour lui et maman. stu assés écoeurant? pi il dit à mon plus jeune qui est tout jeune et puceau: arrange toi pour mourir en même temps que ta blonde, c'est mieux! ark! stu assés violent à ton gout? yé malade! pi moi qui me fend en 4 pour l'aider pauvti dans son deuil, je fais rien de correct, la bouffe le lavage mon choix de repas dans un resto qu'il a été assés généreux pour nous emmener… tout est critiqué. j'en suis à penser à consulter un psy, mais je pense que c'est plutôt mon père qui devrait y aller! moi that's it, I'm out of it. s'il me cherche, jva lui dire: " ben coudon, il semble que je ne te mérite pas… je veux surtout pas nuire à ta prestance ;-) " mh?

    Répondre
  64. Noémie

    bonjour à tous,

    Je lis vos témoignages poignants, et me rend compte que je ne suis malheuresement pas un cas isolé.

    Je suis restée durant 7 longues années avec ce monstre, cela va faire un an que je l'ai quitté et redoute a nouveau de le croiser pas peur de retomber une fois de plus dans ses griffes.

    Aujourd hui je ne suis plus la meme, je n'ai pas confiance en moi, et n 'arrive pas a croquer la vie à pleine dents.Je n'en suis pas "guérie"  j'ai peur des hommes, peur de souffrir a nouveau. 

    Merci pour tous  vos messages et temoignages ca donne de la force ^

     

    Répondre
    1. green-eyes

      Bonsoir Noemie , je pense que c’est commettre une grosse erreur que d’avoir peur des hommes. Nous sommes tous différents, j’ai souffert de la même chose que toi avec une femme pendant 6 ans, et si on pense tous pareil, ça va pas être évident. Faut digérer ça, et voir la vie de manière positive, je ne doute pas une seconde que je trouverai ma Princesse et qu’on pourra partager une vie conjugale équilibrée basée sur le dialogue, la confiance. En tout cas, je ne te souhaite que du positif, et si tu veux parler, je suis là.
      Tthierry.

      Répondre
    2. Christelle

      bonsoir Noémie,

      En ce qui me concèrne,je suis restée deux ans avec mon PN,j'ai rompu il n'y a pas si longtemps.J'en ai bavée avec lui. Tout comme toi,je ne suis plus la même,je me sous estime,je n'ai pas confiance en moi et plus dans les hommes parce que j'ai peur de tomber à nouveau sur un PN. Le moral en pren un sacré coup. Il y a des hauts et des bas.C'est difficile de reprendre confiance en soi mais il le faut pour nous sortir de cet enfer.

      Si tu as besoin de parler,n'hésite pas. Ou tu peux consulter une infirmière psychologue au CMP,ça aide.

      Courage

      Christelle

       

      Répondre
  65. passion91

    Bonjour alice et tous les autres

    un petit coucou pour prendre de tes nouvelles ?

    comment vas tu ?

    Pour ma part ca y est on est en pleine phase finale de déménagement ! le sien ! et je peux dire que mon pnm a lui aussi passé la vitesse supérieure et est odieux !!!!!!!!!!!!

    Que des réflexions, me gueule dessus me culpabilise de déménager ,qu’il est en débit ce mois la sur son compte a cause de moi car on aurait pu rester ensemble selon lui puisque tout va bien entre nous !!!!!!!!!!!! (oui bien sur tout va bien selon lui ! quel taré)

    il s’en prend a tout et n’importe quoi ! me donne des ordres et contre ordre ! a le pouvoir sur moi :!

    se dit très fatigue mais ne se gène pas pour se coucher tard le soir après avoir regarde ses séries tv la noix! comme si c’était le moment ! il ne donne pas des priorités au déménagement et se perd dans un verre d’eau et c’est moi qui prend !

    il me gueule dessus les fenêtres étant ouvertes vu le beau temps tous les voisins ont entendus ! puis 10mn après il vient s’excuser !!! prétextant qu’il est à bout !

    il m’envoie que des phrases assassines sur moi, mon physique etc etc…

    bref j’ai été tranquille pendant un moment mais  il réalise avec son regard noir , pensif, vide qu’il va être confronte a de nouveau une vie seule entre ses 4 murs ! il réalise la bêtise d’avoir signer le préavis de notre location en commun !!!! et m’en veux !!!!! mais il ne sait pas encore que il est proche de la rupture car ma décision est bien prise ! je suis heureuse de me sentir aussi forte face a lui et ma décision d’aller jusqu'au bout car ces quelques moments ou il est odieux un vrai monstre me font réaliser que c’est ce qui m attends au quotidien si je devais revenir vers lui !

    il me rabaisse me traite comme un chien !!! moi aussi je suis fatiguée car j’ai fait mon déménagement voila 8 jours et je maîtrise mes nerfs !  

    même si je sais qu il va essayer par tous les moyens de me récupérer je tiendrais le coup et jamais plus je ne reviendrais avec lui ! j’ai perdu 2 ans avec lui et je perdrais pas un jour de plus avec ce monstre, cette bête immonde !

    a toutes les victimes fuyez partez sans vous retourner !

    mon pnm a été un vrai nounours pendant 3 mois le temps du préavis m’offrant cadeau resto étant très attentionné aux petits soins !!!! je savais que la tempête reviendrait et bien voilà c’est fait !

    le travail de sape se mettait en place car il refusait que je fasse les repas ! car je ne cuisine pas bien selon lui ! il refusait que je m’occupe de mes animaux préférant le faire !! etc etc

    un vrai travail insidieux telle la grenouille !!!!!!!!!!!!!   pendant lequel on perd sa personnalité son utilité il prend le dessus sur moi !!!! d’une manière très sournoise: ! cadeau resto etc etc et voilà le tour est joué il me met dans un état de dépendance !!!!!!!!!!!!!!!!! j’ai été très a l’écoute observatrice sur tous ses agissements !!!!! les pnm sont des monstres en puissance !

    partez loin fuyez battez vous contre ses immondes individus !

    bon courage a tous ceux qui luttent 

    affectueusement alice,

    Répondre
  66. green-eyes

    Bonjour, et merci beaucoup pour vos précieux témoignages. Ce matin, j’écoutais la radio au travail et suis tombé sur une émission intéressante concernant la perversion narcissique. Je me suis retrouvé choqué face aux similitudes concernant ma propre situation.
    Je vis depuis 6 ans avec une femme qui a de très nombreuses ressemblances envers cette attitude qui consiste à m’avoir totalement isolé de ma famille en s’étant bien fait valoriser. Mon cercle amical a totalement fondu, et il est très dur de pouvoir s’octroyer quelques moments de solitude pour respirer sans que cela ne se transforme en drame dès mon retour. Les reproches sont présents du matin au soir, et elle me dit souvent que je lui dois tout. Je me fais souvent rabaisser en public par ses scènes de jalousie.
    Je ne sors plus, dois me justifier à chaque absence, demander la permission alors qu’elle sort souvent entre amies, avec une apparence d’exemplarité vis à vis de son entourage, sa famille.
    Je viens de lire vos témoignages, cela est un choc car je peux enfin mettre des mots sur une situation qui me pèse beaucoup. J’incarnais la joie de vivre, me suis beaucoup investi au début de notre relation par des attentions, des soirées surprise, et je me suis peu à peu laisser prendre dans le piège.
    Le réveil est dur, je viens de réaliser ce qu’il m’arrive par vos témoignages, et j’aimerais en parler avec vous, cela m’aiderai beaucoup dans un premier temps, juste pour avoir un soutien, et un repère solide car dans ma situation, difficile d’en parler à la famille ou aux amis. Je vais fêter mes 40 ans l’année prochaine, et j’espère retrouver le sourire, la joie de vivre d’ici là.
    Encore un grand merci à vous tous, cela fait du bien de savoir que je suis loin d’être le seul à vivre ce calvaire.

    Répondre
  67. Steph

    Bonjour à tous,
    Eh ben je ne pensais pas qu’il y avait autant de monde sous l’emprise de pervers narcissiques. Je pensais être un cas rare. Pour faire court je me reconnais dans chacun de vos témoignages si ce n’est que moi c’était une relation quasi platonique car je ne lui plaisais pas physiquement mais il a quand même réussi à me tenir en haleine 3 ans. Je peux vous dire que la confiance en soi en prend un sacré coup.
    Avec le recul je me demande comment une personne comme moi avec la tête bien sur les épaules a pu se laisser embobiner jusqu’à ce point et comment je n’ai pas réussi à m’en sortir plus tôt ? Ben oui parce que non seulement je me rendais compte de tout mais en plus mes proches essayaient de me mettre en garde mais j’étais incapable de réagir.
    Et puis il y a eu le fameux déclic : après un de ses énièmes reproches, reproche tellement énorme que j’ai dit stop et du jour au lendemain je n’ai plus jamais donné aucunes nouvelles. J’ai repris ma vie en main et je m’en suis sortie seule et encore plus forte qu’avant en faisant un pas à la fois.
    Bien sûr il a essayé de me recontacter mais j’ai tenu bon et vous savez ce qui m’a énormément aidé ? C’est peut-être tout con mais je pense que ça m’a sauvé : dans mon portable j’ai la possibilité de bloquer mes correspondants ce qui signifie que vous ne recevez plus ni leur sms ni leur appels. Du coup ben il ne pouvait plus me faire culpabiliser comme il savait si bien le faire afin que je lui réponde, alors si vous avez la possibilité de le faire eh bien faite-le. Bien sûr j’aurais pu changer de N° mais il aurait encore gagné et c’était hors de question.
    J’aimerais faire passer un message à toutes les personnes qui sont encore sous l’emprise d’un PN REAGISSEZ VITE, trouver le courage de fuir sans vous retourner car il ne vous aime pas, il n’aime que lui et il ne changera JAMAIS ou continuer à tenir bon si vous avez déjà entrepris ce chemin car vous êtes quelqu’un de bien et vous méritez le bonheur ne laissez plus jamais personne vous dire le contraire, faite vous confiance et vous y arriverez tout comme moi un pas à la fois ;.)
    Si le cœur vous en dit on peut se soutenir les uns les autres pour ne pas craquer, créer un cercle ou un truc du genre par tél ou email et même pourquoi pas tous se rencontrer .
    Je vous dis à bientôt.
     

    Répondre
    1. Christelle

      bonjour Steph,

      ton histoire ressemble un peu à la tienne sauf que j'étais amoureuse de lui et lui voulait me voir seulement pour le sexe. Ma mère m'avait pourtant mise en garde mais je ne l'ai pas écouté mais il m'a tellement embobiné,fait du chantage affectif quand je le menaçais de rompre. Et puis,il y a eu plusieurs déclics:quand j'ai appris qu'il avait une compagne et des enfants,et plus tard,lors d'une dispute il m'a dit qu'il me manquait une case et que je devrais aller à l'H.P. Je l'ai traité de tous les noms d'oiseaux,encore aujourd'hui mon moral est fragile,il y a des hauts et des bas mais je suis soulagée de ne plus entendre ses brimades.

      Je suis parfaitement d'accord avec toi. Les PN n'aiment personne.

      Oui,nous sommes des gens bien et nous ne méritions pas d'être humilé(e)s et traité(e)s de la sorte.

      Pour moi le chemin est encore long car le moral n'est pas vraiment bon.

      C'est une bonne idée que tu as là,on pourrait se rencontrer,ou parler par mail pour raconter ce qu'on a vécu,se soutenir….

       

      A bientôt

      Répondre
      1. Steph

        Bonjour Christelle,

        C’est effarant comme tous nos récits se ressemblent. Quand j’ai trouvé ce site et que j’en ai commencé la lecture je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup de choses qu’il m’a fait subir que j’avais oublié et puis en lisant je me disais ah mais oui moi aussi il m’a fait ça et puis ça aussi et puis ça également, mais c’est comme si ma mémoire ne voulait pas se rappeler et pourtant il n’y a pas si longtemps que ça.

        Le pire c’est que je savais que cette personne était nocive pour moi mais j’y retournais à chaque fois et puis une fois à ses côtés j’étais prise d’un malaise indescriptible, je n’avais pas envie d’être là, ben oui à chaque fois c’était quasiment pareil disputes et humiliations, mais je ne pouvais m’en empêcher et à chaque fois je me disais mais qu’est ce que tu fous avec un gars pareil ça te ressemble pas !!! Mais j’y retournais quand même et je ne comprends toujours pas pourquoi si quelqu’un à la réponse ça m’intéresse… 

        Je l’ai souvent comparé à un gourou il m’a enlevé toute ma joie de vivre et ma confiance en moi et tout comme toi aujourd’hui je ne supporte plus aucunes remarques et je m’isole de plus en plus même si l’envie de rebondir est là mais ce n’est pas facile je culpabilise énormément surtout d’en être arrivée là.

        Pour répondre à Sandrine oui c’est normal que tu passes du blanc au noir moi c'est pareil, je me considère comme une incomprise et pire je passe même pour une caractérielle car les gens qui n'ont pas subi ça ne peuvent pas comprendre et le PN est très doué pour nous faire passer pour ce qu'on est pas.

        Je pense que d’échanger en privé ce serait bien effectivement mais comment sans mettre nos coordonnées à la vue de tous ?

        Courage à bientôt….
         

        Répondre
        1. Sandrine

          Mon Dieu Steph,

          Qu'est ce que je me retrouve dans ton témoignage.

          j'ai passé une semaine chez mes parents avec ma fille pour décompresser suite à la rupture avec le PN. Incompréhension de la part de mon père qui aimait beaucoup cet homme avec qui j'ai passé une année suite à ma séparation d'avec mon mari.

          j'ai du lui faire lire mes notes…5 pages… même après celà il ne me comprenait pas. Il m'a dit "tu es sure que tu n'exagères pas ?"…. j'ai surtout en tête les regards, la bouche qui se tord, la voix menaçante…. et les changements d'attitude. Et puis ce retour vers l'amour infini… 

          je deviens agressive. Je pleure souvent car je me sens incomprise. J'ai eu bcp de soucis de santé dans ma vie (18 opérations) et mes parents pensent que je me cache derrière ces problèmes et que je devrais m'arr^ter de dire que j'ai souffert… oui j'ai souffert et mon mari m'a abandonnée physiquement, affectueusement après mon cancer… magnifique. le PN s'est engouffré… et aujourd'hui j'ai tout perdu.

          On a effectivement envie de retourner vers ce PN en oubliant tout ce qu'il nous dit de mal… je me dis souvent "mais non, je suis dépressive donc j'ai mal pris sa remarque et il s'énerve !!! c 'est normal…" . Aujourd'hui, il me culpabilise en me disant "untel vient ce soir a la maison…il s'attend à te voir… il va être surpris de ne pas te voir"….

          bref, je deviens dingue…

          Soutenons nous … essayons de décortiquer et de refaire surface. Car c'est le plus important, trouver le moyen de ne pas se laisser aller aux idéees noires…

          Courage à tous et toutes,

           

          Répondre
          1. Alice

            Bonjour Sandrine,

            c'est dingue. Il m'est arrivé la même chose après mon premier cancer du sein en 2005 (eh oui, je suis actuellement traitée pour une rechute, super) : mon mari et moi nous sommes éloignés. Il est resté avec moi,  c'est vrai, m'a soutenu à sa façon, mais n'a, je crois, jamais accepté cette maladie. On s'est éloigné physiquement, il ne me touchait presque plus. J'en ai bcp souffert mais n'ai jamais osé lui en parler. Ensuite, on s'est enfermé chacun dans une sorte de silence, dans nos activités respectives.

            C'était comme un tabou. Je me suis sentie abandonnée, très seule, exclue, comme si à ses yeux je n'étais plus une femme, seulement la mère de ses enfants.

            Ma famille (parents, soeur), ne m'a pas soutenue, même s'ils en donnaient l'apparence. J'en ai pris plein la g….. : les traitements m'avaient fait grossir (antihormonaux pdt 5 ans, après chimio et rayons) ; ma mère ne manquait pas de me le souligner, surtout si je parvenais à perdre un peu de poids : "heureusement que tu as maigri, tu avais un cou énorme…et puis on aurait dit que tu étais enceinte!!!…ça te va beaucoup mieux comme ça. Et puis de toute façon, on est comme on est, hein…c'est pas bien grave d'avoir quelques kilos en trop…"

            voilà un échantillon des paroles aidantes qu'elle me profère depuis toujours ; quand tu évoques tes relations avec tes parents, ça me rappelle tristement les miennes…De toute façon, j'ai toujours senti que je n'étais pas assez bien pour eux, seule ma soeur est à la hauteur de leurs espérances…ayant accompli les rêves carriéristes de ma mère par procuration.

            4 ans de psychothérapie, durant lesquels la psy m'a dit que j'avais évolué dans une famille toxique, et qu'il y avait eu beaucoup de destructivité à mon encontre. Bon. Je pensais avoir réglé ces problèmes, mais non, puisque j'ai foutu mon mariage en l'air en rencontrant une crevure de PN !!!!  Tout ça, c'est pas un hasard, Sandrine. On leur avait bien préparé le terrain…

            Tu n'es pas écoutée par tes propres parents, ton malheur est minimisé (évidemment" tu exagères"… on croit rêver, putain !) et en prime, on te culpabilise en te disant que tu te "caches derrière ces problèmes" et ça va même plus loin : on te demande de taire ta souffrance !!! Sandrine, n'importe quel psy te dira que tu n'es pas en cause, et te fera prendre conscience du caractère destructeur de la relation que tes parents ont eux-mêmes noué avec toi.

            Après ma rupture avec le PN, j'ai été hospitalisée d'urgence pour tentative de suicide. Aucun appel de mes parents, aucune visite. Le silence total, alors qu'ils avaient été avertis de la situation par mon ex mari. j'aurais pu crever, l'autre malade aurait pu m'assassiner : ben j'aurais crevé seule comme un chien. Voilà.

            Ils ont daigné me rappeler avant Noël – en fait, non, ils ont fait rappeler ma soeur…- mais…pas pour moi : ma soeur était en grande dépression ( bouffée par ma mère, elle en fait depuis toujours) et ils craignaient qu'elle ne soit hospitalisée !!!! Il fallait que je vienne, et vite !!! Moi seule pouvait lui "remonter le moral" !!! Comme une grosse c….., j'y suis allée, contente de retrouver ma "famille"…Et là, ma mère la plaignait amèrement, s'inquiétait devant moi pour elle : " Tu te rends compte, elle aurait pu être hospitalisée !! Nous avons dû aller chez elle pour l'aider : elle ne pouvait plus rester seule !! Elle est sous anti dépresseurs !!!!!!" "oui…Et moi ? je l'ai été hospitalisée, y avait PERSONNE, sauf mon chat à côté de  moi et une voisine inconnue qui a donné l'alerte en me voyant à la fenêtre…"
            Seul mon père, très gêné visiblement, a fait timidement remarqué à ma mère que j'avais raison…sans se démonter, elle a changé de sujet !!!!
            PN ? ben oui elle l'est, y a pas d'mystère.

             
            Tout ça pour te dire : NON TU N'ES PAS SEULE, NON TU N'ES PAS FOLLE. 

            N'hésite pas à consulter un psy, non pas parce que tu es "folle, dépressive", et je ne sais quoi qu'on voudrait te faire croire, mais justement parce que tu ne l'es pas, et parce que tu n'avanceras que si ta souffrance peut être exprimée et RECONNUE !!! Tu es le bouc émissaire, et ça arrange beaucoup de monde autour de toi de ne pas se remettre en question : leur petit bien-être est ainsi préservé, et eux dorment sur leurs deux oreilles, crois-moi, en se donnant bonne conscience sur ton dos.

            Encore une chose : ton mari a accepté que tu reviennes vers lui d'après ce que j'ai lu ; il t'aime sans doute plus que tu ne crois. Le mien ne l'a jamais fait, m'a totalement abandonnée et je ne peux que le comprendre, après tout ce que j'ai détruit.
            Je donnerais ma vie, si je le pouvais, pour revenir quelques mois en arrière et ouvrir le dialogue avec mon mari plutôt qu'avoir cédé à l'appel hypnothique et destructeur du PN.

            Parlez, allez consulter un thérapeute pour vous aider à passer ce cap. Ce que j'essaie de te dire, c'est que toi, tu n'as pas tout perdu !! Alors ne laisse pas le PN finir son boulot de tueur. Donne-toi une chance et donnes-en une à ton époux  : vous le méritez !! Courage sandrine, courage !! Ne laisse pas l'autre malade reprendre le contrôle sur ta vie !!

            Ne te confie qu'à des gens bienveillants, qui peuvent réellement t'aider…il en va de ton bonheur, et des valeurs que tu transmettras à tes enfants, pour que jamais ils ne tombent dans le piège de tels personnages.

            Un bon spécialiste t'aidera à te sevrer de cette maudite dépendance affective.

            Très affectueusement : je suis de tout coeur avec toi. Bats-toi !!!

        2. Christelle

          bonjour Steph,

          Comment vas-tu?

          Tu as raison,les PN sont en quelque sorte des gourous.Ils te font un lavage de cerveau pas possible,tu ne sais jamais sur quel pied danser avec eux. Le mien me faisait même du chantage affectif:si je ne faisais pas telle ou telle chose,il menaçait de rompre. Quand il y avait quelque chose qui n'allait pas,c'étais bien sûr ma faute!

          Aux yeux des autres,comme tu le dis si bien,c'est que l'on est incomprise,que l'on passe pour des enfants gâtées. Une amie (enfin,je croyais qu'elle était mon amie,m'a dit que j'étais égoïste et que je ne pensais qu'à moi).

          Je voudrais bien échanger en privé avec toi mais comment faire?

          Courage,à très bientôt.

           

          Répondre
  68. Tootsie

    Je viens de chercher sur google un test, libellé en ces termes : "Suis-je un pervers narcissique ?"

    IN-TROU-VA-BLE. Ce qui me surprend grandement, à l'heure où tous les test possibles et même inimaginables prolifèrent. Il y a bien (comme ce que vous-même proposez) quelques portraits à gros traits du profil d'UN ou d'UNE perver(s)e narcissique susceptible de se trouver DANS votre entourage.

    Mais aucun test formulé à la 1ère personne!!! Pourquoi donc ? pourquoi propose-t-on de trouver des pervers autour de nous, mais qu'aucun test ne soit accessible pour… soi. ?! 

    Répondre
    1. laurence

      bonsoir,

       

      tout simplement parce que ce pervers narcissique ne se reconnaît pas comme tel ; son but est de détruire les gens et non pas de prendre conscience de ce qu'il est réellement, il ne le sait même pas, il est vide , insensible à tout.

      il sait simplement  se poser en victime après avoir massacrer . ce qu'il recherche c'est une image extérieure de supériorité, il ne va pas chercher à aller à l'intérieur de lui rechercher ses faiblesses.

      bien trop occupé.

      voilà c'est tout simple

       

      Répondre
  69. Sandrine

    je suis très mal aujourd'hui… est ce normal de passer du noir au blanc ? ma famille ne me comprend pas et medit simplement que je suis trop naïve… sans creuser davantage. alors je relis mes écrits toute la journée et je me demande si je n'ai pas rêvé.

    quel gouffre cette culpabilité qui vous pousse à vraiment penser que vous êtes responsable, que vous avez été capricieuse, la personne méchante que votre pn décrivait…

    je deviens dingue…

    Répondre
    1. Christelle

      bonjour Sandrine,

      Oui,c'est normal de passer du noir au blanc,parce que tu étais,inconsciemment,liée à ton PN. Je suis comme toi,mon moral varie,j'ai sans arrêt envie de pleurer en repensant à ses paroles et ses actes méchants,à ses humiliations.

      Les autres,ton entourage ne comprennent pas,il faudrait que tu sois suivie par un psy ou autre pour pouvoir de confier. 

      Moi aussi,je suis passé par là,croire que j'étais la méchante de service comme il le disait si bien,mais tu es une victime. Je tourne en rond,tout tourne en rond dans ma tête,je ne peux plus accepter une remarque de quelqu'un d'autre sans que les larmes me montent aux yeux,il m'a détruite moralement.

      Je comprends par ce dont tu passe,mais va voir un psy ou adresse toi au CMP,à une infirmière psycholoque,ils t'aideront parce que tu n'es pas responsable. Nous ne sommes que des victimes de ces tarés.

      Courage

      Christelle

      Répondre
    2. Alice

      Sandrine,

      Tu sais ce que tu as vécu. Tu n'es pas dingue. Tu n'es coupable de rien.
      Les jugements à l'emporte-pièce du type "tu es trop naïve" n'apportent rien et me mettent en colère : ça évite d'aider, ça évite de tendre la main dont tu as tellement besoin en ce moment. C'est facile de juger quand on n'a pas vécu les choses.

      Relève la tête : tu n'es pas seule. On est plusieurs sur ce forum à te soutenir et à te croire. Courage, ma belle ! Tu vas t'en sortir !!! Hauts les coeurs !!!!

      Répondre
      1. Sandrine

        Bonjour à nous…

        Merci pour tous vos beaux messages, votre soutien magnifique et la force que vous me donnez…

        Je suis sur le point de craquer. Mon Pn m'a recontactée… pour me dire qu'il était désepéré que je sois dépressive.  Que j'allais bien quand j'étais dans l'action et que mon plus grand ennemi c'est moi même et mes ressentis…

        je lui rappelle que j'ai été son jouet et il inverse les rôles en me disant qu'il a été mon jouet… à le faire déménager 3 fois. Oui je reconnais qu'il a fait bcp de choses pour moi. par amour…

        j'ai juste envie de me pendre tant il me manque…

         

        Répondre
        1. Alice

           Coucou Sandrine :

          ils ont TOUS le MEME DISCOURS !!!

          …qui ne font que confirmer ce qu'ils sont !!! Oui bien sûr, c'est nous les dingues à enfermer !!! Allons donc !!! J'ai eu, comme tant d'autres qui témoignent ici, les mêmes messages destructeurs !!! les "tu es dépressive, va te faire soigner" "tu finiras en HP" "arrête tes caprices de gamine" "tu as joué avec moi, tu vas le payer" et j'en passe !!!

          Bien sûr qu'il te reproche d'être dans l'action !!! il te reproche ainsi d'être actrice de ta propre vie !!! ils nous préfèrent à l'état de légume c'est tellement plus simple pour eux : un légume ne pense pas, et n'essaie pas d'ouvrir la porte du frigo pour s'évader !! Les seules actions qu'ils nous concèdent sont celles qui vont en leur faveur : ils veulent nous programmer comme des robots !!!

          Ne reste pas en contact avec lui, n'argumente pas, fais toi vite mettre sur liste rouge, c'est INDISPENSABLE car là, il te bouffe l'énergie vitale qu'il te reste pour t'empêcher de vivre libre en le quittant !!! Il t'embrouille encore la tête, parce qu'il est sur le point de perdre et ils sont redoutables dans ces moments là !!! Coupe tout contact avec ce cinglé !!! c'est indispensable pour prendre le recul nécessaire !!! moi, dès que j'ai été sur liste rouge – ça se fait dans la journée et tu ne payes pas quand tu stipules que c'est pour harcèlement – ça m'a fait le plus grand bien !! un soulagement énorme et pourtant j'ai mis du temps à le faire, j'hésitais !! mais j'ai repris encore davantage ma vie en main après !! : plus de chaud froid (alternance cruauté extrême et déclarations enflammées), plus de pression, plus d'insultes, rien : il faut qu'ils se heurtent à un mur de silence EN BETON ARME !!! c'est la clé de ta liberté !!!
          Tant que tu l'écoutes, que tu essaies de lui répondre – mais tu ne gagneras JAMAIS à ce jeu là – il te tient sous son emprise, ne l'oublie pas !

          Les bons moments passés avec eux…bien sûr qu'ils en ont créé de toutes pièces, sans quoi ils ne nous auraient jamais piégées !! Et à quel prix ils nous les ont faits payés !!!! c'était du factice : on n'attrape pas les mouches avec du vinaigre…
          La carotte et le bâton :  du conditionnement, c'est tout. Ne donne que des coups de bâton à un âne : il va fuire. Alterne les deux : l'âne soumis fera tout pour obtenir une carotte de temps en temps et s'en satisfera. Désolée, la métaphore n'est pas très belle, mais notre histoire ne l'est guère non plus !

          Ce qu'il a fait "pour toi", il l'a surtout fait…pour lui ! Bon moyen d'asseoir son emprise. Par amour ? Cette notion est bannie de leur triste existence !!! Ce qu'ils appellent amour rime pour eux avec manipulation perverse !!!!

          Réagis Sandrine. Ne l'écoute surtout pas. Et coupe les ponts . Vite. Courage !!!!!
            

           

          Répondre
          1. Sandrine

            Bonjour Alice, Bonjour à tous,

            Oui nos histoires sont les memes…ca fait du bien de vous lire vraiment.

            j'ai craqué et j'au recontacté mon PN, une vraie drogue… il faut dire que je suis retournée chez mon mari avec qui nous avons toujours les mêmes problèmes… je suis devenue dépendante affective car mon mari ne metouchait plus de puis longtemps…

            L'êtes vous également ? je pense que nous avons tous les mêmes problématiques. Schéma classique, tellement évident.

            Donc, nous avons eu des échanges avec mon Pn. je ne lâche pas, je veux lui dire ce que je pense de lui… et forcement, il trouve les mots pour me dire que je suis la fautive… il en faut de l'energie pour lui clouer le bec et lui faire prendre conscience que c'est un voleur d'ames.

            je suis en traint de prendre contact avec son associé, qui m'avait confié ses déboires avec lui… il en a bavé aussi à cause de sa cruauté… c'est mon ultime recours pour ne pas perdre la tête et me dire que je ne suis pas une folle dingue. qu'en pensez-vous ?

            Je ne sais pas si je vais retrouver l'amour de mon mari…c'est dur et je me mets à sa place… mais je sais qu'il ne faut plus être dans l'attente… j'ai tellement manqué de gestes et de mots.

            Je me réveille encore au milieu de la nuit en pleurs car les bras de mon Pn me manquent. Mon mari me prend dans ses bras mais je n'ai pas lmême intensité… on devient fou. Je travaille bcp la dessus.

            Etes vous aussi dans ce genre de problématique ?

            J'ai des pensées suicidaires fréquentes… je ne veux pas d'antipresseurs. qu'en est-il pour vous ?

            je pense à vous fort…

             

  70. Alice

    Coucou Sandrine !

    Contente que nos messages t'apportent du réconfort ! Non, tout le monde n'est pas comme eux !
    Mais ils ont fait tellement de dégâts qu'ils nous feraient perdre toute confiance en l'être humain, ces saloperies !!!

    Mon histoire, je l'ai écrite sur ce site, elle n'est pas rose non plus : tu pourras la retrouver en faisant défiler les témoignages, elle est égrainée par ci, par là.

    Comme toi, j'ai quitté mon mari en 3 semaines (c'est allé très vite, pas le temps de réfléchir, il a tout précipité TRES RAPIDEMENT)… pour un fou furieux de la pire espèce ; j'ai brisé ma famille pour…RIEN. C'est là que va ma culpabilité. J'ai fait quelque chose que je n'aurais jamais fait si je n'avais pas croisé la route de ce prédateur, de ce désaxé de grande envergure. Je ne me le pardonnerai jamais. J'avais une belle vie, en dépit d'une absence de communication dans mon couple où la routine s'était installée. Je me sentais très seule à ce moment-là. Le salaud en a profité pour m'aborder sous couvert d'amitié d'abord, et puis voilà.  

    Je vis chaque jour avec ce fardeau, et hier soir, j'en ai pleuré amèrement. Mais je ne me sens pas coupable envers le PN, ça non, jamais.Envers ma famille, mes enfants, oui. Il avait réussi à se faire apprécier de ma fille, qui m'a pourtant avoué avoir senti des choses qui la dérangeaient dans son discours, dans son regard. Elle avait perçu la manipulation. Quant à mon fils de 10 ans, il l'avait totalement calculé, m'en avait fait part avec presque des mots d'adulte, et le détestait au point de ne pas hésiter à lui rentrer dedans ; étrangement, il n'en n'avait pas peur, ce que le PN savait bien. Le comportement de mon fils m'a donné la force de quitter ce malade alors même que j'étais dans un état lamentable. 

    Il m'en voulait du lien que j'avais avec mon fils et a tout fait pour détruire ce lien. Mes enfants étaient protégés, vivant chez leur père à qui j'avais laissé la garde car j'avais, dès le début, senti que je ne pouvais pas les faire vivre  en présence de ce dingue…

    Quand j'ai foutu le PN à la porte, l'une des premières choses qu'il a gueulé c'est : "Voilà, t'es contente !! comme ça ton fils pourra venir vivre ici !!!", reconnaissant par là-même sans le dire que tant qu'il était là, il pouvait me priver de mes enfants. Il m'a même dit en ricanant qu'il allait tout faire pour "sortir" avec ma fille…de 13 ans…avant de dire "mais non, j'rigole…" Quelle grosse ordure. Je ne trouve pas de mot assez fort pour le définir.

    Devant tant de perversité, j'avais explosé en lui disant de s'approcher de seulement 1 mètre de mes gosses et que c'était la gendarmerie. J'avais pourtant très peur de lui, mais là, c'est la seule fois où cette peur s'est envolée d'un coup. ça l'a séché, il n'a même pas pu me regarder dans les yeux alors, et il a tourné le dos en marmonnant qu'il "ne toucherait jamais à un gosse"… Sans  doute seulement parce qu'il savait qu'aux yeux de la loi il prendrait cher…

    Tout ceci, je l'ai fait figuré sur mes plaintes, car ce malade est allé très loin dans le vol, la destruction, le harcèlement et les menaces, après que je l'ai quitté. L'enfer.

    C'est toi la victime, Sandrine, toi, tes enfants qui l'ont subi, pas lui !!! Alors ne te sens pas coupable envers lui : il n'a que ce qu'il a lui même généré ! Quel menteur quand il te fait porter le poids de la dépression qu'il a instigué chez toi !!!

    Mais bien sûr : monsieur se sentait tellement "impuissant" qu'il t'a descendu encore plus…par ta faute !!! Non mais Sandrine !!! Réalise l'absurdité de ces allégations !!! : imagine un enfant qui pleure parce qu'il a un énorme chagrin. Bon. Tu essaies de le consoler, bien sûr, tu ne lui mets pas une claque pour lui reprocher ensuite le fait que tu te sentais, sur le moment , impuissant !!! A ce compte-là, que le chirurgien qui rencontre des difficultés à opérer un patient lui plante carrément le scalpel dans le coeur, parce que décidément, ce patient lui donne le sentiment très désagréable d'être "impuissant" !! tu vois le truc ?!

    Ils sont champions dans l'art de retourner les situations et de te faire porter le chapeau !!!! Ils utilisent TOUS le même discours, le même schéma : ils sont méchants, nous insultent et nous bousculent sans raison, mais bien sûr, c'est forcément nous qui les rendons mauvais !!!

    Moi aussi,soit disant, je le "poussais à bout" …mais… comment ? Je n'osais plus parler, plus bouger, plus rien dire, tant tout ce que je faisais ou ne faisais pas, disais ou ne disais pas, se retournait contre moi.

    J'étais devenue un meuble. je me serai mise dans un trou de souris pour échapper à ses attaques diverses.

    Le simple fait d'essayer de me concentrer sur des mots fléchés le mettait en rage : une amie m'y avait fait prendre goût et avant cela je n'en n'avais jamais fait : eh bien  il me reprochait de ne pas être moi-même en faisant "comme les autres" !!!
    Pareil pour l'épilation à la cire : pourquoi est-ce que je faisais "comme les autres" alors qu'avant j'utilisais un rasoir ??? ça lui était insupportable !!! C'était des crises à n'en plus finir !!!
    A la fin de l'été, je vais chez le coiffeur me faire couper les cheveux ; comme il m'a bouffé toutes mes économies en faisant pression sur moi, je ne refais pas de couleur car je n'en n'ai pas les moyens ; il est furieux : si j'ai envie d'être moche, c'est mon problème !! Il m'engueule devant une amie qui reste médusée.

     A cette époque, je ne suis plus que l'ombre de moi-même, je suis un zombie grâce à son odieux travail de sape et là encore, il est furieux ! Non mais qu'est devenue la fille pleine de vie qui le faisait briller au début de notre rencontre !!!??? Quoi ??? il va devoir subir ça par MA faute ???

    Un soir il était rentré furieux après avoir fait des histoires avec une personne qui lui avait dit ses 4 vérités ; je n'avais rien à voir là-dedans, moi, je n'y étais pas, je ne savais même pas ce qu'il s'était passé entre-eux : ce soir-là, il a déversé toute sa haine et sa colère sur moi, me poussant, m'insultant, me menaçant de mort, et me reprochant de le rendre "méchant" avant de lâcher : "toutes les mêmes, toutes des putes !!!" Ben vas-y jean-louis !!! Lâche-toi !!! Il a même failli tuer mon chat, cet enc…… Désolée je suis crue, mais ça me fais sortir de mes gonds de me remémorer tout ça, et pourtant il faut que je le fasse pour évacuer !

    La sexualité : mysogine, homophobe, pervers au point de se vanter d'avoir fait coucher son ex petite amie avec sa propre soeur à lui…voilà. Que dire de plus. Il m'a fait tellement mal que je saignais encore 5 jours après notre premier rapport. Il a dû se calmer par la suite car je ne voulais plus qu'il me touche. Il est allé bavasser à droite à gauche en livrant des détails de ce qui est de l'ordre de l'intimité. Des violeurs oui. Il a humilié publiquement un de mes amis qui avait eu le malheur de lui révéler son homosexualité.
    Tout cela me rend furieuse. Ce sale type mérite de crever, un point c'est tout. Je crève de donner son nom au monde entier, si tu savais !!!

    Comment veux-tu, après ça, aller bien ? Comment veux-tu faire bonne figure ? Comment veux-tu comprendre toute cette haine gratuite et faire le lendemain comme s'il ne s'était rien passé ????
    Oui, nous sommes bien coupables effectivement, de ne pas passer l'éponge !!! Allons donc Sandrine !!! : ce qu'ils font est injustifiable, inexcusable, alors ne te sens pas coupable vis-à-vis de ton tortionnaire !!!  

    COMMENT ACCEPTER TOUT CA ET PLUS ENCORE D'EN ETRE DESIGNE COMME UNIQUE RESPONSABLE ???????????????????

    Il pleure… ça oui, ils savent si bien le faire !!! quand ils perdent toute emprise..Ben qu'il pleure, ton PN : il pissera moins, c'est tout ;-) !!! Voilà ce qu'il faudrait leur répondre quand ils font leur cinéma : une réponse à la mesure de leur perversité !!!

    Gros bisous Sandrine et merci à toi : ton message m'a poussé à me libérer de certaines choses encore très dures à avaler.

    A bientôt j'espère et ne craque pas surtout !! Je serais toi, je me ferais mettre immédiatement sur liste rouge histoire de couper tout lien d'emprise avec le PN.

    Affectueusement.

    Répondre
  71. passion91

    Bonjour sandrine bonjour alice

    merci à vous deux pour ces retours de messages si gentils, plein de douceurs et de vérité et sincérité …ça fait du bien de recevoir un peu de douceur après toutes les brutalités reçues !

    je suis au bord de la rupture avec mon pn mais il était temps je suis à bout ! entre mes insomnies, lui a gérer, puis gérer les déménagements (le sien en plus car il est incapable de le faire : un enfant dans un corps d adulte dit le psy bouchoux dans son livre ! !!! plus le boulot ! la culpabilité, les questions qui reviennent sans cesse en boucle;;;; les ruminations etc etc.. hier soir j’ai eu une altercation avec mes enfants qui n’arrivent pas a comprendre, a me comprendre … et a leur manière ils réagissent !!! tout comme ta fille sandrine, mon fils qui a du se frotter a mon pn avait lui aussi bien vu que ce n’était pas normal !!!

    je ne sais pas si c’est l’emprise psy comme celui d’un gourou, l’amour rend aveugle, notre complexe d’abandon ou manqued' estime et confiance en nous qui nous fait ne pas réagir suffisamment a temps pour les quitter ??????? moi aussi je me suis posée souvent la question et me la pose encore ! je crois que c’est l’ensemble de toutes ces raisons qui fait que nous espérons, nous maintenons les liens et restons a supporter l’insupportable !

    hier j’ai bizarrement encore découvert qu’une collègue avait été mariée avec un pnm !!!!  elle a été très à l’écoute …je me suis confiée .. ces pnm sont vraiment partout autour de nous ! ce forum reste très utile pour s'aider ,se rassurer ,confirmer nos doutes etc…

    elle a découvert son profil en tombant par hazard sur le livre de hirigoyen ! moi j’ai découvert le profil de mon pn en lisant celui de bouchoux ! plus le net !!!

    pas suffisamment d informations, d’alerte aux victimes etc … pas suffisamment d’émissions reportages pour sensibiliser les futures proies !!!!

    gardons nos échanges ici cela nous fait du bien et permets d’alerter les victimes !!

    oui je suis à bout car je sens la fin approcher et j'ai hâte d avoir fait cette rupture que je savoure que je prépare que je mijote !

    je lui ai fait un courrier plus enregistrement des conversations téléphoniques  avec son ex enregistrées en cachette, lui étant en congé, moi au boulot ! cela va être la surprise du chef ! ces conversations témoignent qu il garde des liens amoureux avec elle et lui demande d’être patiente ..

    oui l’utilité d’avoir un dictaphone  permets d’avoir des preuves ! un outil simple et efficace ! même si je ne suis pas mariée avec lui pour amener des preuves … quand il va écouter ce qu il disait a son ex me concernant il va être fou de rage et je l’espère d’ailleurs qu’a son tour il aura des insomnies, manque appétit, colère, et sera seul  a gérer la responsabilité de la rupture ! je savoure même si l’effet escompte risque d’être différent de ce que j’espère! en tous les cas tout cela fait parti des étapes de deuil a vivre: LA COLERE 

    c’est salvateur !  et fait partie de la reparation quelquepart !

    ce courrier reste virtuel stoqué" dans ma messagerie mais je l’alimente a chaque fois que c’est nécessaire … ma haine grandie pour laisser mes sentiments pour lui s'amenuirent ! 

    ma psy m a demande de vivre une expérience les yeux fermés (proche méditatif) en mettant en scène mon pnm, moi ,des hommes qui me sécurisent et des chiens féroces …travail sur la sécurité, la colère a exprimer etc..

    je vous garantis que je suis surprise du résultat !

    place de plus en plus a des sentiments plus clairs de mépris, ecoeurement, colère, recul ,haine etc ..les sentiments d’attachement, d’amour diminuent au fil des jours 

     

    voila si cette expérience peut aider quelqu’un a s' armer pour voir plus clair ,pourquoi pas !

    une excellente journée a vous 

    affectueusement

    Répondre
  72. Alice

    Comme tu as bien fait, Sandrine, de plaquer ce pauvre type !!!! "Minable", voilà le mot qui me vient pour le qualifier à la lecture de ton témoignage ! Surtout, ne le regrette pas et pense désormais à toi !!!

    Oui, on a l'impression de tourner tous en boucle, après ce genre de relation. Je pense que c'est normal et même nécessaire pour "digérer" l'indigérable et avancer : on a tellement besoin de comprendre ce qui nous est arrivé ! Pas de les comprendre eux (il n'y a rien à espérer de ce côté là, comment comprendre leur cruauté, leur immoralité ?), mais de nous comprendre nous…Pourquoi nous ?…Parce qu'on était au mauvais endroit, au mauvais moment, inconscientes de ce qui se jouait, avec nos manques qu'ils ont rapidement su cerner, avant même je crois de nous aborder…c'est effarant….Parce que pour eux, on incarnait sans doute une forme de réussite (sociale, conjugale, familiale, artistique, autre….) qu'ils ne pouvaient avoir et ont donc voulu s'approprier artificiellement en nous parasitant pour mieux nous détruire ensuite, car ils ne pourront jamais être que ce qu'ils sont…

    Ce que je retiens dans ton témoignage, c'est que bien souvent, on a été observées comme des proies, à notre insu, avant d'être abordées, et c'est eux-même qui nous l'apprennent un jour, avec un sourire sarcastique aux lèvres tant ils sont fiers de nous avoir piégées.

    Ce qui revient encore c'est cette jalousie maladive, y compris à l'égard d'amies du même sexe : nous voyons une amie, nous sommes donc forcément lesbiennes, comme si tout rapport humain ne pouvait être envisagé par eux que sous l'angle de la sexualité – voir  de ce qu'ils jugent être sans doute une "déviance" – Il y aurait beaucoup à dire d'ailleurs sur la sexualité des PN…

    Ce que je retrouve aussi, c'est cette jalousie odieuse à l'égard de nos enfants, ce désir absolu de nous en détacher..Sûrement parce qu'ils sont un danger pour le PN, derniers remparts contre leur emprise sur nous, ultimes personnes qui peuvent, selon moi, motiver un sursaut de lucidité salvateur…Si l'on n'a plus la volonté de se sauver pour soi-même, on le fera pour nos enfants…

    Ce que tu décris est en tout point l'archétype du PN.

    Courage ! Tu ne peux maintenant que reprendre ta vie en main ! Tu y parviendras, car oui, nous sommes plus fortes qu'eux et c'est loin d'être un défaut : il nous avaient juste fait oublier que nous l'étions !!

    Répondre
    1. Sandrine

      Passions91 et Alice…

      Merci infiniment pour vos douces paroles…je ressens tellement de douceur et de profondeurs dans vos paroles, tout ce qui manque à un PN…C'est tout ce qu'il envie chez l'autre. Chose à laquelle il n'aura jamais accès. Il nous le vole…c'est un viol. Et là je fais références à cette fameuse déviance du PN… J'aimerais beaucoup que vous m'éclairiez à ce sujet car je ne sais  plus ce qu'est une sexualité normale…tout allait en crescendo comme s'il fallait aller encore plus loin dans la recherche d'émotions pour le PN. Misogynie ? Haine de l'homosexualité ? Sadomasochisme ?

      J'ai bel et bien quitté ce "minable" et déjà je n'ai plus de problème de dos, plus de migraine, plus de problème d'insomnie.

      Vous lire m'a fait un bien fou et le sang circule à nouveau dans mes veines…le poison s'en va doucement. je commence à respirer. Il reste cette foutue culpabilité, puisque lorsque je l'ai quittée il m'a appelée et pleurait tout ce quil pouvait.

      Je cherche encore à décrypter le mécanisme… est ce normal de se laisser dire des choses ? je l'ai poussé à bout me dit-il…j'étais en dépression, donc effectivement je n'arrivais pas à reprendre des forces. me voir en bas le rendait impuissant. je me rebellais par rapport à ses attaques. Lui me répondait que c'était mon attitude agressive qui le rendait agressif.

      Oui Alice, j'étais  au mauvais endroit au mauvais moment… le pire c'est que je me suis séparée deux fois de suite de cet homme. Et je revenais. Et à chaque séparation il me disait qu'il voulait retravailler avec moi même si nous étions séparés… il ne voulait pas lâcher sa proie…pervers oui… S'il ne m'avait pas déclaré sa flamme cette fameuse année, il l'aurait fait un autre jour m'a t -il dit… je lui disais "j'étais condamnée alors !!! ? " et il me répondait "ben oui !".

      Je tiens à rappeler le rôle déterminant des enfants dans ces histoires… ma fille m'envoyait des signaux, auquels il faudrait toujours rester attentif. Ma fille m'a sauvée… elle réagissait au quart de tour, c'était dans ses tripes. Elle me sentait en danger… aujourd'hui elle respire.

      Le pire dans tout cela c'est ce sentiment de ne pas réussir à répondre…alors on parle  plus fort et on nous prend pour une folle, malade et faible….

      Je vous souhaite de merveilleuses choses dans vos vies respectives… je ne connais pas vos histoires mais j'aimerais bcp continuer à échanger… de riches échanges, de vrais échanges…

      Oui ils ont bel et bien oublié combien nous sommes fortes… et incroyablement courageuses…

      A bientôt…

      Avec toute mon affection

      Répondre
  73. passion91

    Bonjour sandrine

    Quel affreux personnage à la lecture de ton message !

    Il joue avec toi ! te ruine la santé par tous ces reproches, ses phrases assassines !

    Sors de là vite car il est sans pitié !

    Ils ont réponse à tous arguments , des arguments auxquelles tu ne peux pas répondre car c’est limite enfantin, discussion stérile et tout reviens en boomerang et déstabilise !

    On ne peux pas parler comme avec des personnes adultes responsables qui ont un fonctionnement normal ! Eux sont complétement à l'ouest, rien en commun et te détruisent à petit feu 

    Trouves une solution pour le quitter et renforce tes liens avec tes enfants

    Bon courage à toi car il en faut ! oublies le et prends soin de toi

    Affectueusement 

    Répondre
    1. Christelle

      Bonjour Sandrine,

      Tout comme toi,mon PN m'a ruiné la santé. Il me rabaissait plus bas que terre. A chaque fois qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas c'était de ma faute.

      Quand il plaisantait (c'est ce qu'il disait) sur ma coiffure ou sur mes vêtements,il me disait que je n'avais pas d'humour.

      Il faut absolument le quitter car ta vie est un enfer. Ce genre de personne d'infantilise,te détruisent à petit feu. Tu ne peux pas continuer ainsi. Moi,j'ai attendu deux ans pour me décider quand il m'a dit qu'il me manquait une case et que je devrais aller à l'H.P.

      Affectueusement.

      Répondre
  74. Sandrine

    Bonjour à tous,

    Quelle chance d'avoir des forums de discussion pour essayer de s'en sortir, de partager des souffrances identiques, et de s'en libérer. mon histoire est si compliquée. Elle l'est depuis le début.

    En effet, un jour de décembre 2011, mon patron, après 18 mois d'observation, comme un prédateur observe sa proie avant de la tuer, m'aborde et m'embrasse… je suis tombée sous le charme de ce séducteur… et les ennuis ont commencé. j'étais tellement amoureuse qu'au bout de 15 jours, j'ai annocé à mon mari que je connaissais quelqu'un… quelle erreur…. mon dieu. Et voilà la suite (je vais énumérer des anecdotes… je tiens un cahier dépuis le début…) et je ne sais plus si je suis normale ou si effectivement son comportement m'a rendu dépressive.. ce que je suis devenue. 

    Mon téléphone sonnait… P. me l’a pris et a répondu à ma place alors qu’il ne connaissait pas mon fils…  « allo alex !!! oui je te passe ta maman »… comme s’il voulait montrer sa présence et se mettre déjà entre nous.

    Ensuite, Alex mon fils m’a écrit des belles choses comme quoi il acceptait mes choix…je l’ai dit à mon ami qui n’a pas réalisé l’importance que cela avait à mes yeux. Moi j’étais en larmes de joie et lui était froid….genre ben quoi ??? pas lieu d’en faire tout un plat

    Je suis entrée dans une grande colère.

    Le jour de l’installation, le soir, nous avons mangé ensemble tous les 4 avec mes enfants. Un silence lourd évidemment. P. est arrive en disant “il y a eu un mort ?”. je lui ai fait la réflexion et il m’a répondu qu’on n’avait pas d’humour dans cette famille et que mon problème ce sont mes enfants.

    Mes enfants ne s’intéressent à rien. N’ont pas de passion. Ne parlent de rien. Ils me plombent et la cause de mon mal-être selon lui.

    Je suis soumise à mes enfants. Ma fille m’écrit trop. La nuit elle a eu une migraine. Je me suis fait engueuler car mon tel bippait. Et que cela le dérangeait.

    Il veut refaire ma garde robe. Trop de noir. Ma coupe de cheveux aussi… “tu devrais faire une mèche”…

    Ton sourire « si tu ne refais pas ta dent, tu ne trouveras jamais de boulot. Personne ne voudra t’embaucher ! »

    "J’ai un code vestimentaire moi… tu as un trou dans ton gilet : je ne peux pas sortir avec une femme dont j’ai honte."

    Je sentais quelque chose qui clochait… je lui ai dit a plusieurs reprises que je n’étais pas sur le bon chemin… il a tapé du poing sur la table “tu as brisé ma vie. Je connais une personne qui s’est suicidée après cela. Ma mère est âgée tu vas la faire mourir ! »

    Quand je lui rappelais cette anecdote il me répondait ne plus s’en souvenir, que je vivais dans les ressentis et que j’attachais trop d’importance aux mots.

    Tu t’es lavée les mains ? m’a t il lancé quand je suis sortie des toilettes un peu rapidement. J’ai senti des sanglots me tordre la gorge… j’ai pleuré. Je ne suis pas une petite fille lui ai je dit… oui mais tu sais des fois on peut oublier de faire des choses alors l’autre lui rappelle. C’est comme le matin, « si jamais j’oublie de me laver les dents et bien tu n’as qu’à me le dire !!!!! » n’importe quoi !

    J’ai compris par la suite que c’était pour son bien –être à lui et être rassuré pour lui,  pas pour moi.

    J’ai essayé de rétorquer une fois… « tu sais quand tu viens te coucher sans avoir pris ta douche et que tu viens pour faire l’amour, tu ne connais pas cette fameuse règle hygiénique de prendre une douche avant ? » « ah ben oui c’est bien que tu me le dises tu vois… comme cela maintenant je sais ». je lui ai dit « tu ne trouves pas que c’est pire que de ne pas se laver les mains en sortant des toilettes ? »

    Il m’avait demandé la recette de la blanquette pour ses amis qui se voient entre mecs. insidieusement m’a fait comprendre que je pourrais lui faire. Je lai fait. J’ai tout préparé, mis la table… à 11h30 il m’a demande de partir. Que ses amis allaient arrive… dur dur. J’ai dit “ben dis donc tu es dur”… oui mais c’est la règle du jeu tu la connaissais. Je suis partie en pleurs. Je suis revenue pour chercher des affaires. Il passait l’aspirateur en disant que ce n’était pas correctement fait. J’ai été rabaissée.

    Une autre fois il m’a pris par le bras pour me montrer ou je ne faisais jamais l’aspirateur.

    La place de la femme est  dans la cuisine, les hommes ont autre chose à faire  eux !

    Je pleurais une nuit… il a soulevé la couette et m’a baissée le slip…il voulait me corriger. Je le méritais. Tu m’as excédée… il rejetait la faute sur moi. Quand il me disait des choses dures, je me rebellais… il ne supportait et se mettait en colère. Il disait que je le mettais hors de lui et qu’il était agressif en réponse à mes réactions. Tout était de ma faute.

    Il me disait que j’étais trop fragile… je suis céleste et je dois vivre dans du coton. Que mon mari ne m’aimait pas… qu’il ne me critiquait jamais. En couple il faut se dire les choses même sic a fait mal. Je ne suis pas faite pour vivre avec un homme.. je vais finir célibataire ou vieille fille…. Ou alors que je devrais vivre avec une femme.

    Il aimait les apparences… il achetait beaucoup d’habits…par ex il partait 5 jours en croisière…les habits c’était sa préoccupation.

    Un soir j’ai été sommé de changer de pull car nous sortions au cinéma.

    Il a acheté une balance et regardait si je prenais du poids.

    Mariage d’un client : il m’a dit avant le mariage (15 jours avant). Viens on va  te choisir une tenue. J’ai dit non. J’ai ce qu’il faut… il m’a harcelé jusqu’à ce que je lui dise ok je veux bien. “tu comprends il y a du beau monde…je veux que tu sois belle”.

    Il passait de la passion amoureuse en me disant des choses magnifiques… à un visage très dur. Et il me disait oui je sais je suis un bull-dozer. J’aime avancer et toi tu es à l’arrêt. J’ai des rêves mais pas d’ambition. Je lui disais “te rends tu compte que tu es cruel ?”… non c’est toi qui es trop fragile.

    Un ami m’a dit un jour : avec P. tu ne  t’es pas encore suicide ?” je lui ai répété et m’a dit que je n’avais pas d’humour. Ou encore une amie a dit un jour “tu es macho P.. Ta femme vivait dans ton ombre”. J’ai frissonné. Il a quitté sa femme et l’a oublié en 15 jours. Moi je n’ai pas fait le deuil de mon mari et il me le reprochait. Mon chat est mort…. Cela ne le touchait pas.

    Tu devrais prendre exemple sur tes amies “elles sont fortes et tiennent la route”…

    Tu as tout pour être heureuse, n’importe quelle femme rêverait qu’on lui offre un travail comme moi je te l’offre.

    Il a dit à sa femme avec cruauté qu’il ne l’avait jamais aimée.

    Il m’a un jour appelée F.…nom de sa cliente… celle ci lui a dit un jour que s’il divorçait il faudrait la mettre en tête de liste… donc je devenais jalousie. Et ensuite il me reprochait de l’être… il allait quand même en rdv chez elle et il m’a dit qu’elle lui avait même fait visiter sa chambre à coucher.

    Il a découvert l’amour avec moi. Tu ne trouveras jamais quelqu’un qui t’aime comme je t’aime. Tu finiras seule, vieille fille et même lesbienne…(quand je menaçais de partir).

    Quand il m’a déclaré sa flamme, il a dit m’avoir observé pendant 18 mois comme on observe une proie avant de la décapiter. « tu es celle qu’il me faut » a t il dit.

    Il a invité ses musiciens un soir pour faire connaissance. Il m’a dit qu’il en profitait pour faire le bilan avec eux. J’ai tout préparé (fondue bourguignonne et dessert acheté). La soirée avait bien commence, puis vers 22h il a commence à parler musique. Je me suis retrouvée seule à débarrasser, seule un personne est venue me demander si j’avais besoin d’aide. Grand moment de solitude. Une fois partis, j’ai dit à P. que j’avais moyennement aimé qu’il me laisse en plan. Je me suis fait traiter d’égoïste et que je ne pensais qu’à moi. Que je ne voulais qu’être au centre des discussions. Et que de toute façon la fondue qu’il avait achetée ne donnait pas de boulot et qu’il m’avait facilité le travail… il m’a oubliée en ne passant pas les p lats (manque de galanterie)…

    Le diner à la Pizzeria avec sa maman… j’ai voulu dire à sa maman que ce n’était pas toujours simple. Que P. avait un caractère fort… il a tout de suite stoppé la discussion en me saint que j’allais inquiété sa maman…

    La visite chez ses amis de Lyon que je ne connais pas.

    Il m’a poussée dans la cuisine en me disant que normalement on va demander s’ils ont besoin d’aide… ils étaient déjà deux à préparer…le mari surtout. Donc pour 4, on était suffisamment nombreux.

    Un dîner entre amis

    "Tu es macho P., ta femme vivait dans ton ombre" a dit une femme… j’ai relevé cette phrase qui m’a donnée des frissons dans le dos. Il m’a dit que ce n’était pas normal que je réagisse ainsi et que j’étais capable de me faire ma propre opinion. Je pars du principe que des amis parlent en bien de soi, surtout devant quelqu’un qu’on ne connait pas.

    Il n’a pas vraiment d’ami intime.

    Sa fille a fait une dépression… dans la famille ils sont dans l’excellence. Il faut toujours tout optimiser. Elle a certainement pas réussi a suivre le mouvement.

    Il me disait être fière de sa fille I. la plus jeune. Il a raconté l’anecdote où elle est partie en vacances avec son copain et l’a largué au retour en disant qu’elle connaissait quelqu’un d’autre. Mais elle tenait à ce voyage. Il l’admirait pour cela.

    Il me parlait de G. son associé… que je l’avais déçue par mon instabilité. (je n’y crois pas une seconde). G. se demandait ce que je faisais avec lui. Et qu’il en avait bavé avec P. professionnellement car il était dur.

     Il était misogyne… il avait déjà trompé sa femme tout au début.

    J’avais une nappe propre mais avec une tache imprégnée… je devais absolument acheter une nappe. Je n’ai pas de savoir-vivre…

    Au Maroc, nous avions fait une randonnée avec un guide avec qui j’ai commence à discuter… mais seule. P. ne se mélanger pas à la discussion, trop préoccupé par le film qu’il faisait. C’est bien dommage lui ai je dit que tu ne parles avec ce monsieur qui me parle de ses enfants, de sa vision de la famille. Il m’a répondu qu’on ne doit pas miser sur une relation à court terme… quelqu’un qui ne lui rapporte rien… quelle horreur…

    Je sui une femme égoïste, capricieuse, manipulatrice, perverse, machiavélique. Sadique. Jalouse. A qui on doit prendre la main tout le temps. Instable et dangereuse et que j’ai de la chance qu’il soit encore avec moi car je suis de surcroit dépressive. Que je devais me faire soigner…

    Il est allé prendre le café chez sa mère et m’a dit : « ma mère a fait un cauchemar cette nuit… » « elle a rêvé que tu me quittais… »… et puis grand silence. Je suis une boudeuse dit-elle de moi et elle a peur que je sois dépressive… c’est lui m’a rendue dépressive lui ai-je dit.

    « je ne t’achète pas de bijoux maintenant… je t’en achèterai quand je serai sure… »…

     

    ET ENFIN QUAND JE SUIS PARTIE CAR JE SUIS PARTIE DEPUIS 10 JOURS, il m'a dit :

    DE NOUS DEUX TU ES LA PLUS FORTE, C'EST TOI QUI PREND LA DECISION !!!!

     

    Je n'arrive pas à vivre normalement depuis cette histoire… je tourne en boucle, j'ai besoin de vos avis et de vos commentaires. Merci de tout coeur

    Répondre
    1. Kali

      Salut.

      Ouf hein! Je viens de lire ton histoire, je suis boulverssée, fachée, dégoutée et effrayée à la fois…

      Ça fait un mois que j'ai quittée ma meilleure amie en découvrant qu'elle était PN. Je fais constament des rêve où elle est là, ou je lui reparle, ou je m'excuse..

      Bref C'est la première fois que je me m'ouvre à un ordinateur.. c'est bizard. 

      Pour ton histoire.. Je retiens un paragraphe en particulier.. Ou il te reproche…

      Je suis une femme égoïste, capricieuse, manipulatrice, perverse, machiavélique. Sadique. Jalouse. A qui on doit prendre la main tout le temps. Instable et dangereuse et que j’ai de la chance qu’il soit encore avec moi car je suis de surcroit dépressive. Que je devais me faire soigner…

      Ne trouve-tu pas bizard que tu pourrais lui repprocher tout ce qu'il te reproche.. C'est gens ont le dont de sortir leurs problèmes, faiblesses, défaults, de projeter tout autour de toi et de réussir à te faire croire que c'est problèmes sont les tiens!… 

      J'ai quitté ma meilleure amie avec beaucoup de courage mais le temps passe et dès que je vois une photo d'elle ou que j'entends parler d'elle, j'ai peur, j'angoisse, mais d'un autre coté j'ai envie de la revoir! Je m'ennuie, Je suis nostalgique!… 

      Je pourrais en écrire long mais je ne sais meme pas si l'ont va me répondre, si j'écris ca pour rien avec une boule dans la gorge… J'en aurais tellement a dire a quelqu'un qui me comprends…

      Autant que se soit dure à faire, pour une fois, sois égoiste et pense à tes besoins. Ses gens on le pouvoir (sans t'en parler.. tout ca viens de toi meme, de ta tete.) de te faire accrocher aux bons moments vécus avec eux…  il ne se souviennent pas trop des mauvais moments et quand tu leur roproche un truc, ils ne le prennent pas, le nient ou veulent des preuvent… Le plus curieux, c'est que meme si j'essaie de me rappeler des mauvais moments, on dirais que ma tete les a effacé. Surement que dans le moment, je me disais que ca allais passer, que ca ne valais pas la peine de s'attarder à des conneries.. qu'elle me faisais croire.. 

      C'est des truc d'enfants ça! Grandis un peu. Qu'elle me disais.. 

      J'espère pour toi, pour moi, et pour touts les autres victimes, que nous allons avoir assez de force pour ne pas retomber dans leur piège.

      Même si parfois, bizarement, ça semble etre une sortie réconfortante….

      Répondre
      1. Steph

        Bonjour Kali,

        J'ai l'impression que c'est mon histoire que tu as écris. J'ai aussi dû couper les ponts avec ma meilleure amie qui est une PN.

        Le plus horrible c'est que j'ai écrit ci-dessous un autre commentaire car j'ai aussi été victime d'un PN homme pendant 3 ans. Eh oui pas fute-fute la fille hein ?! En début d'année j'ai décidé de stopper la relation avec cet homme pour me sauver et je tiens. Ma meilleure amie a suivie quelques semaines plus tard mais elle c'est plus dure. Le pire c'est que personne ne les voit comme ils sont réellement et même eux  je me demande toujours si ils réalisent ou pas ?! Peut-on être mauvais à ce point CONSCIEMMENT ? Ils ont  réussi à m'isoler et je me retrouve complètement seule aujourd’hui.

        Après ma rencontre avec ces 2 PN j'essaie de me reconstruire mais ce n’est pas facile comment réussir à refaire confiance aux gens ? J'ai perdu toute confiance en moi et je me suis beaucoup renfermé en me disant que je préfère rester seule plutôt que de côtoyer des gens de peur que je ne retombe sur le même type de personnage vu qu'apparemment je les attire. Je me sens tellement coupable et stupide de les avoir laissé faire et en même temps je les plains car ces horribles individus crèveront seuls, ils sont incapable de nouer des liens sincères et tôt ou tard ils sont quand même démasqué la preuve avec ce forum.

        Tout ça pour dire que je te comprends et que tu n'es pas seule. Avant de tomber sur ce forum j'étais vraiment loin d'imaginer que nous étions à ce point et d’un côté ça fait franchement peur… mais d’un autre côté maintenant je sais que le problème ce n’est pas moi et pour rien au monde je ne regrette car même si c'est dur c'est mieux pour moi.

        Courage tiens bon…
         

        Répondre
        1. Kali

          Salut steph.

          Merci de ta réponce. 

          J'ai fait un rêve affreu l'autre jour. J'étais déséspérée et en pleurs lorsque que tout a coup elle apparait dans mon reve. Me demande si ca va. Je lui réponds que non et nous commencons a parler. Moment de silence et elle me dit ''Kali.. Je suis prête a changer. " 

          Évidemment, ce n'était qu'un putin de reve qui me fait engoisser toute la journée après… je ne suis meme pas tranquille desprit lorsque je dors…

          Et pour toi, tu dis et pense les attirer.. Ces gens on une sorte de radard pour leur victime parfaite. Un conseil, Ne reste pas chez toi seul…Parceque c'est par la suite que quand tu sortira tu restera faible. Et c'est la qu'ils t'attrappent.. Tu dois etre forte et, meme si ce n'est pas le cas, et faire comme si ca ne te touchais aucunement. Tu dois te crée ta propre coquille sans te renfermer sur toi-meme. N'est surtout pas peur d'aller explorer. Tu ne tombera pas dans le piège une deuxsième soif parce que maintenant tu sais tres bien de quoi il s'agit. Que ce soit en amitié ou en amour, tu dois garder et respecter tes limites, tes valeurs a TOI.  

          Répondre
      2. Sandrine

        Kali,

        Je me rends compte que je suis passée à côté de ton message…c'est pas facile sur les forums. je ne suis pas habituée…

        Parles moi de ton histoire si cela peut te faire du bien…je te sens si sensible et les phrases que tu as entendues de ta PN pouraient être ceux que j'ai subis également.

        Lorsque tu es submergé par ta tristesse, mets toi un post it devant les yeux avec les anecdotes que tu as du écrire…si tu n'as la pas fait, écris, écris tout ce que tu as vécu. Je relis mes notes tous les soirs avant de dormir pour me rappeler que je n'ai pas rêvé, que cet homme m'avait vraiment humilié.

        Et pourtant je me sens limite. Envie de le voir, de lui parler, de ses bras qui me manquent tellement. Mais c'est quoi l'aamour ? de l'affection débordante avec en prime du dénigrement et des critiques ? non je ne le crois pas. C'est bien ce qui rend dingue.

        C'est le même scénario… il me disait aussi … agis comme une adulte et pas comme une ado.. j'écrivais trop de sms à mes enfants ou mes amis. Il ne supportait pas.

        Je me souviens également d'une chose. Mon fils avait eu l'idée de choisir un lieu de vacances pour notre premier été avec cet homme (je m'étais séparée de mon mari !)… donc première expérience à 4 et j'étais contente que mon fils s'implique avec un homme qu'il ne connaissait pas bcp. Mon PN m'a dit NON il est hors de question que ton fils choisisse nos vacances. ce sont nos premières vacances…. pareil, j'ai eu des frissons dans le dos… des signes des signes et encore des signes… quel égoîsme…

        N'hésites pas à écrire… à me raconter ton histoire. Tu es comme nous tous ici… perdus parfois, plein de force et terriblement sensible…mais c'est si beau.

        Courage à toi,

        a bientôt

        Répondre
        1. Kali

          Salut Sandrine,

          Je ne suis pas habitué au forum non plus et est-ce sécuritaire? (mon père me demande et me dit de faire attention..)

          Je n’ai malheureusement presque rien écrit sur elle parce que je s’entais qu’en faisant ça, je m’avouais qu’elle n’était pas saine pour moi donc je sens que ce message sera long, je suis désolée…

          Pour commencer mon histoire, je dois dire que j'avais un très bon ami, T.L. Il me parlais très souvent de son ex qu’il aimais désespérément encore, mais me parlais toujours en mal d'elle. " elle est contrôlante, et dominante comme personne." Et beaucoup plus encore.. Ca ne fais même pas si longtemps, 2 ans environ et je ne me souviens plus ce qu'il me disais d'elle, mais je sais que je ne la trouvais pas très commode. 

          Un soir nous nous rencontrons pour passer une soirée tranquille ensemble et il m'apprends qu'il a vécu la pire des scène. Lorsqu'il sortais encore avec elle, ils sont rentrer chez elle et on trouvés son père dans son lit, décédé. Elle avait 16 ans. 

          On s'entends que l'année a commencé dur pour elle. Je me souviens être a un party ou elle était la. C'est étrange parce que j'étais sur la terrasse quand tout a coup, elle est arrivé et elle s'est donnée un élan et a franchit la clôture de la terrasse pour tombé dans se que je pensais être le vide!. Mon coeur a arrêter de battre, j'ai badtripper, mais quelque secondes après j'ai revue sa tête se relever. Elle avais juste sauté sur le toit d'a coté. Je suis partie après. 

          J'ai appris par T.L. que cette soirée la, elle a passée toute la fin de la soirée sur ce toit, et qu'elle menaçais de sautée en bas si T.L. la laissais…

          12 Octobre 2012.

          T.L. la laisser. Ce gars, joue et écrit de la musique. Il écrit une chanson pour elle mais vraiment pas très gentille. Il l'insulte un peu. En ce 12 Octobre, nous sommes pleins de mes amis dans le gym de l'école. Elle est la aussi et T.L. se met a lui chanter sa fameuse chanson en pleine face… Je lui fais signe d'arrêter, cette fille en a assez vécue comme ça selon moi.. Elle demande a lire les parole, le fait et comme ça, se lève et s'en va. 

          Prise  de je sais pas quoi. une force quelconque, je me lève, indécise de ce que je vais faire, je la voit a l'autre bout du corridor, je la suit et vais m'asseoir a coté d'elle sur un divan qui trainait. 

          Je n'avais jamais eu une vrai conversation avec elle. Cette fille m'intriguais je pense et en même temps je suis quelqu'un de curieuse qui cours de droite a gauche pour aider ceux que je peux.

          nous sommes rester a parlez durant une heure sans arrêt. Nous sommes ensuite aller dans un party ensemble et elle est même venue dormir chez moi le soir même!. Déjà la, il n'y a quelque chose de pas normal. Nous pensions être des âme soeur. J'y croyais vraiment et elle aussi… Du jour au lendemain elle m'avais mis contre T.L. Je ne lui parlais plus en l'accusant de ne pas m'avoir raconté l'autre coté de l'histoire. Je me suis éloignée de mes amis et ils me rapprochais de ne plus me tenir avec eux. Mon père, (Qui est super la pour moi, je vis avec lui a temps plein.)  la première fois qu'il l'a rencontré ma prévenue "Kali, fais attention. Ne deviens pas aussi proche que ton autre amitié d'avant, ça va mal finir." Je lui en voulais de ne pas me croire sur ce qu'elle était pour moi.

          Du jour au lendemain mon statut avait changer de Kali la souriante, a Kali et Emma. Amitié fusionnel que j'appelle. (Ca n'existe pas…..)

          Il n'y a pas un jour que je ne voulais pas la voir. J'étais tranquillement devenue dépendante d'elle… Je ne comprenais pas. Je ne recevais jamais de compliments ou rien de la sorte de sa part, tandis que moi, elle était devenue vraiment TOUT pour moi. J'aurais été prête a faire n’importe quoi pour ne pas la perdre. Mais elle me disais souvent, "Tout le monde finit par me laisser, toi aussi tu va le faire ." Cette phrase restais comme un défi a accomplir dans ma tête. Et tranquillement elle me disais des truc comme "Bon kali je dois te parler de quelque chose.. Je trouve que tu commence a trop me ressembler, tu t'habille comme moi, tu prends mes habitude.. Ca ne me dérange pas la! c'est juste que tes quelqu'un toi aussi tsé.. "

          Ouf.

          Je suis qui moi!!??? J'en ai pas de personnalité moi! J'en ai pas d'opinion! 

          Ca ma pris 2 ans pour me rendre compte que j'en avais une personnalité avant.

          Je me souviens d'un de mes ami qui me dit " Kali, Je te voyais rire avant, t'étais Kali au grand sourire.. qu’es-ce qui est arrivé?… "

          Un personnage important de cette histoire, L'ex d'Emma, J-L. J'ai des souvenir d'eux a 14 ans qui s'embrasse dans la cafétéria comme si eux seul existais. Une grooooossse bulle autour d'eux, que t'a pas envie de percer… Les gens de l'école nous voyais comme ça aussi. Personne osais vraiment s'intégrer, ils préféraient s'en éloigner.. c'est triste.  

           2 mois passes depuis notre rencontre alors que J-L entre à nouveau sur la scène.. Un soir, après l'école, J'attends Emma qui est allée voir J-L.. une heure passe et elle reviens tout heureuse. Elle a baisé avec lui, dans les escalier de l'école. Je m'étonne a s'avoir l'endroit et elle me dit  " Bin ouais! avec J-L on a baisés partout! dans les toilettes publiques, dans le métro, blablabla" Alors c'est normal! que je me dis.. Ca ma tracassé tout le long de notre amitié, Elle, qui est dévergondé et qui attire les gars comme des aimant et moi… La grande (en grandeur.. pas mentalement!) Kali, qui suit…  

          Un soir ou Emma est partit tôt chez elle, Je rencontre J-L dans le corridors. Nous nous asseyons  et parlons durant environs 1-2h. D'Emma, de comment elle est et tout.. Mais vers la fin, sans avoir vu le temps passer, Un frisson froid me passe dans le dos. Emma. Si elle apprends ça! Je me met a capoter. Je sais qu'elle sera fâché que j'ai parler a l'amour de sa vie!…. Je la texte immédiatement. Elle est fâchée. Elle me reproche 6 gros truc. Cette soirée la, en décembre, je rentre chez moi bouleversée et (comme Emma le faisait) Je me coupe. 6 belles coupures bien droite, pour 6 de ses rapproches…. Je le regrette énormément. J'ai se tatoo de culpabilité sur moi a vie maintenant. Je n'ai même pas aimé ça. J'étais juste neutre. 

          En lui disant le lendemain, au fin fond de moi j'espère qu'elle va réagir. Rien.. Juste un petit "kali, tu ne dois pas faire ça." ça ma fait regretté  en maudit, je vous le jure.. 

          Le temps passe, l'année passe, en gros elle m'interdisais de faire des choses qu'elle même, sans se posé de questions faisais. et lorsque je lui reprochais, elle trouvais n’importe quel truc a me répondre qui faisais en sorte que ça avais l'air d'une justification valable. 

          Elle ma dit un jour, "Je te donne 4 ans. après 4 ans, si tu est encore mon amie, je vais te croire que tu va rester pour de bon. "

          Une chance que j'ai fais que 2 ans!!!!!! 

          Je lui ai tout dit sur moi et ma vie. TOUT. Aucun secret. Mais elle, me disais être une fille réservée et me disais «tu le sais kali, je ne parle pas de mes sentiments..»

          J'écrivais dans mon journal intime que j'aimerais ça des fois qu'elle me demande comment ça va, pour vrai. 

          Nous sommes partie un mois dans l'ouest du canada. J'ai payer son billet, elle m'a remboursé, un peu tard.. Mais j'étais contente puisqu'elle n'a pas beaucoup d'argent.. Mois je fais des économie depuis que j'ai 14 ans…

          Dans l'ouest, première soirée, nous montons la tente, le soir se lève et elle me dit qu'elle veux aller explorer. Je reste dans la tente, elle n'étais pas d'accord et disais que j'étais vraiment plate. Je suis tout de même resté, fatiguée des 4 jours de bus que nous avions fait. Elle reviens a 3h du mat, soule. Elle me raconte sa soirée, "Une des meilleur baise de sa vie!." Wow. ça commence bien le voyage.. premier soir!….. Je lui ai passé beaucoup d’argent durant le voyage

          8 mois après, elle me redonne le montant, tout contente. Je prends l'argent et dit un simple merci, (il était temps, merde!) Et la elle me dit que je suis plate, que je ne suis même pas reconnaissante qu'elle me les redonne enfin, que bla bla bla…. 

          fuck off..

          Avec les garçon, elle me disais souvent, "tiens va vers lui, ou fais quelque chose avec lui, il est cute." Elle prenais le contrôle sur ceux a qui je devais m'intéresser. Mais quand je lui disais "Oh, se gars la m'intéresser! " Deux jours plus tard elle l’avait embrassé et sortait avec une semaine après!!!! AARG! DEUX FOIS DE SUITE QU'ELLE M'A FAIT LE COUP! DEUX DE SES CHUM, C'EST MOI QUI LUI AVAIT FAIT REMARQUÉ! Et ça devenais sérieux et elle disait "Bin la Kali, je suis désolé pour vrai.. " OU pire.. pour le deuxième elle m'a sortit "Bin la kali, t'a rien fait pour lui montré que t'étais intéressé! "

          Parce que c'est elle qui va me dire comment séduire!!?? 

          Elle est encore avec ce gars(A.D), du moins, je pense.. 

          J’ai fais beaucoup de drugs avec elle. Et nous fumions chaque jours.. Nous buvions beaucoup aussi, j’ai fais des truc que jamais je n’aurais fait exemple boire un 40 oz de vodka a deux, a un spectacle de danse avec elle.. C’est des super bon souvenirs.. Et je ne peux pas dire que c’est entièrement son influence parce que je ne l'aidais pas en la suivant.. En l’encouragent.. Je suis aller a plusieurs rave avec elle. 6 de suite, en un mois j’ai du faire 5 MDMA ou plus!… Pas troooop mon genre..

          Mai j’aime le changement, le nouveau et l’aventure.. Elle était tout ça a la fois.

           

          Vers la fin, Je lui rapprochais de n'avoir jamais eux de VRAI conversation avec elle, c'était toujours superficielle, nous n'avons jamais vraiment pensés a deux!

          Mais un jour…. Je commence a voir mes anciens amis, de plus en plus… Un soir, je suis chez ma super bonne amie, C.L. Elle a une relation très bizarre avec son père, qui exemple a 5 ans la traitais comme un enfant de 10 et que maintenant qu'elle a 18 ans , la traite comme un enfant de 5.. La mère de C.L. a essayer de le changer durant 7 ans.. Pas capable. Le gars aime dominer, contrôler et tout. Un pervers narcissique, qu'elle me dit. Je viens de découvrir ce trouble de personnalité et tout et tout, regarde Kali, écoute ça. Et elle me met un vidéo sur youtube qui décrit un PN. J'écoute attentivement pour essayer de comprendre ce que C.L. vit. Mais tout d'un coup je me met a avoir chaud, froid, je suis étourdie. Mais c'est exactement Emma ça!…… Je dors sur ça cette nuit la. La mère de C.L. me donne le liens d'au autre vidéo a aller voir mais qui parle des victimes des PN.. nous… 

          C'était déjà moyen avec Emma, qui depuis qu'elle sort avec le gars, ne viens plus jamais chez moi. Je la revoit, mais tout d'un coup tout se que j'ai entendu du vidéo sors d'elle même… Tout. Le JE blablbla Je si, Je ça… troublé, je retourne chez moi. Je me lève le lendemain et décide d’écouter le liens sur les victimes. Je me met a pleurer en faisant le déjeuner… Je capote, j'appelle ma grand-mère qui elle a un bac en psycho et a été infirmière. Elle me dit qu'elle est contente que je lui en parle, que plus tôt, je n'était pas prête, qu'il fallait que je le découvre mais qu'elle me regardais d'en haut.. Elle me dit Qu'il FAUT que je parte en courant parce que si ce n'est pas a moi, ça sera a mes amis les plus proche ou a mes enfants qu'elle pourrira la vie.. Bouleversé tout ce dont je m'étais bloqué durant c'est 2 ans sort enfin. Mon subconscient, durant c'est 2 ans me disait toujours, Kali tu serais mieux sans elle.. Mais je ne voulais pas me croire et je passais par dessus… Par dessus tout les mauvais moments et je ne m'accrochais qu'au bon!

          En une semaine, J'ai découvert ce qu'elle était, et je lui ai dit!…… 

          Sur le coup, elle ma dit une phrase qui va toujours me rester en tête.. Une phrase venant de la plus petite des Emma.. Tout, tout petite..vrai..Emma…

          "Pars, kali. pars si tu veux, parce que je t'aime trop pour te faire du mal." 

          mais tout de suite après elle ma dit que lorsque son père est décédé, elle pensais être brisée en mille morceau, mais que la, elle l'était en millions… -_- 

          Je me suis sentie égoïste plus que jamais. Cette soirée la elle a attendu son chum au parc, il n'est pas venu, elle est venue dormir chez moi et elle était tellement belle.. tellement vulnérable pour une fois elle disais être désolé et elle n'avais plus de force, je le voyais.. Elle etait super gentille avec moi mais vraiment. mais 2h plus tard, elle est repartie, pour revenir, et repartir vers 5h du matin. 

          Suite a ça, elle ne ma pas parler durant une semaine

          Elle me contacte après 7-8 jours et me dit froidement "t'es libre entre 9 h et 10h? Je vais venir porter les truc que je ne t'es pas redonné et prendre les miennes. "

          L'image est assez représentative de notre relation. Elle arrive chez moi avec un sac de vidange noir PLEIN de tout mes chandails et autre.. Tout ce qu'elle ne m'avais jamais redonné, moi? Je lui remet un cahier et deux pair de boucle d'oreille. Je lui avait déjà tout donné… Elle me dit "Je ne peux pas etre meilleur amie avec quelqu'un qui pense ça de moi. "  elle s'en va. Mon ventre est devenu un tas de corde qui se serrais et serrais. Mais tout d'un coup la porte se re ouvre et elle réapparait.. Elle avance, cris un 20$ sur la table et dit "tiens, pour les bières que je te devais." (elle me devais 50$)

          Je m'effondre devant mon père et sa blonde. Il me fait un gros gros speach et me dit "Kali, tu ne sera jamais une femme battue. " 

          Je me réveille le lendemain, croyez le ou non, Je me sent comme un coup de vent tellement il y a de poids enlever sur mes épaules, Je fais le gros ménage de ma maison, je cuisine, j'appelle ma grand-mère et lui dit tout tout tout. Elle respire avec moi. 

          Enfin c'est finis! Enfin!

          Je garde une famille de trois enfants toute l'été. Je suis en train de garder lorque Antoine, le copain d'Emma débarque pour me porter un chandail a moi qu'elle avait laisser chez lui. Bon.. Il me dit avec un petit sourire narquois, 

          "pi, tu t'ennuie tu un peu d'elle? "

          il y a une partie de moi qui dit non et l'autre dit oui, énormément…

          Je lui répond: "Qu’est-ce que t'en pense… "

          Et la il me dit qui ne compte pas parler de sa visita a Emma. .. ensuite il me dit que ça fais une semaine qu'elle ne dors pas.. Me dit que je n'aurais jamais du la diagnostiquer, que je ne suis pas un psy et tout. Il a raison. Je m'excuse de lui avoir laisser tout ça entre les main. Mais la je lui dit qu'en même temps je ne regrette rien et que je pense toujours la même chose. Je regrette seulement de l'avoir diagnostiquer sans avoir les étude pour le faire au lieu de lui dire comment moi je me sentais par rapport a elle ou qu'elle effet elle a eu sur ma vie.. Mais d'un autre coté, J'ai appris ce qu'était un PN et en une semaine je lui avait dit et nous avions couper les pond… 

          J'ai fait remarquer a Antoine comment était Emma avec moi et du coup, comment elle était avec lui et il avait la gueule ouverte, aucun mots sortant de sa bouche…Je lui ai dit, alors qu'est ce que tu va faire..? Il m'a dit "Je vais attendre que le temps passe…le temps va arranger les chose. " (en parlant de la laisser..)

          Il est reparti blanc comme un drap….

          Et une semaine plus tard il pars un mois en France (voyage déjà prévu.)

          Je suis dans un parc un soir et qui est-ce que je croise, J-L!! Nous nous étions pas revu ou parler depuis longtemps. Je lui dit que j’ai laissé Emma, (ouioui, laissé, comme dans un couple..) Il me dit : « tant mieux! J’ai tellement essayer de te faire voir claire lorsque j’ai vu que tu devenais proche d’elle, mais tu n’étais pas prête.» Et c’est a ses paroles que je me suis souvenue qu’ils avaient été plusieurs a essayer de me faire raisonné..

          Un mois passe sans que j'ai aucune nouvelles. Je me sent tout a coup prise d'une vague de culpabilité de remords.. 

          Ca va faire deux mois qui ont passés depuis et contrairement a ce que j'espérais, J'ai appris par un de mes ami qui l'a vue, qu'Emma va super bien, qu'elle parle de moi comme étant son passé, très alaise…

          Of course, dès qu'on lui dit quelque chose qui ne fais pas son affaire, et bin elle s'en va. Je me pose des questions, s'avoir si ce qu'on a vécu était vrai ou a moitié..

          Depuis qu'elle n'est plus dans ma vie mes amis disent me revoir a nouveau, disent que je semble aller mieux et je vais mieux aussi mais des fois, comme hier soir, je suis assise et regarde le vide. Rien envie de faire, rien envie de manger, pas envie de dormir ni d'écouter un film… les larmes coullent tout seul. Le fait de s'avoir que pour elle c'est comme si rien ne c'était jamais passé? ou pas? 

          Je ne sais pas ce qu'elle pense de moi.

          Je ne sais pas quand je vais la revoir, mais je l'évite.

          Je pense a elle et j'en ai mal au ventre..

          Je suis contente d'avoir fait ce que j'ai fais mais j'ai très hâte que le temps passe.

          J'ai hâte qu'elle ne soit plus du tout dans ma vie.

          Alors voila mon histoire, ça ma pris la journée a l'écrire et j'en saute des bouts..

          Courage, force et patience.

          Répondre
    2. Jean-Louis

      Que dire d'autre que COURAGE Sandrine. Ma PN, car il s'agissait, et visiblement c'est très rare, d'une femme, as eu le même type de comportement. Alors que j'ai le crane rasé depuis 10 ans, je devais me laisser pousser mes cheveux, mes enfants cassaient tout, mes ses neveux étaient des anges , eux, ses collègues se demandaient ce qu'elle faisait avec un homme aussi con et envieux que moi, sa famille me rendait responsable de sa mauvaise humeur, je gachais tout, quand j'exprimais un désir il était tout de suite classé comme inaproprié ou stupide, quand mes enfants en vacances demandaient pour visiter un musée c'étais trop cher pour ce que c'étais, par contre que je l'invite tous les jours au resto alors que nous étions en demi-pension ça ç'étais normal, elle voulait bien vivre avec moi si je donnais la garde de mes trois enfants a leur mère, elle pouvait bien faire ça puisque je les avaient depuis 11 ans, tout ce que je faisais comme trvaux dans SA maison était normal, les autres avaient de meilleures idées que moi, sauf que c'étais souvent les mêmes,  … et j'en passe et j'en passe, …. elle m'a décris son père comme un skyso dangereux un mois plus tard elle me comparait a lui, je devais me faire soigner, voir un psy, pour finir elle allais me faire interner car j'étais fou, je faisais peur a mes enfants, tout l'inverse en fait,… elle a déchargé tout son mal être sur moi, j'en ai bâvé…. 10 jours après notre séparation, elle était avec un autre homme, qui vient de se faire jeter par sa femme, qui ne peux plus voir ses enfants et qui n'a plus rien, quelle aubaibne pour elle, elle va pouvoir se présenter en sauveuse avant de le tuer a petit feu …. Et le pire de tout, malgré tout ça, malgré ma lucidité, je suis triste et déprimé et, j'ose l'avouer , je l'aime encore…. Courage donc seul le temps éffacera les traces, fais toi aider, moi j'ai déja consulté deux psy car il faut trouver un qui sais gérer ce genre de situation et ils ne sont pas monnaie courrante.

       

      Courage a toutes, mais dites vous que parfois ce sont les hommes les victimes et peut etre par peur du ridicule il n'osent pas en parler…. Moi j'ose et ça me soulage 

      Répondre
  75. Ulame Paris

    Salut à tous,

    Ma coloc et meilleure amie depuis 20 ans, me dis perverse narcissique depuis qu'on habite ensemble (2ans). Elle a un enfant de 8 ans et moi pas. Cependant si je lui dis que j'aimerais bien que son fils range ses jouet du salon le soir avant d'aller se coucher ou nettoie les toilettes après son passage , est-ce que ça fait partie du genre de harcèlement dont vous avez été victimes ? (je me vois dans l'obligation de lui en faire part régulièrement puisque ça arrive régulièrement) ou est-ce un processus normal de l'éducation et l'apprentissage d'un enfant ?

    Est-ce que le fait, dans une discussion, de dire que je n'aurait pas agit de la même façon face à telle ou telle situation, de lui dire que je ne comprends pas son choix, fais partie aussi de la manipulation d'un pervers narcissique ? Quand je lui dit ça, elle me dit que ça la rabaisse et que je l'humilie.

    Le fait est que sa situation financière est assez bancale et elle a des soucis à cause de son ex et père de son fils, et aussi des soucis de santé. J'ai l'impression que beaucoup de choses reposesnt sur mes épaules. Est-ce normal de s'engager en temps et en argent pour une très bonne amie, ou est-ce que nos comportements sont trop impliqués dans la vie l'une de l'autre ?

    J'ai appris à l'âge de 33 ans que j'avais été adoptée et j'ai bien conscience à 40 ans que cela a changé ma manière de voir les autres. Je suis moins ouverte et fait moins confiance aux autres. Est-ce que cette modification de pensée et par conséquent de comportement peut m'entrainer vers la perversion narcissique sans que je m'en rende compte ? Est-ce un problème génétique, d'éducation ou un cumul d'expériences qui rendent les gens comme ça ? Avez-vous connaissance d'un professionnel que je pourrais rencontrer et qui pourrait me diagnostiquer et m'aider si j'en ai besoin ?

    Je vous remercie de me faire part de vos réflexions et vous souhaite bon courage dans vos recherches de bien-être

    Répondre
    1. Raynote

      Déjà le fait que vous vous posiez la question: suis-je une perverse narcissique? me semble vraiment indiquer que, non, vous n'en êtes pas une. Par contre, j'ai bien l'impression que vous êtes en train de vous faire avoir par votre "amie" qui inverse les rôles et cherche de toute évidence à vous culpabiliser. Il serait temps de prendre vos distances avant qu'il ne soit trop tard.

      Essayez de la regarder objectivement, pour ce qu'elle est: une profiteuse qui abuse de votre gentillesse, de votre amitié et qui vous culpabilise pour ne pas avoir à vous remercier, mais qui espère bien que cette situation dont elle tire bénéfice durera le plus longtemps possible. Donc, réfléchissez, raisonnez avec vous-même, et demandez-vous si c'est ce que vous souhaitez vraiment.

      Par moment, il faut savoir dire NON, ce n'est pas facile lorsqu'on a un naturel généreux et qu'on a pris le pli de dire toujours OUI. Mais c'est faisable, pas très confortable, certes, car votre "amie" vous fera passer pour la "méchante" qui l'abandonne, etc, etc, mais c'est faisable. Déménagez!

      Raynote

      Répondre
  76. Alice

    Isa, 

    la PEUR, c'est ce lien qu'il faut parvenir à briser ta pauvre maman et toi ; C'est sur la peur qu'ils assoient leur redoutable emprise, en fait, ce sont des lâches et eux aussi ont peur que leur terrible secret ne soit dévoilé au grand jour, alors certains comme ton père, et le pn que j'ai moi-même cotoyé, s'acharnent à nous maintenir dans cette ignoble condition. Ce sont eux qui tombent sous le coup de la loi, PAS NOUS;
     
    Je sais que ce n'est pas facile, mais ce n'est pas insurmontable : il faut briser ce cercle vicieux, car ta maman est en grand danger ! Il faut parler !! Il faut dénoncer !! Il faut organiser sa fuite !!! 
    Tu es libre Isa, alors profite de cette liberté pour prendre contact avec des gens compétents qui vous aideront à mettre un terme à cet esclavage, car oui, c'en est un !!! 

    Je te conseille comme à d'autres sur ce site d'appeler le 3919, ils prendront la mesure de la situation, et te guideront dans tes démarches. Il existe des foyers pour mettre en sécurité les femmes battues comme ta maman. Il faut absolument la sortir de là !! Peut-être aussi a-t-elle un médecin de famille que tu connais ? Prends rendez-vous avec lui, ou avec un psychologue ! PARLE, car elle est pour l'instant dans l'incapacité totale de le faire !! S'il le faut, renseigne-toi sans rien lui dire dans un premier temps, mais il faut parler !!!

    La peur te quittera progressivemen dès que tu auras enclenché ce processus, car tu seras alors actrice et non plus spectatrice impuissante de ce carnage odieux : c'est à ton père d'avoir peur, d'avoir honte de ses actes, et en plus, il a fait quelque chose de terrible en te rendant, toi, sa propre fille, témoin impuissante et finalement "complice" (je mets beaucoup de guillemets à ce mot) involontaire et silencieuse de la violence qu'il perpètre impunément sur celle qui t'a donné la vie. Je l'ai déjà dit, ce sont des assassins psychologiques de la pire espèce !!!!

    La SEULE façon de les stopper, c'est de mettre définitivement un terme au SILENCE et à l'isolement !!! Bref, au pouvoir qu'on leur donne nous en nous taisant !!!! C'est de nous, leurs victimes, qu'ils tirent leur force, ces harceleurs, ces bourreaux ! iL FAUT CESSER de les cautionner par notre silence !

    J'ai été moi même paralysée par cette peur, par la honte, au point que j'ai mis longtemps à porter plainte. Mes amis, je les en remercie aujourd'hui, m'y ont poussée, sans quoi je ne serais peut être plus là !!! Et quand j'ai commencé à le faire, la peur a changé de camp !!! Il a non seulement compris qu'il perdait toute emprise, mais il savait bien que s'il m'arrivait quelque chose, il serait le coupable désigné aux yeux de la justice !!! dès que leur nom sort, que la plainte aboutisse ou pas, ils sont identifiés et donc sur la sellette !!!

    La peur, c'est la garantie de leur totale impunité, puisqu'elle nous fait taire !!! elle nous condamne à rester leur esclave !! Alors que les langues se délient, Isa !!! Je le répète, il n'y a aucune autre issue.

    Je te souhaite plein de courage, à toi et à ta pauvre maman : tu auras la force de la libérer de ce joug. Fonce. Sois actrice et non plus spectatrice : tu trouveras cette force en toi et dans l'amour que tu as pour ta mère. L'amour peut battre des montagnes !!! Leur haine à eux est un échec total.

    Affectueusement. Donne de vos nouvelles et AGIS. COURAGE !!!!

    Répondre
  77. isa

    Bonjour,

    J'ai 24 ans. Mon père est un PN , et je dirais un PN très sévère. Je le reconnais dans tous les points sauf un seul : il s'énerve TRES souvent mais c'est parce qu'il est d'un naturel violent. Sa proie, c'est ma mère depuis toujours! Il est un manipulateur destructeur : il s'attaque au psychologique mais aussi au physique. Quand j'étais petite et jusqu'à peu près mes 18  ans (en fait jusuqu'à ce que je gagne en indépendance en quittant la maison et que  je parvienne à  me confronter à lui pour défendre ma mère) il était d'une extrême violence : petite , j'assistais aux tortures psy. et physiques qu'il lui faisait endurer . Quand j'entendais qu'il commençait à la battre très violemment , je ne pouvais pas m'empêcher de les rejoindre, c'était plus fort que moi car ma présence faisait que mon père était justement "moins" violent.Petite précision : il n'a jamais été violent vis à vis de moi physiquement, je trouve ça d'ailleurs assez paradoxal qu'il n'ait jamais levé la main sur moi, même pour une fessée, mais qu'il tabassait ma mère ! Je me souviens donc que petite il m'arraivvait même de le retenir quand il fonçait sur ma mère pour la frapper en le supliant d'arrêter. Il me disait que je devais plutôt demander à ma mère d'arrêter , il passait son temps à vouloir me faire croire (et à elle aussi ) que tout était sa faute. Il n'a jamais été violent avec moi mais par contre, j'étais terrorisée quand la colère montait. Si je faisais une bêtise ( pour lui ! du genre casser quelque chose) j'étais terrifiée qu'il l'apprenne car je savais que c'était ma mère qui allait tout prendre. Toutes ces inombrables fois où j'ai été témoin de ces violences (verbales et physiques) reste un véritable traumastisme pour moi, et je continue très souvent à faire des cauchemards  où il la va jusqu'àla tuer.

    Aujourd"hui, il n'est pas violent physiquement devant moi car je m'y oppose et il le sait. (mais je pense qu'il le fait encore quand je ne suis pas chez eux, en faisant attention j'imagine de laisser moins de marques qu'avant ), mais le c^toé violence psychologique est à son comble : il passe quasi toutes ses journées à râler, crier, insulter ,rabaisser, accuser ma mère de tout et pour n'importe quoi. Il  a même accusé ma mère une fois d'être une perverse narcissique ! c'est ce jour là que j'étais allée me renseigner sur ce que c'était, et j'étais complètement estomachée en voyant que c'était sa totale description , et une seule question ds ma tête : pourquoi ne voit-il pas qu'il s'agit de lui ??  Et il est aussi, de manière effrayante depuis quelques années, parano et d'une jalousie maladive ( il cherche volontairement à la mettre dans des situations embarrassantes  pour pouvoir ensuite l'accuser de vouloir coucher avec tout le monde alors qu'il a fait en sorte qu'elle se repli totalement, qu'elle n'ait plus aucun contact avec amies ou famille!)

    Si j'écris ce soir, c'est que je suis moi même complètement perdue. Je suis d'une certaine façon aussi sous son emprise car je n'arrive pas à libérer ma mère de la terrible emprise qu'il a sur elle. Certes, je m'oppose à lui si ça va trop loin, mais ma mère refuse de faire la moindre action pour envisager de le quitter (sans doute la peur, j'imagine qu'il continue à la menacer de mort si elle la quitte, et aussi c'est certainement le résultat de toutes ces années à être sa victime) et moi même je n'arrive pas par exemple à le dénooncer alors que c'est ce que je devrais faire pour aider ma mère; j'ai peur à chaque fois que je m'oppose à lui que ça retombe sur ma mère puissante 10 une fois que moi je ne suis plus là (moi je suis à l'abri et ça me rend malade de me dire que ma mère n'a aucun répis elle ) . je continue à aller chez eux pour pouvoir justement voir ma mère, lui montrer que je suis là pour elle, je la soutiens.(puis on a des bons moments heureusement toutes les 2, où je lui raconte ma vie, où on rit ….)  Mais je ne sais pas quoi faire véritablement, la peur ne m'a pas vraiment quitté et j'ai l'impression qu'elle ne le fera jamais …

    Répondre
  78. valy

    Bonjour,

     

    J'ai rencontré un homme il y a 4 mois…. c'était parfait, l'homme parfait. Puis, un jour, il a très mal pris que je puisse avoir des échanges avec mon ex sur des sujets matériels (vente voiture commune, vente maison commune)…. et il est monté en pression comme jamais. Au point où j'en ai eu peur. Pour lui, j'étais la fautive, la mauvaise. d'après ces amis, je lui manquais de respect.

    J'ai découvert un sms de lui envoyé à son ex femme lui annonçant que nous allions rompre alors que je n'avais jamais pensé cela. Et bien entendu, c'était encore de ma faute…. Nous devions aménager ensemble… et j'ai décidé de stopper… à contre coeur. Lorsqu'il est en société, il se montre "fort", "sociable" "attentionné"….Mais en attendant, il squatte chez moi, et il alterne douceur attention, et petites manoeuvres blessantes. Par exemple, il doit trouver une location, mais me propose de continuer ensemble notre relation….et je découvre encore un sms "je cherche à rompre"… tout est ainsi. annonce et contraire.

    C'est très destructeur pour moi, car j'ai toujours de sincères sentiments pour lui, et chaque jour, je m'enfonce…. et je dois m'éloigner malgré mon amour car je me dois de rester lucide. Mais, je pleure depuis 15 jours….

    Répondre
    1. Alice

      Valy, courage !! Fous-le dehors !!!!! L'amour ne peut fonctionner à sens unique !!! Je vois tellement se préparer dans ce que tu écris ce que j'ai vécu moi-même que ça me colle des frissons. Ce sont des parasites de la pire espèce qui piétineront sans scrupules tes bons sentiments, te mettront en danger, voir mettront en danger tes proches – et je pense à ton ex mari -. Attention, ils n'ont aucune espèce de limite et iront très loin. Désintoxique-toi de cet amour malsain qui n'en n'est pas un en lui imposant une distance nécessaire pour te retrouver : pour cela, une seule solution : la porte !!! et bien vérouillée, crois-moi. Courage !!!!

      Répondre
    2. jean louis

      Courage Valy, moi j'ai vécu ça depuis 5 ans et demi, tout et son contraire, des chauds et des froids sans cesse, j'étais responsable de tout le mauvails, elle de tout le bon, elle se disait soutenante et aimante, oui c'est vrai, en plublic seulement. Ta relation est relativement nouvelle, ne t'enfonce pas avec ce genre de personnage, ….

      Je suis suivi par un psy car je ne comprends pas comment on peu détruire à ce point l'autre et surtout, je ne comprends pas pourquoi je l'aime encore.

      La route sera longue et pouvoir à nouveau dire je t'aime et faire confiance à une femme ne sera pas chose aisée…

       

      bisous à toutes et tous

      Jean louis qui un jour va bien et un jour va mal… 

      Répondre
      1. Christelle

        bonjour Jean-Louis,

        J'ai vécu cela avec mon PN. J'étais résponsable de tout,j'avais toujours tort mais lui,il avait toujours raison,ne faisait jamais rien de mal. J'ai vécu 2 ans d'enfer,avec un amour à sens unique.C'est connu l'amour rend aveugle. Moi aussi,j'ai eu encore longtemps après des sentiments pour lui,à présent c'est de la haine que je ressens pour lui. Et mon moral fait des hauts et des bas.

        Oui,la route est longue et avoir confiance de nouveau envers une autre personne sera difficile.

        C'est bien que tu sois suivi par un psy,ça aide.

        Bon courage à toi.

        Christelle

        Répondre
  79. Dona

    Guillaume,

    Châpeau bas Cher Monsieur !

    Vous nous nous subjuguez Cher.. Vous êtes un WARRIOR … un bénéfice sur pieds.

    Vos résultats semblent ne plus se limiter à la "norme".. quelle prétention.

    Mais connaissez-vous un Pervers Narcissique..? INVIVABLE… DESPOTE..

    qui se prend pour le PLUS GLORIEUX des ETRES HUMAINS, au début, flatteur, doux comme un agneau.. prévenant.. et HOP.. le conte de fée commence !

    Il vous encense, vous ensorcèle de sa BONTE GENEREUSE, de son ALTRUISME…

    vous trouve PATHETIQUE, MERVEILLEUSE, hors du commun, et tellement sensible " une femme qui est sensible, c'est un MUST pour moi " ! vas-y Jeannot..!

    Les jours s'écoulent, son ardeur s'enflamme, des conversations à bâtons rompus ( bâton qu'il garde pour la suite )… vous trouve extraordinaire, intelligente, drôle, simple, peu commune..

    Et un jour, vous avez des amis – qu'il voit – qu'il commence à critiquer.. et même va vous soupçonner d'avoir eu des relations amoureuses avec certains.. donc… il vous envoie des mails.. courts.. mais explicatifs… Saloppe – avec deux P –

    Là vous êtes heurtée – mais c'était pour rire .. bien sur.. on pardonne une fois, deux fois..

    et au fil du temps, les insultes pleuvent… il vous critique sur tout, vos écrits – vos activités – essaie de vous isoler des – amis – des connaissances – pour vous avoir à lui tout seul..

    Vous ne faites pas attention au début.. il énumère les noms.. LUI là il est nul.. et l'autre.. c'est un crétin.. vous le croyez.. à moitié..

    S'en vient des insultes quotidiennes, des heurts.. des cris.. car il veut toujours avoir le dessus sur vous.. IL n'AIME pas votre LIBERTE de PENSEE.. ni celle de votre INDEPENDANCE.. comment une femme peut-elle être INDEPENDANTE ? ma Mère ne l'était pas.. elle obéissait à mon PERE ( qui'il dénigre aussi )..

    Sa première épouse – divorce – s'était marié avec cette femme pour raison professionnelle.. a divorcé bien entendu – avait une liaison – une jeune femme qu'il avait rencontré dans l'adolescence… elle s'est mariée de son côté – lui ausi par "dépit" me dira-t-il ?

    Mais comment peut-on épouser un – projet professionnel ?

    Tu sais c'était comme celà "à l'époque"..  non non pas dans notre famille..

    Il a divorcé.. la jeune femme aussi.. se sont mariés.. pendant qq années..

    Malhreusement, sa seconde épouse est décédée.. chagrin énorme..je le comprends, je l'ai compris..

    Il me rencontre .. et me dit – tu ressembles à ma seconde épouse…

    M'avoue qu'il est très amoureux de moi et souhaite refaire – sa vie avec moi..

    depuis cet aveu… il me mène une vie de bagarres – verbales – odieux – insultes ignobles.. via mail aussi – des mails orduriers… je riposte – nous nous fachons – dix jours – s'excuse..

    Je pardonne…

    et pire par la suite..

    LA J'AI ROMPU.. en lui expliquant – je ne veux plus te voir.. tu es un malade..MACHO PATHOLOGIQUE…

    Me critique sans arrêt pour mes articles, mes relations.. alors STOP…

    STOP STOP STOP..je tiens à ma peau…

    Merci tous..

    j'ai lu vos commentaires avec intérêt.. Les FILLES NE VOUS FAITES JAMAIS INSULTER par un PERVERS… FUYEZ… DROIT DEVANT..

    Bisous

    Répondre
    1. Alice

      Bonjour Dona,
       

      merci à toi pour ton témoignage qui synthétise parfaitement leur mode de fonctionnement

      C'est incroyable à quel point ils obéissent TOUS au même schéma. 

      A voir en replay "toute une histoire" de mai 2014 intitulé "Passions destructrices", avec des témoignages qui en disent long eux aussi, notamment celui de Julie, qui, pour ma part, me rappelle ce que j'ai vécu. Une autre émission aussi animée par Jean-Luc Delarue sur le thème des pervers narcissiques est visible sur dailymotion, avec les éclairages apportés par la psychologue Evelyne Poncet-Bonissol. 
      Bonne journée à tous et toutes.

      Répondre
  80. fifi

    Bonjour à tous,

    Merci pour cet article, c'est incroyable a quel point mon compagnon à ses caractéristiques, ça fait deux ans que j'entretiens avec lui une relation,le pire dans l'histoire c'est qu'n travaille ensemble, il m'a toujours dévaloriser d'un point de vue professionnel qu'émotionnel.

    Nous sommes séparés depuis presque une semaine mais je souffre toujours tant, j'ai toujours des sentiments pour lui et je dois le voir tous les jours entrains de rigoler et continuer sa vie le plus normalement possible, j en'arrive plus à me concentrer sur mon travail, je suis tous le temps triste et je ne sais plus quoi faire.

    Svp aidez moi à dépasser celà ,à l'oublié car je suis devenue totalement dépendante de lui.

    Merci beaucoup,

    fifi

    Répondre
  81. Alice

    Bonjour à tous,

    il y a sur Youtube un lien intéressant intitulé "pervers narcissiques et abandon" par Jean-Charles Bouchoux. Je vous le conseille. Courage à tous et toutes.

    Répondre
  82. lilou

    Bonjour Passion91,

    Tu es sur la bonne voix, ne lache pas, ce que tu fais tu peux en être fière! si tu lis d'autres témoignages, certaines personnes n'ont pas la possibilité de partir, ont peur, et n'arrivent pas à franchir le pas, ce que tu fais, c'est courageux…

    Je ne dis pas que partir est facile, je suis restée 5 ans avec un PN, et ai déménagé avec nos enfants, en octobre dernier. Aujourd'hui il a toujours un peu cette emprise sur moi et nous sommes évidemment en contact pour la garde des enfants, mais je ne peux pas vous dire a quel point je revis… du jour ou je suis partie, j'ai eu l'impression de sortir de la bulle dans laquelle il m'avait enfermée et d'être soulagée d'un lourd poids…

    Il faut vraiment le vivre pour comprendre.. j'avais conscience que les situations qu'il me fesait vivre n'étaient pas normales ni acceptables, mais au final il arrivait à me faire culpabiliser et je m'excusais de tout. Des mensonges, cachotteries, tromperies rythmaient mon quotidien, et à chaque fois que je lui demandai des comptes, au final c'est moi qui me sentait coupable..

    Je racontais à mes amies, seules confidentes, toutes les disputes et les raisons de ces disputes, et elles essayaient systématiquement de me convaincre de partir.. Sur le coup, je savais qu'elles avaient raison, mais a peine rentrée à la maison, je perdais toute détermination et retombais dans ses filets.. Je remercie mes amies d'avoir toujours été là, et malgré ma faiblesse de ne pas partir à chaque évènement mensonge ou tromperie (environ tout les deux jours), elle m'ont toujours entourée et soutenue…

    Lorsque je lis vos témoignage, ça me fait mal au coeur, et comme je me reconnais… même si ça fait dejà quelques mois que je suis partie, nos enfants nous lient à vie, et j'ai peur… toujours peur… il y a des phases ou il me laisse tranquille, et d'autres ou je reçois des messages, des menaces, des insultes, ou il essaie de me faire culpabiliser, disant qu'en partant je détruisait notre famille, que j'étais devenue égoiste, que je n'avais pas pensé aux enfants mais uniquement à ma petite personne…

    bref, tout ca pour dire qu'il faut en parler à son entourage, et se faire aider pour franchir le cap et partir.. on n'a qu'une vie, arrêtons de laisser ces gens nous la foutre en l'air!

    Malgré mon départ du foyer conjugal qui devenait invivable, je sens toujours cette emprise qu'il a sur moi, et j'ai fait la démarche d'aller en parler à une infirmière psychologue, par le biais du Centre Médico Psychologique de ma ville. Lorsque je lui ai expliqué ma situation et mon passé, elle m'a dit que mon ex conjoint était PN. Depuis que j'ai pu mettre un mot sur sa nature, j'ai fait des recherches sur internet, et suis tombée sur tout vos témoignages, je suis "rassurée" de voir que je ne suis pas la seule dans ce cas, même si j'aurais préféré que vous tous n'ayez jamais connu cette situation évidemment, mais du coup ça m'a déculpabilisée car avant ça, j'avais l'impression que je m'étais créée ces situations toute seule, que ça ne c'était pas réellement passé tellement c'était dingue, et que tout venait de moi!

    Je vais continuer de voir cette infirmière, car je pense qu'elle m'aidera à avancer et à reprendre confiance en moi ; et surtout de passer au dessus de tout ce qu'il peut encore me repprocher et qui m'atteind malgré tout…

    je vous souhaite tout plein de courage, ceux qui s'en sont sortis pour avancer et vous reconstruire, et ceux qui n'ont pas encore réussi à partir, a garder espoir et rapprochez vous de votre famille et de vos ami(e)s pour pouvoir réagir…

     

    Répondre
  83. passion91

    Bonjour alice christelle et les autres

    Et bien voilà c’était trop beau pour que cela dure …; mon PN vient de me piquer une crise … une vraie teigne pour je ne sais quelle raison .. je suis désagréable ce soir… je suis responsable de sa colère et de son énervement…je ne sais pas ce que j ai fait ou dit …. mais c’est de ma faute … de ma faute aussi car les vacances coûtent chères et ça l’embête de partir alors qu’on déménage tous deux dans nos appartements respectifs … il est odieux grognon comme c’était le cas y a 2/3 mois … ça l’énerve de devoir préparer ses cartons, de quitter le cadre verdoyant ou on vit en ce moment …mais ça ne l’énerve pas que nous nous séparions !!!!!!!!!!!! en même temps je lui donne le change …..il croit que nous allons continuer notre relation… en même temps c’est bien qu’il se soit énervé car cela m’écarte de lui et n’est pas du tout a l’heure ou j’écris envie de continuer avec lui ….dans ces conditions…; dans une 20e de jours nous serons chacun chez nous … quelle victoire !!!! même si je ne suis pas au top de ma forme et moral je suis certaine que je fais le bon choix de couper les liens avec lui !!!!!! c’est un monstre ce sont des monstres ….bon courage a ceux qui galèrent encore …

    Répondre
    1. Christelle

      bonjour passion91 et bonjour à tous,

      C'est tout à fait le comportement typique du PN. Ils piquent des crises,on ne sait pas pourquoi. En fait,c'est toujours nous qui sommes responsable de tout,nous sommes les seuls fautifs. Je n'ai jamais su sur quel pied danser avec le mien. Tu as bien fait de rentrer dans son jeu. Il se comporte comme un enfant et bien il faut le considerer comme tel!

      Oui,tu as fait le bon choix de couper les liens avec lui sinon,où va t-il te conduire?Au suicide?Déjà que ton moral n'est pas au top!

      C'est sûr que le moral et la forme auront du mal à suivre,c'est mon cas,mais vraiment,tu as bien fait. Ce sont des monstres.

      Bon courage.

      Christelle

       

      Répondre
  84. Joséphine

    Je vis depuis 26 ans avec mon mari, que je pense être PN.

    J'ai découvert cette pathologie il y a une dizaine d'année. je me sentais mal, de plus en plus mal….et je culpabilisais, pensant être la seule responsable de mon malêtre et de ce que je reprochais à mon mari. Et lui m'ignorait, ajoutait à ma culpabilité, profitait de sa vie…j'ai fait longtemps des recherches sur internet. Jusqu'au jour où j'ai trouvé des articles sur le PN et j'ai trouvé que ça correspondait complètement à ma vie.

    Il a trouvé sa proie idéale. Je suis sous son emprise totale.

    Et pourtant je sais que la seule solution est de le quitter. 

    Il a cette capacité à vous rabaisser vous mépriser vous culpabiliser et vous nier complètement, avec une froideur inqualifiable en vous disant que ça n'est que l'expression de sa souffrance et qu'il prfère par respect ne pas vous déranger avec sa souffrance que c'est pour ça qu'il ne donne aucune nouvelle. Qu'il ne veut plus de conflit et pense à ses enfants….

    J'ai parfois envie de mourir. 

    Il y a quelques années, je partais et voulais me mourir. Je lui demandais de juste me parler et d'être gentil dans ses paroles, d'arrêter de nier tout ce que je disais…. alors il me hurlait dessus, me disiat qu'il coupait son portable et que si dans une heure je n'étais pas rentrée, il appelait les pompiers et mes parents. Il l'a fait! Et me méprisait encore plus. Disait à mes parents qu'il ne pouvait plus rien faire pour moi. Et il recommençait à me dévaloriser, en disant que c'était moi qui le dévalorisais. 

    Alors je le croyais et je le crois toujours.

    Je serai toujours une femme détruite et mes enfants aussi. C'est dur de se dire qu'on a qu'une vie et qu'on vous l'a détruite.

    Répondre
  85. Popo

    Je tiens à préciser que ses parents m'ont embauché trois mois dans leur entreprise et que l'ex copine de celui avec qui j'était, travaillais à la même place que moi il y a quelques années, que je me faisais appeler comme elle par ma 'belle mère' de temps en temps, par lui une fois.

    Ils m'ont embauché comme femme de ménage chez eux aussi. Je pense qu'ils sont sous sont emprise, ils lui obéisse au doigt et à l'oeil.

    Répondre
  86. Popo

    Bonsoir,

    J'ai vécu avec un pervers narcissique, j'ai 20 ans et lui en a 32.

    Dans ma vie tout n'a pas été rose, son moyen de communication est facebook, il a toujours joué sur ça en me faisant jalouser sur des filles avec qui il avait eu des relations, parce qu'apparement il y en avait une paire qui y sont passée.. je croyais au coup de foudre à ce moment là, c'étais tellement parfait pour être réel, des compliments, j'étais comme fascinée par cet homme que je croyais si intelligent et cultivé.

    Les trois premiers mois ont été relativement simples d'après ce que j'en garde comme souvenirs, on se voyait que deux ou trois jours dans la semaine. Cependant je n'avais déjà plus de contact avec mes amis.. même pas l'intermédiaire d'internet ou du téléphone.

    il est parti en prison durant trois mois et c'est à partir de là que c'étais devenu un enfer, du fait qu'il ne  pouvait pas me voir, il m'écrivait tous les jours, m'appelait deux fois par jours, c'étais dans le but de vérifier si le soir j'étais chez moi, ( tout ça je l'ai remarqué bien après), dans ses lettres il disait vouloir arrêter d'organiser des soirées, me disait que j'étais sa future femme et la future mère de ses enfants, et j'en passe. C'est à sa sortie que j'ai déchanté, toutes ses promesses envolées, j'étais la boniche de la maison, j'avais droit à 'tu as grossi, je te préférais quand on s'est connu'…beaucoup de pics. je me suis rapidement installée chez ses parents, j'ai refait la peinture, poncer, et installé des meubles pour qu'il s'y sente bien, je n'ai eu aucun remerciement ni quoi que ce soit. 

    Je n'avais pas vu mes amis quand il était en prison, ni même une seule sortie, il menaçait de me quitter si je le faisais. je me sentais opréssée, malheureuse, vide de sentiments et frustrée, même sexuellement j'avais l'impression qu'il ne ressentais aucune émotion, et moi non plus du coup.

    j'avais l'impression que tout était de ma faute, il me le faisait comprendre. Que j'étais jalouse maladive et que je l'empechais de tout faire, mais je me suis rendu compte qu'il inversait la situation. Jusqu'à cette fameuse fois où il sort du restaurant fumer une cigarette en me disant, une fille m'a draguée, avec un grand sourire, et puis qu'il m'amène dans sa boutique pour lui acheter des choses, en y restant le plus longtemps possible pour me rendre au plus mal.

    mes parents travaillent en psy adulte à l'hopital, ils avaient déjà repéré certaines réactions étranges, déjà son comportement puérils par rapport à son âge mais en le voyant tombaient sous son charme..

    J'ai fini par prendre des cachets pour me suicider et me retrouver à l'hopital aux urgences, heureusement, mon pronostic vital n'était pas engagé. Je ne suis  restée que 7 mois avec lui mais j'ai l'impression que toute cette pression psychologique a duré des années. Maintenant cela fait quelques jours que j'ai réussi à le quitter, on lui a bien fait comprendre qu'il était demasqué, mais tous les jours je repense à certains détails qu'il voulait que je remarque pour me blesser, et ça me fait très mal.

     

    Je vois un psychiatre mais j'ai vraiment du mal à ne plus penser à cette personne, si mes proches n'étaient pas là je serai retournée avec lui.

    J'aimerai savoir si quelqu'un veut en discuter avec moi par mail ?

    Répondre
  87. Jean-Louis

    Bonjour,

    Moi aussi en tant qu'homme j'ai besoin de retrouver tout ce qu'elle m'a pris. J'ai déja osé en parler à mon entourage, très restreint, puisqu'elle m'a éloigné de tous. Ce matin j'ai franchi un cap de plus, je me suis adressé, par mail, à une de ses collègues de bureau, qu'elle à dénigré aussi à mes yeux parce que je me sentais un peu soutenu par celle-ci. J'attends sa réaction, même si je n'attends pas de miracle, j'espère être entendu. Comme je l'ai déjà dis plus haut, je pense qu'elle à commencé à lâcher car elle n'arrivait plus à me mettre en colère, j'étais résigné, et en même temps je brisais son emprise en reprenant, du moins le croyais-je, ma vie en main. Alors son ultime blessure se fera dans la rupture. Par SMS, comme la précédente qui, et elle le savait, m'avait affecté énormément pour d'autres raison bien sur, en acceuillant un autre homme chez elle dans les trois jours, alors que je ne désirais qu'une chose refonder un foyer, chose bien sur avec laquelle elle a joué, …. Et elle joue encore en étant dans le déni, dans le refus de communication, car elle sais à quel point ça m'affecte. Je dois me detacher de ma tortionnaire à n'importe quel prix, mais dans l'attachement, ça me fait un peu penser au syndrôme de Stockolm. Oui il faut s'aimer sois -même, mais comment s'aimer quand on a une image de sois tellement dévalorisée, tellement détruite, … Je sais que je ressasse, je sais qu'elle est un monstre sans sentiments, mais avoir tant donné durant toutes ces années pour rien…. Ce forum et mes autres recherches me font du bien, mais en même temps me font du mal, car je ne suis pas idiot, j'aurais du voir, entendre, comprendre…. 

    Merci à tous, 

    jean louis

    Répondre
    1. Raynote

      Bonjour Jean-Louis,

      Vous dites: "Je sais que je ressasse, je sais qu'elle est un monstre sans sentiments, mais avoir tant donné durant toutes ces années pour rien…. ".

      Moi aussi, quand je l'ai quitté je me disais, complètement démoralisée: comment ai-je pu perdre ainsi plus de 30 ans de ma vie! Quel gâchis! Il ne me reste rien. Ma jeunesse est perdue, derrière moi, perdue à tout jamais… (et je pense que pour une femme c'est encore pire que pour un homme, l'apparence physique, les rides, et tout ça…)

      Mais, 10 ans plus tard, je me dis: bravo ma fille! tu as survécu à tout ça, chapeau! tu as subi des choses infâmantes, qu'on ne souhaiterait pas à son pire ennemi (sauf lui, bien sûr ;-) ), et tu es toujours debout, digne, et de plus en plus forte. Et là franchement, je suis fière de moi, et j'accueille la vie, les 20 ou 30 années qui me restent, avec l'appétit d'une jeune fille de 16 ans. La joie, le goût de vivre sont complètement revenus.

      Donc, à vous Jean-Louis et à tous et toutes les autres, gardez espoir, vous êtes plus forts que vous ne le pensez, vous avez tous des ressources insoupçonnées à l'intérieur de vous. Relevez-vous, continuez le combat! Vous êtes au milieu d'une bataille que vous pouvez gagner, reprenez vos armes et battez-vous jusqu'à la mort s'il le faut (la mort de l'autre, bien entendu!, mort psychologique, sociale, professionnelle…), et ce qui vous attend de l'autre côté c'est la VIE.

      Raynote

      Répondre
  88. Alice

    Bonjour Patson,

    Tu as tout à fait raison et la citation est on ne peut mieux adaptée à la situation.
    Le questionnement sur soi, sur le PN, fait cependant partie du processus de lâcher prise et je pense, ne doit être qu'une étape, douloureuse mais indispensable, vers la libération. Bien sûr qu'à un moment donné, il faut qu'il se sente totalement démasqué, c'est inévitable pour le fuir définitivement mais ce n'est pas sans risque et c'est cela qui est très difficile à vivre car il est capable de tout. C'est un meurtrier de la pire espèce sur le pan psychologique, mais certains peuvent aussi passer à l'acte. 

    C'est une lourde épreuve à subir que de les dénoncer car ils nous font vivre dans la peur absolue – ça a été le cas pour moi -, mais je suis tout à fait d'accord avec toi, il FAUT le faire. D'où l'importance de ne pas rester isolé et d'avoir près de soi des personnes de confiance. Ce n'est que lorsqu'ils comprennent qu'ils ont joué leurs dernières cartes et qu'ils ne pourront plus nous vampiriser qu'ils abdiquent. Oh, cela ne se fait pas sans heurt ! ce sont des prédateurs et ils tentent tout pour nous détruire définitivement tant il leur est insupportable de se voir démasqués aux yeux de tous. 

    J'ai fait comme toi, il a fini par me lâcher, mais quel combat, quelle destruction…quelle peur.
    Ils vous pousseraient au suicide, ces malades. 
    Et quelle tranquilité surtout, après cette traversée du désert ! On en ressort plus fort que jamais.
    Moi, je me suis jurée que plus jamais je ne vivrai une telle situation ! 

    Bon courage à tous. Il faut s'aimer suffisamment et être conscient de sa valeur pour les mettre en déroute. On y parvient quand on croit en nous, mais personne ne peut faire ce travail à notre place.

    Répondre
    1. Christelle

      Bonjour Alice,

      je rejoints tes dires:c'est un meurtrier de pire espèce sur le plan psychologique. Il vous vampirise. Il m'a détruite psychologiquement,ce qui fait que je n'ai plus confiance en moi. Il me trouvait les défauts possibles. A chaque fois que l'on se disputait,je revenais vers lui par amour.Qu'est ce que j'ai été sotte.

      J'ai même voulu me suicider tellement tout ce qu'il me disait était horrible. Maintenant je suis "lessivée",perdue. Comme toi je me suis jurée de ne plus vivre une telle situation,cette relation m'a rendue méfiante. Et encore maintenant le moral n'est pas au top.

       

      Bon courage à tous.

      Répondre
      1. Alice

        Salut Christelle,

        je sais ce que tu as pu endurer, la case suicide j'y suis passée aussi au point d'être hosptalisée : plus de goût à rien, plus confiance en moi, incapable même de faire mes courses, de savoir ce que j'aimais, ce qui me ferait plaisir à moi, et volonté d'en finir moi même avant qu'il ne me tue…

        Oui,  les sms destructeurs, d'une méchanceté sans nom et le désir affiché de m'anéantir, d'autant que mon entourage me soutenait. J'étais un zombie, alors, je ne sais pas combien de kilos j'ai dû perdre en une semaine. Il a cru réussir à tuer la plus petite étincelle de vie en moi…mais il s'est planté en beauté : il ne m'a pas eue. C'est ma plus belle victoire contre ce taré. 

        Je ne lui souhaite qu'une chose : s'autodétruire pour sauver l'humanité de sa présence meurtrière sur cette terre ! Je n'ai plus aucune pitié pour lui, plus aucun sentiment. 

        Tu sais, ce qui est rassurant là dedans, c'est que ces individus-là s'en prennent à des personnes qui ont des valeurs, des qualités de coeur (voir le profil des victimes), et cela suffit à ne pas croire en leurs insultes empoisonnées !!! On est tout l'inverse de ce pour quoi ils voudraient nous faire passer ! Courage Christelle ! Oui, on ne sera plus jamais les mêmes après une telle rencontre…mais peut être est-ce aussi l'occasion de mieux nous connaître et d'apprendre à nous aimer et à nous respecter nous-même pour ne plus jamais vivre cet enfer.
        Affectueusement.   

        Répondre
        1. Christelle

          Bonjour Alice,

          Moi non plus il ne m'a pas eu. Il aurait été trop content! Pourtant,j'avais tout fait pour lui plaire,tout.

          Ce qui me blesse le plus encore aujourd'hui,ce sont ses mots déstructeurs qui me reviennent sans arrêt en mémoire et ça,ça me fait mal.

          Tu as raison,les victimes des PN sont des gens biens avec des qualités mais aussi avec des faiblesses (je sortais d'une dépression,et il a découvert mon point faible pour s'y engouffrer,et donc en profiter pour me rabaisser,m'humilier…)Ils veulent nous faire passer pour des folles alors que ce sont eux les tarés!

          Aujourd'hui,tout ce que je lui souhaite,c'est tout le mal possible,qu'il crève,je n'en ai rien à faire.

          Il ne nous reste plus qu'à nous reconstruire,et c'est cela qui va être le plus difficile.

          Alors,courage Alice,je sais que ça va être difficile de remonter la pente mais il faut montrer à ces monstres que l'on n'a pas besoin d'eux.

           

          Affectueusement

           

          Répondre
          1. Alice

            Salut Christelle,

            oui, les mots sont un poison qu'ils distillent dans notre être pour que l'on en arrive à se détester et à rester sous leur coupe. Les mots peuvent tuer eux aussi. Mais on s'est assez respecté pour les fuir, et quelque part c'est que l'on savait que tout ces mots n'étaient que mensonges gratuits pour bien nous anéantir. 

            Oui, on était dans un moment de grande faiblesse morale – moi, j'étais en dépression car il n'y avait plus aucune communication dans mon couple, et j'ai tout plaqué pour un pauvre cinglé qui a su me donner très rapidement et très fugitivement finalement, le sentiment que j'existais pour quelqu'un, que j'étais aimée, tout simplement ; il a su trouver les mots que j'avais tellement besoin d'entendre à ce moment-là de ma vie …quelle affreuse erreur !!! oh ! cela n'a pas duré longtemps !!! la chanson a été bien différente quand je me suis retrouvée entre 4 murs avec ce fou, je me suis vite rendue compte de ses véritables motivations, mais c'était déjà trop tard. J'étais piégée…

            Cet état de faiblesse était déjà en route depuis mon enfance, ma mère m'ayant aussi énormément dénigrée par des paroles acerbes durant des années. On était déjà cassé intérieurement avant de les rencontrer. C'est cela qui leur a permis de continuer le travail. J'avais pourtant fait 4 ans de psychothérapie !!! ben résultat… :'(
             

            J'ai pour ma part cependant vite compris que toutes ses insultes et propos vénimeux n'étaient que des projections puisqu'il me reprochait ce qu'il était lui-même ! Je ne me reconnaissais pas dans le portrait négatif qu'il faisait de moi puisque ses propres agissements allaient pile dans le sens de tout ce qu'il voulait me mettre sur le dos !!! Il me traitait de pute, de profiteuse, de légume, alors que c'était lui qui vivait à mes crochets, étant au RSA, ne recherchant aucun travail, et passant ses journées vautré sur le canapé à dormir ou à regardre la télé, pendant que je bossais d'arrache pied après les nuits sans sommeil qu'il passait à me torturer moralement, à me menacer et à me bousculer physiquement.

            Il me reprochait violemment l'argent que je donnais pour mes enfants et faisait pression pour que je lui en verse en plus de ce que je payais déjà pour lui (nourriture, cigarettes, loyer et j'en passe…). Ma dernière connerie a été de lui taper des CV et de lui acheter à contre-coeur et à sa demande un scooter parce que sois-disant, il voulait trouver du travail : tu parles !!!! : il passait alors ses journées à aller se balader et picoler dans les bars, rentrait dans des états pas possibles, en possession de tous les CV que je lui avait donnés, et m'insultant encore sous mon propre toit !!! Et mentant en plus en me disant qu'il les avait donnés et qu'il en avait juste demandé une photocopie !!

            Là, j'ai réagi et je l'ai quitté. Sa haine a été amplifiée et j'ai vécu un véritable enfer, me demandant quand j'allais me retrouver dans les faits divers.  

            Comme toi, je ne lui souhaite qu'une chose : qu'il crève. Je ne regrette pas toutes les plaintes déposées contre lui, qui sont venues alimenter son gros dossier judicière : elles serviront à d'autres de ses potentielles victimes un jour. Il est parti loin et n'a pas intérêt à se repointer : j'ai quelques amis qui n'attendent que ça pour lui mettre sur sa sale gueule et il le sait très bien !!! je sais aussi qu'il a déjà détruit deux autres femmes avant moi : il aimait s'en vanter en ricanant pour m'effrayer, mais elles n'avaient, selon lui, jamais porté plainte…Même sa famille ne voulait plus le voir !!
             

            Oui qu'ils crèvent tous autant qu'ils sontpendant que nous on se reconstruit, ce dont ils sont totalement incapables, eux, puisque la remise en question est bannie de leur misérable existence.

            Courage Christelle, on est des survivantes et nous, on mérite d'être heureuses, et on y arrivera ! :-)
            Bisous !
              

             

  89. Patson

    Oui, t'éloigner et chercher à comprendre la bête c’est à dire faire le test sur comment reconnaître un PN, ensuite faire des recherches sur le net, lire des témoignages, consulter un psy et en parler aux proches amies pour aide psychologique. Perso, je ne conseille pas de fuir et rester dans le silence de l'ignorant c’est à dire se poser mille questions sur le pourquoi il m'a fait cela? Est ce pas moi le coupable? dans ce cas, la plupart du temps le PN ne se sentant pas dévoilé te recontactera et tu replongera dans sa séduction diabolique. Mon cas perso (je suis un homme), je culpabilisais aussi et ne comprenait pas pourquoi mais dès que j'ai su quel ANIMAL était en face de moi, je suis rentré en mode contre-attaque pour me sauver, pendant quelques temps, SMS, discussions, dénonciation à l'entourage on fait que ma PN à eu le DEGOUT TOTAL de moi. Ainsi, elle ne viendra plus jamais vers moi. Ça bien fonctionné ma tactique que j'appelle "La meilleure défense est dans l'attaque". C'est pas facile pour une femme, je le reconnais. En tant que homme, je ne pouvais que faire cela pour ragaillardir mon Amour-propre sinon c'était ma fin psychologiquement; je serais devenu une légume ! Pour terminer, une citation de Freud pour vous aider à prendre le pb à bras le corps car on ne peut que se sauver soit même, le reste vous accompagne seulement dans le combat. Bonne chance

    Freud disait : « Ce qui est demeuré incompris fait retour tel une âme en peine, il n’a pas de repos jusqu’à ce que soit trouvé solution et délivrance ».

    Répondre
  90. Jean Louis

    Oui, tout se fait en privé, incidieusement, lentement, comme une araignée qui tisse sa toile et commence doucement par anesthésié sa proie avant de la manger. Presqu'un mois de ruprure, avec quelques contacts… ou elle à encore tenté de me faire croire que si elle s'étais remise avec un autre c'étais pour moi … Par amour pour moi ! Elle a même été jusqu'a me dire que personne ne l'aimerait comme moi je l'ai aimé , ben tiens ! Ces mots résonnent dans ma tête… elle à osé ajouter que sexuellement, là non plus elle n'oublierais jamais ce qu'elle à connu ! J'aurais dû lui chanter " nous on veut des violons… " Manipulatrice jusqu'au bout, ce qui me peine c'est que des gens que j'appréciais sont persuadés que je suis le mauvais. Elle à essayé de m'envoyer en cure en me disant que moi j'étais un PN. Est ce une tactique courante de ces personnes? J'avais l'impression d'être face à un mirroir.  Là je voudrais contacter l'autre gars et le mettre en garde, mais me croira t- il ? Si il est dans le même état d'extase que moi, c'est peine perdue! Je voudrais crier à nos "amis", à sa famille qui elle est vraiment, mais je pense que c'est encore gaspillé de l'énergie non ?  

    Bizzzzzz à toutes et tous

     

    Jean-Louis en voie de guérison , j'espère… 

    Répondre
  91. Anna

    Les PN sont vraiment de partout. Je ferai court moi c'est ma soeur jumelle qui est très fortement atteinte. Elle lira peut être ce message car elle est persuadée d'être entourée de PN et elle détaille tous les sites ou forums qui parlent de ce sujet. Grace à ses multiples descriptions elle m'a bien éclairée et la seule solution envisageable est de couper les ponts définitivement. Régulièrement elle part en crise, tous les 3-4 ans et ce depuis au moins 30 ans. Je n 'ai plus de soeur et ceci me soulage je ne peux rien faire pour elle j'ai tout essayé sans mettre ni mes enfants ni mon couple ni mon équilibre  en danger. Elle n'avait plus que moi il lui reste ses enfants qu'elle essaiera de détruire aussi. Mais avec eux nous restons en contact.

    Répondre
  92. Alice

    Tu as raison Jean- Louis : on brûlerait de dévoiler leur identité, mais dans notre pays de droit…c'est malheureusement un non droit !!! Tout comme pour les pédophiles et autres violeurs d'enfants : on protège leur vie privée et ils ont droit à l'anonymat !!!! Le monde marche sur la tête….

    Répondre
    1. Christelle

      Je suis d'accord avec vous Alice et Jean-Louis, Nous souffrons par leur faute,porter plainte pour harcèlement moral n'est même pas possible car il faut des preuves. Comment apporter des preuves alors que tout se fait en privée bien sûr et jamais en public. Nous sommes victimes de toutes ces ordures et nous n'avons aucun droit!!!Ils restent impunis et continueront avec d'autres.

      Répondre
      1. lilou

        on a la possibilité de porter plainte bien sur que si!

        j'ai déja déposé plusieurs main courantes suite à violences, et la police m'a même conseillé de porter plainte! la personne qui m'aide doucement à m'en sortir (infirmière psochologue) me conseille également de le faire si les menaces se perpétuent.

        Mais encore faut il avoir le courage de le faire, pour ma part je ne l'ai, pas car j'appréhende les représailles, après la garde à vue.. toujours dans la crainte perpétuelle, et pourtant cela fait 10 mois que je l'ai quitté…

        quand pourrais-je sortir de ce cercle vicieux ?

         

        Répondre
  93. passion91

    Bonjour tout le monde

    oui bonne idée jean philippe ! créer un fichier de tous les Pn pour aider les prochaines proies a être averties !

    Répondre
  94. Jean-Louis

    Ce qui est fou c'est que le shéma est le même pour tous et toutes, moi aussi elle m'a pris mon argent, ma vie, ma dignité, j'ai peur si elle reviens de retomber dans ses griffes, j'ai moins honte et j'ose en parler autour de moi, mes amis proches ne comprennent pas, je pense que malgré tout, le fait d'avoir moi même a la base du caractère m'a sauvé, mais que de temps perdu, d'énergie, …. Nous devrions créer un fichier des PN… Au moins il serait dévoilés et peut être celà éviterait-il à d'autres de tomber dans le même piège que nous… 

    Répondre
  95. Véronique

    Bonsoir,

    Je venais de subir le décès brutal de mon compagnon, après quelques mois, j'ai rencontré par agence matrimoniale un homme charmant attentif agréable, bien installé dans sa vie professionnelle, l'homme idéal à qui on peut faire confiance sans penser un seul instant ce qui se cache derrière. Au bout de six mois il me propose de vivre avec lui, comment refuser, ensuite il m'entraine dans la rénovation d'un bien immobilier, toujours super, j'avance dans ma vie. Le bien en question rénové, en ayant mis toute ma force au travail de cette rénovation, nous sommes partis la première année en vacance tout les deux, la deuxième également, puis la troisième année, il annonce à sa mère et à son amie très chère car très riche, qu'il nous emmène toutes les trois en vacance en Angleterre, c'est l'année des JO, on oublie l'Angleterre, il me demande d'organiser des vacances sur la Bretagne, je refuse car entretant je me suis retrouvée au chômage et sans argent de coté comme bien entendu c'est moi qui sortait ma carte bleue, il s'est arrangé pour que je n'ai plus d'argent, nous sommes donc partis à quatre dans un studio qui appartient à sa mère, et là le cauchemar commence, à tel point que au lieu d'une semaine de vacance, je quitte tout ce petit monde au bout de trois jours, je lui demande de me déposer dans un hôtel, le lendemain je prendrai le train pour rentrer. J'avais perdu l'appétit depuis 48 heures. Le soir seule à l'hotel, je l'appelle et lui demande de me rejoindre pour que nous soyons un peu tous les deux, il me répond non je reste au studio j'aurais le lit pour moi tout seul et je ne dormirais pas contre le mur. De retour à la maison, lorsqu'il revient à son tour avec sa mère et son amie je ne dois pas être présente, je suis donc hébergée par des amis. Ensuite il repart, sa mère également et l'amie en question aussi. En une semaine j'essaie de lui téléphoner en vain toujours sur messagerie. Il reviens j'ai maigri de 9 kg, il est stupéfait mais ne dit rien, il me punit m'impose de dormir dans la chambre d'ami. Ensuite il me dit que de toute façon ce sera sa mère chez elle son amie chez elle et nous chez nous, je le crois, et je continue cette relation pendant 1 an, puis à nouveau violence verbales dévalorisation, rien n'allait jamais plus j'en faisais moins cela allait. J'ai pris la décision de partir l'an dernier après une semaine de vacances, où j'avais compris que je n'étais pas la seule, j'ai surpris une conversation téléphonique, je l'ai laissé terminer car il ne savait pas que j'étais près et que j'écoutais, il disait à la personne sans aucune conviction oui je t'aime oui je tiens à toi, lorsqu'il a racroché je viens à ses devant et lui demande à qui il parlait et là surprise c'est un enfant en faute que je vois devant moi. Il part une semaine seul, à son retour je lui annonce que j'ai trouvé un appartement et que je déménage à la fin de la semaine, j'ai donc perdu 1 an. Il dira à mes amis que c'est lui qui m'a mise dehors, car je me servais constamment de sa carte bleue, et que j'étais terrible avec lui etc…Ils l'ont cru, beau parleur et manipulateur, ce n'est qu'après quelques mois qu'ils ont compris à qui ils avaient à faire. J'ai suivi une thérapie j'ai donc compris pour la première fois le terme de PN. N'ayant plus de mes nouvelles un soir il m'envoi un texto me demandant l'autorisation de prendre de mes nouvelles, j'ai commis l'erreur de répondre qu'il n'y avait plus d'abonnés au numéro composé, il m'appelle le lendemain en me proposant de déjeuner avec lui. Je réponds non en lui disant qu'il utilise ses mensonges et manipulations avec qui il veut mais avec moi. Réponse dommage j'avais décidé de faire un grand travail sur moi et j'avais besoin de ton aide. Piège, je lui dis ok on déjeune ensemble, il me demande les coordonnées de mon psy, que je ne voyais plus parce que j'allais vraiment bien, je lui envoie par texto après le déjeuner en lui ajoutant que chaque inspiration de sa part était une préparation à un mensonge, oui je l'ai aidé, je lui ai fais un topo du PN que mes amis lui ont fait passés dans une enveloppe non cachetée. Depuis par texto il m'a dit ADIEU je ne veux plus jamais te revoir, un PN découvert, n'a plus de raison de revoir sa proie. Comme il en a trouvé une autre 12 jours après mon départ, maintenant il est à nouveau au paradis du narcissisme. J'ai un peu de mal à me remettre de cette dernière manipulation, j'ai revu mon psy qui m'a dit plus aucun contacts. Il avait effectivement bien RDV avec lui le lendemain mais il m'a dit que par déontologie il ne le verrait qu'une fois, en fait un PN n'est pas soignable, parce qu'il se ment à lui-même alors comment ne pas mentir aux autres tout en étant certain d'être dans le vrai. ALORS OUI FUYEZ FUYEZ ET VITE

    Répondre
  96. Kizzy

    Bonjour à tous,

    Je viens de tomber sur ce site et j'ai enfin trouvé la réponse à mes questions. Je vis également avec un PN depuis 6 mois. Nous avions eu une histoire il y a 4 ans et un enfant entre temps qu'il n'a pas vu tout ce temps. Il est revenu vers moi et je lui ai pardonné pour reconstruire avec lui. La première fois nous ne vivions pas ensemble, puisqu'il était avec une autre femme. Ma grossesse la fait fuire et je lui ai trouvé l'excuse, du fait que j'étais au courant de sa relation avec laquelle il avait également un enfant, 1 an plus agé que le notre. Donc il reviens il y a maintenant 9 mois, plein d'excuses et l'envie de faire sa vie avec moi. On se marie et bébé 2 qui arrive dans 4 mois, mais à l'annonce, voilà que à ma grande surprise, il se fâce et essaye de me convaincre d'avorter. Ce que je refuse catégoriquement. Mais voilà que depuis un mois, je découvre qu'il a une autre femme, peut être même 2, que j'ai découvert en scrutant ses SMS. Mais je ne suis sûre que d'une qui ne vis pas dans la même ville que nous et avec qui il est depuis un mois après notre mariage. Ayant un métier qui me demande des déplacements constants et parfois de longue durée, il profite de ces moments pour lui rendre visite. Au début j'étais troublé et je suis retombée dans la culpabilité, mais maintenant je positive, car lorsque je lis ce poste et vos messages, je me rends vraiment compte que ces personnes sont plus à plaindre qu'à détester.

    Le plus grand conseil que j'ai à donner à celles et ceux qui vivent dans cette situation c'est d'ignorer et d'avoir confiance en vous même. Car au fond ceux sont des personnes faibles qui n'attendent qu'une chose, c'est de trouver votre point faible pour mieux vous manipuler.

    Il sont comme des enfants, alors agissez avec eux, comme avec des enfants. le grand mot IGNORANCE et soyez heureux et ayez confiance en vous, surtout si vous avez des enfants. C'est comme ça que j'arrive à le supporter. Mais s'il sont violent fuyez! Le miens ne l'ai pas, c'est juste qu'il est tout le temps fâché. Mais j'en ris plutôt que d'en pleurer et ça le fait redescendre, même si je sais que c'est que pour un court terme.

    DONC COURAGE!

    Répondre
  97. Eva

    A que son propre bien être qui compte, nous insupporte et c'est à ce moment que l'on se laisse aller dans de nombreuses crises de nerfs qui ne servent à rien car il s'en fiche totalement. Sa réponse à ces crises est de se placer en victime ce qui nous énervé encore plus. C'est impossible de lui faire comprendre qu'il n'agit pas comme il faut c'est pour cela que, pour moi, la seule chose qui m'a sorti de cette situation a été d'en parler.Il ne faut pas rester prisonnière d'un PN car c'est destructeur ça l'est plus qu'on peut imaginer car parfois lorsqu'on est dans cette situation on ne s'en rend pas compte tout de suite et ça nous dévore petit à petit. 

    J'espère que ce témoignage sera utile, merci de l'avoir lu.

    Répondre
  98. Eva

    Bonjour,

    J'ai souvent entendu les témoignages de personnes vivant avec un PN et certains d'entre eux ont réussi à leur échaper mais dans mon cas, je ne savais pas comment le fuir puisqu'il s'agissait de mon père.

    J'espère pouvoir aider les personnes dans mon cas en déposant ce témoignage. 

    En premier lieu, mon père exerçait son pouvoir manipulateur sur ma mère mais j'étais trop jeune pour le voir. Ce n'est qu'après le divorce de mes parents que j'ai pu découvrir qu'il était impossible d'être dans la même pièce que lui sans être prise d'angoisse. Il ne montre pas ses sentiments, et lorqu'on le lui reproche, il se place tout de suite dans la position d'une victime. Il prétend que c'est de notre faute, on dit n'importe quoi selon lui. Il ne manquera jamais une occasion de pouvoir nous rabaisser, dans mon cas il me reprochait sans cesse de "trop ressembler à ma mère" mais bien évidemment tout ça est dissimulé sous un flot de parole qui vous déstabilise tellement que vous ne trouvez plus d'arguments pour lui répondre alors que ce qu'il défend n'a pourtant aucun sens.

    Il y a un stade où l'on est tellement habitué à ce comportement que l'on se demande si finalement ce n'est pas normal d'être comme ça, c'est pour ça qu'on se tait et qu'on est rongé de plus en plus. Si ce n'est qu'un week end de temps en temps, on arrive à supporter son comportement en l'ignorant mais lorsqu'arrive les vacances et qu'on le voit plus souvent c'est différent. Sur une période prolongé,ses critiques, ses propos qui ne concerne que sa propre personne car pour lui il n'y  

    Répondre
  99. lila

    Bonjour,

    Je ne parviens pas accepter que l'homme que j'aime ne changera jamais. J'ai beau lire tous vos témoignages, consulter des sites sur la violences psychologique, regarder des vidéos sur les pervers narcissiques, j'ai peur de ne jamais y arriver. J'ai 28 ans, j'aimerais fonder une famille et à part mon boulot, je me rends compte que j'ai encore rien à moi. ça m'effraie, je croyais avoir trouver l'homme que je cherchais, il y a 1 an. Je sais que ce n'était qu'illusion et manipulation, mais quand je rentre le soir et que je suis seule, c'est vraiment difficile. Je lui ai redonné sa chance il y a 1 mois, jour pour jour. 3 semaines de bonheur où il a fait tout ce que j'attendais. Puis ces derniers jours, il s'est petit à petit "retransformé". J'avais changé de numéro pour ne plus lire ces attroces sms et angoissé dès qu'il m'appelait, mai sje lui ai bien entendu redonné. Je lui ai fait confiance, et maintenant, il rompt avec moi, me faisaint une fois de plus passer pour la "méchante". Ce qui est difficile aussi, c'est d'imaginer le mal qu'il peut dire sur moi aux gens qui nous connaissent. J'ai perdu cet hiver 12kg, j'ai déclenché des herpès, j'ai perdu mes meilleures amies, j'ai fait tout ce que je pouvais pour le satisfaire et lui plaire, mais ça ne suffit pas.Je sais que je dois aller de l'avant, faire mon "deuil" car j'ai tellement souffert, et d'apèrs mon entourage, tellement été "humiliée". J'ai fait et accepter des choses que j'interdirais à mes copines de faire. Je suis devenue totalement dépendante de lui et je me rend compte que parfois, j'ai meme réfléchi ou réagi comme lui. Et la culpabilisation est là, en permanence. Il est là, dans mon coeur et dans ma tete. Il a usé de violences pschologiques, alors qu'il savait combien je suis extrement sensible. Il m'a aussi traité de tous les noms, a sous-entendu des centaines de fois que je le trompais alors que je passais mes soirées à l'attendre et me précipitai de rentrer une fois mon travail fini, pour souvent l'attendre alors qu'il ne venait pas. Il m'a grogné dessus, crasher au visage, lancer du liquide sur moi, serrer très fort et m'a empecher plusieurs fois de passer ou de sortir. Je ne suis plus du tout la meme: j'étais une grande gueule, franche, revendicatrice, confiante… je suis détruite. J'en passe, vous imaginez bien… mais malgré tout ça, j'ai l'impression que je ne parviendrai pas à me passer de lui, je n'imagine pas vivre sans lui…

    Répondre
    1. christelle

      Bonjour lila,

      Je suis dans le même cas que toi. J'ai 37 ans,et je n'ai rien construie. Je croyais avoir trouvé l'homme de ma vie après des galères de solitude mais il s'avère que c'était un PN. Il était vraiment gentil au début et ensuite puis on avançait dans notre relation plus il devenait méchant. Je faisais tout pour le satisfaire et lui plaire (même au lit). Après avoir fait l'amour,il se précipitait sur son ordinateur pour regarder les sites de rencontre alors qu'il avait déjà une compagne,je n'étais qu'une maitresse de plus. Tout n'était qu'illusion et manipulation. Comme je faisais des dépressions,il enfonçait le clou pour m'humilier,me rabaisser. Il m'envoyait des SMS atroces,me faisait pour la méchante de service,il me disait même que je le harcelait alors que ce n'était pas du tout le cas.

      A chaque fois qu'on se disputait,je revenais par amour vers lui mais aussi pour ne pas être seule.

      Quand j'ai découvert sa trahison (qu'il avait une compagne et des enfants),je me suis vengée de lui. Courant juillet 2013,il s'est excusé,pardonné allant même jusqu'à me supplier pour que je lui pardonne,ce que j'ai fait comme une pauvre idiote. Ensuite,en janvier 2014,on s'est disputé fortement au téléphone.Là encore,il me faisait pour la méchante de service,me disant même "qu'il me manquait une case et que je devais aller à l'H.P. S'en était trop. Je l'ai traité de tous les noms d'oiseaux. Depuis,je n'ai plus eu de contact avec lui.

      Mais tout comme toi,je lui faisait confiance,j'ai tellement souffert de ses humiliations,et j'étais devenue dépendante de lui que je ne pouvais plus m'en passer.Il est dans ma tête,j'ai du mal à faire mon deuil,mais il le faut pour notre bien. Ces gens là t'empoisennent la vie. Je suis détruite,tous les jours je pleure. Non seulement parce qu'il m'a humilié,parce qu'aussi ses mots me reviennent sans arrêt en mémoire,parce que c'est difficile de se passer de lui

       

      Courage

      Répondre
    2. lilou

      lila, relis ton témoignage, et dis toi que c'est une de tes meilleures amies qui écrit tout ça… qu'en penserai tu ???

      Tu avais réussi à le quitter, tu peux en être fière, mais c'est tellement dommage que tu n'ais pas tenue… Tu ne lui appartiens pas, rien ne t'empeche de le quitter, et de bloquer son numéro!

      Ne te laisse pas bouffer davantage, tu as la vie devant toi! j'ai ton age, et ai eu un enfant avec un homme comme ça, ça fait 8 mois que je suis partie avec notre enfant, nous gardons forcément contact pour la garde du petit, mais part avant d'être sous cette emprise supplémentaire…

      Reprends contact avec tes amies les plus chères, si vraiment elles t'aiment, elle seront la pour toi! j'ai été obligée de couper les ponts avec ma meilleure amie aussi… dès que je l'ai quitté, la première chose que j'ai faite c'est de l'appeler et de tout lui expliquer… elle m'a aidé a remonter la pente et m'a évidemment pardonné de lui avoir tourné le dos… tu ferais pareil pour tes amies, alors ai confiance ! et pense à toi et à ton avenir!

      Bisous et tout plein de courage…

      Répondre
  100. Jean-Louis

    Bonjour, Je pense que je suis tombé sur la perle rare. Elle vient de rompre et je cherchais des réponses…. J'avais d'abord pensé à un trouble relationnel lié à l'affection, mais à lire vos commentaires et surtout le profil, je me dis que c'est elle ! Je l'ai rencontrée au sortir d'une relation magnifique, mais qui c'étais terminée dans la douleur. Au départ je ne voulais pas d'engagement, car je voulais me préserver de l'autre, ne pas retomber dans mes travers. Elle m'a dis comprendre, comprendre que j'avais d'autres priorités, dont trois enfants en bas age dont j'ai la garde exclusive. Puis les jours et les semaines ont passés, au début rien n'étais trop beau! Des bons petits plats, des activités avec les enfants, vacances en famille, mes enfants étaient valorisés et la petite, qui avait 5 ans l'appelait même maman parfois. J'ai décidé de vendre ma maison pour m'installer dans le même village qu'elle, en face de chez elle, qui possède une magnifique demeure familiale de 6 chambres, deux cuisines et deux SDB, dans une petite maison, sympa mais bien plus petite que ma précédente et que la sienne. L'accord était que comme nous étions hors ville, elle allait 8 jours par mois s'occuper de mes enfants, j' étais dans un travail ou j'avais des horaires qui m'obligeait parfois a faire 14-22. Cela a duré deux mois! elle a prétexté que mes enfants ne la respectaient pas pour mettre un terme à cet accord. De là j'ai du changer de fonction, heureusement dans la meme entreprise, d'horaire et d'organisation. Par la suite, chaud et froid tout le temps, j'ai réussi une fois à rompre, après une énième crise, elle est revenue en pleurant, en me disant qu'elle avait compris, que c'était de sa faute et que nous allions, ce que j'attendais et elle le savait depuis des mois, vivre ensemble. Mais sa maison nécéssitait des travaux. J'ai donc entrepris avec des amis la construction de deux terasses, quelques travaux de peintures, nous avons démarché les entrepreneurs, j'ai monté tous les dossiers… puis, à la fin de l'été, alors que tout devait démarrer, elle m'as dis que c'étais trop tôt, qu'elle n'était pas prète…. Sans m'en rendre compte elle me coupait de mes amis, alors que nos relations avaient toujours ete cordiales, elle me montait la tête contre mon ex femme qui selon elle la détestait, me disait que mes enfants avaient peur de moi, car quand j'osais m'opposer à elle, il m'est arrivé d'élever la voix…. elle s'enfermait alors dans le mutisme, me disait d'aller voir un psy, dévalorisait la moindre de mes actions, bref, j'étais une sous merde, et si mon ex était partie, du coup elle la comprenait. Chaque fois que nous devions aller dans sa famille, elle s'arrangeait pour qu'il y aie une tension entre nous, et donc forcément j'arrivais un peu énervé, ou par après très triste car on ne savait plus profiter de rien. Donc j'ai, inconsciemment renvoyé une image de moi négative auprès de ses proches. Images qu'elle entretenait en me poussant à la faute, en me faisant des reproches constants sur mes enfants, en me négligeant. Je ne vais pas ici tout raconter car cela va prendre 50 pages, mais je me rend compte qu'elle m'a manipulé, et que je me suis laissé faire.  Un dernier fait, il y a un an j'ai décidé daller a un colloque pour mon travail sans elle, j'ai bien sur eu droit a des crises de jalousie avant le départ, et, à mon arrivée a destination, elle m'a telephonné, elle venait d'avoir un accident, la voiture était détruite, elle a l'hôpital…. je ne vous raconte pas la soirée que j'ai passé, je n'ai profité de rien! Elle me l'a fait payer en refusant toutes sorties, en se refusant à moi sexuellement et en sortant seule de plus en plus quand j'étais bloqué avec les enfants.  Elle m'avais convaincue que le problème venait de moi , que c'étais moi qui la détruisais….. que je l'empêchais de vivre alors que c'est tout le contraire qui se passait, mais elle y étais parvenue, je suis détruis totalement. Allais je ne résiste pas, ma maman est décédée l'an passé au mois de juillet, le jour des funérailles, nous avons du aller aux francos, sois disant pour "me changer les idées" …. le lendemain c'est sa famille qui viens des états unis qui débarquait, et il fallais faire la fête et montrer qu'on étais heureux, évidement pour moi ce fut difficile, mais j'ai participé a tout, sans que personnes ne se tracasse de moi, sans un minimum d'empathie pour moi,… Pire je sais qu'elle a dis à sa soeur qu'elle était désolée de mon comportement, qu'elle ne comprenait pas car c'était elle qui avait tout géré, qu'elle avait été soutenante et que de toutes façons les relations avec ma mere était tres mauvaise et que je devais ans doute etre soulagé de son départ ! Même ça elle me l'a volé, je n'ai pas su faire le deuil de ma maman… quelle honte! Après moult peripéties, j'ai finalement accepté que nous ne vivions pas ensemble, qu'elle sorte autant qu'elle le voulait, j'ai accepté toutes ses critiques, tout ses dénis, … mais je me suis rebellé, et je me suis racheté une maison…. un crime! je quittais le village et son emprise, je passe sur les travaux ou a l'écouter elle a tout fait, mais en réalité c est grâce a des connaissances et surtout a ma fille de 16 ans qu'on y et arrivé…. Mais elle a crié sur tous les toits qu'elle m'avait prêter de l'argent pour le notaire, ce qui était vrai, mais c'étais pour mieux me tenir…. Comme j'acceptais tous ces "délires", elle n'avait plus que ce moyen de pression, me rappelant sans cesse que si j'avais ma maison c'étais grâce a son argent… Je l'ai remboursée il y a un mois, elle m' a quitté une semaine plus tard, elle n'avait plus d'emprises sur moi, pour rien, sauf que je l'aimais malgré tout et que, je dois bien l'avouer je l'aime toujours. Alors elle a fait un dernier tour d'honneur, comme il n'était plus question de vie commune, elle a entrepris des travaux chez elle, pour elle, mais toujours avec le besoin que je sois là, que je démolisse ma voiture a aller chercher des carrelages, que je l'aide… c'étais normal après tout ce qu'elle avait fait pour moi! Elle m'avais acceuilli avec mes enfants durant 5 mois chez elle et comme nous avions tout cassé, il était normal qu elle fasse des travaux et que je participe activement,(j'espère ne pas devenir trop confus …. ). Elle m'a donc quitté le 6 juin, et, le 10, donc 4 jours plus tard, elle entamait une nouvelle relation avec un ouvrier qui travaille chez elle, et le 12 juin il emménagait chez elle … Là, j'ai cru mourir car je ne comprenais pas. Heureusement d'ancien(nes) ami(e)s  m'ont réouvert leurs portes, et m'ont surtout ouvert les yeux.  Ma fille de 16 ans m'as dis quel soulagement c'étais pour la fratrie que ce soit fini, car visiblement elle exercait sur eux aussi une forme de pression, du style " ne dites rien ou Papa va se facher"…. elle les harcelait pour du rangement alors que c'est une bordélique chronique…. et elle manipulait la plus jeune en l'enmenant avec elle parfois, et comme cette gamine n'a jamais vraiment eu de mère, elle c'étais fortement identifiée à elle. Je pense que je vais devoir faire un travail avec elle ….  J'étais persuadé d'être quelqu'un de mauvais, de négatif, elle avait réussi a me culpabiliser de tout, je ne faisais plus rien, j'étais vide, je me rend compte aujourd'hui, que je c'est moi la victime, et non elle,  comme elle a tenté de me le faire croire durant toutes ces années, Malgré tout , je sais que la route va être longue et si vous avez des solutions "miracle" je suis preneur. Merci à ce forum, le 30 juin à 01h06, je viens d'aller encore plus loin dans ma réflexion, et de comprendre que rien n'est de ma faute, mis à part ma naïveté et mon incrédulité. Oh oui tu es belle, charmante, toujours brillante, mais tu es une personne nuisible  qui ne mérite pas mon soutien … Merci de m'avoir lu 

    Répondre
    1. Stéphane

      Bonjour, Jean-Louis.

      Je comprend ton histoire et ton désaroi. Je viens moi même de quitter une femme MPN avec qui j'ai vécu 9 ans. J'ai coupé tout contact avec : tel, sms , facebook, mails….

      Je suis sous anxiolytique car je ne trouve pas le sommeil, je tourne et retourne le problème dans ma tête.

      Il faut analyser la situation et en tirer les conclusions qui en découlent:

      Je suis fort
      Elle est folle
      Je veux vivre
      Ne plus lui accorder la moindre confiance.
      Tout est faux et le sera toujours.
      Elle n'aime personne.
      Elle est rusée
      Elle n'est pas intelligente
      je n'ai pas besoin d'elle, et  je vais inverser les rôles. C'est elle qui va se trouver en manque car je vais dire NON à ses demandes.
      En résumé, il est temps de dire:STOP! ÇA SUFFIT! .
      Le chemin est long d'après tous ceux qui sont passé par là, mais il faut s'accrocher pour toi et tes enfants.

      Voilà mon témoignage posté déja sur un autre forum

       | le 29 juillet 2014 à 09:34

      Bonjour. Bon après une nuit difficile, je me lance. Il y a 9 ans j'étais marié ma femme venait d accoucher de notre 2 eme enfants et j'ai fait la connaissance de ma pn dans une formation professionnelle informatique en Charente-Maritime ou je résidais depuis peu. Très rapidement c'est le coup de foudre. L'être idéale. Elle me dit que son père a un cancer, sa mère est morte ,grâce à l' Heritage elle achète une maison dans la région, elle pleure beaucoup, je la rassure je la protège. Une phrase me questionne: " toi tu ne sais pas mentir, je vais t'apprendre à mentir", elle élude rapidement le sujet. N ayant jamais trompé ma femme je décide de divorcer. Le soir de mon divorce ma pn m' apprend qu'elle est mariée avec qq'un dans sa région d origine, le centre, mais qu elle n' arrive pas à divorcer car son ex fait du chantage au suicide. Nous prenons une chambre dans le centre de formation ou nous sommes. Les semaines sont hydilique mais elle m entraîne a beaucoup boite et fumer. Les weekends elle part chez son père cancéreux dans le centre. La maison qu elle a est habité par un colocataire, interdiction d y aller. Fin de la formation je décroche un boulot, nous louons une maison. Les weekend pareil elle part. Elle a 2 chiens dont une très perturbée. Je présente mes enfants. Cela ce passe bien. 
      Au bout d un an nous emmenagons dans sa maison. Qqjour plus tard un homme se présente comme le père de son mari, il est inquiet et me met en garde, ma pn intervient et m evince.
       2 ans après je rencontre ses parents, je n ose pas parler de son cancer a son père mais discute avec sa femme et réalise qu elle est bien sa mère biologique. Je suis stupéfait que sa mère ne réagisse pas violament au fait que sa fille m' est dit qu'elle n était pas sa mère. Explication pn elle a eu des moment difficile avec ses parents, la drogue…Pleures.
       Ses parents possèdent un mobil home dans le sud ouest, nous y allons tous les été avec les enfants. Mes moyens financiers ne me permettent pas de louer un appartement ou de louer une location pour l' été. Mes enfants sont tout pour moi elle le sait. Là ils ont une maison avec une chambre chacun et un mois de vacances chaque été dans un super camping. Je suis dépendant financièrement.
       Le temps passe toujours un doute diffuse en moi. La sexualité est chez elle un moyen de pression. Je la presse sur son divorce elle me dit quelle s en occupe puis que c fait. Je demande a voir le jugement, il est chez ses parents. 2 ans après je tombe sur son tel portable sms de son mari qui la remercie du week-end qu ils ont passé. Explications, il ne ses rien passé entre eux ils se sont vu, elle est victime de son chantage au suicide.
       Nous décidons d' acheter une maison, octobre dernier. Nous en trouvons une. Une semaine avant signature du compromis je passe a la banque. Sur le retour pris d'un doute jappel sa mère pour savoir si elle a bien le jugement du divorce de sa fille nécessaire pour monter le dossier. Elle me dit que sa fille s en est occupée mais qu elle n' a aucun papier. Je me calme. Je rentre. J appelle ma pn et mes enfants conseil de famille. Je lui dis qu'elle a 5 mn pour produire son jugement de divorce. Elle répond qu il chez ses parents, je la démasque. Pas de pleurs. Je quitte la maison et vais m installer chez mes parents 2 mois. Elle me fait craquer a nouveau je reviens. Par contre j arrête de boire. Du coup bcp d incohérences apparaissent. Elle vérouille son ordinateur portable, recois bcp sms.elle donne toujours des réponses bizzares.
       Elle sort un soir avec des collègues. Ma décision est prise, je récupère son historique Skype (et oui je suis dans l informatique).et la c'est la stupéfaction. Elle est avec un collègue de boulot depuis au moins la rupture précédente. Et elle lui raconte les mêmes mensonges qu a mois, père cancer, mère morte. Le mec vis chez sa mère il voudrait acheter une maison. Le piège est refermé sur lui. Je réalise qu elle est folle je préviens ses parents qui ne réagissent pas plus que ca. J envoi un mail a son nouveau mec pour le mettre en garde. Il me répond et je lis déjà dans son mail la patte de ma pn. Je quitte la maison et retourne chez mes parents. C'était il y 3 semaines. Je progresse mais c'est encore dur. Merci de me lire cela fait du bien de témoigner. S.

      ~~Suite. Bien sur son père n a jamais eu de cancer. S

      Bon courage.

      Répondre
  101. olivier(Genève)

    il y a aussi des hommes victimes de PN femmes, mais il est beaucoup plus difficile pour nous de l’avouer, alors attention à ne pas définir le PN seulement au masculin.. c’est une pathologie asexuée….

    Répondre
  102. passion91

    Merci christelle de ce petit message

    J’espère pouvoir tenir le coup je ne suis pas confiante vis a vis de ma sante vais je rebondir ou bien de nouveau sombrer ???? j’essaie de garder le cap ! ne sais pas ou je vais ! et la solitude me hante car proche de moi d’ici quelques semaines je serai seule face a ce passé avec ce PNM qui m’aura bouffe 2 ans de ma vie ! a plus de 50 ans je me trouve très stupide d’avoir espérer enfin cesser de galérer sentimentalement ! non seulement on est pénalisé par cette traversée du désert sentimental mais en plus on tombe sur un désaxé !!!!  comment être confiante pour la suite ? je me pose beacoup de questions sur mon fonctionnement , je ne sais pas si je sais bien choisir quelqu’un qui me convienne ????

    J’essaie mais ne sais pas si je vais réussir ???

    A plus tard

    Bon courage a toi christelle 

    Répondre
    1. Christelle

      Bonjour passion91,

      Je suis comme toi,déboussolée. Tout comme toi,mon PN m'a bouffé 2 ans de ma vie.J'étais seule,un boulot pas stable,et je tombe sur cet homme que je croyais gentil. Je sortais enfin de la solitude.J'espèrais vraiment quelque chose avec lui. Il ne faut pas que tu ais honte,moi aussi je suis passée par là. Tu as cru à ses belles paroles mais tout sonnait faux.

      J'ai perdu toute confiance. En moi,dans les hommes…..Il est difficile de refaire surface. Tiens bon surtout.

      Courage.

      Répondre
      1. passion91

        Merci christelle merci alice

        Quel dommage de rester anonymes derrière cet écran ! j’aurai eu tellement envie de sympathiser davantage !

        Hier soir encore une grande discussion avec des larmes de crocodiles et regrets d’avoir signe le bail !!! de sa part !    il est dans la mouise car sa proie va s’éloigner ! il est tout gentil et m’offre beaucoup de cadeau ! Mettre son emprise sur moi et faire ce qu’il a envie une fois chez lui en cachette !!!!! je le vois gros comme une maison ! il s’est acheté un ordinateur et ça va y aller les contacts sur Meetic etc etc et a son ex !!!!! et moi grosse idiote qu’il croit je vais attendre patiemment chez moi ????? c’est la porte ouverte a tous avec ces gens là déjà qu’en vivant ensemble il me trahissait avec son ex entre appels tel, la voir surement, l’emmener une semaine au ski a ma place !!!!!! il croit que tout va se renforcer une fois chacun chez nous !!!! mais je fais comme lui je lui envoie de la poudre aux yeux !!! oui hier soir c’était soirée regrets et j’étais encore plus la femme de sa vie que les autres jours !  la fin est proche il le sent ! il met en place un certains nombre de calculs et comportements pour me leurrer !!!! 

        Le poisson vicelard !!! comme il voulait se dessiner !!! je le trouve encore plus vicelard !

        Il voulait aussi qu’on garde le compte bancaire ouvert pour la location de la maison avec les charges pour y déposer chacun nos économies et voir plus tard a acheter une maison comme c’était prévu avant que je découvre sa maladie !   faut que je fasse encore des pirouettes pour ne pas retomber dans une dépendance avec  lui !!!!!

        Beaucoup d’énergie a réfléchir a quoi lui répondre, a quoi faire et surtout a faire la comédie pour lui donner le change en attendant séparation définitive dans les meilleurs conditions !

        J’écris tout ces détails mais ça peux permettre a d’autres victimes qu’ils sont capables de tout tellement ils sont faux menteurs et stratèges !!!!! pour arriver a leurs fins !

        Répondre
  103. passion91

    Bonjour alice

    Merci pour ce petit coucou

    Ce matin j’ai fait l’état des lieux de mon appartement ; cela m’a fait bizarre de savoir que dans peu de jours je vais enfin séparer de lui …. même si je sais qu’il va me poursuivre !

    Ce midi nous avons eu encore une discussion il me disait être intègre droit qu’il savait ce qu’il voulait que  c’était évident que je sois la femme de sa vie … il est sans cesse en autocontrôle car hier et ce matin au réveil des petites phrases assassines … y avait longtemps !!!!!!! je lui ai fait remarque qu’il était grincheux comme avant … d’ou notre séparation !!! alors là il a immédiatement change et hypocritement …. en boucle je suis la femme de sa vie … il continue toujours de tel a son ex ….son iris est toujours aussi hypocrite ne me regarde pas dans les yeux !!!! quel mauvais ! un vrai menteur ça se lit sur son visage ….

    Très révélateur son dessin de poisson vicelard !!!! tout son portrait !!!!!!!!!!!! j’en rigole encore !

    Le moral est pas top mais mieux qu’avant !!!! le fait de me retrouver seule dans mon appart ne va pas être extraordinaire mais on fer avec !!!!!

    Merci alice

    Et toi comment vas tu ? santé moral …. merci pour ces petits coucous je me sens bien seule plus d’amis enfants très absents et ma famille avec ses soucis donc je galère seule avec l’espoir d’y arriver !!!!!!

    Bisous et te souhaite bon week-end !

    Répondre
  104. Alice

    Bonjour,

    Ah le fameux " t'es folle, je vais te faire interner, tu te retrouveras en HP", qu'est-ce que j'ai pu l'entendre aussi !!! Ils sont les champions de la projection, nous accusant d'être ce qu'ils sont eux-même, ça les rassurerait tellement de nous refiler leur patate chaude !!!

    Le piège est tellement gros qu'il ne faut pas tomber dedans. Ce sont ces phrases là qui, associées avec leurs actes déments, nous font prendre conscience que les tarés à enfermer, ce sont eux, surtout pas nous !!!

    Courage les filles, la lutte continue !!!

    Répondre
    1. Christelle

      Bonjour Alice,

      je suis tout à fait d'accord avec toi. Ce sont eux les malades, pas nous. Mais à force de me le répéter,j'ai cru que j'étais folle,que c'était moi qui avais un problème. Je suis tombée dans le panneau mais avec du recul je me suis rendu compte que le malade c'était lui.

      Ils vous "vampirise",vous êtes sous l'emprise de ces tarés et il est difficile de sortir de leurs griffes.

      courage

      Répondre
      1. Alice

        Bonjour Christelle,

        Oui, ils arriveraient à nous rendre dingue à force de nous déstabiliser par ce type de phrases, d'ailleurs, c'est leur but ! Ce serait tellement commode pour eux !! A moi, le PN l'avait dit " je te ferai passer pour folle, tu vas tout perdre". A cela, il ajoutait une bonne dose de violence, au point que je le croyais surpuissant, j'ai éprouvé une telle peur que j'ai fait changer deux fois mes serrures. J'en venais même à me persuader qu'il rentrait chez moi en mon absence alors que tout indiquait qu'il ne pouvait matériellement pas le faire !!
        Le truc, c'est que j'avais à l'époque un chat de quelques mois qui faisait des sottises genre enlever avec sa patte toutes les cigarettes du cendrier sans le renverser, ou actionner les plaques à induction en marchant dessus…Ce n'est que quand je l'ai vu faire un jour que j'ai réalisé que le PN ne pouvait effectivement plus rentrer chez moi et que pourtant, il m'inspirait une telle peur que j'étais en train de sombrer dans un état complétement parano !!! Je suis tombée très bas dans la dépression, avec aussi, le sentiment que j'étais en train de devenir complètement folle ! C'est tellement horrible comme situation !! C'est la peur qu'ils inspirent qui, à mon sens, est à l'origine de tout cela. C'est cette peur qu'il faut parvenir à briser.   

        Répondre
        1. passion91

          Depuis que j'ai fait l'état des lieux il m'a proposé de garder une clef de chez moi et reciproquement au cas  ou !!!! oui oui lui ai je dis !!!! (mais il peux courir )    hier soir il m'a encore joue du pipeau ! quel calculateur ! jusqu'a avoir des larmes !!! il regrette d'avoir signe le bail, qu il n aavait jamais ete aussi heureux! qu'enfin il avait trouve la femme de sa vie ! il n'arrete pas de m'offrir des cado ! etc ! aux petits soins pour moi ! il calcule meme les appels a son ex ! il doit lui dire je te sonne et raccroche ca veux dire aooelle loi derriere comme cela je ne verrais pas le temps passer sur les factures free ! je pense qu'il met tout en oeuvre pour eviter que je decouvre encore quelquechose vu qu'on part d'ici un mois et que sa proie s'eloigne !!!!!! je commence a le hair !!!!!

          Répondre
  105. christelle

    Bonjour passion91,

    Pour répondre à ta question,comment vivre l'après? Et bien,c'est très difficile. Les paroles de ce sale type me reviennent sans arrêt en mémoire,elles sont là tel un poison qui s'insinue en toi. J'en pleure à chaque fois que j'y repense. C'est très difficile de s'en remettre. Il y a des hauts et des bas. Parfois je n'y repense pas du tout et parfois tout me revient en pleine face. Il suffit d'un geste,d'une parole,que quelqu'un me reparle de lui. J'ai été voir un psy mais rien n'y fait.

    En te lisant,j'ai quelque points communs avec toi. J'étais dépendante de lui,en manque de lui,mais j'étais amoureuse de lui ce qui n'était pas le cas pour lui,tout ce qu'il voulait,c'était s'amuser avec moi parce qu'il m'a menti sur toute la ligne:il avait une compagne. Je n'étais donc qu'un bouche trou et un plan cul pour lui.

    Je sortais également d'une dépression. Sentant mon mal-être,il s'est immissé dans la brêche,il avait trouvé mon point faible pour m'en faire baver,m'humilier et me rabaisser. Mais je m'accrochais à lui comme une idiote. Dans l'intimité,si je ne faisais pas ce qu'il me demandait j'avais peur qu'il me laisse tomber. Il parlait rarement de sa vie privée,c'est certain,il ne fallait pas que je découvre qu'il avait une autre femme,que je le démasque. Mais j'ai fini par le découvrir et je me suis vengée de lui.

    Quand on vous dit"il te manque une case,vas à l'H.P,"oui,tu crois que tu es folle. Mais c'était les mots de trop,j'ai pris conscience par ces paroles et par d'autres de ses actes qu'il allait trop loin,on a eu une fort dispute au téléphone,et depuis je ne suis plus sous son emprise. La chance pour moi dans mon malheur c'est que je ne vivais pas avec lui (c'est sûr,je n'étais que son jouet).

    Il m'a anéantie,à présent je me sous-éstime,cet homme me dégoûte.

    Je suis sortie de ses griffes (que j'aurai dû faire dès que j'ai découvert la vérité sur sa compagne) mais c'est très dur pour moi de me relever à présent.

    Bon courage

    Répondre
  106. passion91

    Bonjour alice et les autres

    Merci pour tes encouragements 

    Hier soir il s’est confie sur son enfance j’avais l’impression d’avoir en face de moi une autre personne …(et je l’ai fait parlé même si on en avait déjà discute bien sur) il s’est dévoilé un peu plus… je lui ai demandé comment il analysait son enfance et comment était ses parents ?

    Sa mère très absente il ne se souvient de pas grand chose quant a son père il était toujours present pour le rabaisser le critiquer lui dire qu’il ne serait rien dans l avenir ,a aussi beaucoup critique devant d’autres personnes de la famille  et cela la beaucoup choqué !

    ça m’a troublé car les prof qui expliquent comment "naissent "un PNM donnent exactement une de ses situations familiales comme origine d’un PNM !

    Il m’a dit s’être formé et formate tout seul !  tres timide et mal dans sa peau plus jeune et complexé car manquant d’éducation …se sentant insignifiant vis a vis des autres (référence a la coquille vide du PNM !) étrange non ????

    Je lui ai demandé ce qu’il dessinerait si il avait une feuille et un crayon : il a dessiné un coeur bien fait  avec de beaux contours symbolisant la vie et l’amour selon lui car il aime la vie !

    Je lui ai demandé ce qu’il dessinerait si il devait se représenter sauf un être humain ? il n’a pas réfléchi très longtemps et m’a dit vouloir dessiner un poisson vicelard !

    Cela m’a fait rire !!! pourquoi vicelard lui ai je demandé ? il faut toujours être le plus fort m’a t il répondu !

    Je lui ai demandé qu’au vu de son enfance pas terrible aurait il eu un jour l’idée d’y réfléchir ,de travailler sur d’éventuels traumatismes sur  son enfance ? il m’a dit que bien sur il était conscient de ses failles mais qu’il était différent jour après jour ! qu’il grandissait !

    L’échange a vite tourne court il a commencé a faire autre chose !!!!!!!

    Il n’arrête pas de me flatter a longueur de journée, je suis la meilleure ,il m’aime, m’adore, je suis la femme de sa vie (dans l’après midi il a envoye un sms a son ex !!! lol !!!! il ne l’oublie pas non plus celle la )etc etc …; mais tout tourne autour de lui ,le je et le moi omniprésents !

    Je me rends compte que je suis en manque d’exister dans cette relation ! je suis là a l’écouter de ses faits et gestes,ses ressentis, ce qui l’anime lui !!!! moi je suis une potiche !!! c’est assez troublant de s’apercevoir que la relation avec sa proie est très bien définie par les infos des profs  : la proie est chosifiée ! c’est tout a fait cela !    je m’efforçais hier soir de lui couper la parole et de parler de moi comme il le fait et lui imperturbable ,aucune accroche ,aucune interpellation ,aucun retour, aucun questionnement ou échange c’est un véritable monologue a lui tout seul  !!!!

    Je pense que leur comportement a un vrai impact sur notre cerveau tel un conditionnement ! la

    proie est banalisée ! quand on ne se pause pas(avec du recul) comme je l’ai fait hier  on est là a l’écouter et on s’oublie ! puis vient la flatterie … tel un lavage de cerveau ! 

    Hier entre deux explications liées a son enfance difficile il m’a glissé une phrase assassine :' je te l’ai déjà dit tu vois tu n’écoutes pas ce que je te dit" alors qu’il y avait des émotions palpables à l expose de son enfance difficile! ca m’a scotche !  et voilà le lavage de cerveau est fait ils nous laminent a dose homéopathique discrètement subtilement mais surement !

    Puis immédiatement il détourne la conversation pour passer a autre chose ,puis la flatterie vient ensuite et c’est une répétition en boucle …. on est là aspire dans un flot de belles paroles puis paroles assassines !!!! et le boulot de sape fait son travail !

    Pourquoi autant de proies restent des années avec leur bourreau ? c’est bien qu’un nettoyage tel un gourou se met en place …hapees par les beaux discours, les flatteries qui retiennent ! illusion ?

    C’est une démolition sournoise de nous mêmes que le PNM entreprend …

    J’ai également constaté que quand je pense a lui quelque soit l’endroit et ce que je fais et  bien je reçois au même moment un message, un appel …un petit coucou de lui ???????, n’avez vous pas fait ce même constat ?? ils nous pressent, nous devinent !!!  c’est assez incroyable ! j’ai réalisé cela hier soir également tout en discutant avec lui de son enfance ! lisent ils dans nos pensées ? 

    Je ne suis pas là pour m’apitoyer sur son sort ni même essayer de l’aider !!! surtout ne croyez pas cela !

    Je trouve que malgré tout c’est une personnalité curieuse, interpelante et cela me permet de comprendre pourquoi je suis tombée dans le panneau ! qu’est ce qui m’a donne envie de rester avec lui !? de me mettre en ménage aussi vite ? d’être en manque de lui a longueur de journée ? de comprendre l’impact qu’il a eu dans ma vie ?  d’être aussi dépendante de lui ? et de malgré tout m’être rendue compte très vite (6 mois après notre emménagement et  arrivee de son côté 'monstre") qu’est ce qui fait que très vite j’ai découvert son trouble de la personnalité et mis en place un plan d action pour le quitter vite ?  pourtant sortant depuis peu avant de le connaitre d’une dépression !  je ne me sentais pas encore guérie ni stabilisée avant de le rencontrer mais je pense être sortie de ses griffes (enfin bientôt j’espère!) j’ai le sentiment qu’il m a fait grandir et booster dans ma guérison !  

    Question aux ex proies : j’ai lu que certaines d’entre vous sont marquées voire traumatisées ou pire mais les autres ??? comment vivez vous l'APRES ,,,,,,? conclusions des thérapeutes ?

    Ce serait intéressant d’avoir nos témoignages pour celles et ceux qui viennent sur ce site ? non 

    Bon courage bisous

    Répondre
    1. Alice

      Coucou Passion,

      Le couplet de l'enfance difficile, je l'ai maintes fois entendu aussi : ils sont les plus à plaindre, les plus malheureux etc etc etc et blablablaaaaa ….Et nous qui ne savons ni les écouter, ni les comprendre, bien sûr !!! Ce qui justifie évidemment de nous rejeter tous les torts, de passer leurs nerfs sur nous, de nous faire souffrir encore comme si nous devions payer leurs carences affectives, comme si, même, nous en étions responsables !!! Ben voyooonnnnsss !!! Ils sont tellement prévisibles…Chacun porte sa croix dans ce monde, certains ont été maltraités toute leur enfance, ce n'est pas pour autant qu'ils détruisent les autres…au contraire, et heureusement !!!
      Que de prétextes ne trouvent-ils pas pour appitoyer les jouets que nous sommes à leurs yeux et pour justifier leurs dérives !!! Ils sont inexcusables, pathétiques, sans la moindre empathie, et il faudrait encore essuyer leurs larmes de crocodiles…
      Bsx Passion, et garde le cap.
       

      Répondre
  107. lili

    Je suis en phase de découverte de cette pathologie, je vis depuis 2 ans avec un inidividu Pervers Narcissique (il répond à 27 critères sur 30). Je suis soulagée de constater que toute cette énergie dépensée, cette culpabilité qui me ronge ne vient pas d'un problème que j'ai créé. Je dois m'en dépétrer je le sais, mais j'y reviens toujours. C'est dur…

    Répondre
    1. christelle

      Bonjour lili,

      Non,tu n'a rien crée. J'ai longtemps cru que dans la relation avec cet homme tout était de ma faute. Il me disait qu'il me manquait une case et que je devrai aller à l' H.P. J'ai vécu l'enfer à cause de lui.

      Le plus dur c'est de ne plus y penser mais tout comme toi,j'y reviens toujours. J'en pleure même.

      Il m'a détruite psychologiquement.

      Répondre
      1. Lili

        Bon sang mais c'est ça "va te faire soigner ma grande, tu es complètement folle" ! même avec une preuve sous les yeux de leur mauvaise foi c'est nous qui sommes folles et avons tors, je n'en peux plus. IL est muté à l'autre bout du pays et fait ses valises sans rien me dire, il me méprise puisque je suis responsable selon lui de tout. Quand je veux lui parler j'ai droit à un "j'ai tout fait pour toi, je ne veux pas parler, tu peux disposer" … soyons fortes

        Répondre
  108. Christelle

    Bonjour,

    J'ai moi aussi vécu une expérience avec un pervers narcissique et cela pendant deux ans. Pendant toute cette période,il me harcelait moralement,me rabaissait sans arrêt,se moquait de moi (sur ma coiffure,sur ma façon de m'habiller…),il a été odieux avec moi. C'est un homme égoïste,manipulateur. Un jour,il m'a dit "il te manque une case,vas à l'H.P". Je n'arrête pas de pleurer quand je repense à ses paroles méchantes. J'ai pensé à me suicider tellement il était odieux avec moi.J'ai découvert qu'il vivait en union libre en juin 2013.Pendant tout le temps de notre aventure,il m'a menti. Pour me venger,j'ai écrit à cette femme,lui éxpliquant que j'avais une liaison avec lui. Ils se sont séparés,et retirés la garde de ses enfants. En fait,je n'ai été qu'un plan cul pour lui,il me dégoûte. Je le déteste.

    Répondre
  109. Christelle

    Bonjour,

    Moi aussi,j'ai connu la situation avec un pervers narcissique pendant presque deux ans.Il me rabaissait,me harcelait moralement,j'ai même voulu me suicider. Il me trouvait tous les défauts du monde,je n'en pouvais plus. Un jour,il m'a même dit" il te manque une case,tu devrais aller à l'H.P". Le pire,c'est qu'il m'a menti. J'ai découvert qu'Il vivait en union libre avec une autre femme.Elle a découvert elle aussi notre liaison. Ils se sont séparés et elle lui a retiré la garde de ses enfants.Il m'a anéanti,je pleure sans arrêt en pensant à ses mots si tranchants.  Je ne veux plus qu'un homme m'approche. En fait,je n'ai été qu'un plan cul pour lui.

    Répondre
  110. Alice

    Coucou Passion !

    Un petit mot pour te dire "Courage, la fin est proche !" ; garde en tête ton objectif : te retrouver SEULE dans ton nouveau logement dans très peu de temps !!! Monsieur fait le difficile ? Ben et alors : qu'il se retrouve SDF si ça lui chante ! Ce n'est PLUS ton problème ! e ne t'inquiète pas pour ce parasite, il aura tôt fait de se trouver une nouvelle victime à exploiter, qu'il saura mettre aux petits sons pour lui…

    Personnellement, je pense qu'il faut être sans pitié avec eux. Ils ne méritent que notre mépris, notre indifférence, notre froideur. Moi, je crois qu'à ta place, je me contenterais de lui dire très sèchement, une fois dans mon nouveau logement, que j'ai fait le tour d'une telle histoire qui ne m'a apporté que souffrance, mal être et humiliation, que je ne l'aime plus et que j'ai autre chose à faire de ma vie que la passer avec un sale c…. de son espèce. Qu'il aille "chercher bonheur"sur Meetic, lol :-) au moins, il te fouttra la paix, déjà en quête d'un nouveau jouet à esquinter. Et au moindre faux pas : dépôt de plainte, non mais.

    Non, Passion , ne t'inquiète pas, le fait de lire ces témoignages ne me replonge pas dans l'horreur des mois passés avec le PN : ça me pousse à aller de l'avant, à me dire que non, je ne suis pas la seule à m'être fait piéger ; ça me rappelle que je dois me respecter suffisamment pour ne plus jamais retomber dans les griffes de ce genre d'individu, et ne plus jamais accepter une situation de non droit, de non respect, de la part de qui que ce soit. ça me donne juste envie d'aider les autres, parce que personne ne devrait jamais vivre ça dans sa vie. 

    Des fois, je me dis que si ce malade revenait, je serais capable de le tuer. J'ai une telle haine envers lui, un tel dégoût. Des fois aussi, je pense aux pauvres filles qui vont croiser sa route et ça me fait froid dans le dos. Alors, je pense aux plaintes déposées contre lui, qui viendront peut-être un jour accréditer d'autres plaintes d'autres de ses victimes…et je respire !

    Bsx, à bientôt !   

     

    Répondre
  111. passion91

    Et bien pour continuer dans les horreurs je viens juste de découvrir que depuis 1 mois ou plus il se connecte a Meetic et essai de joindre des personnes !!!!! alors  qu il me répète a longueur de journée qu’il m’aime que je suis la femme de sa vie qu’il me respecte etc etc ….. quel affreux personnage ! pour être poli car j aurai envie de le qualifier de gros enc… !!!! excusez moi mais là c’est encore pire que machiavélique ! 

    Sym tu n es pas folle j’ai vécu les mêmes situations ! un vrai prince charmant et depuis notre emménagement le soir même voila presque 1 an j’ai un monstre a la place !

    je vois dans ses yeux qu il a du mal a tenir mon regard et son regard est hypocrite et il ferme les yeux !  c’est quelque chose que je n’avais pas remarque jusqu'à présent ! 

    Un regard presque malfaisant, pervers qui me donne la chaire de poule ! 

    Je voyais bien pour aller fouiner dans ses affaires et email qu’il avait beaucoup de messages de Meetic mais je pensais que c’était de la pub et il ne les ouvrait pas ! et puis ce jour ils étaient ouverts sans avoir été supprimes de la poubelle c es ainsi que j ai découvert le pot aux roses et son compte était ouvert j ai pu y accéder !   

    j’ai vraiment hâte d’être dans une semaine locataire de mon futur logement !!! mais cet ignoble individu fait le difficile dans le choix du sien et je me demande si il ne fait pas express pour pouvoir se retrouver dans le mien !!!! je ne sais pas quelle histoire je vais encore inventer pour qu il active sa recherche ! cela m’angoisse beaucoup !   et loin du mien je ne veux pas le croiser ! 

    j’ai mal partout dans mon corps et des douleurs toutes inconnues jusqu'à present 

    alice …. comment vas tu ? je ne pensais pas qu’il irait sur Meetic en plus de son ex !!! plus moi ! je le voyais bien depuis un moment a mater les filles plus qu’avant ! j’en était d’ailleurs presque certaine qu’il me concoctait d’autres misères !! et bien c’est fait !  je n en peux plus les derniers jours sont difficiles et j’ai encore plus d’un mois malgré tout a vivre encore avec lui au quotidien !

    Marre de faire la comédie de me réjouir de le manipuler et fouiner pour avoir des preuves ! je ne sais toujours pas comment lui dire au revoir ????

    car j’en ai quand même peur ! comment lui tirer ma révérence sans trop de heurts ??????

    alice j’attends de tes nouvelles en espérant que tu vas bien ! 

    Le fait de lire tous ces témoignages il ne faudrait pas que cela te préoccupe et te replonge dans l’horreur avec ton ex ????

    Répondre
  112. Sym

    Bonjour à tous! Je laisse ce commentaire les larmes au yeux et le coeur broyé! Je pensais avoir trouvé l'homme idéal. Il était si doux, il me faisait des cadeaux et plein de belles surprise.Mais Je ne savais pas que la situation pouvait etre aussi grave. Je suis boulversé, c'est comme si on m'enlevait le voile que je portais. J'ai fais le test et j'ai retrouvé plus de 20 points chez celui qui allait etre en ce moment meme déja mon futur mari. J'ai fréquenté cet homme pendant 6 ans et on devait se marier depuis Avril. Mais mon coeur a laché! Je vivais dans la crainte et j'avançais par contrainte. Je n'étais plus heureuse à coté de lui, je ne pouvais pas etre ''moi''. Je devais etre celle que lui voulais que je sois! Le simple fait de penser que je devais partager le restant de mes jours avec lui m'a tellement effrayé que je n'ai pas hésité à lancer un processus de rupture! Il m'a fait croire pendant 6 ans que je n'étais pas une bonne femme, que j'étais indigne et incapable, et que aucun autre homme ne tomberai amoureux de moi suite à mes nombreux défauts. Bien sur, en me rassurant que lui seul meme sincère malgré ces défauts! Manipulations! Lavage de cerveau! Quand ça n'allait pas, c'était toujours de ma faute. J'ai perdu confiance en moi, et j'ai vraiment cru que sans lui je n'étais rien! Le quitter pour moi était pour moi une façon d'afirmer ses critiques. Donc, en le quittant je paraitrai vraiment comme la pire des femmes. Il a réussi à faire porter toutes la culpabilités. En ce moment meme, je me tiraille avec ma famille qui l'apprécie beaucoup et me considère comme la méchante. J'ai pourtant tout di, (puisque par dessous tout il est violent), il m'humilie constament, mais ma famille ne veut rien entendre, me considérant presque comme un démon qui les déshonorent. Je me bats presque seul! Heureusement qu'il y a toujours des amis pour nous soutenir! Je tiens ferme ma décision meme si il essaie constament de me récupérer faisant intervenir amis et familles.Oui cet homme me détruit, il a réussi à avoir meme mes proches. Ma mère a meme dit: "Je ne crois pas qu'un homme aussi calme, doux et polie puisse te faire du mal, il t'aime énormément, ça se voit dans ses yeux… C'est à toi de revoir ton comportement". Imaginez le stress dans lequel je me trouve. J'ai quitté ou (je le quitte) cet homme, peu importe mais le fait est que pour moi c'est fini malgré la pression qu'ils essaient d'exercer sur moi, mais je reconnais qu'il m'a détruit psychologiquement. J'ai peur de me relancer dans une autre relation, j'ai peur des hommes. Je suis perdu, je manque d'assurance et de confiance en moi. J'ai besoin de force et de courage… Mais vraiment je suis heureuse de partager mon expérience avec des gens qui ont vécu la meme chose que moi. ça veut dire que je peux etre comprise et que je ne suis pas folle. Merci pour vos témoignage! 

    Répondre
    1. Christelle

      Tout comme toi,Sym,j'ai crue que j'étais folle. Mais en fait c'est ce salaud qui me rendait folle. Quand on te dit "il te manque une case,tu devrais aller à l'HP",oui tu crois que tu es folle mais le fou c'est ce malade.Il m'a humilié constamment en me rabaissant.

      Il m'a détruit psychologiquement,je n'ai plus confiance dans les hommes. J'ai perdu toute assurance en moi-même.

      Tout comme toi,pour n'importe quel motif,il me disait que c'était de ma faute

      Répondre
  113. Camélia

    Je n'ai jamais habité avec lui avant le mariage. Mais on se voyait tous les soirs, je le voyais même plus que ma propre famille. Avant le mariage, on sortait tout le temps, on dinait souvent dans de beaux restaurants, me faisait tout le temps des compliments sur mes tenues, les parties de mon corps, mes cheveux, mon vernis, sandales… mon pyjama, ça pouvait être tout et n'importe quoi. Il me faisait tout le temps des petites attentions, des petits cadeaux qui me faisaient croire que cet homme tenait à moi; me prenait la main en voiture; quand on se prenait la tête, il revenait avec un grand bouquet ou un cadeau pour s'excuser. J'étais comblée et il n'était jamais question de problème d'argent, c'est même moi qui lui disais qu'il fallait qu'on économise pour après le mariage. Il m'a promis un voyage de noces au Mexique. Je lui trouvais presque aucun défaut. A de très rares moments, il me paraissait triste et quand je lui demandais pourquoi il était comme ça, il me répondait vaguement, juste des problèmes familiaux mais ça va passer, alors je n'insistais pas trop; il montrait aussi des signes de jalousie envers un ami qui m'envoyait des messages, il m'a demandé de changer de numéro de téléphone, ce que j'ai fait. Et d'autres petites choses à droite et là, mais rien de méchant à mes yeux qui me fasse deviner ce qu'il allait être après le mariage. Surtout qu'avant lui, je suis sortie avec des cas de la nature humaine: des obsédés sexuels, un mec qui me parlait qu'avec des insultes, un addict au casino, qui avait pleins de dettes…, donc quand j'ai rencontré mon mari, je me suis dit: ah enfin je suis tombée sur un mec normal, et surtout avec pleins de qualités et qui me respecte, doux gentil, l'homme parfait existait enfin et j'y avais droit, le jackpot quoi! Mais après le mariage, c'était tout autre chose, mais il n'était pas violent, contrairement à ce que j'ai lu dans la pluaprt des témoignages, c'est ce qui m'a permis de douter qu'il était pervers narcissique, ou peut etre que j'arrive tout simplement pas à l'admettre..

    Répondre
  114. passion91

    Bonjour camelia

    Je retrouve beaucoup de similitudes dans ton cas ! mon quotidien était comme cela aussi avec du dénigrement, nous empêcher de faire des choses qui nous plaisent, nous culpabiliser, nous traiter comme un chien avec des phrases assassines etc etc ….uks font beaucoup de promesses avant ou pour en tirer un intérêt pour eux après c’est plus pareil ! 

    Comment était il avant le mariage et être sous même toit ?

    Bon courage a toi

    Répondre
  115. Camélia

    Bonjour, 

    Je suis actuellement en instance de divorce avec le mari avec qui j'ai vécu 1 an. Inutile de vous dire que je passe par une étape très difficile de ma vie vue que c'est lui qui demande le divorce et pour des raisons un peu floues ou qui tiennent pas la route. Je reste encore une fois dans l'incompréhension totale, à me culpabiliser et à me demander ce qu'il fallait que je fasse pour éviter tout ça, pour moi une décision aussi brutale de sa part ne pouvait pas venir sans cause réelle. La situation s'est déroulée ainsi: on s'était disputé comme d'hbaitude, il a décidé comme d'habitude de quitter le lit et de dormir dans la chambre d'amis, pendant 15 jours il ne dormait plus avec moi, quand mes oncles ont décidé de réagir en lui parlant, c'était déjà trop tard, il avait déjà pris sa décision et a volé mon contrat de mariage pour faire les procédures de divorce avec sa famille à mon insue, je me doutais de rien, sinon que son dénigrement à mon égard était de plus en plus intense, en bref il ne voulait plus voir ma tête; et du jour au lendemain, il a dit à mes oncles qu'il ne passera plus la nuit à la maison à partir de ce jour la…Je savais que c'était la fin. Mon père a appelé son père pour lui demander des explications ou des éclaircissement sur la décision de ce divorce, le père a concédé que c'est à son fils que revenait la décision et qu'il n'avait aucune influence sur son fils, sans oublier de citer à mon père tous mes défauts. Ses soeurs étaient de conivence avec lui. J'étais loin de cette image de belle-famille rêvée que tout le monde m'enviait un mois auparavant. Leur tableau se noircissait de jour en jour après la décision du divorce, ils disaient beaucoup de mal sur moi, ont essayé de voler mes affaires de l'appartement où je vivais avec mon mari, me surveillaient ma famille et moi quand on montait pour récupérer le reste de mes affaires de l'appartement, j'avais l'impression de vivre un cauchemar. Pourquoi cette belle-famille m'en voulait-elle autant? que leur ai-je fais de mal pour qu'ils n'essaient même pas de calmer le jeu entre moi et mon mari? Pourquoi n'ont-ils même pas écouté ce que j'avais à dire pour tirer des conclusions aussi hatives des évènements. IlS ont juste écouté leur fils et ils ont tiré un trait sur moi. Du jour au lendemain j'étais devenue leur bête noire mais surtout de leur fils, et pourquoi? tout ça à cause d'une dispute conjugale? Plus tard, au cours d'une malencontreuse rencontre avec son père et lui, on y voyait plus clair, le fils a remonté son père contre nous en lui mentant sur plusieurs choses: que je voulais pas avoir d'enfant, que j'étais pas déçue de sa situation financière, que je ne lui faisais rien à manger, que je le traitais comme un moins que rien….autant de bêtises qui ne sont pas vraies du tout. En bref, on a découvert par la suite que mon mari avait menti sur son métier et sur beaucoup de choses, et surtout qu'il attendait beaucoup de moi et ma famille financièrement, il voulait que je lui paye tout au fur et à mesure de la relation, on a jamais fait de voyage de noces, il me disait souvent qu'il était serré financièrement, ce qui m'a amené à lui proposer de lui payer son voyage de noces, il ne s'est pas fait prier. Mais dès que je lui ai dit que j'avais pas assez d'argent pour financer les deux voyages, son comportement a changé; d'un autre côté c'est une personne très refermée sur elle-même,il ne me racontait jamais ce qui se passait à son boulot; quand on se disputait il préférait fuir plutôt que de discuter et de trouver un terrain d'entente, en général il claquait la porte de la maison et me laissait seule; il ne me faisait jamais de compliments sinon pour mes fesses,; il me lançait souvent des phrases assassines qui me faisait douter de moi-même, j'ai pas confiance en moi donc ça n'a pas amélioré les choses, je me sentais pas bien dans ma peau, je me demandais souvent si cette personne m'aimait ou pas, il n'avait pas de geste câlin avec moi ni dehors ni à l'intérieur de la maison, je ressentais un manque d'amour énorme, je lui rerprochais et ça finissait en dispute, il me disait même pas bonjour en se levant le matin, un jour il m'a fait un geste brusque pour m'enlever quand je me suis penchée sur lui pour l'embrasser; en rentrant du boulot, pareil il m'embrassait pas, ne m'enlassait pas….Avant le mariage, j'étais une personne épamouie qui aimait faire du sport, lui n'aimait rien faire sinon s'affaler sur son canapé pour regarder la TV, il voulait que très rarement sortir avec moi juste pour marcher sur la plage ou faire quelque chose à deux, même les choses qui nécessitaient pas de dépenser de l'argent, ça ne lui disait rien, il voulait juste qu'on le laisse tranquil. Quand j'allais faire mon sport, il me faisait des remontrances, comme quoi c'était pas juste que je prenne du bon temps alors que lui était au boulot. J'ai du arrêter le sport pour qu'il me laisse en paix.Quand j'ai commencé à travailler, son père est lui ont voulu que je pose tout mon argent pour lui. La chose commençait à prendre des allures de matérialisme pure… J'étais loin de cet homme généreux que j'ai rencontré avant le mariage. de même pour les cadeaux ont commencé à se faire rares, si ce n'est pour de grandes occasions. Avec mon mari je sentais aussi beaucoup de manque d'empathie de sa part, je pouvais m'acharner au boulot , rentrer cuisiner et m'occuper de sa petite personne mais ce n'était jamais assez, il demandait toujours trop, il ne m'aidait en rien. Je sentais que j'étais avec un célibataire marié, mais aussi avec quelqu'un qui n'avait aucun sentiment de tendresse envers moi. On ne sortait pas, en un an on a voyagé deux fois , pour des voyages qui ont duré respectivement 24 et 48h, alors qu'il me promettait mondes et merveilles avant le mariage, et j'avais cru trouvé en lui l'homme parfait idéal pour mes futurs enfants, il avait à mes yeux tous les atouts d'un père idéal et aimant. Je suis tombée du haut de la falaise. Ma tante a repéré son cas pathologique de pervers narcissique quand je lui ai raconté ce que je vivais au quotidien avec lui. Nous nous disputions très souvent même trop souvent, littéralement 1jour sur deux depuis qu'on s'est marié. Beaucoup de choses à raconter sur son cas mais je doute encore qu'il soit un pervers narcissique… je ne sais pas je suis perdue.. Eclairez moi svp. merci. 

    Répondre
  116. passion91

    Salut guillaume

    Ne dites pas n’importe quoi ! informez vous plus amplement de ce trouble de la personnalité ! et respectez les victimes qui témoignent ici ! 

    je vous souhaite ne jamais rencontrer un PNM ni en intimité ni comme chef !!! bonne journée à vous

    Répondre
  117. Lo

    Elle fut mon dernier grand AMour … Libre aprés 5 mois (c'est peu en regard des témoignages précédent) mais le pli était là … Distribution de bons et de mauvais points ; petits et grands arrangements avec la vérité, fuite une fois le dos au mur ; brusques petites phrases assassines hors contexe  sous pretexte d'humour, aveux de son ambiguité car victime d'un homme de par le passé, rejet de toute remarque quant à ses incohérences (immédiatement dénoncé comme étant une manifestation d'agressivité) , une forme de chantage et menace lorsque conscient de ses gesticulations je finissais par m'éloigner afin de reprendre mon souffle, une reine pour précher le faux afin de savoir le vrai, soudaines attentions, incapacité totale à exprimer ses émotions ,  … Bref 10 points sur 15 … Une sorte de bébé PN en devenir qui m'adresse encore quelques reproches de çi de là aprés un mois de séparation… Depuis que j'ai conscience de son penchant j'avoue que la voir se débattre et tenter de m'aiguillonner me fait peu à peu passer de la compassion à l'indifférence  … Un déni permanent me croyant encore sous son influence (car bon Dieu que je l'ai aimé) … Il m'a fallu un mois pour comprendre que je ne pourrai la sauver c'est une forme de renaissance ; la vie est devant moi …. Courage à toutes et tous soyez forts car la vie est merveilleuse et ne doit pas être sacrifiée sur l'autel d'un Amour à sens unique et à vos propres dépends  …

    Répondre
  118. Guillaume

    Dans cette description d'un PN, il est expliqué entre 10 et 15 point de correspondance mais honnêtement si je réalise ce test sur l'enssemble de ma famille, de mes amis et même de ma propre personne je dépasse allègrement les 20 points, j'aimerai juste signaler que manipuler les autres est dans la nature humaine, et pour ceux qui ce sentent manipuler, oprésser c'est juste que vous avez un manque de confiance en vos capacités personnelles et sociale.

    Ps: je suis quelqu'un qui réunni 22 des 30 points celon les situation bien sur (comme décrit précédemment), et je ne manipule personne.

    Répondre
    1. Nath

      bonjour (spécialement pour) Guillaume,

       

      Désolée mais vous parlez SANS savoir ….entre la théorie et la pratique …..

      Je vivais l'enfer une soirée complète parce que je rentrais 5 minutes en retard (bouchons sur le ring…).   Il m'attendait, lui !!!!  il avait calculé le trajet ….

      Les petites "surprises" à la sortie du bureau …. en fait pour savoir si je parlais à quelqu'un et si c'était malheureusement le cas …. je ne vous parle de la soirée…

      Devant les gens, d'une gentillesse incroyable envers moi alors, que sur le chemin pour la réunion amicale, il m'avait mal traitée tout le trajet.   j'étais obligée d'être agréable et souriante devant les gens sinon, il me le reprochait en public ! Je DEVAIS me montrer amoureuse de lui, paraître … Et je ne vous parle pas de l'obligation d' "envie" sexuelle au retour !

      Quand ma fille (pas la sienne) rentrait de l'école, il l'enguirlandait déjà AVANT qu'elle n'ait mis un premier pied dans le garage (et oui, on ne pouvait rentrer que par le garage !).

      il était de mon devoir de penser comme lui. "tu aurais quand même pu penser que je…)

      des cadeaux, des fleurs, OUI …. mais pour ce type de personne, il s'agit uniquement d'un INVESTISSEMENT…  "tu vois , je t'offre …. et tu n'es même pas gentille avec moi"…

      quand on recevait sa famille (il n'y a qu'elle de toute façon qui venait, il avait fait le vide complet autour de moi), je devais range dans le tiroir le décapsuleur après chaque ouverture de bouteille, sous peine de CRISE "tu n'es qu'une bordélique, une sale femme….).   Alors que rie nque sa mère buvait 3 bières consécutivement…   Même chose pour les maniques quand je mettais un rôti au four ! je devais les ranger dans l'armoire et les ressortir toutes les dix minutes pour pouvoir arroser le rôti !!!!

      Je n'oublierai JAMAIS le 29 avril 2011, jour du mariage de Kate et William.  J'étais en congé ce jour-là et regardais le mariage du siècle (j'adore ça et c'est une fois tous les …30ans!).  Et bien, Monsieur est rentré à 12h10 et a décrété que j'avais assez regardé la télé, que j'étais une grosse glandeuse et que je DEVAIS me mettre au nettoyage.   Et bien, j'ai bien essyé de riposter 'on n'est pas à un quart d'heure près, ça n'arrive qu'une fois tous les …."   Et bien non, …. Monsieur avait décidé que c'était l'heure! et je n'ai eu d'autre choix que je prendre mes seaux et torchons…

      Alors, Guillaume, excusez-moi mais je pense que vous n'avez qu'une notion très approximative de ce qu'est un vrai PN.

      Le PN n'a pas la capacité de se remettre en questions….. par contre, il vous juge sans arrêt, il vous met dans la double contrainte PERPETUELLEMENT : donc, que vous répondiez oui ou bien non à sa question, c'était D'OFFICE la mauvaise la réponse.   Sur les derniers moments, je lui demandais même ce qu'il souhiatait que je réponde pour ne pas provoquer de guerre….

      ça vous parle un peu?  ….

      Répondre
  119. Claudiaaaaah

    Je fut moi aussi sous l'emprise d'un de ces manipulateurs ! J'ai enfin réussit à enlever mes menottes ! Enfin libre, je croque la vie à pleine dents. Il y eu un moment devastateur au debut de notre rupture , c'est lorsqu'il rentrait chez moi ( il avait le double des clefs , il ne voulait pas me les rendres ) j'ai alors pris les choses en mains , un soir ou il m'observait j'ai crié : Au secours ! Mon voisin est alors arrivé , il m'a sauvé la vie ! je suis maintenant avec lui et nous avons eu notre premier enfant il y deja un an ! Courage a toutes les femmes qui subissent ça ! Il faut enfermer ces hommes !

     

    Répondre
  120. Marie-Chantale

    Bonjour,

    J'ai lu plusieurs commentaires qui m'ont beaucoup touchée et interpellée. je viens d'envoyer un PN sur les roses. il a 21 points de correspondance dans ce qui est mentionée ci-dessus. Cet homme, j'ai cru moi aussi qu'il était parfait pour moi. il était chaleureux au début, puis les semaines passèrent, il est passé du chaud au froid avec moi sans crier gare, j'ai souvent tenté d'avoir des conversations avec lui relativement au fait qu'il n'était pas présent pour moi, qu'il n'a jamais été présent quand j'ai eu besoin de lui, que je déprimais, que je ressente des émotions tristes, ça ne le touche pas. Du coup j'ai commencé à me sentir comme une m***de, comme si je n'en valais pas la peine, comme si j'étais pas importante à ses yeux, qu'il se foutait royalement de moi au final… qu'il sache qu'il me faisait de la peine et qu'il me faisait pleurer ne faisait aucune différence pour lui, il ne réagissait jamais positivement. Et de mon côté, sachant selont ce qu'il me racontait, qu'il vivait des choses difficiles, même si je souffrais, j'étais là pour lui, à le soutenir, à l'encourager, etc. pour lui, ça ne faisait aucune différence, ça lui était dû. Tous les sujets de conversations tournaient autour de lui. Tout était toujours à son sujet, lui, lui, lui, et encore lui. jamais il ne prenait de mes nouvelles, jamais il ne s'informait de moi, alors que j'allais au-devant de lui pour lui demander des nouvelles de lui (bien sûr!!) Puis, je lui posais des questions car justement, je voulais voir clair, j'avais besoin de voir clair, de savoir ce qui se passait. je n'obtenais jamais de réponses claires, toujours évasif, toujours un mot pour que je reste auprès de lui, tandis que de l'autre, il me faisait sentir de trop… je suis bêtement restée là en espérant qu'il se réveillerait et qu'il me traiterait dignement. j'ai compris récemment que ça ne viendrait jamais, que si je ne voulais pas devenir folle et sombrer dans une dépression, qu'il fallait que le l'envoie balader, ce que j'ai fait pas plus tard qu'hier. ça ne durait que depuis 6 mois. Je réallise la chance que j'ai de prendre conscience très tôt du problème, contrairement à certaines personnes ici qui ont mis plus de temps et cela me peine pour vous, très sincèrement. Je disais à un ami ce midi que j'ai moins de mal à décrocher de la cigarette que de lui… c'est tout dire. Quoi qu'il en soit, je compte rester sur mes positions et surtout ne pas laisser une autre chance à ce poison de refaire surface dans ma vie. Dans mon cas, l'instinct de survie est très fort, j'ai de la chance qu'il en soit ainsi. S'il revenait à la charge, ma réponse est toute prête et c'est NON!  Je vous souhaite à tous et à toutes bon courage et surtout aimez-vous totalement, et suffisamment pour mettre fin à cet enfer que vous vivez!! Vous méritez d'être enfin heureux et heureuses, soyez-en convaincus(es).

    Répondre
  121. emma

    Je suis actuellement sous l'emprise d'un manipulateur de ce genre, je suis constamment mit à bas, 1 jour de paix puis 6 jours d'enfoncement moral, je ne sais plus quoi faire pour reprendre une vie saine. Il crie tout le temps sur ma personne, me juge sur ce que je puis faire, me fait l'effet miroir en me culpabilisant sur ce que je suis..Comme si j'etais la manipulatrice, il me ment sans cesse, il prend des crises de démence lorsque je le contrarie, en permanence à me surveiller sur mes faits et gestes et mes dire..il y a bien longtemps que j'ai compris qu'il était ce genre,mais je n'arrive pas à le sortir de ma vie,j'ai l'impression d'être une proie qui au bout de 3 jours de silence retourne vers lui comme un aimant qui m'appelle car je culpabilise,et à chaque fois sa réponse…Je me mettrais plus à genoux..Comme s'il savait que je reviendrais vers lui tellement que la culpabilité est là.

    Répondre
  122. Barbara

    Bonjour! Je suis tombée sur votre site et c’est comme si je venais de trouver le Messie.
    Vous traitez exactement mon cas mot pour mot. Je suis mariée à 19 ans à un homme qui au début me paraissait être merveilleux.
    Il m’a fallu 8 ans de torture, de violence verbale et sexuelle pour comprendre que javais à faire à un être bizarre.
    Il veut toujours m’empêcher de voir ma famille et à réussi à monter ma propre petite soeur contre moi.
    Il refuse de me laisser sortir seule, d’avoir des amis ni d’aller travailler. Je suis devenue malade ,cette situation a eu des répercussions sur ma vie.
    Le stress est devenu mon quotidien et il s‘amuse a me forcer d’avoir des relations avec lui et quand je refuse il attend que je sois endormie pour me surprendre.
    Je sais plus quoi faire. Il a confisqué notre acte de mariage et comme ça je peux pas aller voir un avocat. J’ai toujours des maux de tête et je vis dans la peur constamment.
    Il menace quiconque m‘approche et a déjà menacer de tuer. Vos conseils et suggestions me seront très utile svp aidez moi.
    Il a fait un lavage de cerveau aux enfants qui me manquent parfois de respect.

    Répondre
  123. passion91

    Je complète désolée … Ils sont très convaincants également car tout comme toi il a essaye de me convaincre car il garde discrètement des contacts avec son ex je l’ai ai démasqué … Il croit que j’ai tout accepte mais tout comme eux je joue la comédie je le manipule et ment … Pas facile a faire car ce n es pas dans ma personnalité .. mais je pense que c peut etre un des moyens a filer discretement .. il croit que je suis folle amoureuse de lui mais je me dis en moi même qu il est la pire espèce de monstre un vrai salopard !! cela m aide a casser ce lien d amour qui me fait mal !!! Toutes les stratégies sont possibles nous avons nous les femmes de l intuition de l intelleigence fine a faire passer des choses alors essaie de trouver un passage un moyen pour le quitter de jour au lendemain ! Les PN n’aiment pas les défaites et ils trouvent toutes les parades pour regagner notre confiance : ne pas les croire surtout ! Va faire une main courante ou dépôt de plainte cela te rend plus forte aussi cette démarche de donne une énergie (ça été le cas pour moi) 

    repère tous ces vices ces mensonges touts ce qu’il te dit et fait et chargent toit de tout ce mal qui est en lui et cela pourra peut être t’aider quand on voit que le négatif chez quelqu’un on se détache de cette personne c’est ce que j’essaie de faire de plus en plus avec le mien !!!! j’y arrive 

    Et cela renforce ma haine envers lui 

    La haine pour quelqu’un est moteur cela peut t’aider a prendre la décision finale 

    Allez bon courage on reste en discussion si tu veux.

    Répondre
  124. mery

    Bonsoir , je pense que je suis avec un pervers narcissique , il y a 4 jours de cela je ne savais pas ce que sa voulais dire , que sa pouvé existé !!! Une personne ..un monstre .

    Au début c’était un prince charmant , il était tellement attentioné , au petit soin , … tout doucement venait la jalousie , je me disais; c'est une preuve d'amour !!! Mais comme sa commencé a être une jalousie toxique , une domination , je commencé a voir sa 2 eme facette , il ne suporté personne , ni ma famille , ni mes amis.

    Il été devenu tout. Je me disé qu’il me voulait a lui tout seul , certes c'étais pas normal mais kon on aime !!!! Ensuite tout doucement venait des menaces, mais il savait comment me convaincre que c’était ma faute , qu’il ma poussé à lui faire dire ces mots.

    Vient le jour ou j'ai découvert qu’il ma trompé …..et vous savez quoi il a réussi par je ne sais quel moyen à me convaincre de resté .

    Je détésté cette moitié pleine de rage , de noirceur , mais jété folle amoureuse de l'autre moitié qui été un homme doux et bon.

    Aujourd'hui je veux juste réussir à partir parce que j'ai peur de lui , il a mit ces menaces a exécution , il ma frappé , il ma humilié il ma vidé de toute mon énérgie , et malgrès tout ça je n'éprouve pas de haine , bien au contraire ,…je n'arrive pas a m’en séparé !!!

    Comment avez vous réussi !!!

    Répondre
    1. passion91

      je suis désolée pour toi et toutes celles qui ont été prises dans cet engrenage car s’en est un ! On est pris entre deux façons de voir les choses avec un PN difficile de le quitter car nous sommes normales et avons des émotions (amour tendresse …) mais on a peur également des menaces car ils sont des monstres sans état d’âme ! 

      Pas facile de les quitter pourtant il faut le faire car tu vas a ta perte ! 

      Moi j'ai réussi à le convaincre (en même temps c’est facile car ils ont un niveau d’un enfant ! Lis les livres des spécialistes du sujet qui le précisent) de se séparer pour partir chacun dans un logement mais que notre histoire allait continuer !!! Trop de tempête en ce moment nous allons repartir sur de bonnes bases etc etc… Il a fini par accepter et ai de nouveau comme a ses débuts un vrai prince charmant attentionné etc etc …il reprend sa posture pour me ferrer de nouveau.

      Mais dès que nous serons chacun chez nous il n’aura plus l’emprise sur moi 

      Je ne vis pas bien la situation et pleure malgré tout souvent car j’avais beaucoup d’espoir avec lui je pensais que c’était l’homme de ma vie ! Et oui comme pour nous toutes c’est exactement le même scénario a croire qu’ils sortent tous de la même école ! 

      Je sais que ce sera difficile l'après sans lui mais cet simplement l’attachement a eux qui reste un lien difficile a couper pas le compagnon que nous voyons comme un monstre;

      Si je peux me permettre de te conseiller essai de mettre tous en oeuvre pour le quitter rapidement va dans la famille voit une assistante sociale va voir des associations contre les victimes d’agressions ou associations contre victimes d’agressions psychologiques qui existent.

      Tu rencontres des psy assistante sociale juriste gratuitement 

      Il faut te faire aider car c est hyper difficile de prendre la bonne décision ! L’emprise est bien là la peur au ventre aussi puisqu’ils font des menaces … Ils savent que nous sommes amoureuses etc etc… Et très psy pour deviner nos points faibles !! Prépare discrètement tout comme moi ton départ et ne reviens jamais avec lui n’essaie de croire en ces belles paroles car il ne voit en toit qu’une proie il ne  a jamais aimé d’ailleurs ils n aiment personne a part eux ! 

      Répondre
  125. Jeromine

    Rude… j'ai rencontré un homme charmant il y a bientôt 4 mois, de petits signes que je n'ai pas voulu entendre, de très bons moments, et à l'occasion de l'envie de découvrir son sport, l'escalade, les critiques ont commencé: tu abandonnes beaucoup trop vite, tu es faible, tu n'as pas assez de volonté, tu ne peux pas être fatiguée, fais un effort, etc. Et le silence, et les bouderies, et les changements de sujets comme si de rien n'était, et me sentir coupable, et me creuser la tête pour déceler ce que j'ai fait faux, ce que j'ai dit de travers, me remettre en question sur ma persévérance générale dans la vie…

    Là je viens de lui écrire que demain, jour férié, je souhaitais le passer seule, que j'en avais besoin. Il est vexé. Je me sens coupable.

    Il est encore temps n'est-ce pas? je lis vos témoignages, certain-e-s d'entre vous, c'est d'années dont vous parlez… J'avais un tel bon pressentiment avec lui…

    Je me dis, dois-je renoncer à ma "journée rien que pour moi", faire un pas vers lui, montrer ma bonne volonté, que je tiens à notre relation…

    Evidemment, non… mais je doute… et ce doute, il est bien l'expression de la manipulation vécue?

     

    Répondre
  126. francis

    Je m 'appelle Francis 47 ans, 2 enfants de 19 et 17 ans en garde partagée. Marié en 1994 pour le meilleur et pour le pire, et mon ex epouse a été la meilleure dans le pire.

    J'ai découvert il y a 3 ans le terme "perverse narcissique"par le biais de ma psychiatre. Je ne connaissais pas ce terme. Après avoir lu des articles, j'y ai retrouvé les traits de mon ex épouse. Cela fait 5 ans  que je suis soigné pour depression et suivi par un psy. Je suis une personne qui garde beaucoup à l'interieur. Mal m'en a pris. Je vais narrer mes 13 années de mariage et mes 5 années de divorce.

    Je n'ai connu que le bonheur avant l'arrivée de mes enfants. A partir de la naissance de mon deuxieme fils, son comportement a changé. Elle voulait une fille mais n'étant pas capable d'en faire une, un deuxieme garçon a vu le jour. Son souffre douleur.

    En 1997, en pleine nuit elle a voulu se suicider par arme à feu, je suis arrivé à temps pour l'en empecher. J'ai voulu qu'elle aille en maison de repos et fasse une thérapie. elle a refusé.

    Pendant les 13 années de mariage, j'ai été constamment menacé de suicide. Une fois elle voulait se pendre, s'ouvrir les veines, dèguiser son suicide en accident de la route pour que mes enfants touchent l'heritage ( à trop regarder Barnaby), j 'ai arrondi les angles, mis ma vie de coté pour mes enfants, car j ai connu un suicide dans ma famille. Ma soeur est veuve, mon filleul est orphelin depuis 28 ans, son pere s'étant suicidé..Je ne voulais pas que mes enfants soient orphelins.

    Cette personne toxique n'est pas une mére de famille. Par sa faute, mes 2 enfants ont été suivis par un psychologue. Pour mon deuxieme fils, elle a refusé de rencontrer le psychologue, à la demande de celui ci. Mais bien sur tout était de ma faute. Le probléme est que la vérité sort de la bouche des enfants. Et j'ai les rapports. Pour info lors d'une consultation d'un enfant les parents ne sont pas presents.

    Je n'ai pas eu de vie d'homme et d'époux, que de pére de famille. Vacances, sorties diverses seul avec eux. Pére célibataire. Le seul bonheur de ma vie.

    Elle n'a aucune morale, ne connais que la méchanceté. Mais dans son délire, elle a manipulé les autres. (famille, amis, collegues).

    En 2004, mon plus jeune fils souffrait de douleurs à la tête. Elle criait dessus. Alors qu'elle ne travaillait pas, J'ai du prendre une journée pour l'emmener chez le medecin, scanner en hopital de jour ( c'etait benin). Pendant ce temps, elle téléphonait à sa famille et amis pour annoncer que mon fils avait une tumeur au cerveau. Une des caracteristique de la PN c'est le besoin de se faire plaindre.. Deuxieme exemple, raconte que son pére est mort dans ses bras ( le gag!!! elle a des longs bras mdr).

    En 2001, elle a voulu jeter mon fils en bas des escaliers, lui a dit qu'il aurait du crever à la naissance, mentait à mes enfants, de dire qu'elle préfére être avec ses animaux qu'avec ses enfants) et devant les gens se montrer "bonne mére". La "bonne mere" a même vomi sur Mes enfants devant le Jaf . ( voir Guiness Book rublique sale mére de famille)..

    Le 15 juin 2009, devant mes enfants, elle a emis des doutes que j'avais fait des attouchements sexuels sur mes garçons. jusqu'aujourd'hui, il ne se passe une journée sans que j'y pense. Il ne se passe pas une journée ….

    Je vais parler des rapports entre l'argent et une personne narcissique.

    Le pouvoir par l'argent qui est synonyme de pouvoir, de domination. Pendant la durée du mariage, j'ai fait confiance et ai laissé gerer les comptes plus procuration sur mes comptes. NAIF!!!!. La seule chose qui l'interesse c'est d'avoir plein d'argent même si elle ne s'en sert pas. Jalouse de ce qu'on les autres ( voitures, maisons, vetements), s'est disputée aavec sa meilleure copine. Nous avions plus d'amis car nous les avons perdu par sa faute. de cette cupidité.

    J'ai travaillé toute ma vie, elle aussi, nous étions mariés sous le régime de la communauté. J'avais dit à mon avocat qu'elle avait préparé son coup. 2 comptes bancaires personnelles vidés ( il n'y a pas de vol entre époux, dixit mon ex epouse avec le sourire), Aucun relevés bancaire dans la maison, donc j'ai payé à ma banque pour les recuperer. qu'elle surprise!!!!!! Je suis riche!! ah ben non elle bloque tout avec ses mensonges . Cette NP souhaite même que sa mere "creve" pour avoir l'argent et menacer  sa mere ( qui est trés malade et qui n'a jamais eu d'attention de sa fille) de la mettre sous tutelle si elle donnait de l'argent à sa soeur( faut vraiment qu'elle arrete de regarder Barnaby).

    J'ai une main courante déposée contre moi ou il est noté que je n'ai pas subvenu aux besoins de mes enfants et qu'elle n'était pas en sécurité. .C'est surtout l'inverse et même était menacé avec un couteau.

    Cette personne narcissique a fait beaucoup de dégats chez mes enfants et moi même.

    En Mai 2013, j 'ai rencontré une  femme ( malgré le fait que mon ex a raconté à droite et à gauche que j'étais homo, j ai même un petit livret ou elle avait noté) que j'ai aimé et que j'aime encore. Mais j'ai tellement de souffrance à l interieur, que même les cachets et le suivi psy ne font plus rien, que notre relation s'est arrêtée. Je suis dans mon monde et je ne le fais pas exprés. Donc j'ai mis un terme pour ne pas la faire souffrir..

    J'ai voulu créer une famille, du bonheur. Je ne sais pas ce qu'est le bonheur.

    Elle a détruit ma vie que m'ont donné mes parents. Elle, pendant ce temps elle proméne son chien comme si de rien n'était. Elle n'a aucune morale, aucune sensibilité, aucune reconnaissance, aucun amour à donner à mes enfants. Une coquille vide.

    Moi, j'attends que ma vie s'arrete. Je rêve de m'endormir le soir et de ne pas me reveiller pour que ma souffrance disparaisse. . de ce que j'ai vécu.

    J'ai raconté à mes enfants et je leur laisse un autre héritage. L'enregistrement de la voix de leur mére. Quand on vit avec une tarée on se protége, je me suis protégé depuis le 3 Mai 2009 pour ne pas être accuser et  pouvoir me défendre.

    je finirai par ce qu'elle a dit 30 septembre 2013 ( enregistré sur mon telephone):

    Si tu fais une liquidation de la communauté, je vais me foutre en l'air.

    J'ai relancé la liquidation de la communauté…..on ne sait jamais.

    C'etait un jeu pour elle..

    elle est surveillante penitentiaire. une perverse narcissique reussit même à duper le psy lors de l'entretien.

    Répondre
  127. Laure

    Bonjour est-ce que vous croyez que l'on peut induire les tests parceque l'on pense être face à un pervers. J'ai besoin d'être certaine d'être face à un pervers pour me sentir libre de partir. Chaque fois que je fais un test avec une approche différente, je me dis ce coup ci il ressortira pas pervers et chaque fois c'est pareil. toujous la même réponse "votre homme est un pervers narcissique fuyez"

    Pourquoi ce besoin de certitude absolue. parcequ'il n'est pas violent ni voleur, très bon comédien, même avec moi, et comme il alterne le chaud et le froid, chaque fois qu'il revient au chaud, mes doutes reviennent. ne reste qu'un sentiment de malaise corporel en sa présence que j'ai beaucoup de mal à exprimer, et une grande peur de ne pas être comprise d'être prise pour une simulatrice.J'ai écrit dans "la solitude des victimes"
    Merci de partager avec moi.

    Répondre
  128. Lili

    Je reconnais tellement mon patron dans tous ces points caractéristiques du pervers narcissique. Seulement lui en plus avait des crises de colères violentes dès qu'on lui tenait tête. Aujourd'hui j'essaie de passer à autre chose, seulement il ne ma lâche pas… 5 mois d'arrêt maladie, déclarée inapte définitive… et il ne me licencie pas ! Je suis en procédure devant les tribunaux contre lui, au débart je m'étais dit que se serait un moyen de me réparer psychologiquement, en me disant que je ne me suis pas laissée faire. Seulement il y a encore des choses difficile à entendre, d'autant que l'une des caractéristiques du pervers narcissique est également de paraître gentil, attentionné, sympathique… au premier abord. Alors comment prouver le harcélement que l'on a subi, comment dire aux juges qui il est réellement, pour eux qui ne font que croiser un vieux monsieur sympathique qui se pose à son tour en victime du système ? j'ai le sentiment et peur que le préjudice moral que j'ai vécu ne soit pas reconnu, et que se soit lui qu'on croit.

    Répondre
  129. Thidou

    Bonjour,

    je suis intéressée par le sujet, c'est très bien présenté.
    En revanche, aie, aie, aie les fautes d'orthographe !!!!!!!!! Ce/se, les torts, sans crier gare (et non cri égard), etc. Vraiment gênant, il faudrait que vous fassiez relire votre article pourtant très bien écrit.
    Cdt.

    Répondre
  130. anna

    C'était ma meilleure amies pendant 6 ans.

    3ans de bonheur, et 3 ans de descente en enfer.

    J’y ai perdue ma dignité, mon amour propre, je l'ai connue à 15ans, période délicate pour tout le monde. J'était vierge, je ne buvais pas fumais pas. j'ai fini par réaliser quand je me suis faite baiser par son oncle aprés qu"elle my ai preparer, avec plus d'alcol et de cannabis dans le sang qu'on ne peut supporter.

    J'ai failli me défeunestrer. Parce-que bien sur "cest de ma faute" , sa la toujours été, j'étais trop belle alors il fallait que je me sappe colle un sac si je voulais sortir avec elle, je devais ne pas parler aux garçons parce que sinon jetait une  allumeuse, je ne devait pas me plaindre parce que ces problèmes sont pires.

    J'ai faillis me jeter du 6e etage.

    Je pense que si elle n'était pas partie un an pour ces études, j’y serais rester. 

    Le seule regret que j'ai de l'avoir fuis, c’est pour sa mére. La pauvre. 

    J'aurai aimée savoir que des gens aussi mauvais pouvait éister. elle a 100% des caractéristiques d'écrite plus haut. 

    Mon histoire il n'y a que trés peu de personnes qui la connaisse, trés peu de personne pourraient comprendre ce que s'est d'être le jouet d'une de ses personne.

    Merci.

    Répondre
  131. Qui suis je

    Je l'ai rencontré il y a un an et demi , j'etais en couple , nous etions " amis" il ne s'est rien passé entre nous , j'etais dans une periode de transition , je suis de nature une personne protectrice , il me donnait l image d 'un garçon sensible , à la recherche d 'une attention , d'un amour , d'une personne qui puisse l' aimer vraiment , la premiere fois qu'il a dormi dans mes bras , il m 'a dit qu'on avait jamais ete doux ou calin avec lui , je me suis senti bien;

    Des semaines plustard , petites attentio,s n restaurant , cadeaux , petits messages gentils…je me suis separé de ma relation precedente et je me suis mis avec lui , et c'est la qu'il a commencé à etre mauvais , distant , froid mais j'arrivais pas à m en detaché , je disais tout haut mon mecontentement , je m 'enervais mais lui me regardais avec un regard d 'un enfant de 5ans qui s 'en fout de sa betise , en lisant le test mon dieu j'avais peur , je me rends vraiment compte que je vis avec un PN , c'est horrible , il ment , il m'a trompé , il me denigre , il mets en avant " ses connaissances " il denigre tout le monde , meme pour des banalité pour se sentir bien.

     j'arrivais a comprendre ca car je le lui disais , je lui disais que c 'etait un manipulateur , un menteur mais je ne savais que une telle appellation "PN" excistée , j'ai peur honnetement , je me sens vidé , je ne pense qu'a lui , à ses besoin , ses envies , comment le combattre à son propre jeu , il y a t il un moyen de le transformer en proie , je peux paraitre bizarre , j'aipas envie de le quitter comme ca , mais j 'ai envie de me vanger avant , lui faire le sentir ce que je ressentais , ce que je subi .

     j'attends vos conseils 

      

    Répondre
    1. HERAULT

      Bonjour qui suis-je,

      Je pense que tu as lu le test plus haut. Oui, cette personne est un pn.Sois éloigne-toi progressivement, ne réponds pas au téléphone, évite les confrontations car tu t'épuiseras, pars, déménage. Sois, engage une procédure de divorce si tu es mariée.

      Tu ne lui fera jamais ressentir ce qu'il te fait subir car il est dénué de sentiments. S'il te perd, il choisiras une autre proie. Ne te culpabilise pas car il t'as menti au début, c'était pour mieux te cerner, savoir comment te manipuler. je sais c'est difficile surtout si on a des sentiments.

      Mais, c'est toi ou lui. Il n'y a rien a faire il ne changera pas. Bon courage.

      Répondre
  132. Claire

    Je suis d'accord avec Schmoll sur le fait que la vie semble perverse. Le tout est de savoir si individuellement nous voulons rentrer dans ce système ou pas. Nous avons toujours le choix, et c'est celà qui peut nous sauver.

    J'ai un père PN et une mère diagnostiquée en son temps maniaco-dépressive, je suis convaincue que leur état d'être a fait qu'ils se sont mis ensemble. Elle maniaco-dépressive a favorisé la perversité de mon père, et lui PN a amplifié la bipolarité de ma mère (6 tentatives de suicide). Mes parents sont séparés depuis quelques années, c'est ma mère qui l'a décidé, à la grande surprise familiale.

    La nouvelle compagne de mon père reconnaît aujourd'hui la perversité de mon père, mais n'étant pas bipolaire, elle la gère mieux.

    Le résultat du mariage de mes parents a été deux enfants (mon frère et moi) mals dans leur peau pendant longtemps.

    En ce qui me concerne, des échecs sentimentaux car j'étais attirée par des hommes à tendance PN, et celui dont je me suis sentie la plus amoureuse a été bien sûr le plus terrible de ceux-là, jusqu'à me frapper lorsque j'ai voulu partir après 4 ans où je me voyais m'éteindre de jour en jour. Je suis allée à la gendarmerie, car quoiqu'il en soit, rien ne justifie d'en arriver aux coups. A mon sens, rien ne justifie qu'un homme porte la main sur une femme. Il y a sûrement des pestes à qui l'on a envie de donner des gifles, ou des goujats que l'on a envie de frapper, mais voilà, il existe sur terre un minimum de bon sens qui fait que ne pas frapper son épouse, c'est quand même mieux.

    Quant à mon frère, il a épousé une PN (ben oui, ça peut se comprendre), dont il a divorcé quelques années plus tard, il vit maintenant avec une femme aimante, mais je sens chez lui des fêlures toujours présentes de son passé marital.

    Et pour moi, l'avenir avec un homme me semble compromis, j'ai appris à me gérer seule, non pas à devenir égoïste, mais à cultiver ma vie sans plus rien attendre d'un homme, et j'avoue être plus heureuse ainsi. Il n'y a que l'introspection ou comprendre, avec un ou une psy par exemple, ce qui fait que l'on se conditionne à vivre avec un PN. Nous sommes tous censés être responsables de nos actes, donc si nous acceptons celà, c'est que nous le voulons ainsi. Heureusement, dans la société dans laquelle nous vivons, nous avons toujours une âme, qui nous envoie des signes (physiques surtout) nous montrant bien que nous faisons une erreur en acceptant de vivre avec un ou une PN.

    J'ai appris avec le temps à écouter cette voix intérieure, et là où je rejoins Schmoll, c'est qu'à ce jour je ne connais pas un couple dans mon entourage qui se dit heureux de vivre en couple. Alors vivent-ils tous avec un ou une PN ? Je ne crois pas. Donc oui, je préfère vivre seule, et peut-être qu'un jour je saurais faire le BON choix, en me disant que la vie de couple, c'est des hauts et des bas, et je le saurais parce que je ne douterais plus de l'autre parce que je ne douterais plus de moi.

    Mesdames, puisqu'il s'agit surtout de femmes victimes de PN ou à tendance perverse, apprenez avant tout à vous aimer avant de tomber dans les bras d'un homme qui vous dit qu'il vous aime et qui vous donne l'image du prince charmant. Et faites-vous confiance. D'après tous les témoignages que j'ai lus, vous saviez au fond de vous-même que vous étiez à côté de la plaque avec cet homme là. Pour avoir connu cette traversée du désert après lui, je peux comprendre que certaines soient résignées, surtout avec des enfants.

    La seule chose qu'il me paraît importante de comprendre, c'est que nous n'avons qu'une vie, et que nous n'avons pas le droit de la gâcher, nous avons le devoir d'être heureux. Et le plus beau cadeau que vous puissiez donner à vos enfants, c'est l'image d'une femme ou d'un homme qui a eu le courage de choisir d'être heureuse ou heureux, bravant toutes les personnes de son entourage ou de l'entourage d'un pervers qui l'en empêcheraient.

    Répondre
    1. Hélium

      Bonjour, j'adhère tout à fait à ce que vous dites. J'ai décidé de divorcer car je ne me voyais pas finir ma vie dans ces conditions. Mais il m'a fallu une dépression et un an de psychothérapie pour que je reprenne du poil de la bête et qu'on m'ouvre les yeux : ce que je subissais était de la violence psychologique. La lecture de "Femme sous emprise" de Marie-France Hirigoyen a été plus qu'une révélation ; ce fut une confirmation, un soulagement, le soulagement de ne pas être folle. "Fuir, il faut fuir". Combien de fois j'ai voulu partir ? Il va falloir le faire. Mais quand ? Comment le dire ? Et bien finalement, c'est sorti tout seul, calmement, en pleine rue ; alors qu'il me rejoignait, il m'a demandé pourquoi je faisais cette tête et je n'ai pas pu lui cacher. Curieusement, il n'a jamais cherché à me retenir au point où je me suis demandée s'il était réellement pervers narcissique. Mais comme ça faisait un petit moment que je mettais en évidence tous ses travers à la maison comme entre amis (ce qu'il savait me reprocher dès qu'on se retrouvait à huit-clos), il s'est senti démasqué et surtout vexé. Je crois que c'est ce dont il redoutait le plus. Il ne m'en a jamais cru capable. Il avait l'air de l'accepter comme une fatalité ; nous avions commencé à dresser une liste de partage du mobilier. Mais quand il a appris que je suis allée voir une avocate à son insu et qu'en plus elle m'avait annoncé que les héritages que j'avais reçus ne rentraient pas dans la communauté, il est rentré dans une rage verbale démesurée. J'ai eu droit à des séries d'humiliations où il passait tout en revue : famille, travail, amis, études, qualités de mère, etc… jusqu'à ce qu'il décide de partir vivre chez un ami. Il a fait la tournée de tous les amis pour les rallier à sa cause, m'accusant d'être une manipulatrice. Il a fini par se calmer au point de me faire la bise et m'inviter à déjeuner avec une de nos filles. Et je finis par comprendre : m'ayant dit qu'il n'attendrait pas la fin du divorce pour refaire sa vie, je découvre une liaison avec une amie d'enfance. Me sentant humiliée, je m'énerve et il portera plainte à la gendarmerie. Et ceci je ne l'apprendrai qu'un mois après, au moment où il a voulu se repentir voyant que je m'étais calmée et que je souhaitais que le divorce aille vite et que j'acceptais de racheter la maison. Après la colère, j'ai été emplie de tristesse, de regrets vis-à-vis du passé, avec tout ce gâchis alors que nous avions tout pour être heureux. Je me suis même mise à douter en ayant tendance à oublier ce que j'avais subi. Il ne faut pas se laisser avoir par la nostalgie. On idéalise un amour ; on a tendance à fantasmer. Mais ce n'est pas la réalité. Nous méritons mieux que cela. J'ai écrit tout ce que je lui reprochais ; j'ai dressé des listes des petits signes auxquels je n'ai pas prêté assez d'attention depuis le début de notre relation. Quand on prend conscience de la réalité du personnage, des tas de détails nous reviennent en mémoire. Alors en les écrivant, je les immortalise pour les retrouver si besoin est, comme dans un moment de découragement, où la nostalgie voudrait prendre place, et de ce fait je libère mon esprit, comme si je quittais un fardeau. Des soucis avec ma fille aînée m'ont fait relativiser ces soucis de divorce. Je retrouve une certaine sérénité. Mais ma psychiatre m'a dit de bien gérer les deux problèmes de front ; je ne dois pas faire passer mes problèmes personnels au second plan. Ma psychologue, elle, dit de faire attention de ne pas faire l'amalgame des deux. Je pense qu'il est indispensable d'être suivi psychologiquement pour reprendre confiance en soi et trouver l'énergie, car il en faut. C'est très éprouvant. On apprend à se connaître et en prenant conscience de certains événements de notre histoire, on comprend nos émotions et on lache prise sur certaines choses, comme l'attachement au regard des autres. Le plaisir de la liberté que j'ai pu retrouver en se séparant a été plus fort que la crainte de la solitude, que je ne me cache pas d'avoir ressentie lors des moments de doute. J'ai pris plaisir à cuisiner alors que je m'étais complètement désinvesti de cette tâche, qui était source d'angoisse, puisque c'était son domaine de prédilection, et de ce fait l'occasion de subir de nombreuses critiques. Je m'approprie mon espace vital en réaménageant la maison, en triant les affaires de chacun pour me sentir bien. Je bricole, je répare, je confectionne, je range. Cela me fait un bien fou, alors qu'auparavant j'en étais venu à ne plus rien faire pour ne pas faire à sa place, pour ne pas me sentir esclave. J'éprouve du bonheur avec la sensation des rayons du soleil au petit matin, assise sur ma terrasse en buvant un café et en écoutant les chants des oiseaux. Avant de vouloir retrouver quelqu'un il faut être capable d'être heureux tout seul, ne pas dépendre de quelqu'un. Après seulement, on pourra partager car sinon on risque de retomber dans la dépendance affective, qui nous aliène et fait qu'on se sacrifie pour être aimé par l'autre, au grand profit des pervers narcissiques. Il faut malgré tout être bien entouré (difficile quand on a toujours vécu dans l'ombre de son mari, la plupart des amis étant les siens puisque les notres ne sont jamais assez bien). Et le problème que j'ai rencontré c'est que les amis nous écoutent mais ne comprennent pas vraiment car ils n'imagine pas les dégâts psychologiques engendrés par cette forme de violence. Et puis il y a ceux qui ne veulent pas prendre partie : "Cela ne nous regarde pas". Personnellement, je pense qu'ils se rendent complices. Seuls deux couples ont osé faire une remarque à mon mari pour lui dire qu'il me parlait mal. Mais je ne veux pas tenir rigueur à ceux qui se taisent car ils n'ont pas assez d'occasions de voir ce qu'il se passe au sein du couple pour juger. J'ai alors trouvé un bon soutien au sein d'une association qui propose un groupe de paroles et là je me sens réellement bien  comprise. Voilà un peu mon parcours vers la résilience. Ce n'est pas facile car il faut lutter contre un attachement fictif. Il faut avoir l'espoir de trouver mieux plus tard. "Il vaut mieux marcher pieds nus que mal chaussés". Bon courage.

      Répondre
  133. Schmoll

    Il est étonnant que mes commentaires soient censurés, on a donc pas le droit d’éclairer les personnes de ce forum avec de VRAIES données scientifiques? Le DSM IV et le CIM 10 (ouvrages de références en matière de troubles mentaux) présentent les critères empiriques permettant de déceler le « PN » comme vous aimez à l’appeler. De plus tous les spécialistes s’accordent à dire que les PN ne représentent que 0, 4 % de la population; je m’étonne donc de ce que autant d’entre vous en ai déjà rencontrés. Le narcissime est une chose, la perversion une autre, et je ne pense pas que cataloguer des milliers de gens comme PN et conseiller de les fuir à tout pris soit bénéfique, ni pour la personne souffrant du trouble ni pour sa « victime ». Je tiens enfin à noter que les comportements référencés dans cette article sont pour la plupart la conséquence du mode de vie occidental avec sa pub, sa peur de la précarité, son culte de l’excellence et de l’argent etc… J’aimerais également souligner que les femmes pointant du doigt les soi-disant PN sont très souvent des personnes qui ont manqué d’affection et de reconnaissance de la part de leur père. Je comprends parfaitement que cette situation soit dure à vivre mais sachez que diagnostiquer a priori une personne PN juste parce qu’elle est prétentieuse et ne fait pas assez attention aux autres est très destructeur pour elle et ne lui laisse aucune chance de guérison. En espérant ne pas être censuré je vous souhaite une bonne journée et bon courage.

    Répondre
    1. Alice

      Vos "éclairages" pseudo scientifiques, sociologiques, psychanalytiques et autres…vos conjectures dubitatives sur la sincérité du nombre de victimes présentes sur ce site pour un "si petit pourcentage de PN" ne nous sont d'aucun secours, soyez-en convaincu, et l'on s'en passerait aisément, nous les pauvres névrosées de service, "ayant souffert d'un manque affectif et de reconnaissance paternelle" ! (LOL)

      Laissez-moi deviner : vous êtes surdiplômé en psychologie féminine, ou simplement atteint d'une ignorance sans fond ? Abstenez-vous d'aborder un sujet que vous ne connaissez manifestement pas : c'est un affront supplémentaire pour tous ceux et celles qui viennent ici partager leur douloureuse expérience et rechercher un soutien, une écoute bienveillante. Votre déni est insultant, inutilement provocateur, et la censure a parfois du bon, ne vous en déplaise.

      On ne peut pas se permettre de dire tout et n'importe quoi, à moins, bien sûr, de se reconnaître dans les 0.4 % de PN que vous citez. 
      Un peu de décence, un peu de respect, ou juste le silence face aux victimes que vos propos dénigrent, ce dont elles n'ont nullement besoin… 

      Répondre
  134. PATRICK BAUX

    Bonjour je suis victime d'une pervers narcissique qui revient à la charge, elle me reproche des comportements qu'elle a eu elle même avec moi avant que je décide de la fuir…En fait elle projette son propre comportement sur moi..Elle a perdu sa proie donc elle revient…Il faut que je sois fort car la tentation est grande de revenir, elle est très belle et elle le sait c'est son atout….Mais la beautée physique ne se mange pas en salade et je crois qu'il vaut mieux une beauté intérieure….Voilà bon courage à toutes et à tous. 

     

    Répondre
  135. Schmoll

    Vous l’aurez compris, je me reconnais dans nombres des critères ci-dessus énoncés. Je pense que n’importe quelle personne effectuant un travail normal dans un pôle urbain du monde occidental ne peut que répondre à ces critères. Les raisons les plus nettes en sont l’individualisme, le neo-libéralisme, la publicité, la peur de la précarité, la culture du résultat, etc… Mais de là à tous nous classer PN c’est fort de café, sachant que des études, beaucoup plus sérieuses que celle-ci, s’accordent à dire que seulement 0,4 % de la population souffre de ce trouble. Mais voilà, certaines femmes, et c’est totalement compréhensible, ont besoin d’une justification à l’échec des situations amoureuses de nos jours, cette justification c’est le PN ! Pourquoi ne pas parler aussi du manque affectif cruel dont souffre nombres de femmes, ce sentiment de délaissement, de non reconnaissance par leur père etc…? A vous écouter tous les hommes (ou en tout cas un sur deux) est un PN, je répondrais à cette généralité par une autre: et si toutes les femmes (ou au moins une sur deux) étaient des maniaco-dépressives en manque d’affection? Cela ne vous conviendrait pas, et pour cause, ce serait une bêtise crasse, intellectuellement insatisfaisante, tout comme votre « étude ». Nos sociétés modernes mettent nos psychismes à rude épreuve et il est de plus en plus difficile de se construire une personnalité dans ce monde de fous, mais s’il vous plaît, arrêtez avec le pervers narcissique, fiction visant à refouler le désert sentimental du XXIème siècle.

    Répondre
  136. Anais

    Bonjour,

    Je ne sais pas si quelqu'un prendra le temps de répondre à ce message mais je me dis qu'on ne sait jamais. Je cherche de l'aide pour moi et pour ma soeur.

    Après le divorce de nos parents (j'avais environ 4 ans) mon père qui n'avait aucune confiance en lui (c'est dans son caractère), a rencontré une PN. Je peux dire sans grand doute qu'elle l'est. Le narcissisme d'abord (elle doit passer en premier, être celle à qui l'on donne tout mais sans rien donner en retour), la manipulation systématique et le chantage vis à vis de mon père (elle menace de le quitter si il ne fait pas ce qu'elle veut, sachant que c'est la grande peur de mon père qui a été quitté par ma mère), le fait qu'elle a plusieurs visages : un avec la famille de mon père avec qui elle est tout miel et un avec ses victimes : ma soeur, moi et mon père.

    Elle a tout fait pour compliquer les rapports entre mon père et ma mère, ce qui fait qu'ils ne se parlent plus. Une fois ma mère éloignée, elle s'est efforcée de nous éloigner avec ma soeur, usant de stratagèmes pour que l'on se rende de moins en moins chez notre père, qu'on ne puisse aller chez elle que les jours qu'elle a désignés. Elle s'arrange aussi pour que notre père nous donne le strict minimum financièrement, si bien qu'une fois il a donné un billet de 5 euros à ma soeur et lui a demandé de ne rien dire à sa compagne!

    Elle fait aussi tout pour qu'on se sente mal quand on est chez lui, l'atmosphère est particulièrement pesante, on se sent des intruses, le moindre petit geste (par exemple se verser du jour de fruit qui est réservé à sa fille) est grossi et présenté comme un crime. Son objectif, nous le savons, est que cela devienne si irrespirable et injuste pour nous que l'on cesse d'aller chez notre père. On continue d'y aller pour ne pas la laisser gagner mais on en souffre énormément.

    Mon père a subi un lavage de cerveau, il n'a plus aucune personnalité propre, il est son esclave dévoué, au point de faire passer son bien être avant le notre. Elle a réussi à lui mettre dans la tête qu'on n'était pas ses vraies filles et à nous associer à un mauvais mariage, du coup il ne se comporte pas avec nous comme il le fait avec la fille qu'il a eu avec le PN. Par exemple, il ne m'a jamais regardée jouer de la guitare et assiste rarement aux matchs de ma soeur tandis qu'il ne rate pas un seul match de la petite.

    Dans tous ça, la petite, qui est normalement notre soeur, a aussi subi un lavage de cerveau de sa mère, elle est totalement sous son emprise, ce qui fait qu'elle ne nous dit pas bonjour et qu'elle dénonce tous nos faits et gestes. Elle est encouragée à rapporter par sa mère.

    Nous avons parlé de cette situation à notre famille. Notre mère nous croit car elle a aussi subi la violence psychologique de notre belle mère. Par contre, la famille de notre père, qui n'a vu que son visage gentil et sociable, croit qu'on affabule. Ma belle-mère a réussi à leur faire croire que j'étais mentalement dérangée et que c'était moi la manipulatrice. Je suis la seule à parler pour dénoncer ses agissements, car ma soeur qui les subit se tait et fait profil bas par peur des représailles. Ma soeur est normalement une adolescente au caractère bien trempé, c'est dire la terreur psychologique que cette femme exerce!

    Un dernier exemple, elle a réussi une fois à faire croire à mon père que j'avais tordu le poignet de sa fille, en utilisant celle-ci (la petite à 9 ans et ne fait que dire ce que sa mère lui demande de dire). Le fait que ma soeur de 18 ans a vu la scène et a affirmé que je n'avais jamais tordu le poignet de la petite n'a eu aucune importance! Ni le fait que la petite pleure trois jours après le prétendu acte de violence… Mon père gobe tout ce que sa compagne lui dit et il a trop peur qu'elle le quitte si il utilise son sens critique.

    J'ai une question : que faire face à une telle tarée? Personne ne nous croit, on est isolées, on est super mal à l'aise pendant les repas de famille où notre belle mère est tout miel et fait semblant de se soucier de nous.. alors que la réalité est celle d'un harcèlement psychologique que personne ne veut voir. Que faire?

    Répondre
  137. Michèle

    Je viens de lire ce forum et je veux parler de mon cas

    cela fait 29 ans que je supporte une collègue perverse narcissique

    elle a fait toute sa carrière sur mon dos et s'emploie maintenant  à me voler un poste pour lequel elle m'a fait une super recommendation au départ

    simplement car elle ne supporte pas que je "brille"

    comme je suis dans la fonction territoriale je ne sais pas trop comment gérer

    si qq'un peut m'aider

    Répondre
  138. Cathy

    Bonjour,

    j'ai rencontré un homme dans le cadre de mon travail, et j'ai un doute sur la personnalité de cet homme. En effet j'ai été embauchée il y a 2 ans dans cette entreprise et il m'a dragué immédiatement. N'étant pas "interessée" par cette personne dans un premier temps, il a patiemment installé un jeu de séduction en me séduisant tous les jours un peu. Il etait très jaloux de tout ceux qui m'approchaient. Cette personne est cadre dans un autre service, il a une personnalité très forte et il sait se faire remarquer. Il y a peu j'ai "craqué" et je lui ai proposé de prendre un verre au retour de mes vacances par mail, il semblait ravi, mais 1er chose étrange, à mon retour de vacances il n'a pas donné suite immédiatement et a attendu 2 semaines avant de se manifester et me proposer de déjeuner. Lors du déjeuner nous avons flirté. Il était absolument charmant, flatteur, m'a indiqué avoir eu un coup de foudre pour moi, etre interessé sérieusement. bref j'étais aux anges, il m'a indiqué être obsessionnel lorsqu'il était amoureux. On prevoit un autre déjeuner la semaine suivante et là je n'étais pas du tout à l'aise, au 1er dejeuner il m'a parlé de sa situation, et là c'etait à mon tour et franchement j'ai été très mauvaise n'étant pas douée pour parler de moi. Nous avons discuté malgré tout mais le déjeuner n'était pas top. Ensuite il m'a embrassé tout le long du chemin du retour, était très attentif et nous avons eu un flirt poussé dans sa voiture et depuis il est d'une froideur incroyable, je suis partie en congé et aucun message de sa part. Alors en fait il rentre dans certains critères du PN mais je ne suis pas sure à 100%. En fait ce qui me perturbe c'est cette patience depuis 2 ans,  le fait d'avoir été attrapée avec mon consentement bien sûr, et le fait qu'il ne donne pas de nouvelle. Je pense le revoir à mon retour de congé mais mon instinct me dit de fuir cet homme. Depuis 2 ans il parle de moi à ces agents, à ses collègues, je pense que toute l'entreprise est au courant de se qu'il ressentait pour moi …. et là je me dis soit cette personne va laisser tomber notre relation, c'est un moindre mal et ce n'est pas grave car je ne suis pas spécialement attachée, soit ce sont les premiers pas vers une relation avec un pervers narcissique et là je n'ai pas envie de revivre cela. Cela m'est déjà arrivé une fois et je n'ai pas envie de retomber la dedans. Mais là je ne sais que penser de cet homme. Je vous remercie de votre avis Mesdames et Messieurs.

    Répondre
  139. Laure

    Bonjour,

    Je ne pensais pas pouvoir etre dans la position de victime

    je suis moi meme dotee d une empathie moyennement developpee quand il s agit des histoires de couples meme si aujourd hui j ai bcp change a ce niveau car j arrive mieux a percevoir la douleur que peut cause une peine amoureuse.

    j avais une vision tres binaire de la chose: je disais a mes amies dans des situations compliquees si il fait ci ou ca c est qu il ne t aime pas reveille toi et pars c est pas complique

    jusqu au jour ou moi meme j ai vecu la souffrance et l atrocite d une relation avec un PN

    je pense qu il n a jamais mesure la souffrance qu il m a infligee, j ai meme fait une depression

    la premiere annee etait idyliique jusqu au jour ou je suis tombee enceinte, il me disait souvent arrete la pilule je veux un enfant etc.. et le jour ou j ai appris que jetais enceinte il n a meme pas voulu qu on se voit alors qu on se voyait tous les jours depuis un an, c est a ce moment la que je le cauchemar a commence… ruptures inombrables qui me demandaient bc pde courage et de force et lui qui revenaient sans cesse a force de grandes promesses qui n etaient bien sur JAMAIS respectees. ces etres la sont pire que des voleurs dans les magasins, ils volent des coeurs ils volent des vies!!!

    il faudrait que la loi puisse les isoler leur faire payer, car la victime elle meme ne le pourra jamais ils ont troppeu de reels sentiments pour les autres pour souffrie.

    A chaque fois que j avais le courage de fuir il m appelait mharcelait  disant qu il etait maheureux qu on pouvait pas vivre l un sans l autre que c etait une fatalite qu on avait pas le choix.. 

    j ai eu ce sentiment d etre une souris entre les pattes d un chat que meme si j arrivais a m echapper pour de breves periodes il reussissait toujours a me rattraper d une maniere ou d une autre a ce moment la je me suis sentie victime de moi meme je me sus sentie faible je cedais car j avais plus envie de me battre je voulais la tranquillite alors que craquais et a chaque fois on sait quon est moins credibles chaque jour qui passe on sait qu on senfonce dans des tenebres mais on se sent faible le PN nous a bien explique que tout notre entourage n etait pas de sgens qui valaient la peine d etre cotoyer qu ils etaient tous nuls on se sent nul.. on finit par le croire car c est vrai quon finit par etre faible c est un piege terrible ds lequel je n aurais jamias pense pouvoir tomber

    ce qui m a sauve c est ma famille , mon frere plus particulierement, le seul qu il aimait bien d ailleurs.. jai appele a l aide je lui ai demande de venir ahbiter ac moi que un diner ne sufisait pas que j avais perdu le controle de moi meme et de ma vie et qu il fallaut qu il soit mon tuteur qu il dorme ac moi qu il garde mon prtable ac lui et de pas me laisser seule une minute sans quoi une minute aurait suffi pour que je retombe, une seule minute.

    mon entourage et ma famille ne me reconnaissait pas moi qui etais toujours gaie, a chaque fois qu ils me voyaient ils me disaient: on s inquiete pour toi, t as la ir fatiguee, t as l air deprimee, on te reconnait pas, tu fais tjs la gueule, t as l air tellement triste ca me fait mal…

    mon frere quand il est venu vivre chez moi m a vue dans la realite de ma situation , je me reveillais la nuit pour pleurer.

    j ai tout pour etre heureuse, j ai un boulot genial, une famille en or, je suis jeune, sportive j ai plein de succes ac les hommes mais je me sentias comme une merde dans un caniveau j avais le sentiment d etre la personne la plus nulle sur cette planete.. c est incroyable les mecanismes du cerveau et du coeur de voir a quel point on peut decrocher de la realite et se perdre..

     

    j ai meme eu recours a la chirurgie esthetique (je regrettte pas :) ) pour lui il me faisait comprnedre depuis des annees qu il adorait les gros seins. il s etait engage a venir me chercher a l hopital apres l operation et deux jours avant l operation je lui dis de pas oublier de venir me chercher et la  il me repond je vais voir j ai des trucs de boulot je veindrais te chercher et te deposer chez toi mais c est tt je vais pas rester la journee alros que le chirurgien avait specifie que je devais oas rester seule et qu il m avait dit deux semaines avant mais bien sur pas de problemes je prends ma journee . bref la soudainement il avait change d avis et quand je lui ai dit "t as quand meme pris deux jours pour notre chien quand il s est fait operer" il m a repondu "compare ce qui est comparable". voila c est une anecdote parmi tant d autres… c est mon frere qui est venu me chercher et qui s est occupee de moi.

     

    j ai eu une chance inouie de l avoir a mes cotes a ce moment la sinon je crois que j aurais ete detruite definivement je crois que je n aurais pas pu m en sortir seule

    et jpense que le probleme de nombreuses victimes aujourd hui c est qu elles sont seules.. qu il leur manque cette main poru les sortir de ce sable mouvant qui est entrain de les engloutir..

    on devent haineux on veut se venger mais la vengeance c est  qu un pas de plus dans l abime car il ny a pas de vengeance possible face a un PN, aucune. il n y a qu une solution, le quitter , panser ses blessures et essyaer d oublier, evacuer toute cette haine, cette angoisse.

     

    la cle c est d etre entouree , de decouvrir petit a petit qu on est bien mieux seule que mal accompagnee. aujourd hui je suis liberee.  jai bloque son numero et j ai depose une main courante contre lui au cas ou il s aventure encore a venir en bas de chez moi en pleine nuit pour me faire ses grandes tirades. 

    bon courage les amis! 

     

     

     

    Répondre
  140. Muriel

    Bonjour,

    Je suis tombée également sur un pervers narcissique ou plutôt une perverse, parce qu'il s'agit d'une femme. La relation a duré 2 ans mais fut dévastatrice pour moi. Au début, elle était toute gentille, toute prévenante, et au fur et à mesure, j'ai commencé à voir ces contradictions dans ces propos, ces remarques qu'elle me faisait continuellement, à l'époque j'avais été sur Internet pour comprendre ce genre de comportement, à savoir toutes ces contradictions, et c'est là que je me suis rendue compte qu'elle était une perverse narcissique. Le plus terrible dans tout ça, c'est que j'en étais consciente, je lui avais dit que je voulais la quitter, et lui avait même révéler ma découverte sur ses attitudes à savoir son coté pervers. Quelle ne fut pas ma stupidité! non seulement, elle détruisit chacun de mes arguments, chacune de mes preuves mais le pire c'est qu'elle m'avait tellement persuadée que j'étais dans le tort, que je suis restée avec elle. Un ans après je suis allée voir  ma toubib. Je ressortais de son cabinet avec la conviction que non seulement je ne m'étais pas trompée sur elle,à savoir en plus, qu'elle était quelqu'un qui n'aimait pas mais avait besoin des autres,  mais en plus avec des anti dépresseurs et anxiolytique.. je suis quand même restée quelques mois de plus, je n'arrivais pas à  la quitter, c'était comme une drogue, c'était affreux, et puis un jour, de plus, après avoir vu ce qu'elle était vraiment, je l'ai quittée. Ce ne fut pas facile malgré mon soulagement de ne plus être au prise d'une telle relation; j'ai récidivé en la voyant encore et en retombant dans ses bras…mais aujourd'hui je peux dire que c'est vraiment terminé, je ne veux plus la voir, ni la croiser. J'ai coupé ma ligne fixe, posé mon préavis, c'est déjà un pas… J'ai été humiliée, blessée, salie tellement de fois; je sais qu'il me faudra du temps pour me reconstruire, mais j'espère que j'y arriverai

     

    Répondre
  141. Estelle

    Je suis en instance de divorce g vécu 6ans et demi avec un pn et je lui ai fait deux enfants qui seront un lien avec lui et je me demande si je pourrais sortir totalement de son emprise. Il m’a idolâtrer pour mieux me rabaissé socialement puis sur la vie de tout les jours bonne à rien cuisine sexe occuper des enfants entretien de la maison g fait l’effet yoyo niveau poids plus gt ronde plus j’avais de critique sournoise mais quand je maigrissai plus j’allais mieux en gros plus il me ravaisser je lui trouver souvent des excuses et me culpabiliser je souffrais d’être en vie et de ne plus le contenter assez ainsi que de me rebelles et de gueuler devant mes enfants et mes amis famille car raz le bol de lui ainsi mr était victime et moi coupable ct un désastre il ma fait croire amour Bell bie ect…..pour mieux m’enfoncer actuellement il dit que je fume le chite bois et maltraite mes enfants de 4 et 2ans et demi et c des trucs pour dire que je suis folle instable fragile mais il use de tous pour que je n’ai plus la garde des enfants et que je meurs à petit feu. G pri la fuite avec mes enfants le 16 août 2013 et on m’a dit avoir mis en danger mes enfants il a été reconnu victime encore et il use encore de manipulation devant les éducateur juges avocats ect…..psychologue psychiatre……j’aimerais débarrasser de lui pour de bon mais c pas gagner. ….

    Répondre
  142. Buelens

    Votre document est intéressant mais il faudrait le faire corriger..

    Ceci dit je me reconnais bien ds le personnage de la victime.

    J'en suis sortie difficilement il y a 15 ans et j'en porte encore les stigmates!

     

    Répondre
  143. Matthis

    Je suis un pervers narcissique,d’apres vos critères,et je vous avoue que c’est un sentiment agréable d’être ce qu’on est ,il ne faut pas nous voir comme un danger,mais comme des personnes qui ont une autre perception des choses.

    Répondre
    1. koike

      Il est tout à fait normal dans la vie de ne pas avoir tous la même "perception des choses" comme vous dites Mattias ; cela est même enrichissant et n'a donc absolument rien à voir avec des capacités de destruction d'autrui ! Il me semble que vous n'ayez pas tout à fait saisi ce qui caractérise un(e) véritable pervers narcissique ? et doute que vous en soyez un. Mais qui sait ? et si c'est le cas vous pouvez sérieusement vous considérer comme un terrible DANGER …et le mieux serait d'éviter de vous attacher à quelqu'un qui ne partagerait pas la même maladie… et entreprendre une thérapie serait un bon début ! Merci d'avance pour les potentielles victimes innocentes !!!

      Répondre
  144. AF

    Bonjour à Tous,

    Hommes ou Femmes, ces cas ont toujours existé mais aujourd'hui ils ont un nom…

    Cela fait 4 ans que je régresse, alors qu'avant j'étais une championne, et je réussissai tout, je régresse, socialement, professionnellement, et je suis dépendante de lui ! Il m'a rendu dépendante de lui ! Après une thérapie et un arrêt maladie de 8 mois … je me suis dit que tout allait se régler (pour le bien de mon fils du sien, afin de ne pas le séparer de son papa) il m'a proposé d'acheter une maison, à la campagne,nous sommes dans le Sud Ouest de la France, (ma famille est du Grand Nord de la France) je n'ai plus de travail, je cherche bien sûr, et je fais des formations, notamment des ateliers pour être auto entrepreneur en gestion commerciale … la motivation et l'énergie ne sont pas présentes … quand je pense au Nord, à mes amis, à ma famille (de qui il dit toujours du mal derrière eux et devant tellement gentil… ) là j'ai envie, là je déborderai d'energie, je me suis toujours débrouillée, j'ai toujours réussi, pourquoi plus maintenant ?! Je pense que c'est aujourd'hui ou jamais, pour moi, pour mon fils, et pour garder cette relation en rêve, couper pour ne pas déchirer, je ne le deteste pas, loin de là, mais je préfère m'en éloigner, ce fut difficile cette décision, cela m'a pris 4 ans, 4 ans de pleures, 4 ans de doutes, 4 ans de plaintes, 4 ans de solitude, 4 ans de tristesse, 4 ans de manque, pendant 4 ans j'ai été sa marionette ! Quand il faisait la tête, quand il était triste, j'étais tellement empathique que je buvais toutes ses émotions, quand il était en colère contre moi, je me sentais petite, petite fille, qui se faisait punir injustement par ses parents, c'est atroce, la fin arrive, j'ai plannifié de partir fin juin 2014 (fin de l'école), Je redemarre à zéro, j'ai peur, peur qu'il me manque, peur qu'il manque à mon garçon, peur de me sentir seule, alors que là haut, ils sont tous là pour moi, ma chance, ma grande chance c'est d'être aimée et entourée ! Merci à ma famille, à mes amis !

    La psychiatre m'avait dit : le problème ce n'est pas vous ! C'est lui c'est un Pervers Narcissique, ces mots sont durs et font peur, mais au moins elle m'a fait prendre conscience de qui je suis, car je me suis perdue, je ne me reconnaissais pas, ma vraie personnalité s'est éteinte 4 ans !

    S'il vous plait, à "Vous Tous" femmes, ou hommes qui vivez cela, s'il vous plait ! Fuyez ! Si vous avez besoin d'appui n'hésitez pas, je vous écouterai et me ferez un plaisir de vous aider ! Fuyez !

    Tenacité, Courage, Zenitude la fin est proche :-)

     

    Répondre
    1. Estelle

      Je suis partie le 16 août tu prévoit de partir avec ton fils moi je dis fonce mais protège toi va ou on saura que tu ne te drogue pas nest pas malreairanre alcoolique ect……surtout un endroit qui a de l’impact sur la justice far moi depuis mon départ précipité et fuite imprévue il m’a mis plein de truc sur le dos maltraitanxe mise en danger des enfants et drogue depuis le 22 octobre jusqu’à maintenant je suis passée 5 fois au juge donc 4 juge des enfants et c’est pas gagné donc t’auras toujours une certaine emprise par le biais de ton fils. …je vis un cauchemar et regrette tout de lui…..g peur qu’il arrive à manipuler lzs enfants quand ils seront plus grand et que je les perdent …….car ce sont des objets pour lui….ils n’ont que 4 et 2 ans. ..enfin courage

      Répondre
  145. Gaëlle

    Je suis à la fois attristée de constater que nous sommes nombreux(ses) à subir les malversations d'un PN et rassurée de lire que nous en sommes tous(tes) conscient(es) et prêt(es) à les fuir… Mais malheureusement, même si nous réussissons à leur tourner le dos, leur comportement tordu laisse malgré tout des traces indélébiles. Ce qui fait mal et très peur puisque ce tempérament semble tantaculaire. Il ne s'arrete jamais, d'autres trinqueront. Pour ma part, c'est ma mère. Bien entendu, j'étais incapable de la qualifier ainsi jusqu'au jour où j'ai du me reinstaller chez elle avec ma fille…ma plus grosse erreur. J'avais l'habitude d'être rabaissée mais de le lire dans son journal intime m'a achevée. J'en étais tellement meurtrie que 15 jours après, je suis partie en courant avec ma fille sous le bras. Mais depuis ce départ,  je reste plus ou moins sous son emprise car elle a réussit à créer un lien fort avec ma fille. Bien entendu, pour préserver ma fille, je ne cesse de la mettre en garde de ce que peut dire ou faire ma mère. Ce qui, bien entendu, ne m'aide absolument à m'en défaire ni  pas à tourner définitivement la page… Je réalise aujourd'hui que seul le décès de ma mère mettrait un point final à tout ça. Quoique, j'ai toujours ma sœur… qui me déteste et qui semble avoir héritée de cette pathologie…

     

    Répondre
  146. Laura

    Bonjour,

    Apres avoir lu la plupart des temoignages et aussi de nombreux articles, je comprends "enfin" que cela fait 20 ans que je suis  avec un PN.

    Il y'a 5 ans j'ai reussi à le quitter , la raison principale etait qu'il me trompait,   une relation serieuse à priori,  mais comme il ne cessait d'essayer de me reconquerir, elle a fini par partir aussi …et bêtement j'ai cru qu'il avait changer  et je suis de nouveau avec lui apres 2 ans de separation.

    Durant cette separation, je ne vivais pourtant pas si mal, 2 enfants en garde alternée, je m etais refait une petite vie, amie, petites histoires amoureuses, j'avais reussi à me reconstruire ,  j'avais retrouvé confiance,  dignité, et le sourire.

    Mais, comme j'ai pu lire et le vit aujourd'hui, un PN ne change pas! je trouve meme que cela s'intensifie: chantage affectif, humiliation, reproches et critiques incessantes, genre "j'aime pas du tout la facon dont tu es habillée aujourd'hui", puis le lendemain me dit que je suis belle!.ou encore les: tu ne comprends rien, reflechies, tu es idiote, et j'en passe .

    Egoiste au plus haut point : Il me dit par exemple que je dois sortir, m'amuser mais s'absente lui beaucoup pour son travail,  ses activité sportives, sorties  …Je dois gerer tout le quotidien de la maison seule avec mes enfants… nous avons 2 garcons de 11 et 16 ans , generalement si nous rencontrons des difficultes avec eux,   c'est selon ses mots "parce que je ne le laisse pas assumer son role de pere" , que je suis trop faible avec eux,  …c'est donc ma faute encore et encore !

    Si j'ai une invitation chez une de mes amies par exemple , je lui demande toujours de venir, lui ne me le propose jamais, je ne connais pas ou tres peu la plupart de ses amis qui sont surtout des collegues de travail …. En fait, il prend tout de moi et ne donne rien !

    S'il estime que je suis "mechante" avec lui , il me le fait payer …il a meme porte la main sur moi deja, bousculer souvent . Il est vrai que souvent j'ai hurle sur lui , je l'ai insulté ..tres souvent je l'ai mis dehors , c'est la provocation permanente , il cherche toujours à me mettre a bout, me faire craquer et dit la que je suis une folle, une taré ! puis il s'en va, en disant que tout est de ma faute .La plupart du temps il va dormir chez sa mere,puis m'envoie des messages comme quoi je dois changer, que cela ne peut plus durer ….que je garderai les enfants tel jour, qu'il les prendra tel jour, il finit toujours par tout decider ….puis il revient un soir pour diner , puis repars ….il n'hesite pas a me critiquer en public , beaucoup de gens m'ont dejé fait la remarque " il te cherche tout le temps ", il n'aime pas quant je parle à des personnes , ou quant je suis au téléphone, me dit d'arreter de parler, de raconter ma vie, que je suis trop bavarde!

    Je suis tres mal souvent, physiquement,  extemement stréssée, tres fatiguée, sensation d'être vidée, vampirisée

     J'ai été soigné pour des crises d'angoisses, des vertiges , des crises de tremblements….je ne suis jamais en paix dans ma tete .

    Des qu'il sent que je m'echape il reapparait tout gentil pour me recuperer, je lui appartient semble t'il ! le pire c'est que souvent quant il part suite à une dispute …je me sens abandonnée, seule et terriblement fautive….c'est un enfer !

    J'ai pris depuis que nous sommes de nouveau en couple si on peut appeler cela "ensemble" un appartement en location, il est vrai qu'il ne s'y sent pas chez lui, ce qui est aberrant c'est qu'il gagne tres tres bien sa vie , mais vit entre "mon" domicile et celui de sa mere . Et curieusement il est prioprietaire de 5, 6 appartements qu'il loue…

    Il donne de l'argent pour le foyer mais je suis toujours obligé de le reclamer ….et me demande comment je fais pour ne pas m'en sortir mieux financierement …j'ai un travail heureusement mais je ne suis pas chef d'entreprise malheureusement pour mon compte bancaire ….

    Je ne sais pas comment vont se terminer les choses, si un jour cette relation destructrice pour Moi s'arretera.J'essaie de prendre du recul pour me sauver vite et cette fois ne plus revenir avec lui. J'espere aussi que mes enfants en sortiront indemn, j'en doute.

    Merci de m'avoir lu. Je souhaite à toutes et tous de retrouver une vie sereine, saine , honnete , sans mensonge, trahison, persecution…

     

     

    Répondre
  147. Alain

    Bonjour, ma soeur a 30/30 , elle voulait tout savoir sur ma vie , je ne la vois plus .

    Si le/la PN vous a cible c'est que vous representait un enjeu pour lui/elle , son plaisir sera de vous faire descendre le plus bas possible .

    Souffrir n'est pas normal , il faut fuir sans prevenir .

    Répondre
  148. Ilona

    Bonjour, il semble que vous êtes une majorité de femme sur ce site, ça me rassure en quelques sortes donc je me lance à vous raconter un peu ma situation. Mais il semble également que je suis bien plus jeune et touchée par une toute autre situation, avec unE pn. J'ai 17 et ça fait plus de 6 ans que ma soeur, 20 ans, se comporte comme 20 des points présentés sur cette page. Je ne sais pas quoi faire. Mes parents ne sont plus ensemble depuis longtemps et j'ai toujours vécu avec ma mère et elle, dans un appartement, partageant la même chambre avec ma soeur. Depuis ses années de collège elle est devenue égoïste, à un point très élevé. Elle ment souvent, s'énerve très vite, est constamment frustrée pour tout et rien, et s'en est déjà prise à moi physiquement et mentalement (évidemment)

    Je suis contrainte à vivre tout les jours auprès de celle qui me détruit, elle me fait du chantage, tout les jours, me rabaisse, et vient me hanter même quand elle n'est pas là, j'en parle à mes amis (même parfois sans mal parce qu'elle reste quand même un membre de ma famille) mais elle est toujours présente. Quand je rentre chez moi j'espère toujours qu'elle n'est pas là. Si elle est là, je ne reste pas dans la même pièce qu'elle, quitte à me réfugier dans la chambre de ma mère. Moi et ma mère ne savont pas quoi faire. Et cette dernière ne veut PAS voir la verité en face. C'est qu'en parlant avec une camarade que l'on a "diagnostiqué" chez ma soeur ce visage manipulateur narcissique et pervers. Je suis actuellement et malheureusement en échec scolaire, en terminale, et sujette à de violents cauchemars, crises d'angoisses et parfois des scarifications

    Je suis perdue, je ne cesse de le répéter mais j'ai grandement besoin d'aide, mon père est inutile, lorsque j'ai essayé de chercher son aide, d'aller vivre chez lui et ma belle mère, ma propre mère m'a fait passé pour une folle finie, me disant que j'exagérais tout, que je m'auto exluais de la vie de famille de façon intentionnelle et que je n'étais que dans une crise d'adolescence.
    Si vous pouviez me donner quelques conseils pour survivre jusqu'à mes 18 ans je vous en serez grandement reconnaissante

    Répondre
    1. Magnetite

      Ma chère Ilona,

      je suis beaucoup plus âgée que vous, mais j'ai vécu et vis encore les mêmes difficultés que vous. Voilà 58 ans que ma soeur me pourrit la vie.

      Depuis ma naissance, elle a toujours cherché à me rabaisser, à m'isoler.

      Tout ce que j'ai fait dans ma vie, toutes les personnes que j'ai rencontrées, le métier que j'ai exercé, les endroits que j'ai aimés, tout, tout, tout a été sujet à critique !!!

      Petite fille, je sentais instinctivement qu'il fallait que je m'isole d'elle. Ce n'étais pas facile. Je la voyais également anéantir moralement notre grand-mère qui vivait avec nous. Elle lui disait des choses affreuses. Par gentillesse, ma grand-mère ne rapportait rien, elle la protégeait malgré toute sa méchanceté.

      Il n'y a qu'au moment de l'adolescence qu'elle a été gentille. Depuis j'ai compris qu'elle essayait en fait de me modeler, de connaître au plus profond de moi-même la personnalité de la future femme que j'étais en passe de devenir…… afin de mieux la manipuler et la détruire !

      Tous les garçons que j'ai connus, elle les a critiqué ouvertement à ma mère. Je pense que notre mère était d'ailleurs craintive vis à vis d'elle car elle est capable d'avoir des réactions extrêmement violentes ! Donc, elle ne répondait pas mais ne me défendait pas non plus.

      Lorsque j'ai connu mon premier mari et que nous avons fixé la date du mariage, elle a fait une tentative de suicide. Elle ne voulait pas que je lui échappe. Mais j'ai tenu bon… mais nous sommes devenus deux victimes de ce monstre. Lorsque les enfants sont nés, elle s'est toujours montrée indifférente affectivement, critique envers eux.

      Puis j'ai divorcé. Elle ne voulait surtout pas que mon mari verse une pension alimentaire aux enfants (c'est vraiment très puéril !!!) car je risquais d'avoir plus d'argent qu'elle !

      Car l'argent a toujours été au centre de sa vie. Je l'ai toujours entendue dire aux autres qu'elle était très riche, qu'elle possédait des terres, un château… ce qui est faux !

      Elle a détruit également son mari qui n'est resté avec elle que deux années. Elle l'a frappé, l'a humilié, l'a éloigné de leur fille.

      Les hommes et les personnes qui réussissent, elle les a toujours critiqués, méprisés. Elle ne fréquente que les personnes faibles qu'elle peut manipuler facilement et envers lesquels elle se montre puissante.

      Mon deuxième mari a réussi dans sa vie… et c'est devenu l'enfer avec elle !!! Elle raconte des choses très graves sur lui. Je le sais mais j'hésite à le lui révéler car il va sans doute réagir très fort ! Je me dis que je la protège en ne disant rien et je suis donc encore sous sa coupe. Cela me fait peur car le monstre qu'elle est et qui est toujours en embuscade va comprendre très vite que je lui appartiens encore !!!

      La seule voie de secours, c'est la fuite, l'éloignement. On ne peut rien faire pour se protéger contre ce type de personne lorsqu'on a ne serait-ce qu'une seule connaissance en commun. Car peu importe celui qui l'écoute, ce qui compte pour elle, c'est de salir, démolir, anéantir ceux qu'elle veut dominer.

      Vous êtes jeune et partagez encore la proximité de votre soeur. Mais ne baissez pas les bras ! Reprenez confiance en vous secrètement car il ne faut pas qu'elle s'en rende compte, passez votre bac, et partez loin pour poursuivre vos études. C'est votre seule chance. Si vous restez auprès d'elle, vous serez détruite.

      Courage Ilona, votre vie est devant vous ! Ne la gâchez pas en vous sacrifiant. Votre échec scolaire la remplit sans doute de plaisir, alors réussissez !!!!

      Répondre
  149. Pegasuze

    Bonjour, je vous écris car je pense vivre avec ce genre de personne.

    Je m'explique.

     

    La nuit dernière après avoir passer 10 heures non stop au travail (lever 6 heures parti pour le travail à 7h et commencer a 8h et terminer a 18heures) je vais me coucher a 22h30, profitant de ce vendredi de repos pour me coucher tôt et faire une jolie grâce matt.

    Lui décide de rester regarder la télé et de jouer à sa console (je m'en fou tant que je n'entendais rien) puis viens se coucher à son tout aux alentours de 2h du matin.

    Depuis 3 semaines (reprise du travail) je fais de l'apnée du sommeil, et puis 3 semaines je suis constement reveiller par cet homme qui me secoue pour me reveiller, la permière fois je ne dis rien, comprend et me tais mais quand c'est répèté tout les soirs deux fois par nuit depuis 3 semaines je pense que au bout d'un moment (fatigue oblige) on pète un cable, ce que je fais je lui dis simplement d'arreter de me reveiller, que j'ai besoin de sommeil et que mes journées me fatigue, après avoir dis cela il me répond d'un ton sec.

     

    – toujours toi, "moi je travaille, moi je suis fatiguer, moi j'ai besoin de sommeil" et tu pense à moi tu me reveille avec ton apnée à pas respirer moi je veux dormir pense à ma santée.

    Je lui répond également que lui ne travaillant pas il pouvais prendre son mal en patiente la nuit et se reposer un peu plus le jour mais non sa ne lui convenais pas, il à commencer à e hurler dessus avec des mots plus que bléssant "fils de putte, gros sac, clochard, drogué (je fumemais pour lui je suis un drogué profond) puis ne voyant pas de réaction de ma part, il m'a simplement dis de "dégager" du lit et de le laisser dormir. Quad je lui dis que moi aussi j'aimerais dormir il me reproche de ne penser qu'a moi. il s'est levé, a ouvert les portes qui donne à l'extérieur et à commencer a pleurer et m'insulter (pour que le voisinage se lève et le plaigne, chose qu'il à bien réussis) Puis par manque de force et d'envie je ne parle plus et décide de prendre mes affaires chose qu'il m'encourage à faire pendant que je fais ma valise, je décide de récupèrer l'ordinateur qui me sers pour mon travail, Mon dieu l'erreur de ma part, il me dis de le laisser car il en a besoin pour sa session en mode invité pour retirer les images qui lui appartiennent, je lui dis simplement de retirer la carte mémoire mais il ne comprend pas et décide d'appeler la police qui rapplique 10 minutes après. Pendant ces 10 minutes il a continuer à m'humilier , m'insulter me reprprocher de ne pas le laisser dormir et que je le faisais expret. Les policiers arrivent et là j'ai cru voir un acteur, il a entendu frapper à la porte c'est mis a pleurer et à ouvert et me fais passer pour la personne qui l'a insulter avant qu'ils arrivent. Je répond a ces policiers de ce qui c'est passer et me sens mal je tombe tellement il m'avais durant 3 semainesreveiller toutes les nuit deux fois par nuit, les forces me quittent, il ce met a rire et expique aux policiers que je le fais expret pour me rendre intéressant. 

    Je suis rester pour la nuit, les policiers ont appeler les pompiers qui ont voulu m'enmener à l'hopital car j'avais une tension extrémement basse, des vertiges et surtout les pupilles dilatée comme si j'avais fumer (mais non juste la fatigue) il m'on donner un somnifère et ont demander a mon ami de me laisser dormir. ils repartent et chacun fais chambre a part moi sur le canapé lui dan le lit. Il viens me reveiller le lendemain avec des mots doux, gentils et me demande de me lever, je fais mine de dormir car je ne voulais ni lui répondre ni me lever car la fatigue étais trop présente  minutes après il reviens je décide de me lever et je récupère mon téléphone pour regarder mes mails importants et je me fais entendre que je suissur mon téléphone en meme temps en tant que commercial je suis obliger et les insultes sont repartis de son coté

    Avec la force de la voisine du bas (qui m'adore ) j'ai réussis a partir avec un énorme mal au coeur 4 an de vie commune sa ne se balaye pas comme sa. il réussis a m'appeler en numéro caché je répond et il me parle en pleurant que il me promet de changer. 

    Actuellement je suis chez ma mère, j'ai parler avec lui et avons conclu qu'il devais changer et me prouver sa en doux mois, ai je bien fais? ne devrais pas plutot partir et laisser se faire les choses? Je sais qu'il peux changer il me la prouver avec beaucoup de choses, il est passer de complétement sale a tres soigneux depuis 2 ans envers lui et son appart, moi à dépenser son argent sans ompter mais a faire des économie, a stopper la cigarette pour sa santé et celle de son entourage. Je ne sais que faire.

    Répondre
    1. Estelle

      Je pense qu’il ne changera pas. …..c un trait de caractère de lui c un besoin de se nourrir dr yon mal être tu es sa chose sa proie tj es plus toi même tu es pour le cobtenter et xe n’est jamais assez et ca le sera toujours g cecu 7abs acec trois ruptures pour kil cgange mais jamais il a changé donc désolé le mythe de tout le monde peut changer la je dis nob c un besoin irrationnel c pas comme la clope ka saleté ect.. ..il ne sait pas être lui même sans ça c encré en lui

      Répondre
  150. pixelutopia

    Je  vie depuis 2 ans avec un pervers narcissique et il est le père de mon fils qui a bientôt 15 mois. De plus mon futur ex est alcoolique alors ça n'arrange rien. Je suis entrain de me séparer de lui et grâce a l'aide de ma famille et de mes amis car sans eux je n'aurai le courage de partir.

    Il occupe tous les points que vous énumérez. Il aime retourner la situation, il me dis que si il s'est remis a boire c'est entièrement de ma faute. D'ailleurs après un arrêt d'alcool de 4 ans il a recommencé a boire quand j'étais a 5 mois de grossesse. Il me critique auprès de sa famille, de ses amis, de ma famille (qui n'est pas dupe) et de mes amis (qui ne sont pas dupe non plus). Il me fais passer pour une personne insatisfaite de tout alors que c'est lui qui passe son temps a faire la tête et a se plaindre de son cotidien. En parlant de se plaindre sans cesse il excelle dans ce domaine. A l'écouter toute la misère du monde lui est consacré. Il est jaloux de mes amis, il essaie de se les approprier si j'ai le malheur de lui présenter et une fois qu'il les a dans sa poche il prend plaisir a me faire passer pour ce que je ne suis pas. Il est même jaloux de son fils. Il dit tout le temps que j'en ai que pour son fils et que je me suis servie de lui pour faire un enfant. Si j'avais su qu'il était comme ça alors oui je serai partie a l'annonce de ma grossesse sans lui dire, mais plus j'avançais dans ma grossesse et plus il me montrait son vrai visage. Il me ment sans arrêt, drague d'autre femme devant moi ou dans mon dos et quand je lui que ça ne ce fait pas il me dit que je vois le mal partout, que je suis parano et folle. Il refuse que je travail car il veut que je sois totalement dépendante de lui et quand je me décide a lui tenir tête et que je cherche un emploi il me met des battons dans les roues pour que je n'y parvienne pas. Quand on s'engueule le lendemain il me couvre de cadeaux et si j'ai le malheurs de continuer a faire la tête il me dis que je suis ingrate et que je devrais être comblée d'avoir un homme comme lui. Le jours ou je lui ai dit que ses cadeaux étaient offert par intérêt et que je n'en voulais plus il m'a rué de coups devant mon fils qui était terrorisé et qui pleurais, quand il a du fini avec moi il hurlait sur mon fils pour qu'il arrête de pleurer, malgré la douleur j'ai eu la force de le faire tomber et de le trainer dehors par les cheveux. C'est depuis ce jours là que j'ai eu le déclic de partir. Il me dis accepter la séparation mais je sais que c'est sa façon a lui de me faire baisser ma garde pour pouvoir me faire mal au moment ou je ne m'y attendrais pas, mais sa manipulation ne fonctionne plus sur moi. Je me suis forgée un caractère encore plus dur que ce que j'avais déjà. Je me tiens prête pour ses futurs attaques. En presque 15 mois il ne s'est jamais occuper de son fils sauf pour céder a ses caprices. Et quand on s'engueule il dit a mon fils et a qui veux bien l'entendre que je suis névrosée. Je le hais, il me donne envie de vomir. Je ne regrette pas mon fils mais je regrette de l'avoir eu avec lui. Il m'a vaccinée contre les hommes, je vais rester un bon moment célibataire après une expérience comme celle-ci. Je ne la souhaite a personne même pas a mes ennemies. C'est la relation la plus destructrice que j'ai connu. Moi qui suis coquette même quand je ne sort pas aujourd'hui ça fait 1 an que je ne prend plus soin de moi. Si mon fils ne m'aidait pas grâce a ses sourire a me garder la tête hors de l'eau je sombrerai totalement.

    Répondre
  151. SUZIE

    Bonjour

    Mon conjoint présente des similitudes quant à ce "portrait"

    C'est un "monsieur je sais tout" qui a toujours raison. Il aime me rabaisser devant tout le monde en racontant n'importe quoi à mon sujet.

    Il n'écoute pas ce que je dis et déforme mes propos (mais il fait cela avec tout le monde)

    Je ne peux pas avoir de dialogue avec lui car comme il a toujours raison, il se fache si je ne suis pas du même avis que lui. Et me traite de débile…

    Les personnes qui ne sont pas de sont avis sont cataloguées de "cons" même s'il se dit tolérant et ouvert, ce qui est totalement faux.

    Mais par contre il hurle tout le temps et se fache pour des trucs totalement idiots et sans intéret.

    Il aime me faire des reproches à longueur de journée pour des futilités stupides…

    Il aime me faire passer une débile auprés des autres et essaie de me faire penser que je suis une débile moi même. Mais je sais ce que je vaux…

    C'est un egoiste même s'il dit à tous qu'il ne l'est pas et qu'il deteste les egoistes…

    Il ment sans arrêt même s'il dit hair les gens qui mentent…

    Il essaie de me faire passer pour une menteuse auprés de tous alors que c'est lui le menteur!

    Il deteste quand je m'amuse et désire me supprimer tous mes loisirs

    C'est un gros faineant qui ne bosse pas (moi je bosse et me lève tous les jours à 6h du mat) et ne fous rien à la maison et me fait des reflexions quand j'ai pas eu le temps de faire un truc

    Bref je ne sais pas si c'est un pervers manipulateur ou seulement un gros con !

    Si je n'avais pas d'enfants je me serais barrée depuis belle lurette…

    Mais je supporte ce gros con pour mes enfants… Je me sacrifie quoi.

    Répondre
  152. mélanie

    Bonjour,

    séparée depuis 5 ans, puis divorcée depuis peu, j'ai 2 enfants avec ce type de personnage….en garde alternée!

    Je cherche à connaitre les expériences de femmes/hommes dans ce cas, car pour nouir il est prêt à tout, manipuler les enfants, se servir d'eux …à exceller dans cet ignoble art de l'aliénation parentale. La discussion étant impossible, comment faites vous pour vous proteger et surtout protéger les enfants ?

    Merci de vos conseils !

    Répondre
  153. Carole

    Je viens de vivre une histoire qui aurait pu (dans ma tête et dans mon coeur) devenir un conte de fées moderne, mais je viens d'endurer, malgré moi, une véritable torture mentale et sentimentale jusqu'à en arriver au point de non-retour. Je pense avoir frôlé la mort, mais elle n’a pas voulu de moi.

    En mai 2013, je suis allée prendre des renseignements auprès d'un notaire suite au décès de mon père dans le but de vendre notre villa.

    Je l'ai trouvé magnifique et j'ai été immédiatement charmée par sa façon de m'accueillir, d'évoluer dans l'espace, sa voix douce mais sûre. Il était beau, vif, me paraissait brillant.

    J'étais célibataire, lui non …. Suite à ce rendez-vous, nous nous sommes revus dans un cadre totalement différent (au tennis), trois mois plus tard. Il est venu vers moi avec un sourire radieux, m'a tutoyée et embrassée pour me dire bonjour : c'est là que j'ai senti que je tombais amoureuse … Nous avions une amie en commun, celle qui, d'ailleurs, me l'avait conseillé trois mois plus tôt; nous avons donc commencé à discuter – à trois c'est toujours plus facile au départ !!!!

    Bref, le soir, nous sommes restés ensemble tous les deux, nous sommes allés prendre quelques verres et la barrière à ne surtout pas franchir a été rompue …

    A partir de là, nous avons commencé à vivre une histoire d'amour intense, passionnelle, on se voyait tous les jours, on n’arrivait plus à se quitter. On s’envoyait des milliers de textos. Il m'a très vite dit qu'il n'aimait pas sa femme, qu'il comptait la quitter, qu'elle ne lui faisait même pas à manger et qu'il finissait les restes dans les assiettes de ses enfants …. Il me disait être très malheureux avec elle, qu’il n’en pouvait plus et qu’il voulait enfin changer de vie. Prendre un nouveau départ.

    Il l’avait rencontrée à l’âge de 19 ans et me disait s’être vite rendu compte sur les bancs de la FAC de droit qu’il n’y avait que des filles. Que son mariage avait été presque imposé par sa belle-famille (grosse famille bourgeoise) lorsque sa femme est tombée enceinte.

    Qu’en fait, il n'avait jamais cessé de la tromper avant même le mariage, mais que ce n’était que des petites aventures sans lendemain.

    Il la descendait constamment (elle est bête, elle fout rien, c'est une dépensière, elle n'est pas sociable, elle est autoritaire, me parle mal, ne s'intéresse pas à moi, etc …) alors pour me venger, je la trompe.

    Il m'a donc rapidement fait comprendre que j'étais la femme de sa vie, me couvrant de compliments, me trouvant sans cesse des ressemblances avec lui, son caractère rebelle, sa propre histoire, ses fêlures, notre physique (cheveux bouclés, visage carré) : il excellait. Il disait ne jamais s'ennuyer avec moi, me trouvait drôle, intéressante …, Il me disait avoir enfin découvert ce que voulait dire le mot "aimer", qu'en fait, c'est ce qu'il cherchait depuis longtemps : AIMER.

    Je ne pensais plus qu'à une chose : que l'on vive ensemble jusqu’à la fin de nos jours.

    Il m'y faisait croire, me parlant A DEMI MOTS d'avocat, procédure de divorce, projetant notre futur domicile (lorsque d’un déplacement, nous sommes allés nous faire masser et il m’a dit « nous mettrons la même baignoire » ; je sais ça peut paraître stupide, mais ça aide à se projeter dans la vie future, ça « concrétise ».Après, il se ravisait et ne me parlait plus du tout de séparation. C’était la douche écossaise.

    En effet, tout restait toujours flou et même s'il a très vite été démasqué par sa femme (le 1er mois), il continuait quand même à lui mentir sans arrêt, il mettait des "plans" au point afin de vivre une DOUBLE VIE plutôt que de préparer une séparation. Je pense que c’est comme ça qu’il concevait notre « avenir », mais de peur que je ne le quitte, il me mentait aussi constamment.

    Ses mensonges étaient parfois énormes. Je me souviens d’une anecdote : il avait beaucoup de fond de teint sur son col de chemise et lorsqu’il est rentré chez lui, sa femme lui a demandé des explications. Voilà la réponse qu’il lui a trouvée : son chien a marché dans la boue (il ne pleuvait pas depuis plusieurs jours) et elle est venue dormir sur son cou – son chien est un berger des pyrenées … Oui, il me relatait tout, systématiquement et semblait y trouver énormément de plaisir, ça le faisait beaucoup rire de se moquer de sa femme.

    En réalité, lorsqu'il était avec elle, il me dénigrait (elle m'envoyait des sms du type "tu sais, avec Antoine on parle beaucoup de toi … il paraît que tu es toute ridée, il aime pas les seins en plastique, c’est pas « top » et en plus ses autres petites amies – nommées + profession – sont bien plus jeunes et plus belles que toi, avions de chasse, etc .."

    Et lorsqu'il était avec moi, c'était le contraire. Et moi, je n'arrivais pas à le réaliser !!!! j’étais aveugle. C'est fou !

    Un soir, en revenant de son étude, avant de rentrer chez lui, il m’a dit qu’il serait pour ma fille Lauren, le père qu’elle n’a jamais eu, m’a sous-entendu qu’il l’adopterait même mais que pour ce faire, il lui faudrait m’épouser. J’étais folle de joie, j’ai pleuré de bonheur, me suis jetée dans ses bras.

    Dès son départ, je me suis empressée de téléphoner à ma mère et à mon amie pour le leur dire ; j’étais tellement heureuse !

    Alors j'ai commencé à lui demander quand il comptait la quitter : le sujet tabou. Il trouvait encore et toujours une réponse ambigüe et/ou l'excuse des enfants. Il me disait qu'il culpabilisait à cause de ses enfants (ados) car il avait été abandonné par son père avec ses deux soeurs, son père qui lui disait toujours qu'il était "gros, moche et con", avec qui il a coupé les ponts depuis plusieurs années.

    Je ne voulais plus être sa maîtresse, je lui ai fait comprendre et lui ai demandé que cette situation cesse pour enfin vivre une relation normale et saine – ou pas … Nous avons donc coupé les ponts durant une quinzaine de jours et il est revenu. Mon amie, ne comprenant pas ce revirement de situation, lui a demandé pourquoi alors qu’il s’était verbalement à ce point engagé. Il a nié, dit que j’avais mal compris qu’il n’avait jamais parlé d’adopter ma fille ou de m’épouser. J’étais atterrée face à ses mensonges. J’avais honte pour lui.

    Ca ne l'a pas empêché de venir s'installer chez moi début janvier 2014 (je n’arrivais pas à lui résister), sans pour autant ne rien engager dans le cadre d'une procédure de divorce. Il n'en parlait jamais et continuait malgré tout à aller voir "ses enfants" tous les jours, le week-end – et j'ai vite compris le manège : il me trompait avec sa femme en continuant de me mentir, en la critiquant tout le temps (ils s’envoyaient des sms enflammés). Je lui ai donc demandé de partir : je n'en pouvais plus de ses mensonges et de ses manipulations. Je souffrais, c’était devenu insupportable.

    Par ailleurs, il critiquait mes filles. L'ainée était ENORME, ABRUTIE, DEBILE. Quand je lui montrais ma petite fille en photo, il ne me disait jamais qu’elle était, ne serait-ce que mignone alors qu’elle a bientôt six mois et que l’on ne peut que fondre devant un bébé. Ma dernière fille était, à ses yeux, molle, sans envie (il la regardait de travers : je surprenais discrètement ses regards que je qualifierai de dénués de tout sentiment aimable, voire même plutôt méchants.

    Ma mère d’après lui pas intelligente, qui ne comprenait rien à ce qu’on lui expliquait (elle vient de perdre son mari ; à 72 ans ce n’est pas si simple de reprendre une entreprise et de s’occuper de toute une succession assez importante lorsqu’on n’a jamais travaillé). Il se moquait d’elle n’hésitant pas à l’imiter en train de fumer sa cigarette. Et pourquoi je ne réagissais pas ? Je n'en sais rien.

    Ses filles cependant étaient très belles, intelligentes, drôles, de magnifiques danseuses, avec "l'oreille musicale"; il disait qu'elles lui ressemblaient…. Il me montrait sans cesse des photos d'elles – par contre, son fils de 15 ans, il ne m'en parlait quasiment pas.

    Lui, se disait en manque de confiance, très malheureux d'avoir été abandonné, mais c'est ce qui lui avait donné l'envie de suivre des études brillantes, de prendre sa revanche. Il disait se trouver moche.

    Et dans les discussions, il devenait curieusement sans trop s'en rendre compte, le plus fort, le meilleur tennisman avec un beau tennis – les autres joueurs à part 2/3 étaient minables, un très bon dans tout ce qu'il entreprenait, un jalousé de tous les membres de sa profession, un jalousé de tous, dans tout ce qu'il faisait (rallye notamment), le meilleur en français, le plus rapide, efficace et rigoureux dans son travail …. étrange comportement. Il critiquait tout le monde et constamment (c’était son jeu), se moquait des gens avec un plaisir jouissif, il les rabaissait et aimait les dénigrer pour mieux se valoriser.

    Je l’ai quand même quitté ne supportant plus ces perversions entre sa femme et moi et lorsqu'il est parti, je me suis brisée.

    Il faut qu'ici j'ajoute un élément très important : je suis BIPOLAIRE et donc fragile. Il le savait, je ne lui ai pas caché et je l'ai surtout prévenu de PRENDRE SOIN de MOI afin que je ne souffre pas de déséquilibre. Je suis suivie depuis des années pour ma maladie et soignée avec un traitement adapté, mais cette maladie est bien présente et il avait conscience de ce qu'elle pouvait provoquer chez moi. Mon amie infirmière lui avait d'ailleurs clairement exprimé les risques notamment d'une relation amoureuse bancale. Je lui disais sans arrêt, je t’en prie, prends soin de moi ….

    Au bout de 15 jours, il est revenu à la charge et moi, pauvre faible, déprimée, je lui ai sauté au cou, je l'ai aimé 1000 fois plus encore. Il me promettait qu'enfin nous allions pouvoir vivre notre amour; que sa femme savait que nous étions amoureux, qu'il le lui avait dit (c'est vrai). Que le manque de moi lui était insupportable. J’y ai cru une fois de plus.

    Je suis donc devenue sa maîtresse notoire : nous allions partout ensemble.

    Puis nous nous sommes séparés à nouveau car il redevenait comme avant (mensonges, double vie, discours flou, me disait que sa femme se jetait par terre, s’alcoolisait, lui vomissait dessus, lui faisait du chantage avec les enfants, qu’elle ne voulait pas divorcer) qu’il pouvait rester avec moi, mais sans divorcer d’elle !!! Et moi, j’y ai encore cru … A un point tel que je ne supportais plus d’endurer autant de souffrance. Mon cœur me disait d’arrêter.

     MAIS IL EST REVENU ENCORE ET ENCORE !

    Il voulait me présenter à sa mère. Ca maintenant, je pense qu'il me mentait aussi.

    J'ai donc trouvé une maison à louer et je lui ai demandé s'il était d'accord pour signer le bail avec moi. Il a dit "oui", mais il a été pris de cours !!! Il ne s’y attendait pas du tout … Là, je lui ai demandé d’appeler tout de suite l’agence. Il ne voulait pas, prétextant que cela pouvait attendre le lendemain. J’ai insisté. Il a cédé – à contre cœur je l’ai vu.

    Nous avons signé le bail. 10 jours après il y mettait fin – Pour ce faire, il a tout fait cette fois pour que nous nous séparions …

    Ma maladie me jouait sérieusement des tours à chaque séparation, je maigrissais, je sombrais dans la dépression, je prenais de plus en plus de médicaments, je n'arrivais plus à travailler, je ne me sentais plus exister qu'à son travers, je ne pensais qu'à lui, ne parlait que de lui : j'étais comme ENVOUTEE PAR MON GOUROU …

    J'ai fait deux tentatives de suicide : ça n'a pas eu l'air de trop l'affecter. Pas du tout d'ailleurs, soyons clairs. Bref ensemble ou séparés, j'étais l'ombre de moi-même et n'arrivait pas à sortir de ce cauchemar.

    Il s'est quand même installé SEUL dans cette immense maison puisqu’il avait 3 mois de préavis et qu’il payait donc un loyer conséquent … il vivait entre cette maison et son domicile conjugal.

    Puis arrive la ST VALENTIN … la spirale infernale …

    Il me recontacte par textos, on se dispute mais « gentiment » – en fait, il me testait : je cède bien évidement.

    Il part au ski avec sa femme et ses enfants (il m'avait juré qu'il n'irait pas en vacances avec elle), en prenant soin quand même durant la semaine précédant son départ de me dire sans arrêt que sa femme c'était moi et moi seule, qu'il ne se passerait rien avec son épouse, qu'il y allait pour ses enfants parce qu'elle avait réussi à le convaincre lorsque nous étions à nouveau séparés. Sur le ton de la plaisanterie il a même ajouté : tu sais la bigamie est interdite en France; je risque la prison si ça continue. Ne t'inquiète pas ….

    J’y ai cru, comme toujours …

    Il m'envoyait quotidiennement de la montagne de nombreux textos d'amour, haaaaa l'Amour … des "bonne nuit mon amour, ma vie, ma femme, ma complice, mon double" et j'en passe …

    Au retour, je vis avec lui dans la maison que nous aurions dû habiter ensemble. Notre complicité est pour moi à son comble !

    Mais lorsque je parle d'avenir; c'est toujours et encore le flou artistique oui "artistique" convient parfaitement : il était expert dans la manipulation du verbe et je NE VOYAIS RIEN. Il me disait d’ailleurs souvent : « toi, tu me captes » … Je le pensais, mais c’était tout le contraire. Je ne maîtrisais absolument rien ; je n’arrivais pas à savoir ce qui l’animait.

    Un soir, il m’apprend qu'il a recouché avec sa femme pendant les vacances au ski; j’ai vu dans son regard et son comportement qu’il avait trouvé un plaisir pervers à me poignarder une nouvelle fois encore. Il semblait totalement insensible à ma douleur.

    Il m'a souvent dit d'ailleurs "ma femme est une femme magnifique, elle me plaît comme au 1er jour, j'ai toujours autant envie d'elle. Elle a un corps de rêve, musclé, elle court 70 km par semaine" Il faut être dingue pour accepter ce que j'ai accepté. Je m'en veux, j'ai très mal au fond de moi d'avoir fait preuve d'aussi peu d'amour propre, alors-même qu'il me disait que sa femme n'avait aucun orgueil – j'étais pareille …

    Il me disait cependant, que j’étais très/trop orgueilleuse, que je ne revenais jamais lorsqu’on se séparait alors qu’il faut savoir se rabaisser un peu lorsqu’on aime …, mais je pense que c’était encore une fois, une façon de me manipuler (ça me permettait d’avoir le sentiment d’avoir un peu de fierté quand même, alors que non, et de céder quand il revenait à la charge). Je pense que tout n’était que calcul. Ca me fait très mal de l’écrire, mais je suis en train d’en prendre conscience.

    A la fin du préavis de sa maison, il a fallu trouver en 4 jours un nouveau logement et affolée à l'idée qu'il retourne chez sa femme, j'ai pris les devants et lui ai trouvé un appartement dans ma résidence, à 30 mètres de mon appartement, avec vue sur sa terrasse de la mienne. Je trouvais ça génial !

    Cette idée n'a pas eu l'air de lui plaire (mais il l'a acceptée après avoir essayé de trouver un logement ailleurs, l'excuse étant qu'il n'y avait pas de boxe pour son scooter – il a appelé le propriétaire qui me l'a rapporté..), mais il ne disait jamais les choses franchement. Il ne disait rien ; j'ignorais ce qu'il pensait. J'avais des angoisses, je voulais toujours qu'il se sente bien, je ne voulais pas le stresser alors que moi, j'avais déjà sombré depuis longtemps et qu'il faisait comme s'il ne s'en apercevait pas.

    Je n'en tenais pas compte.

    Je le voulais heureux, je le couvrais de cadeaux (je n'en ai jamais eu un seul …).

    AU BOUT DE 2 JOURS (je venais de finir de tout nettoyer et installer), il a montré des signes de mal-être … Je le trouvais nerveux, préoccupé, fuyant. Je ne l'intéressais plus. Je faisais tout pour qu'il soit bien et lui, m'évitait.

    Il ne répondait pas à mes sms la journée alors qu'avant c'était constamment.

    Et il m'a annoncé le soir qu'il ne comptait pas que l'on vive ensemble avec nos enfants, qu'il n'était pas prêt, bref toutes les excuses possibles il les a trouvées jusqu'à "je suis peut être incapable d'aimer", "je sais que je fais peut-être la plus grosse connerie de ma vie" .. « Je t’ai entendue appeler ton chien cet après-midi, j’étais là, dans mon appartement ».

    On était très loin de toutes les merveilleuses déclarations d'amour dont j’ai pu être abreuvée pendant tous ces mois. En fait, je pense que la simple idée d’être si proche de moi, « à vue », l’a totalement paniqué.

    Son but était de garder une double vie, mais longtemps, toute la vie sûrement … et être un « électron libre » comme il me l’avait confié un jour sur le ton de la plaisanterie entre sa femme et moi.

    J'ai «pété les plombs». Pendant quelques jours, je me suis mise à boire plus que de raison et à mélanger mon traitement, augmenter les doses de calmants, je devenais comme dingue. Je n’arrivais plus à me contrôler. J’étais totalement coupée du monde réel. J’avais envie de mourir. Je ne pensais qu’à ça. J’avais perdu la raison …

    On s’échangeait des mails, des sms, parfois gentils, parfois horribles, mais une chose m’a frappée c’est son insistance, malgré notre séparation à m’emmener personnellement à MARSEILLE le 6 mai, date à laquelle j’ai un rendez-vous médical. J’ai dit oui au début – bêtement – puis j’ai réalisé que ce serait la plus grosse erreur à ne surtout pas commettre : retomber dans ses bras et sous son charme.

     

    =====

     

    Jusqu’au jour de ma garde à vue où tout a basculé. J’avais très largement dépassé les dosages de mes médicaments et bu beaucoup trop d’alcool ; je voulais probablement en finir avec cette torture morale, que ma tête s’arrête de fonctionner pour que je me repose. Je suis allée à son étude et il semblerait que j'y ai fait beaucoup de dégâts : je ne m'en souviens sincèrement pas. J'étais déjà dans l'au-delà …

    J'essaye de comprendre, doucement, mais tout s'emmêle dans ma tête. Je vais me faire hospitaliser dans quelques jours afin de tenter de me reconstruire et de panser mes plaies. Je réalise que j'ai failli y laisser ma vie.

    Je n'ai pas parlé ici de la souffrance de ma famille, mais elle n'est pas difficile à imaginer malheureusement … Je m'en veux. Mais, je me demande s'il peut – de son côté – imaginer une seule seconde la violence psychologique que j'ai endurée pendant ces 7 très longs mois. Je l’aimais sincèrement et j’ai tout fait pour le rendre heureux.

    Merci à ceux qui auront pris le temps de me lire.

    Merci à ceux qui pourront m'éclairer sur le mode de fonctionnement de cet homme et à ceux qui pourront me dire si, oui ou non, il peut être qualifié de PN ou non.

    Je souhaite, à mon tour, beaucoup de courage aux personnes qui souffrent …. et surtout un prompt rétablissement avec LE BONHEUR au bout du chemin de la reconstruction. Carole

     

    Répondre
    1. Marie

      Bonjour Carole,

      Merci pour ton témoignage, qui est malheureusement poignant. Ton histoire est presque parfaitement similaire à la mienne, meme si bien sur chaque individu a son histoire. Je suis en pleine dépression nerveuse apres 2ans passés avec un PN de haut niveau. Et je m’en suis sortie quand on m’a dit de fuir, quand on m’a dit ce qu’il était. Depuis je lis énormément de choses la-dessus, j’ai vu toutes les émissions possibles et écouté les conférences sur les manipulateurs. C’est très dur, ca m’a provoqué de nombreuses crises (sa violence m’avait mise dans un état déjà lamentable, vomissements, fièvre, impression de folie, envie de mourir etc., mais la prise de conscience a été -est encore- l’abcès entrain de se crever, mais ca libère doucement).

      En tout cas, avec tout ce que j’ai appris ce peux te dire avec certitude que cet homme est un réel PN et qu’il faut a tout pris que tu t’enfuis. C’est très sérieux. C’est ta vie qui est en danger. Ces hommes la sont malheureusement sans affect, leur seul point de référence c’est eux-mêmes, donc meme si tu souffres et que parfois il peut faire mine de sen soucier, il s’en fiche car il n’existe qua travers son ego. J’ai relu plusieurs fois ton témoignage, et sincèrement je te conseille deux livres parmi tous ceux que j’ai lu : Le harcèlement moral, la violence perverse au quotidien de MF Irigoyen, et Les manipulateurs sont parmi nous de I. Nazare-aga.

      Si tu veux qu’on parle un peu hésite pas à m’écrire. Tu pourras lire le témoignage de mon histoire un peu plus haut dans les témoignages percedents. J’ai réussi a quitter un pn qui a déjà fait internet une fille (avec qui il me trompait) et je tente de me reconstruire avec un très bon psy. Je pense qu’il est possible de sen sortir. Protege toi et dis toi une chose : notre premier devoir est de nous protéger, de nous respecter nous mêmes. Personne n’a le droit de nous mettre dans cet état, et je te jure qu’il y a des gens qui te veulent du bien. Ce qui n’est pas son cas à lui, il ne veux que son confort dhomme déséquilibré quitte a tuer une belle âme. Je pense à toi, et dis,toi que si moi j’ai pu réussir au moins a partir et a entamer une démarche qui me sauve la vie, c’est que tout le monde peut le faire. A ce stade, ce qui te retient ce n’est presque meme plus de l’amour en soi, mais c’est toute la destruction qu’il opéré pour te tenir dans ses filets… Courage.

      Répondre
  154. valentin

    bonjour a tous,

    j'ai vecu durant 8 ans avec un PN, biensur au debut, je ne le savais pas, il étais si gentil, si parfait j'ai envi de dire, mais peu a peu son vrai visage c'est montre, j'ai subit des insultes, critiques, coups,humiliation, je devais tout faire a la maison en plus de mon travail, il gerer l'argent, je ne devais surtout rien depenser pour moi ou pour ma famille, mais lui faisais se qu'il voulais de plus il ne travaille pas, il m'a éloigner de ma famille et mes amies, en disant que seul lui voulais mon bien, je n'avais dejà a la base pas confiance en moi, alors avec toutes ses belles paroles du debut, je suis vite tombe dans ses griffes, le pire c'est que j'en avais concience que tout ça étais destructeur pour moi, j'ai tenter de le quitter plusieurs fois, mais a chaque fois, je ne sais pas pourquoi il trouvais les mots ou les actes pour me faire changer d'avis, la derniere fois ou je suis partie plusieurs jours, il ma attendu dans un coin et rentrer dans mon véhicule et ma frapper d'une violence que j'ai cru que j'allais mourrir, malgres les conseils de mes proches, je n'ai pas depose de plainte. il me fais trop peur, je n'arriverais pas a l'affronter lors de la confrontation. Mais je ne suis pas retourner avec lui, il continue quand meme a m'harceler par texto ou appel, il me suis je le vois passer devant mon travail, devant chez mes amies ou devant chez ma mere car je suis retourner vivre chez ma mere car meme si je peux m'assumer financierement j'ai peur de me retrouver seule, le sachant non loin de moi.

    es ce qu'un seul rappel a l'ordre lui suffirais j'en doute, malgres que j'ai eu le courrage de partir, je suis toujours sous son emprise et quand je me retrouve face a lui, j'ai beaucoup de mal a lui dire non, surtout qu'il m'a affirmer qu'il me laisserais jamais et qu'il me suivrais partout ou j'irais. Je ne sais vraiment pas comment m'en sortir je penses beaucoup au suicide. je prend des somnifere et anti depresseur mais rien n'enleve toutes ses angoisses.

    Qu'elle issu me reste t il ?

    pouvez me conseiller. merci

    Répondre
  155. PATRICK BAUX

    Bonjour, je regrette que ce site ne parle que des hommes pervers narcissique, avec une pub montrant des hommes qui crient et une femme seule qui encaisse tout, je suis un homme sensible, généreux et je suis actuellement en dépression de la faute de ma rencontre avec une pervers narcissique, j'ai 52 ans, elle avait 35ans et sans doute a t elle usé de sa beauté pour me nuire, j'avoue que je n'ai jamais eu trop de chance dans ma vie affective, mais j'en porte aussi la responsabilité vu les nombreuses mutatations et vie à l'étranger que j'ai eu et donc pas évident de trouver la personne qui ait voulu me suivre…Mais à mon âge tomber sur une pervers c'est une catastrophe, à 30ans j'aurais encaisser plus facilement, là je ne sais pas combien de temps je vais mettre pour retrouver une lueur tellement je souffre je suis sous xanax et atarax…Par contre mesdemoiselles mesdames je vous comprends aussi et je suis solidaire de vos souffrances car je sais que cela peut exister aussi chez un homme. Bon courage à toutes et à tous. Avec bienveillance. Patrick

     

    Répondre
  156. Aurelie

    Bonjour.

    Les femmes aussi ont ce problème ! La sortie est complexe, il est compliqué de retrouver sa propre identité, les doutes et les questions sont longues. Mais une fois la page bien tournée, mon dieu que la vie est belle et qu'il est bon de retrouver des gens normaux et son entité !!!! 

    jai eu le malheur de vivre cette expérience durant 8ans aux côtés d'une personne manipulatrice PN. 

    Répondre
  157. Olivia

    Bonjour tout le monde,

    Quand je lis vos commentaires, j'hallucine vraiment. Je ne savais pas que cette "maladie" était si répandue et qu'elle faisait autant de "victimes". Je suis tombée dans le panneau moi aussi. Et effectivement tout est rose au début, presque irréel, trop beau pour être vrai et pourtant…

    Au bout d'un mois et demi, il me parlait déjà mariage et emménagement. J'ai bien sûr calmé le jeu direct parce que bon, je ne m'étais jamais retrouvée dans une telle configuration et que ça demande réflexion, chose qu'il a relativement mal pris je pense. Mais il a avalé tant bien que mal et c'est quelques mois plus tard que l'enfer a commencé. Je me suis retrouvée serveuse, parce que je devais financer mes études, normal quoi. Et il s'est révélé ultra jaloux, ultra possessif et a commencé à me dire que j'étais une allumeuse, que j'avais besoin que les autres me branchent pour me sentir exister. Euuuh, je ne lui ai jamais donné motif à s'inquiéter pourtant, j'étais super fidèle et complètement en mode groupie. Petit à petit, il m'a éloignée de mes amis, en me disant qu'ils me voulaient du mal, qu'ils me retournaient le cerveau et qu'ils ne l'aimaient pas. Même mon frère il l'aimait pas. Ca a rendu mes colocs folles ça, et je les ai perdues parce que je savais pas quoi répondre. Il m'a avoué de lui-même qu'il avait frappé son ex copine dans le ventre à plusieurs reprises, pourquoi je ne sais pas mais en temps normal, j'aurais direct quitté un mec comme ça, je supporte pas les mecs violents mais il s'y prenait tellement bien que limite il disait que c'était la faute de cette fille, parce qu'elle attirait sans faire exprès le regard d'autres garçons. Je savais en moi-même déjà que c'était pas elle le problème mais plutôt lui. Il m'a sorti aussi : attention je suis maniaco dépressif et ultra jaloux, ça va être la misère. Ca a toujours été comme ça avec lui approche toi mais barre toi. Le chaud, le froid. Il avait des délires sexuels bizarres, du style à mordre jusqu'au sang et je me demande si c'était pas pour que justement j'aie des bleus et que je me cache. Enfin c'est ce qu'une amie m'a dit en voyant ça sans que je lui en parle et qui a occasionné à mon grand regret, une belle engueulade.

    Il m'a sorti des gentilles phrases comme quoi j'étais la plus tout etc etc et après était capable de me dire que ce que je faisais c'était nul, il fallait aussi que je lui dise qu'il était beau quand il me le demandait pas sms, fallait qu'on discute de la tenue qu'il allait mettre pour une soirée pendant des heures, oh regarde comme cette couleur me va bien au teint mais mec t'es un mec quoi ^^ le sempiternel refrain de l'allumeuse, que je devais les regards sur moi uniquement à ma couleur de cheveux pas naturelle, que les malheurs qui m'étaient arrivé quand j'étais petite (et dont je ne voulais rien lui dire à la base) lui donnaient la nausée et que je le cherchais quelque part toujours parce que tadam : allumeuse. Allumeuse de rien du tout et j'insiste sur ce point, il s'imaginait le truc tout seul quoi. Et quand on a rompu c'est parce qu'il s'est imaginé qu'il y avait un mec qui voulait me choper alors qu'on était respectivement ce mec et moi aux deux extrémités opposées de la pièce et il a pété un plomb, un de plus. Et le plomb de trop. 

    S'en est suivi deux ans à afire le bouche trou parce qu'il avait fini par me convaincre que tout était de ma faute. Et puis, je suis partie de cette ville et j'ai rencontré quelqu'un. Quand il l'a su il m'a taxée de haute trahison :) ben oui lui il avait le droit et moi pas. Et s'en est suivi une longue période d'insultes. Car il a pas tardé à retrouver une nana. Laquelle il a sûrement conditionnée dans l'idée que j'étais une folle furieuse, comme cette dernière sera une folle furieuse pour la suivant etc etc.

    Et puis plus rien pendant 6 mois. Par mes activités annexes, je suis malheureusement obligée d'entendre parler de lui régulièrement, comme si cette erreur j'allais payer toute ma vie, que je suis condamnée à l'avoir dans le collimateur pour encore un bon bout de temps, et il a appris que je faisais un truc cool et donc monsieur m'a recontacté pour en profiter. Car oui, c'est un gros arriviste. Et là le mec, il commence à me raconter sa vie avec son ex, parce que cette nana que je ne connais pas, l'avait quitté du jour au lendemain, alors que c'était une relation très adulte, passionnelle, qu'ils voulaient un enfant ensemble il me raconte ça texto. Après 6 mois de silence sans que je lui demande quoique ce soit. Allez tiens prends ça dans la figure :) Peut-être que cette nana, elle a justement vu qui il était plus vite que moi et la précédente et qu'elle s'est sauvée et là, comme j'aurais aimé avoir sa lucidité. Parce que le monsieur tombe fou amoureux toutes les trente secondes, il faut avouer. Je sais pas si on peut véritablement parler d'amour, ou plutôt d'amour de lui-même.

    Aujourd'hui il s'en est encore trouvé une autre. Mais c'est pas pour autant qu'il me fout la paix de part les activités annexes comme je disais plus haut. Mais sa nouvelle technique est d'essayer de m'atteindre ou de m'obliger à faire ce que je ne veux pas, en utilisant nos amitiés communes. J'ai cédé plusieurs fois, de peur de les perdre et il s'est pas gêné pour me sortir des monstruosités à l'abri des regards indiscrets, à chaque fois que j'étais isolée et avec son sourire de gros hypocrite. Style je fais pas exprès c'est de la maladresse et puis oh c'est marrant, pff. 

    J'ai décidé d'en parler franchement à ces amis, et ceux qui n'ont pas compris que je ne voulais plus rien avoir à faire avec ce monstre ne sont pas de véritables alliés. J'aurais voulu simplement qu'ils nous traitent pareillement l'un et l'autre. J'ai envie de dire tant pis, pour ceux qui n'abuseront plus de ma gentillesse. 

    Désolée pour ce roman, mais je voulais insister sur le fait que ça peut vous suivre pendant longtemps, et encore plus pour celles qui ont des enfants.  Qu'il faut vous protéger, vous détacher et relativiser, voire mépriser si c'est pour vous impossible d'accorder votre pardon, ce que je comprends bien. Ce que vous avez vécu tous et toutes est terrible, personne n'a le droit de traiter quiconque ainsi, de détruire votre estime de soi car enfin, comme vous le savez ça prend des années pour nous reconstruire et on n'oubliera jamais vraiment. Je vous souhaite plein de courage et j'espère que vous projeterez bientôt votre ombre au-dessus de ce pauvre mec ou de cette pauvre nana, lesquels sont juste incapables d'être heureux et satisfaits et qui pousseront le vice jusqu'à ce qu'ils trouvent quelqu'un d'autre à vampiriser. Accepter sa part de responsabilité car il n'y a jamais de 100% coupable dans un couple mais arrêter de culpabiliser, et de culpabiliser de pas avoir vu. Comme les vampires ce sont de grands séducteurs et à double visages, en public on sait très bien que c'est pas la même qu'entre quatre yeux.

    Bon courage à vous tous

    Répondre
    1. Laetitia

      Bonjour,

      En lisant tous vos commentaires je me sens beaucoup moins seule et incomprise! Malgrés mon jeune âge (18 ans) chanceuse que je suis, mon premier amour a été et l'est encore un PN. Je suis resté 6 mois avec lui … une relation dévastatrice!  Anéantie, je ne comprenais pas pourquoi il me faisait toutes ces choses! qu'es que j'ai fait de mal! Il partait sans raison, sans qu'il y est de conflit puis rejeter la faute de nos séparaton sur moi! il me disait des choses du genre: ''tu doute de tout ! ''; 'j'ai toujours eu l'impression que tu me prennais pour ton plan Cul'', ''T'es égoiste'' et je vous en passe bien d'autre que vous devez connaitre !  J'ai alors perdu toute confiance en moi.

      Je pleurais tous les jours sans exeption. Cela fait maintenant 8 mois que nous ne sommes plus ensemble . Mais depuis 3 mois il essaye de me recontacter et fait des interventions ponctuelles dans ma vie  (il en voit des messages etc..)  mais jusqu'a présent je ne répondais pas. Mais il y a une semaine de ç,  je lui ai répondu ….  je lui ai alors demandé pourquoi il revenais vers moi ? Aprés tout ce qu'il m'a fait  ! il m'a répondu que j'était malgrés tout celle à qui il tenait le plus et  qu'il sait qyu'ila fait le con sans pourvoir donner d'explication ni d'excuse. 

      Malgrés ça je suis encore amoureuse de lui et j'aimerais tellement arriver à construire une relation avec lui! quelque chose de stable sans retouber dans son jeux de manipulation! est- ce possible ?  Existe t-il des moyens pour faire tomber ce jeux perveux ? Connaitre son amour? Aidez moi ! 

      Répondre
      1. pixelutopia

        Ni retourne pas. Si il te recontacte c'est pour mieux te détruire. Un PN restera un PN malgré tout les efforts du monde ils ne changent pas

        Répondre
      2. lou

        Bonjour Laetitia 

         Si tu te poses ce genre de question c’est que tu as déjà la réponse et elle est dans le 1er paragraphe de ton message je résume en bref tu es amoureuse d’un mec qui te faisait pleurer te faisais douter te parlais mal te traitait mal et en plus se permettait de te dire des mots d’amour auxquels tu répondais…….en fait pour que tu sois obligée d’y répondre

        ça ,ça s’appelle de l humiliation

        Comme une moins que rien finalement …. parce que le plan cul ma belle c’est toi !!!! Et surtout dis toi bien mais tu le sais au fond de toi qu’en plus  tu n’es pas la seule et que  si tu es partie c’est ta petite voix intérieur qui te l’a crié .Tu es une femme oui ou non

        En plus a l âge que tu as toute la vie devant toi c’est géniale laisse toi la chance d’être aimé par un homme qui au contraire te protègera 

        C’est trop bien mais pour cela ne te laisse pas abîmer par de sale individu  Quand tu éprouvera un amour sincère et réciproque tu comprendra pourquoi je te dis ca   Il t’a eu ça 'c  est pas grave ça te servira de lecon  c’est la vie ……ce qui est grave c’est de rester avec lui .. ne doutes jamais que ce ne soit pas lui le plus fort

        La seule chose a faire c’est de continuer a l’ignorer si quelqu’un frappe a ta porte pour t’agresser  tu lui ouvre toi ? il t’a certainement fallu beaucoup de courage pour le quitter alors ne lui fait surtout pas le plaisir de gagner encore une fois sinon la il se dira qu’il a vraiment bien fait de te prendre pour une conne et ce sera pire …………..

        Sur ce bonsoir a toi  sois forte et prend soin de toi surtout  BIz

        louise

        Répondre
  158. soph83

    bonjour,

    je ne sais pas si mon mari est un pervers narcissique car il ne répond pas au 30 points qe vous décrives j'en ai relevé au moins 21.

    Les choses sont venues doucement et surtout depuis ces 8 derniières années où nous sommes venus en province depuis notre retraite. Nous sommes mariés depuis 42 ans. pour acheter cette nouvelle maison, il a fallut vendre la notre et reprendre un crédit. Depuis, nous avons quelques difficultés financières qui se résorberont d'ici 3 ans. Mais voilà, c'est de ma faute, c'est moi qui l'ai mit dans la M  depuis 40 ans, il s'est trompé, il a cru en moi, mais je suis une voleuse, je ne vous dit pas toutes les insultes que je peux entendre mais c'est absolument incroyable. Ce n'est pas tous les jours, et il ne m'a jamais frappée, mais c'est quand même à tout bout de champs lors que je ne suis pas d'accord avec lui. Il me dévalorise devant sa famille, et même devant mes enfants.ou mes amis souvent sur le ton de la plaisantereie, comme ça ne me fait pas rire, il dit que je n'ai pas d'humour. Nous ne pouvons plus faire de courses ensemble car si nous ne sommes pas d'accord sur le choix d'un article il me fait une scène devant tout lemonde. Je suis nulle, je suis sale, je suis une menteuse, un jour il partira et je ne serai rien sans lui, je vivrai comme une mendiante; Il dévalorise ma famille sans arrêt. Lorsqu'il rentre dans une de ses colères, il ne s'arrête plus, ça dure facilement 20mn à une 1/2 heure, et tout y passe des histoires sans importance vieilles de 35 ans;;; et d'autres plus récentes qui n'ont aucun rapport avec la querelle actuelle. je dois dire que je ne suis pas du genre à me laisser faire et que je crie autant que lui, en lui disant qu'il est fou et que décidément rien ne va chez lui. Petit à petit, j'essaie de moins répondre et de passer dans une autre pièce mais c'est difficile. Heureusement contrairement à d'autres, je pense être forte mentalement et même si parfois il me déstabilise, je sais qui je suis. Je m'accroche en me disant que lorsque cette maison sera finie de payer (il reste 3 ans), je partirai mais comment partir et recommencer à 70 ans ? c'est vrai que malgré tout je l'aime encore il a été l'homme de ma vie, le père de mes 3 enfants qui ne comprendraient pas, bien qu'ils l'aient déjà vu à l'oeuvre..lorsque les choses sont plus calmes, je me dis que ça ira mieux lorsque nous n'aurons plus de soucis financiers mais je n'en suis pas si sûre..

     

    Répondre
  159. APN

    bonjour je suis victime depuis 4 ans d'un PN et m'en suis rendu compte depuis 6 mois après lui avoir donner toutes les excuses et pensant qu'il était victime malgrès tout le mal qu'il ai pu me faire je pensais que tout ce qu'il me faisait avait une raison ( un mal être au fond de lui, de sa vie , de son enfance  ) et donc que je devais lui pardonner et l'aider , mais au final je me rend compte qu'il n'y a pas d'excuses car c'est  moi qui subit et suis detruite physiquement et mentalement. Le peu de personnes qui acceptent encore de me parler ( car j'ai couper les ponts avec tous mes anciennes connaissances et amis sous pretextes qu'ils étaient mauvais pour moi) , ne me reconnaissent plus . J'arrive à lui donner raison et à faire des choses improbables et immorales, dont j'ai toujours le regret après mais puisque je lui ai donner raisons sur le coup je en peu pas m'en plaindre après ! "C'est toi qui à voulu " Au final il me fait croire à moi et au autres que je le manipule et que c'est une victime … J'ai fuit plusieurs fois dans son dos mais suis revenu à chaque fois car il reconnait toujours ces tords et ses defauts comme quelqu'un de censé  puis une fois avec lui , j 'ai mal compris les choses  et tout ce que j'ai entendu ne deviens qu'une illusion je me sens piégé à chaque fois . Le pire c'est que je suis consciente de ce qu'il se passe et me demande à chaque fois pourquoi j'arrive à retourner au près de lui et ne pas m'en séparer. 

    J'aimerai savoir si d'autres personnes subissent des pressions aussi  tels que violences physique, moral, sexuels bien évidament sous la manipulation .

    Répondre
  160. Charles

    A mon sens il n'y a pas de victimes. Les PN existent ; et en même temps ils n'existent que parce qu'il y a des personnes psychologiquement faibles à exploiter.

    Donc à mon sens, ils sont à fuir, mais si vous en avez attiré un, ça peut quand même être une occasion de vous affirmer et de vous renforcer (avec des outils psychologiques appropriés). Fuyez et un parallèle renforcez-vous, ce genre de rencontre n'est pas un hasard.

    Répondre
  161. SQLR

    Bonjour, je sors tout juste d'une relation avec une personne présentant ce profil psychologique.

    Je me renseigne beaucoup sur le sujet, et je suis triste de voir que souvent, on présente le PN comme un homme, comme si les hommes étaient exclusivement les méchants PN qui tourmentent les gentilles femmes.

    Il peut être jaloux

    Le pervers narcissique peut être jaloux. Attention toutefois car ce n'est pas une jalousie sentimentale amoureuse mais une traduction envieuse ! Il cherche par dessus tout à le cacher mais sa jalousie se caractérise par les capacités que vous avez et dont il ne dispose pas. Le PN vous côtoie en tant que sa chose et en tant que femme, vous êtes son objet. Donc vous n'avez pas le droit de le supplanter, il est le meilleur.

    Cette relation m'a atteint très profondément et je peux attester du fait qu'une femme peut également être un PN redoutable. 

    Les hommes sont comme ceci, les femmes sont comme cela. Remplacez "homme" et "femme" par noirs, arabes, juifs, handicapés, homosexuels etc. et là ça choquera. *

    La misandrie est tout aussi intolérable que la mysoginie. La perversion narcissique est aussi destructrice au masculin qu'au féminin.

    Répondre
  162. mimie

    bonjour j ai deja temoigne sur un autre site mais voila mon histoire il se montre tout a fait charmant fait des declaratioms d amour enflammées des projets qui ne verront jamais le jour d ailleurs insiste sur ses sentiments soi disant sincères je commence à en éprouver et la miracle(un peu d humour)changement d attitude petites paroles assassines je suis une peste une chieuse faux cul un trouduc je prends donc mes distances et monsieur joue un autre jeu décès de son père(faux je l ai vérifié)tentative de suicide de sa mère faux aussi je l ai vérifié bien sur cela ne faisait pas longtemps que je le connaissais mais je ressentais que quelque chose n allait pas je l ai sorti de ma vie et n en ait aucun regret ces personnes là n ont rien de bon à apporter puisse t il me lire et se reconnaitre mais cela ne pourrait helas pas le faire se remettre en question

    Répondre
  163. Julie

    J’ai moi même été victime d’un pn que j’ai quitté il y a peu de temps parce que quelqu’un qui est maintennt mon amie m’a ouvert les yeux et m’a fait prendre consciende de toute l’horrer de cette relation. Je cherche d’autres femmes qui ont été ses victimes. Tout ce que je peux vous dire c’est que son terrain de chasse c’est les sites de rencontres. Si jamais vous êtes l’une d’entre elles merci de me contacter

    Répondre
  164. Sylvie

    Bonjour, je suis actuellement en arrêt maladie suite à une dépression. Le pervers narcissique existe aussi dans le milieu du travail. Depuis un an, tous les jours, on me demande quelque chose puis le lendemain son contraire. C'est moi qui n'ai pas compris ce qu'il veut. Il vous dit qu'il ne plus vous faire confiance. C'est moi qui doit faire passer ses messages aux autres collaborateurs, si ils ne font pas correctement leur travail, je suis la responsable et de ce fait c'est moi qui prend. D'ailleurs il ne gêne pas pour leur dire. Je suis incapable de me défendre, je ne trouve plus mes mots, je suis figée devant lui.

    Répondre
    1. gysa

      Bonjour

      Dans le monde du travail, il s'agit de harcèlement, répréhensible par la loi. Il faut conserver les preuves du harcèlement car les comportements doivent être répétitifs pour engager une procédure.et demander une protection.

      Le but du harceleur est de déstabiliser sa victime et de la conduire à la faute. Si tu reprends le travail, demande des consignes écrites et claires (puisque c'est toi qui ne comprends pas !) N'hésite pas à questionner ton harceleur sur ce qu'il attend exactement de toi. Reprends confiance et affirme toi. Demande à tes collaborateurs.si cette personne agit de la même façon avec eux. Courage, il sera vite démasqué.

      Répondre
  165. Marie

    Ces caractéristiques décrivent hélas que trop bien le fonctionnement interne d’un pervers narcissique, sa structure psychique. Et cela est terriblement difficile à accepter lorsque l’on découvre que l’homme que l’on a aimé est en fait dénué d’affect, et donc finalement est dépourvu de ce qui fait de chacun d’entre nous des êtres humains…

    J’ai 23ans et il y a un mois j’ai réussi à quitter un pervers narcissique qui possède les 30 caractéristiques énumérées ici, et comme la plupart de vos témoignages le montrent ici, le réel enjeu est là: lorsque l’on vit avec un pervers narcissique, après la phase de séduction, puis celle de destruction, il y a une lutte longue et douloureuse pour « réussir » à fuir, c’est-à-dire à trouver en soi toute l’énergie et les capacités (déjà amoindries par le monstre) pour faire quelque chose qui nous semble impossible. Non seulement les pervers narcissiques nous mettent dans une situation de désamour – tout en nous faisant ponctuellement croire qu’il y en a – mais en plus ils sont violents, menteurs et injustes.

    Concernant mon histoire, elle est hélas très proche de la plupart de vos témoignages. J’ai eu une relation de 2ans avec un homme que je connais depuis 10ans. Il était mon ami et j’avais toujours eu une sorte de fascination pour lui. Lorsqu’il s’est intéressé à moi il était dans une phase de libertinage où il voulait séduire tout le monde, j’ai refusé ses avances car il avait déjà détruit l’objet de son premier amour et à ce moment il avait plusieurs autres relations en même temps. Je le trouvais égoïste et imbu de lui même, mais il dégageait une aura tellement forte que je continuais d’admirer une partie de son être. J’étais comme ensorcelée je dirais car pourtant il était l’opposé de mes valeurs morales. Et je me disais qu’il se passerait quelque chose avec lui le jour où il m’aimerait moi, pour ce que je suis, et uniquement moi.

    Plus tard il est revenu, j’ai cru que c’était arrivé. Il m’a séduite. Était parfait. Me disait qu’il n’avait jamais autant aimé quelqu’un. Que je le sauvais. Qu’il m’avait toujours secrètement aimée. Il m’offrait des cadeaux tous les jours, des fleurs aussi. Et petit à petit je suis tombée dans le panneau, tout en laissant quand même une partie de moi être méfiante. 4 ans auparavant il avait tellement détruite une amie à moi, son premier amour, avait tellement eu d’autres attirances torturées pour d’autres filles, que je restais non-confiante. Mais j’ai accepté d’enmenager avec lui, il me sortait de tellement belles idées sur le couple, la vie à deux, l’écoute de l’autre que j’y ai cru. Mais ca n’a pas duré. 4 mois après je tombe sur un poème complètement torturé qu’il avait écrit sur une fille de sa classe de prépa, écrit charnel qui se plaignait de ne pas pouvoir posséder cette beauté parfaite. Et à coté il me parlait de faire des enfants avec moi. Face à ce poème il se met à pleurer, disant qu’on avait une vision trop idéale de l’amour. Je passe l’éponge avec beaucoup de mal, tout en essayant de me dire qu’il avait surement besoin de plus d’écoute, d’attention et de compréhension. Et quelques mois après je découvre un texto d’une fille qui lui fait du rentre dedans, il me dit qu’elle l’attire, qu’elle semble attirée aussi par lui mais qu’il ne se passera rien, mais il refuse catégoriquement que je l’empêche de la voir et de lui écrire, ou,bien que s’il devait le faire c’est parce que je le demande ais pas parce qu’il le veut. Il rentre tard des cours, avec des cadeaux de cette fille, et dès que je lui fait part de mes craintes et doutes il me regarde avec un regard noir et me fait comprendre que je suis tarée, qu’il n’y a rien entre eux. Puis il m’avoue enfin qu’il est obsédé par cette fille depuis le début. Je pete un plomb et part en le quittant, lui disant que c’est de la « torture mentale ». Je ne tiens pas longtemps et reviens vers lui, la dépendance affective est telle, mais il a entamé direct après mon départ une relation avec elle. Il dit qu’il n’a pas tourné la page par rapport à moi, qu’il ne veut rien qu’il se passe avec elle, mais ne veut pas pour autant arrêter sa relation. Il parle « d’ambiguïté » avec elle alors qu’ils sortent ensemble, s’envoient des mots d’amour, dorment ensemble. Puis il en vient à me dire que c’est l’état de notre couple qui a fait que cette fille est apparue, que mes doutes suite au poème ont fait qu’il ne croyait plus en nous (que c’est de ma faute donc). Que pendant toute notre relation il a douté entre libertinage et amour exclusif aussi. Je me sens alors piégée, emprisonnée dans un tourbillon infernal mêlé de remise en cause par lui de tout ce que j’ai cru vrai sur nous deux, et de mise de la responsabilité sur mes épaules de ses penchants pour d’autres filles.

    Finalement, quoi que je fasse, j’étais piégée. Quand il m’a dit qu’il avait décidé de revenir vers moi il a été incapable de le formuler à cette fille autrement qu’en essayant de remettre ma faute sur moi « je dois couper les ponts avec toi, ma copine l’exige ». Elle me traitait forcément de tyran. Il n’avait aucune volonté de stopper avec elle mais lui faisait comprendre que c’était de ma faute s’il devait le faire. Je comprenais rien. Il disait que c’était de la maladresse et ma dépendance affective, mon souvenir des débuts parfaits voulaient que j’y crois.
    A partir de ce moment où ma dépendance affective me faisait croire que c’était de nouveau possible nous deux, il a essayé de vraiment me détruire. Me faisant passer pour un tyran auprès de tout le monde, d’une folle. Il disait qu’il m’aimait aux autres et que même si j’étais insupportable il resterait. Il devient le gentil garçon qui supporte une grande malade auprès des autres. Il me mentait en permanence et dès que je réagissais à son comportement destructeur il pointait du doigt mes agissements à tous ses proches. J’étais devenue le bourreau. Du moins c’est ce qu’il voulait. Alors que de plus en plus je tombais dans la dépression, pleurais et vomissais chaque jour, prise d’angoisses paralysantes en permanence. Plus je m’enfonçais, plus il se vantait d’être heureux. Plus il me voyais triste, plus il me disait que j’étais folle, qu’il fallait que j’arrête de geindre parce que sinon ca allait faire comme pierre et le loup, les gens allaient finir par ne plus me croire, par comprendre que ce n’était pas lui le problème mais moi.

    J’ai eu l’impression que je devenais folle. Véritablement folle. J’en ai encore très souvent le sentiment quand je repense à toutes ses trahisons qui ne pouvaient être que de ma faute. Tout ce qu’il me faisait subir il se plaignait que je lui fasse : que je lui mente, que je devenais qqun de mauvais, que je me victimisais en permanence, que je le manipulais, était bipolaire etc. Il avait aussi souvent des mots de mort, disant que si tel garçon m’écrivait encore se serait un combat à mort, qu’il avait souvent envie de se suicider etc.

    Quand je l’ai quitté il était sur le point de le faire lui aussi. Il me disait qu’il avait pas envie de me voir, que je le repoussais (il me le montrait, je n’avais plus le droit de le toucher ni d’être affectueuse, et quand je lui proposais des moments à deux il disait qu’il avait pas envie en rigolant), et qu’il n’aimait pas ce que je devenais. Il était entrain de me salir au maximum, car un pervers narcissique est comme un enfant qui possède un jouet, et dès qu’il n’en veux plus, plutôt que de le prêter il va vouloir le casser en mille morceaux.

    Ce qui est essentiel, c’est que dès lors qu’on comprend que la personne avec qui on est est un pervers narcissique, il n’y a AUCUNE solution hormis la fuite. J’ai su qu’il était pervers narcissique plusieurs mois avant de le quitter, et j’ai tout essayé pour que ca marche en,me disant qu’il ne l’était pas forcement et que peut être que les tests que j’avais fait étaient faux. Me disant que ce n’était pas possible qqun dénué d’affect, qu’il y avait toujours des solutions. J’ai TOUT essayé : la communication, les sentiments, les promesses, le silence, la colère, la tolérance, l’indifférence… Etc. RIEN ne peut marcher quand on est fasse à un pervers narcissique car son seul point de référence c’est LUI-MEME. Et plus on tente de lutter, plus on se rapproche de la mort. C’est comme essayer de nager dans une piscine remplie de scies, plus on se débat pour avancer, plus on s’écorche, et à un moment il y a un point de non-retour. On ne peux plus avancer, ni reculer, ni sortir sans penser qu’on va perdre la vie. Toutes les perspectives envisagées sont sous le signe de la mort. J’ai eu des moments, et encore aujourd’hui, où je ne voyais plus comment vivre après toute cette violence et ce titre de « folle » qu’il essayait de m’accoler. Un sentiment de mort, vouloir être débranchée.

    Je ne sais pas pourquoi j’ai trop voulu que ça marche. Mais toutes mes tentatives n’étaient qu’un prétexte de plus pour lui afin de mieux pouvoir me détruire, de me rendre de moins en moins crédible auprès des gens en voilant la véritable violence de son comportement.

    Je crois qu’après une relation avec de tels monstres le plus dur c’est toute la souillure qu’ils peuvent mettre en nous : on doit se reconstruire en faisant le deuil d’un amour qui n’a jamais réellement existé, on doit apprendre à vivre avec une violence psychologique intense qui nous a démolis, on doit accepter de ne pas pouvoir « comprendre » ce comportement de meurtre psychique, et on doit subir le fait de ne plus être crédible auprès de tous le monde puisque le pervers narcissique a pris toutes les dispositions pour nous faire passer pour des dingues ou des immatures sans cervelle.

    J’espère que tous ceux et celles qui passent par un tel vécu s’en sortent. Il faut impérativement fuir et couper tout contact, direct et indirect. Il y a des personnes bien plus belles et humaines à côtoyer. Je pense à toutes les victimes et leur envoie de la force

    Répondre
  166. Yuan

    Je viens de lire votre page suite à une réflexion qu'on vient de me faire. Étant actuellement mal dans ma peaux, je m'interroge sur le PN, ME concernant.

    Je ne souhaite en aucun cas la manipulation et privilégie l'égalité et le respect dans un couple.

    La plus part des points évoqués dans votre page peuvent s'appliquer à tous il me semble.

    Ĺincomprhension, le manque de dialogue, sont souvent source de séparation dans un couple. J'ai "usé" de critique constructive sur ma compagne, mais les critiques restent des critiques aux yeux des femmes. Elles sont souvent perçues comme négatives et ne permettent pas une remise en question envers qui le message était destiné. 

    Comment se soigner si on ressemble au PN ? Ma volonté n'est vraiment  pas de manipuler, de faire mal. Tout au contraire, je voudrais vivre dans l'amour, la confiance et le respect. 

    Répondre
    1. Marie

      Yuan, je comprends tes interrogations, mais sache qu’un pervers narcissique ne peut tout simplement pas se remettre en question et se demander s’il est un pervers narcissique et avoir peur de l’être.

      Ce qui caractérise cette pathologie (ce n’est pas classé dans les maladies mentales, mais selon moi c’est réellement une pathologie puisqu’il y a réellement un meurtre psychique occasionné à chaque relation qu’entame un pn avec sa victime), c’est que le pn est accro a être lui même. Il est accro a cette manière qu’il a de détruire l’autre car c’est son seul moyen d’exister.

      Je comprends que tu puisses te demander si tu en es un, car moi-même étant victime d’un pn haut de gamme je me suis interrogée sur mon cas. Mais si on s’interroge c’est parce que dans tout comportement humain il y a parfois, occasionnellement, de la manipulation, du chantage, une envie de se sentir supérieur, de critiquer. Tout le monde passe par là, c’est humain. Mais ca ne fait pas de tous les hommes des pn… Dans le comportement d’un pn, toutes ces caractéristiques (la plupart du moins) se font a répétition, jusqu’à ce que ce soit permanent, qu’il n’y ait presque plus rien d’autre. C’est un réel harcèlement moral (cf. Le harcèlement moral, la violence perverse au quotidien, de M-F HIRIGOYEN).

      De plus, une personne qui sort d’une relation avec un pn est tellement « morte » a l’intérieur quelle est devenue malade, et ce n’est pas seulement une femme ayant eu du mal a accepter des critiques : elle doit suivre une thérapie, consulter un médecin la plupart du temps… Elle est (ou il est, car il y a bien sur des hommes victimes aussi ne l’oublions pas) au bord du suicide parfois.

      Si tu veux, la perversion narcissique est une maladie qui prend tous les modes de relation négatifs et les applique en permanence sur l’autre dans l’optique de le détruire. Et comme tu le dis, tes critiques sont constructives, mais celles d’un pn sont purement et simplement destructrices. Le rapport entre lui et sa victime est comme le rapport que peut avoir un enfant avec son jouet : plutôt que de le prêter il va vouloir le casser. Les victimes sortent souvent dune relation toxique comme celle la en étant complètement délabrées psychiquement tellement il y a eu de violence. Personnellement j’ai l’impression d’avoir été battue avec des mots pendant deux ans. De manière insidieuse, mais battue car un mot peut sincèrement tuer. C’est comme un conditionnement dans une cellule de torture psychologique, on a l’impression de devenir fou…

      J’espère avoir répondu à tes interrogations, sinon hésite pas à poser des questions !

      Répondre
  167. celia

    je suis sortie avec qqn qui avait quasiment tous les attributs référencés : j'ai des anectodes pour chacun, que je ne pouvais pas "voir" ou alors que je pouvais toujours justifier à l'époque car il m'avait rendue dépendante (on l'est tous quand on est amoureux mais là ça frôlait l'addiction comme à une drogue, donc la peur de la perte était à la hauteur)

    pour que mon cerveau "assimile réellement" que j'ai vraiment eu affaire à un pervers, cad pas en se le répétant mille fois pour se convaincre forcement en vain, j'ai du sur plusieurs années faire un retour profond :

    d'abord des autres (psys entourage …) qui ont été unanimes sur les faits que j'ai pu leur raconter et ou j'ai bien eu la confirmation que tout ce que ca provoquait chez moi était "normal", que l'intensité/l'impact des choses subies qu'il minimisait tout le tps en me traitant comme ridicule, parano, folle… etait "normal"/"legitime", et que c'etait bien son attitude à lui qui était volontairement tordue et anormale, avec "un brin de sadisme"

    en parallele sur moi et mes failles dont je n'avais par définition pas du tout conscience à l'époque (car j'ai paradoxalement un caractere fort et optimiste mais des "casseroles" accumulées de part mes parents et mon environnement qui ont engendré sur des années à mon insu un exemple deja anormal de relation, et une estime très faible doublée d'un besoin énorme de liens forts avec d'autres, donc le fait que j'avais tendance à devoir tout accepter et prendre la "faute" sur moi sans même m'en rendre compte)

    il faut en plus, et c etait une des choses les plus difficiles, accepter de ne plus chercher à comprendre ce genre d'individu et passer au mépris/indifference (ce qui est d'ailleurs leur hantise vu leur ego et leur besoin d'avoir une emprise emotionnelle j'ai pu le voir ensuite), j'ai passé trop de tps à tourner et retourner dans ma tête des actions completements contradictoires envers moi ou les autres pour le commun des mortels, tout ca parce que, étant "saine" contrairement à lui, je ne pouvais juste pas comprendre sa jalousie jamais assouvie, ses motivations et ses changements d'attitude ou d humeur ultra brutaux à 180 degres en quelques secondes, heures,…

    C est vraiment comme avec une drogue, meme si cela semble dur à en crever de partir ou qu'on pense gérer, il faudrait dans ces cas là que les gens autour soient vraiment présents à fond et quil aident à mettre une distance définitive avec ce genre de personne, car le temps de reellement se "desintoxiquer" peut etre long et difficile

    Répondre
  168. LD

    Commençant à avoir des doutes sur ma femme . J ai profité d une absence prolongé pour chercher des réponses sur son passée et j ai découvert qu'elle n  a pas seulement vécu avec un homme comme elle me l avait dit mes avec 3.hommes . A la lecture des livrets de famille ou acte de divorce c'est mariage n ont jamais duré plus de 3 ans. Il y a également des sommes importante qui partent des comptes. Lorsque j ai voulu abordé le sujet, elle c est mise dans une colère incroyable l'insultant  me traitant d'égoïste et me menaçant de partir avec notre petite fille et de faire en sorte que je ne la revoie jamais. Je ne sais plu comment gérer cette situation. Si vous avez une réponse 

    Répondre
    1. SQLR

      Bonjour, 

      Les pervers ont souvent un passé trouble, une tendance à mentir sur leurs relations passées et à se faire passer comme victime.

      J'étais avec une personne qui m'a caché (un temps) une relation de 4 ans, "purement sexuelle" paraît-il, alors qu'entre nous la sexualité, épanouie au début, est devenue inexistante. 

      Un seul mot d'odre : FUIR

      Courage, et surtout, faites confiance à votre jugement. Si vous vous sentez mal, c'est un signal de votre corps et de votre esprit pour dire STOP

      Répondre
  169. LD

    Actuellement je vis avec une personne qui je crois dépasse les 15 points de comparaison sur 30. Tres rapidement après notre rencontre, elle est tombee enceinte. Elle est donc venue vivre chez moi avec ses 2 autre enfant de 20 et 21 ans. Très rapidement j ai vu qu'elle avait de gros problème d'argent. J ai remboursé ses dettes (20 000euros). J'ai pourvu aux besoins de ses 2 enfants. Je me suis rendu compte qu'elle parlait très mal à ces enfants, toujours à les rabaisser plutôt que de les aider. Notrepetite fille est née, elle a tenu a l'allaiter et pour ne pas avoir à se lever la nui, elle la fait dormir dans notre lit . Aujourd'hui à 2 ans notre petite fille dort toujours dans notre lit. Ma femme ne supporte aucune remarque à ce sujet. Il y a quelque mois j ai découvert qu'elle avait autre fils de 25ans dont elle ne m avait jamais parlé. Elle insulte souvent injustement mes enfants bien qu'ils soient totalement indépendant avec une vie professionnel stable( elle prétend q

     

    Répondre
  170. Ania

    Bonjour,

     Après avoir vécu sous la coupe d'un père  autoritaire, dominateur et  possessif et une mère passive, soumise à son mari,j'ai,souffert d'un manque d'amour,

    Je pense avoir vécu 7 ans avec un pervers narcissique et j''ai émergé de toutes ces années brisée, meurtrie et recroquevillée dans ma coquille…Tout a commencé un soir où j'avais eu la permission de sortir (j'avais déjà 21 ans!) pour aller à une soirée à la fac de droit.J'étais l' amoureuse platonique d'un étudiant qui d'après mon intuition devait être étudiant en droit…J'avais raison! il était là…je n'osais monter sur la mezzanine où il se trouvait et restai dans la salle du bas…Un jeune homme m'a invitée à danser en me demandant "de quel conte de fées êtes-vous sortie"? C'était une phrase magique qui m'a ensorcelée…nous nous sommes revus, il était peintre,encore étudiant aux Beaux-Arts et j'étais admirative de ses oeuvres. Un jour où nous traversions la grand place de la ville, un employé de mon père nous a vus et m'a dénoncée….scandale! "Si tu veux marcher dans la rue en compagnie d'un garçon, tu dois d'abord être fiancée " donc tu nous amèneras ce jeune homme la semaine prochaine pour que nous décidions de la date et contactions ses parents…

    J'étais dans tous mes états, je ne pensais vraiment pas à me marier et surtout pas avec ce simple copain! J'étais tellement en colère que je me suis dit  : tant pis, je l'épouse puisque de toutes façons je ne peux pas sortir donc rencontrer personne…je vais ainsi pouvoir me sortir de mon enfermement…

    Ainsi fut fait…J'ai commencé par pleurer toute la nuit de noces …Par la suite, je me suis dit,qu'il fallait assumer ce que j'avais accepté par coup de tête…

    J'étais malheureuse mais tenait bon. Un soir pendant des vacances à Ibiza, nous étions sur la plage, du camping entourés de nombreux jeunes vacanciers et je me mis à parler anglais avec des hollandais. Le lendemain matin, je me suis réveillée sous des coups de poing à la tête…Il ne comprenait pas l'anglais alors, rancoeur, jalousie, violence l'ont poussé à me donner des coups pendant mon sommeil….

    J'avais un hématome énorme au visage et un oeil au beurre noir qui ont consterné tous les camarades du camping. Le soir suivant un jeune couple de hollandais m'a hébergée mais le lendemain il a décidé que nous repartions….

    Il a essayé de m'amadouer en m'achetant un panier en osier typique d'Ibiza…

    Il n’a plus recommencé jusqu’au jour où , sachant qu’il fréquentait une de ses élèves mineures qui se permettait de l’appeler à la maison,le téléphone a sonné vers 9 h du soir et c’est moi qui ai répondu au téléphone. Quand cette voix féminine a demandé mon mari, je lui ai demandé  qui voulait lui parler. Elle m’a répondu : »c’est le garage volkswagen ». A  cette heure tardive, un appel du garage était plus que curieux. Je lui ai alors dit / »le garage volkwqgen, oui, qu’avez-vous à lui dire ? Alors là silence radio ! Au bout de quelques instants je lui dis « vous manquez d’imagination mademoiselle, comme c’est dommage !!!! » Je raccroche alors le combiné et avec une fureur extrême, je le vois foncer sur moi et me frapper au visage avec sa guitare électrique…mon petit garçon qui assistait à la scène lui donnait des coups dans le dos de ses petits poings  pour le faire cesser mais en vain !

    Tout de suite, j’ai appelée une amie au téléphone, elle est venue me chercher pour m’emmener aux urgences. Le médecin m’a fait un certificat médical car je ne pouvais pas aller travailler dans cet état. Je lui ai demandé aussi un certificat de coups et blessures.
    Ensuite, j’ai demandé le divorce.il m'a alors dit qu'il avait perdu 7 ans de sa vie, il a essayé de me nuire de diverses manières, m’a harcelée en me disant « qu’est-ce que tu attends pour te tirer ? » à quoi je répondais « je suis une mouette et j’attends le vent’. »

    Quand j'ai obtenu le droit de résidence séparée avec mon petit garçon, il m'a faite suivre, espionner, a fait mettre le téléphone sur écoute, m'a menacée de me faire emprisonner si jamais je rencontrais quelqu'un, il s'est mis à écrire des inepties à tous nos amis et tous les membres de ma famille dans des enveloppes bordées d'un cadre noir comme cela se pratiquait pour annoncer un deuil à l'époque…

    Après la séance de non conciliation, je suis partie avec mon fils, il n'a pas cessé de me faire surveiller a fait traîner la procédure de divorce pendant 5 ans jusqu'au jour où, voulant se remarier, il a abandonné!

    J'ai sans doute eu à faire à un pervers narcissique??????????? 

    Heureusement, maintenant c'est loin derrière moi, mais impossible à oublier…et je reste meurtrie quelque part!!!!

     

     

    Répondre
  171. Tounettan

    Bonsoir!

    Très bon article avec les bonnes informations décrivant le pn. Comme vous le dites il y a différent niveau de pn. Depuis quelques mois, je suis en train de faire mon analyse (video, site d'info comme le votre) du pn car j'ai vécu avec un pn pendant 3 ans (je me suis cru mourir et je me voyais mourir). Le vrai déclique fut lors de ma confrontation devant le juge d'instruction. Il s'est défendu comme un lion, j'avais l'impression de découvrir qqn d'autre. J'ai commencé à m'interroger sur le pourquoi du comment de ses attitudes tout au long de cette vie en commun puis tout au long de cette vie en séparation par interdiction car instruction judiciaire (4 ans pour comprendre qui j'avais en face). Aucun soutien de la famille au départ, pour eux c'est moi qui avais un problème. Pour eux c'était mon sauveur, ma situation personnelle gênée ma famille, il voulait me caser à tout prix quelque part. Ma famille (à part ma mère en soutien selon ce qu'elle pouvait), plutôt que de m'aider me mettait la pression pour le quitter lorsque le pn a commencé à m'isoler, m'harceler au téléphone dès que je m'éloignais du domicile pour partir en famille pour des événements tels que mariages, décès, et autres… Il ne voulait jamais que je le laisse seul.

    Je m'en suis sortie finalement, louer soit Dieu, grâce à une collègue de travail qui est devenue une grande amie. Elle a eu l'oreille attentive à mes plaintes. Là où je n'arrivais pas à mettre des mots elle m'a poussé à parler bcp plus clairement elle fut ma lumière au milieu de toutes ces ténèbres.

    Je remarque aujourd'hui que les gens en général en on peur, quand on commence à en dénoncer un tout le monde se cache dans sa coquille en espérant que la tempête va passer. Oui, je dénonce maintenant car j'arrive à les reconnaitre et les voir contrairement à auparavant. Je me suis surtout aperçu que le pn est attiré par les personnes qui ne s'aiment pas (je ne rentrerais pas dans le détail de cette psychologie) car en regardant en arrière je me suis rendu compte que j'en ai côtoyé pas mal (hommes comme femme) à/avec des degrés différents du profil pn. 

    Depuis mon suivi psychologique (le juge d'instruction avait insisté car je ne voulais pas et franchement je ne le regrette pas) à cause de/ grâce à mon procès, j'ai pu enfin comprendre pourquoi un tel désordre dans mes vies sentimentales précédentes a pu exister. L'enfance quand qqn vient vous la voler, il est difficile de se construire consciemment ou inconsciemment (pour mon cas) quand on devient adulte.

    Si je peux encourager certaines personnes (femmes et hommes) sous la coupe d'un pn. Vous valez mieux que ce que le pn veut vous faire croire. Moi, il m'a fallu 4 ans sans lui pour comprendre que tout ce qu'il fait est de manière intéressée, il n'y a pas d'AMOUR avec ces personnes. Un jour il m'a avoué qu'il était frusté quand je riais et que j'étais joyeuse, sans que cela provienne ou soit provoqué par lui bien évidemment, parce que lui ne pouvait pas rire alors il m'a demandé d'arrêté de rire en gros. Il me poussait toujours à bout. Quand il est malade, il tente (et oui il essai encore) parfois de me prendre par la pitié mais gloire à Dieu ma naïveté a été banni de tout mon être. Je réapprends depuis 2 ans et demi à prendre soin de moi, à sortir, etc… et surtout à m'aimer tel que je suis. Je fais des activités solos ou en collectif, je me sens bien, renouvelé au dedans de moi, restauré. J'évite pour le moment toute relation intime avec un homme. Parcontre cela ne m'empêche pas de côtoyer les hommes au quotidien dans les différentes situations de la vie (travail, cours de musique, salle de sport, activités des enfants, etc…). Beaucoup de personnes de mon entourage qui m'ont connu avt ou après le pn me trouve aujourd'hui lumineuse, très épanoui, généreuse (parce qu'avant j'étais réservé), etc…

    Restez bien entouré mais surtout apprenez vous vous-même pour mieux vous apprécier quand vous êtes seul(e)s.

    Bon courage à toutes et tous.

    Répondre
    1. adadounette

      Tres beau testimony. "Restez bien entouré mais surtout apprenez vs vs-même pour mieux vous apprécier quand vous êtes seul(e)s. Très belle parole. Gby

      Répondre
  172. Elo

    Je sors tout juste d'une relation avec un pn. Je suis une rescapée chanceuse car je n'ai passé que 1an et demi sous son emprise et n'ai ni enfant ni biens matériels en commun avec lui. Mais c'était à deux doigts que je ne m'engage plus avant avec lui et alors cela aurait été terrible.  Quand je pense que j'ai eu envie de faire des enfants avec cet homme… brrr…

    Je l'ai quitté définitivement il y a seulement 1 mois et je vais déjà plutôt bien malgré ses harcèlements incessants, sur mon téléphone, à ma porte, dans ma rue… il passe des mots d'amours, aux insultes igobles, usant de menaces aussi. Au départ j'avais peur, cela me mettait dans un état de stress terrible, celle de la proie traquée et harcelée. Mais aussi j'étais folle de colère contre lui. Une rage infernale me prenait en réaction à ces harcèlements délirants, dégradants, humiliants. Mais j'ai tenu bon, ne pas répondre, l'éviter et surtout me DETACHER de lui le plus vite possible. Et c'est pour cela que je porte témoignage ici.

    Ce qui importe c'est de rapidement comprendre qu'un manipulateur narcissique pervers est dans un système et use de jugements de valeurs qui n'ont RIEN A VOIR AVEC LA REALITE. C'est un vrai caméléon qui adopte les positions qui l'arrange à un moment T pour en user pour lui et surtout contre vous. C'est un pantin vide qui n'a aucune personnalité véritable malgré ce qu'il croit. Combien de fois je l'ai entendu dire cette phrase : "moi, je sais qui je suis!" et celle ci "95% des gens sont des merdes, des pantins, des clones sans âme".

    Il faut aussi se rendre bien compte qu'il ne changera JAMAIS. Qu'il ne reconnaitra JAMAIS qu'il est le boureau et vous la victime. Il le fera peut être de temps en temps, notement quand vous le menacez de le quitter. Combien de fois je l'ai foutu à la porte ou ait pris la sienne, et il savait toujours revenir me charmer, la queue entre les jambes, la bouche pleine de bonnes résolutions, de prises de conscience comme il disait ! Pour vous ressortir exactement les même attaques, insultes, manipulations dès que le pouvoir lui échapait à nouveau. Je n'ai passé que 18 mois avec lui mais dieu que j'ai souffert. Ils sont terriblement intelligents et habiles. Mais ils sont TARES ! Y'a rien à faire. Jamais un véritable remord, jamais un véritable sentiment d'empathie. Du théatre oui, ce sont les rois!

    A partir du moment ou l'on se rend compte de ce cinéma (d'horreur hélas), aucune de ses parôles malveillantes ou enjoleuses ne peut plus avoir d'emprise sur nous car tous ces jugements sont par nature dénués de substance. Mais pour en arriver là, il faut avoir repris notre propre pouvoir, tout ce pouvoir que nous lui avons cédé. Et ce n'est pas forcément simple pour tout le monde. Je suis quelqu'un d'assez fort, j'en ai vu d'autres (encore que, des être malfaisants comme cela, jamais). Je suis à la fois indépendante et étourée de ma famille et de mes amis (dont il a très vite essayé de m'éloigner, sans y parvenir heureusement). Mais surtout j'ai une expérience de la reprise de ce que j'appelle le pouvoir personnel. Je suis thérapeuthe plutôt dans le domaine de l'énergétique et j'ai donc de bonnes copines praticiennes qui m'ont bien aidé à reconquérir très vite ce pouvoir.

    Alors si vous êtres en prise avec un pn et que vous souhaitez retrouver votre liberté d'être, de penser, de ressentir par vous même. D'abord 1/ prenez conscience que vous êtes avec un fou dangereux que RIEN ne changera JAMAIS, persuadez vous en, c'est indispensable. Lisez autant de descriptions de pn que vous pouvez. Testez le votre (ce n'est pas si difficile). Notez tout ce que vous pouvez, enregistrez si vous en avez les moyens messages, discutions, mails … et faite écoutez ou lire cela à quelqu'un de confiance pour qu'il vous donne son avis (c'est ce que j'ai fait, cela à été le début de ma reprise de pouvoir). Si vous n'avez pas de preuve sufisement évidente, écoutez votre ressentit et suivez le. 2/ une fois convaincus que vous êtres avec un pn, agissez ! Vite. Et surtout dans son dos. Si vous pouvez rompre faite le. Si vous ne pouvez pas dans l'immédiat, reprenez votre pouvoir personnel quand même, c'est possible, même s'il est dans vos pattes. Comment est-ce possible ? Parceque c'est un pantin comme vous le savez, c'est  une poupée de chiffon, un être sans compassion qui ne mérite donc pas la votre. Apprenez à le voir comme un objet et retirez lui ainsi tout son pouvoir. Voyez le comme une merde insignifiante, tuez toute compassion que vous pourriez ressentir envers lui. C'est un parasite de la pire espèce il faut procéder à une ablation pure et simple. Voyez cela comme une amputation, un bras gangréné qu'il faut couper, avec la bonne nouvelle c'est que votre bras, lui, il repoussera.

    Pour reprendre votre pouvoir personnel, faite vous aider d'un thérapeuthe. Perso, je ne suis pas allée vers un psy, c'est trop long, merci bien, dans 10 ans j'y suis encore ! Un bon thérapeuthe en énergétique (il faut le trouver mais y'en a de plus en plus), ou un praticien de CNV (communication non violente, pas pour apprendre à cohabiter avec votre monstre mais pour vite aller comprendre pourquoi vous avez remis votre pouvoir dans les mains de ce dingue et dénouer le sort). Vous pouvez aussi voir les deux, c'est excellent, c'est ce que j'ai fait. Il y a 1 mois je me consumais de râge, de dégout, de culpabilité aussi, de peur de replonger, d'amour bafoué. 1 mois plus tard, je n'en ai plus rien à foutre de lui et c'est déjà énorme ! Il peut venir m'asticoter ou même m'insulter dans la rue, je joui de l'effet que cela me procure : du désintérêt, total ! Quand à lui, je peux vous dire que cela le rend furieux et surtout innopérant ! Il s'en sort avec une piroutte ou une bassesses, je m'en cogne. Il va continuer à venir me titiller encore un moment je le sais, mais il finira par se lasser par ce que : il n'a plus aucun pouvoir sur moi, ni de m'attedrir ni de me faire sortir de mes gonds. Il est devenu invisible. C'est la pire chose qui pouvait lui arriver.

    Voilà. Bon courage à tous

    Répondre
    1. Leloo

      Merci pour ton témoignage, Elo, ça fait du bien de te lire, j'ai quitté hier quelqu'un que je pense pouvoir être un PN, même si je ne suis pas restée longtemps avec (moins de 2 mois), depuis le début de cette relation, je sens que je suis dévalorisée, et maintenue en laisse par des petits mots doux quand je doute trop…

      Je sors d'une rupture suite à une longue histoire de 7 ans, et je me suis laissée charmer par cet homme un peu plus âgé (37 ans et moi 31 ans), près à m'offrir tout ce que mon ex ne pouvait pas me donner… une relation idyllique au départ, fusionnelle même, je me suis sentie comprise comme jamais, puis rapidement dénigrée : le compliment genre : "tu es belle… à mes yeux", et lors de mes doutes "tu as de la chance d'être avec quelqu'un de gentil et patient comme moi". Pas le droit d'être triste suite à ma rupture, ou d'avoir envie d'avancer prudemment, il fallait que j'aille m'installer chez lui dans les 3 mois pour voir si ça pouvait marcher, ce qui m'a fait fuire, j'ai voulu le quitter par mail (pas le courage en face), mais il m'a rappelée et parlé calmement, et m'a fait culpabiliser en me disant que pour quelqu'un qui se clamait loyal et fidèle, mes façons de faire étaient vraiment moches. J'ai regretté et suis restée avec lui. Finalement la suite de notre histoire continuait à me faire douter de ses sentiments réels à mon égard, malgré de très bons moments (grande complicité sur le plan sexuel), il parlait tout le temps de lui, de sa réussite alors que tous les autres sont des loosers, et était très peu intéressé par moi (on aurait dit qu'il ne voulait pas me connaitre profondément), et pourtant me disait que j'étais sa moitié, qu'une relation comme la notre c'était rare, mais que vu que je suis plus jeune (31 ans), je ne peux pas savoir. Je ne suis pourtant pas tombée de la dernière pluie, et mon ex me respectait beaucoup plus et semblait apprécier mes qualités pendant notre relation, et j'ai donc senti qu'il y avait un souci. Ca me rendait malade physiquement (nausées et vomissements). J'ai décidé d'aller voir une psy hier, qui m'a confirmé que je devrais me fier à mon instinct, que pas mal de signaux étaient présents, et c'est elle qui a évoqué cette possibilité de pervers narcissique. Je l'ai quitté en rentrant chez moi, de vive voix cette fois, et lui ai demandé de repartir chez lui (heureusement il habite loin, à plus de 500 km, et même s'il m'a traitée d'égoïste, puis renvoyé un mail très culpabilisant à son arrivée chez lui, sur mon instabilité et le manque de respect que j'avais eu pour lui, il ne pourra pas me harceler physiquement).

      Mais ça reste dur, je me suis posé la question de mes torts, je sais que j'en ai et que je n'étais sans doute pas prête dans tous les cas pour une nouvelle relation, j'ai voulu aller trop vite. Cette relation me semble vraiment toxique, mais j'ai tout de même cette culpabilité, ce sentiment d'avoir profité de lui comme il me le dit dans son mail, car je n'ai pas su ce que je voulais depuis le début, alors que lui me dit avoir toujours été clair, et patient avec moi. Mais de toute façon, un retour en arrière n'est pas possible, j'ai trop de choses à régler (deuil de ma longue relation de 7 ans aussi à faire, et j'étais tellement mal physiquement pendant ces presque 2 mois que je sais que ça allait trop contre moi).

      Merci encore Elo, tes conseils m'ont été précieux, j'ai noté tous ces moments de malaise et les critiques et dévalorisations, pour pouvoir les relire à un moment où je ne saurai plus si j'ai fait le bon choix, pour ne pas être tentée de retomber dans ses bras…

      Bon courage à vous tous et toutes !

      Répondre
        1. miriam

          bonsoir Julie,

          par rapport à ce que tu dis, je me demande si je n'ai pas croisé le pn que tu cherches…

          Comment peut-on te contacter ??

           

          Répondre
        2. M

          Chère Julie, Leloo et Miriam,

          Je cherchais des informations sur les PN et suis tombée sur ce forum. A la lecture de vos messages, je me demande si je ne fréquente pas le même que celui que vous avez croisé.

          Bien à vous,

          M

          Répondre